dimanche 26 septembre 2021

Tabaski : les prix des moutons font grincer les dents

Juil 31, 2020

La fête de Tabaski est arrivée. Et les prix des moutons ont grimpé faisant grincer les dents aux consommateurs. Entre difficile écoulement des marchandises et profit, Ialtchad Presse vous amène au cœur d’un marché de bétail à N’Djamena.

Jeudi 30 juillet. La veille de la fête de « Tabaski ». Il est 13h 30 mn. Le marché de bétail de N’djari tout au long de l’avenue en face du ministère de la Santé publique grouille de monde. Entre vacarmes des moteurs et bêlement des moutons, vendeurs, acheteurs et démarcheurs discutent bruyamment malgré les odeurs désagréables des lieux. Chacun cherche à tirer à l’avantage de son porte-monnaie les échanges.

« 50 000F pour ce mouton, c’est vraiment trop cher », se plaint Mahamat Ali, un acheteur venu du quartier N’gueli dans le 9e arrondissement de la ville de N’Djamena. Mais son interlocuteur, Mahamat Issa, vendeur, ne se fatigue pas de le convaincre d’acheter ce mouton à ce prix. « Tu vois il a de l’embonpoint. Je te fais un bon marché. » Selon lui, les prix de vente qu’ils fixent dépendent du prix d’achat et des taxes qu’ils payent. « Nous achetons les moutons dans les campements à 25 000, 30 000F. Pour chaque tête de mouton, nous payons 250F de taxe aux communes », explique M. Issa. Il en a amené 20 têtes, mais il n’a pu écouler que la moitié. « Les gens viennent nombreux, mais peu achètent », affirme-t-il. Après moult discussions, Ali a fini par acheter le mouton au prix de 45 000F.

Si les vendeurs cherchent à se faire des bénéfices, démarcheurs et « clandomen » (conducteurs des mototaxis) ne sont pas du reste. Hassan Abbo est démarcheur. Il propose ses services aux vendeurs et acheteurs. « Si j’arrive à faire liquider un mouton, le vendeur me donne entre 500 et 1000F. Si un acheteur sollicite aussi mon service, il me donne quelques choses après l’achat fait », indique-t-il. D’après lui, cette année, le bétail est en nombre, mais des acheteurs se font rares à cause de la crise. « Le plus bas prix est 30 000 F CFA et le haut est à 75 000 Franc Cfa. Et avec la pandémie de Coronavirus, beaucoup d’activités sont aux arrêts. Ce qui fait que beaucoup de personnes n’ont pas d’argent », dit Abbo.

Si les affaires sont bonnes pour les démarcheurs, les « clandomen » ne trouvent pas vraiment trop leurs comptes. « Depuis le matin (il fait déjà 13heures), je n’ai eu que trois clients », s’agace un jeune « clandoman » rencontré sur les lieux. Pour cause, « les gens viennent avec leurs véhicules et motos », témoigne-t-il. Fort heureusement pour lui, Mahamat Ali est venu solliciter son service pour déposer son mouton. Pour le trajet Ndjari-Ngueli, le prix du transport est conclu sur 1 500F. Somme que notre bonhomme empoche avec sourire.

Les échanges entre clients, vendeurs et démarcheurs continuent dans une ambiance joyeuse. C’est la course contre la montre dans un ballet incessant sur fond de bêlements de moutons. Certains emportent leurs achats à l’arrière de leurs camionnettes, d’autres les remorquent sur leurs motos. Chose étonnante, les moutons une fois embarqués sur la camionnette ou sur la moto restent d’un calme olympien.

Pour rappel, le Tchad est le premier pays en Afrique avec plus de 900 millions de têtes de bétail, selon un rapport publié en 2019 par le Fonds des Nations-Unies pour l’Agriculture (FAO).

Christian Allahdjim

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse