mardi 28 septembre 2021

« Cachez ces Sudistes...» à propos de quelques idées reçues

Written by  Aoû 06, 2007

Trois Nordistes sur quatre pensent que les Sudistes sont plus aptes à assainir les finances publiques, à moraliser les institutions, à reconstruire le Tchad, à former les futures élites du pays, à soigner les malades, à participer au rayonnement de notre pays sur la scène internationale à travers les activités culturelles, artistiques et sportives, etc. La même proportion doute en revanche de la capacité des Sudistes à reprendre la gestion politique et socio-économique de notre pays. Le quart restant des Nordistes refuse d’entrer dans les considérations géographiques et croit que ni la bêtise ni le génie ne peuvent être le fait ou l’œuvre des seuls Sudistes ou des seuls Nordistes. Cette petite statistique ne repose sur aucune étude scientifique. Elle est établie sur la base de simples idées reçues constatées au travers des discussions entre compatriotes sur le devenir de notre pays. Elle témoigne néanmoins de notre véritable état d’esprit de Nordistes.

Dans nos diverses discussions informelles entre Nordistes, l’intelligentsia tchadienne est au Sud. L’essentiel des personnalités tchadiennes célèbres l’est aussi. Pour constater cette réalité, il suffit de ne pas simuler la cécité. Les Sudistes sont partout nombreux, dans les administrations publiques, la police, l’armée, la gendarmerie, à la Justice, dans les hôpitaux, les écoles, à l’Université, à la télé, à la radio, dans les banques, les travaux publics, les plates-formes pétrolières, dans les Institutions internationales, etc. Tout ou presque repose encore aujourd’hui sur leurs épaules. Aucune institution, aucune administration ne peut efficacement fonctionner sans leur participation active. Les moins connus d’entre eux nous ont notamment formés de la maternelle à l’Université. Les plus illustres s’appellent NDoram Japhet, Kaltouma Nadjina, Nimrod, Masdongar, Nocky Djédanoum, et même MC Solaar. Certains sourient certainement de l’étendue limitée de cette liste. Encore faudrait-il sourire de la rareté d’illustres personnalités issues du Nord du pays. À moins peut-être de prendre un décret en Conseil de Ministres pour attribuer valeur de « célébrité » afin de rééquilibrer la répartition des personnalités en fonction d’appartenance géographique comme il est maintenant d’usage dans  l’administration civile et militaire de notre pays, il me  semble évident qu’en la matière le Nord est largement déficitaire. Le cinéaste Mahamat Saleh Yacoub ne peut combler à lui seul le fossé.

En regard de cette formidable certitude largement partagée par les Nordistes, une autre certitude, assez négative celle-là, n’est pas moins largement partagée : les Sudistes ont la couardise dans la peau. L’appellation « Laoukoura » qu’ils se sont donnée eux-mêmes en guise d’autodérision ne contient-elle pas une part de vérité ? Laoukoura signifie « un Sudiste qui exécute le travail d’un responsable Nordiste intellectuellement incapable ». Plus généralement, tous les Sudistes sont des Laoukoura. En conséquence, tous les Nordistes sont des incapables. Même si cette vision des choses est un peu excessive, la proportion des responsables Nordistes intellectuellement incapables dans l’administration suffit à asseoir la réalité des Laoukoura. Malgré l’importance de leur formation, les Sudistes demeurent donc de simples exécutants. Cette situation paradoxale où ceux qui ont plus de diplômes sont confinés à des tâches subalternes et ceux moins ou pas du tout instruits occupent les postes les plus prestigieux est une particularité tchadienne.

Pourtant, tout porte à croire que les Sudistes se complaisent dans ce rôle de Laoukoura. Voilà ce qu’on peut relever dans les discussions entre Nordistes : « Les Sudistes ne dénoncent jamais les insuffisances, même les plus criantes, de leurs responsables hiérarchiques, acceptent toutes les humiliations, se montrent condescendants et n’hésitent pas à se trahir mutuellement pour plaire à leurs supérieurs Nordistes ». En somme, des compatriotes sans personnalité, sans caractère et surtout sans courage.  Si la peur de mourir sous les balles d’un forcené nommé Préfet ou sous-préfet par népotisme explique, pour certains, le manque de courage des compatriotes sudistes, il est amusant de noter que pour les fanatiques ignorants, « l’appartenance à une des ethnies du Sud soumet de fait aux Nordistes par la volonté de Dieu des musulmans ». Des explications d’ordre pratique ne sont pas du reste. Il est des compatriotes qui croient dur comme fer que les Sudistes n’ont aucun sens de responsabilité et peuvent se montrer parfois indignes des postes auxquels ils sont affectés.

Avec un ami cher de ce nom, on s’était posé la question de savoir « pourquoi les Sudistes ne sont-ils jamais associés aux différentes négociations politiques avec les politico-militaires ? ». Une réponse assez hasardeuse conduirait à voir dans cette mise à l’écart, le manque d’implication directe des Sudistes dans les conflits entre Nordistes. Elle est bien hasardeuse puisque les discussions politiques du Gouvernement avec les rebelles intéressent les Tchadiens dans leur ensemble sans distinction basée sur l’appartenance géographique. Aussi, en principe, seule l’aptitude à la négociation sans considération ethnique est-elle à privilégier. Une autre réponse fondée sur des idées reçues incite à voir dans cette mise à l’écart ni plus ni moins qu’un manque de considération pour nos compatriotes Sudistes.

En effet, il est peu douteux que les politico-militaires refuseraient de se mettre autour d’une table de négociation avec un certain Nagoum Yamassoum ou encore avec Houdeingar David. On ne discute pas avec des Laoukoura. D’ailleurs, au temps où il était encore en rébellion avec le FUC, Laouna Gong Raoul, actuellement ministre dans le Gouvernement de Kassiré, m’avait assuré s’être fait traiter d’ « assujetti », lors d’une rencontre au Soudan, par un des responsables politico-militaires aujourd’hui en négociation à Tripoli. De même, nos compatriotes militaires sudistes sont rarement envoyés sur les terrains des combats malgré leur aptitude reconnue par les différents grades obtenus. S’ils y sont envoyés c’est, sinon pour servir de chair à canon, du moins pour « préparer le thé et servir à manger aux vaillants combattants » entend-t-on dire souvent dans les discussions.

Certes, il y a une part d’imagination dans ces idées reçues (pléonasme). Néanmoins, nos compatriotes du Sud semblent ne rien faire pour corriger cette image erronée ou simplement pour se faire respecter.  Partageraient-ils la même approche sur leur propre condition que les Nordistes ? Si tel est le cas, l’affirmation selon laquelle « il n’y aura jamais plus un Sudiste au pouvoir au Tchad » sera une réalité. Ce sera alors bien dommage pour notre pays.

Lyadish Ahmed 

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse