Print this page

Interview de Guilou à N'Djaména

Written by  Mar 25, 2011

Ialtchad Presse : Guy ! Présentez-vous à nos lecteurs
Guilou : Je me nomme Guy Adélaïde LAFAGE dit Guilou ; je suis natif de la Guadeloupe. Je suis artiste musicien, auteur compositeur et chanteur.

Ialtchad Presse : Depuis quand êtes- vous entré dans la musique ?
Guilou : J’ai commencé à chanter dans les chorales et faire du gospel depuis 1988. J’ai été inoculé par le virus de la musique dès mon jeune âge et je n’ai fais que suivre mon instinct et mettre en exergue ce don que Dieu m’a accordé. Chacun de nous a un don en soi, il suffit de savoir l’extérioriser et le mettre en valeur.

Ialtchad Presse : Quant a véritablement commencé votre carrière professionnelle ?
Guilou : Ma carrière professionnelle a pris son essor quand j’ai sorti mon tout premier album profane (fille du soleil) en 1988. Actuellement, j’ai à mon actif sept albums au total que j’ai enregistré et mis sur le marché discographique.

Ialtchad Presse : Quels sont les thèmes que vous débattez dans vos chansons ?
Guilou :
Je vis dans une société. Il est bien évident que je puise mon inspiration de mon environnement immédiat. C’est donc à partir de ces inspirations que je tire les thèmes de mes chansons qui sont entre autre l’amour, la négritude, l’Afrique, l’enfance, la foi. Je suis entrain de retravailler ma chanson sur la capitale N’Djamena. Je suis tombé sous le charme de cette ville que j’avais visité il y a près de dix ans mais s’il faut faire une comparaison, je dirais en toute objectivité que N’Djamena de nos heures est belle et sublime. Ma chanson dédiée à cette coquette capitale en perpétuelle mutation en dit plus. Vous aurez le temps d’écouter et de découvrir cette chanson.

Ialtchad Presse : D’une manière globale quels sont les thèmes qui vous préoccupent le plus ?
Guilou : Les thèmes qui me préoccupent le plus sont liés à l’émergence de l’Afrique et de l’homme de couleur. Le plus souvent, l’homme de couleur que nous sommes, a un certain complexe d’infériorité devant l’homme blanc et ce n’est pas normal. Nous avons les même prédispositions, les même facultés pourquoi nous sentir plus petits ? L’histoire vient de nous montrer que nous sommes égaux en élevant Barack Obama à la fonction suprême de Président des Etats Unis d’Amérique. L’homme de couleur a plus de valeur qu’on ne le pense.

Ialtchad Presse : À part la musique, quelles sont les autres activités que vous menez ?
Guilou :
À part la musique je travaille dans la publicité.

Ialtchad Presse : Quels sont vos projets à venir ?
Guilou : Je vais entreprendre des tournées à travers l’Afrique en commençant par certaines villes du Tchad parce que je suis un grand ami à tous les tchadiens. Je vais enregistrer un album chez l’Oncle Sam (Etats-Unis) enfin, je voudrai dévoiler un autre visage de Guilou en sortant un livre. Voilà en substance le calendrier de Guilou pour le moment.

Ialtchad Presse : Votre dernier mot.
Guilou : Mon dernier mot, c’est que la vie éternelle et la promesse de Dieu sont présentes, incommensurables et inégalables qu’il faut saisir. De plus en plus, les jeunes oublient la voie de Dieu, d’Allah et s’adonnent à la perversité et des actes proscrits par la Bible et le Coran. De ce fait, ils étouffent l’étoile qui brille en eux et guide leur pas sur la bonne voie, sur le chemin de la réussite. Par, ailleurs, pour s’auto suffire et se prendre en charge, il faut travailler, encore travailler et toujours travailler. Je souhaite succès et bon vent à Ialtchad Presse.

Propos recueillis par Fatimé Mahamat