Print this page

Rencontre avec le Groupe Samouraï

Written by  Nov 02, 2010

On les connait à travers leurs émouvantes paroles et leur ton métallique. Samouraï est un groupe né des tripes des étudiants qui ont voulu dire stop aux calvaires de la jeunesse. Panik, Prophète et Cyclone sont les gladiateurs du rap tchadien. A la veille du lancement de leur album, Ialtchad Presse est allé à leur rencontre, découvrez ce trio sans façon.

Ialtchad Presse : Comment vous introduire aux lecteurs du Magazine ?
Samouraï :
Nous sommes le Possy Samouraï avec trois (3) guerriers qui sont : Panik l’enfant seul, Prophète Dachette et Cyclone la Révolution.

Ialtchad Presse : Quand et comment est né le groupe samouraï ?
Samouraï :
Samouraï est un groupe crée le 09 mai 1999 par des étudiants. En créant Samouraï, nous ne voudrons pas seulement exprimer notre ras-le-bol face aux multiples problèmes qui entravent le plein épanouissement de la jeunesse tchadienne, notamment le chômage, la précarité,  mais nous voulons partager nos idées et nos œuvres avec ces milliers de jeunes martyrisés.  Nos textes s’adressent à des jeunes sans distinction d’ethnie ou de religion. Nous sommes des « conscientisateurs ». Voilà notre raison d’être.

Ialtchad Presse : Parlant de musique quel genre prêchez-vous ?
Samouraï :
Nous faisons du Rap, du real Hip-hop engagé qui sort de nos entrailles. Nous croyons que c’est le seul moyen ou plutôt le moyen le plus civilisé pour décrier les situations difficiles comme le chômage, la misère que nos gouvernants refusent ou ne parviennent pas à gérer.

Ialtchad Presse : Quelles sont vos réalisations à ce jour ?
Samouraï :
Faire de la musique au Tchad n’est pas du tout facile à cause de la situation socioéconomique du bled. Les sponsors ne répondent pas, les financements sont quasi inexistants. Cependant, on s’est démenés à sortir un album intitulé « Lettre ouverte ». Il y a d’ailleurs un titre qu’on a envoyé pour participer au Prix Découvertes RFI.

Ialtchad Presse : Récemment vous étiez au Gabon, c’était dans quel cadre ?
Samouraï :
Nous étions au Gabon dans le cadre du festival Gabao Hip hop. Le Festival Gabao est devenu aujourd’hui incontestablement la principale plate-forme de promotion et de diffusion des musiques et cultures urbaines en Afrique Centrale. La compétition est sans égale, les artistes sont venus d’un peu partout et l’organisation a été un succès. Dommage qu’on n’a pas remporté le prix du meilleur groupe rap de la sous-région.

Ialtchad Presse : Comment se porte la musique au Tchad?
Samouraï :
La musique au bled c’est de la merde, c’est comme le bled lui – même qui va clopin-clopant. On ne tient qu’à deux fils au maximum : la persévérance et l’espérance. Quoique difficile, nous ne démissionnons pas, nous irons montrer au reste du monde que la musique tchadienne existe et qu’elle va de jour en jour mieux.

Ialtchad Presse : Que peut-on savoir de vos projets?
Samouraï :
Beaucoup de choses en réalité. Cependant, pour l’immédiat, nous nous attelons à lancer au courant du mois de novembre, notre album et faire sa promotion. C’est un album de 12  titres intitulé    « Lettre ouverte ». Ensuite nous envisageons aller en tournée dans les provinces et puis dans les pays voisins notamment au Cameroun et en Centrafrique Dieu voulant.

Ialtchad Presse : Une dédicace à vos fans ?
Samouraï :
Big up à tous nos fans,  à ceux et celles qui nous supportent malgré tout. Samouraï vous dit Respect ! C’est grâce à eux que nous sommes devenus ce que nous sommes, qu’ils se rassurent qu’on leurs donnera toujours le meilleur de nous-même pour mériter encore, un peu plus leurs supports.

Ialtchad Presse : Un autographe à Ialtchad Magazine ?
Samouraï :
(Rire !) Vous ne manquez pas d’humour.  Ialtchad comme le nom l’indique est subtilement un appel à l’unité autour de l’Etat nation, parce que tous, nous sommes les fils d’une seule nation le Tchad, notre patrie aimée. Alors Ialtchad, (fils du Tchad) debout et à l’ouvrage, l’avenir est à vous. Ialtchad c’est nous ! C’est vous ! C’est tous les tchadiens ! Nous vous couronnons avec des encouragements massifs. Croyez-nous, dans la petite liste des exceptionnels tchadiens qui ont fait quelque chose pour leur pays, votre place est assurée. A vous aussi respects.

Yasmine Kaman