mercredi 16 juin 2021

ALIX, princesse de la World beat

Written by  Jui 10, 2020

Elle est jeune. Elle est femme. Et elle se démarque de la scène artistique par son choix pour la musique urbaine. Entretien Quel est votre genre musical ? Je fais de la musique urbaine. C’est-à-dire de la Wold music, la musique du monde.

Comment était votre début de parcours ?

J’ai eu un parcours de plus normal. Comme toute jeune adolescente, je rêvais et enviais la vie des grandes stars. Durant mes premières années universitaires, j’ai commencé à me faire connaître. Petit à petit, j’ai fait quelques essais en studio et j’ai su que j’ai du potentiel et qu’il fallait les exploiter. J’ai foncé.

Quelles ont été vos réalisations ?

Depuis 2014, j’ai réalisé une quinzaine d’activités. A mes débuts sur Internet je n’étais pas connu. On me découvrait que dans les concerts. En mars 2019, j’ai sorti un album commun nommé « projectile » à 4 titres.

Durant votre parcours, vous avez connu des difficultés ?

La principale difficulté comme artiste est le manque d’aide, aucun appui financier. Je profite de l’occasion pour lancer un appel aux autorités pour vraiment appuyer les artistes pas seulement en matière financière. J’appelle aussi le public à partager nos réalisations sur les réseaux sociaux. En dehors de la musique, je travaille. Je suis diplômé en administration d’affaires et entrepreneuriat, j’ai juste un petit job.

Quel message voulez-vous adressé aux jeunes filles ?

Je n’aime pas donner des leçons. J’aime en recevoir. Comme vous insistez, je leur dis simplement de ne pas être timides ni d’avoir peur. Tant qu’il y a la peur du jugement des autres, tu ne pourras rien faire. Il ne faut pas qu’elles tiennent compte « des on-dit ». Que cela soit dans la musique ou sur le plan professionnel, faudrait qu’elles aient confiance en elles et se prennent au sérieux et prennent ce qu’elles font au sérieux. Qu’elles s’imposent toutes en douceur sans froisser, ni bousculer personne. Utiliser la méthode féminine qui a fait ses preuves : douceur et fermeté.

 Vos projets à court terme ?

Je n’ai pas d’autre projet que le travail. Continuer à travailler. Toujours travailler, encore travailler sans se plaindre. C’est le seul chemin du salut, il n’y a pas d’autres.

 Votre mot de la fin ?

Bon écoutez…sourire. On va faire un dédicace à Ialtchad qui fait un rebond impressionnant. On vous croyait mort avec votre belle idée. Comme on dit, les belles idées et les bonnes œuvres ne meurent jamais. Personnellement, c’est un ouf de soulagement. Ialtchad c’est évocateur. C’est touchant. Big up and good luck.

Propos recueillis par Habiba Abdelhakim

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse