samedi 25 septembre 2021

Code de la famille et élections

Written by  Avr 11, 2005

Idriss Deby était-il sincère quand il s’adressait aux tchadiens le 8 mars dernier à propos du Code de la Famille ? Que cache cet engagement en faveur d’un texte tout à fait contraire aux désirs de la bande de bouffons qui l’entoure ?
N’Djamena, 5 avril 2005, 19 heures 30, dans une petite mosquée de l’un des quartiers reculés de la ville. L’imam prend la parole après la prière, il prêche l’honnêteté et la rigueur dans nos actes de tous les jours. En même temps, il dénonce les dérives et la corruption sans cesse croissante dont font preuve nos dirigeants. Son discours sur la “honte” semble plaire au public qui lui accorde toute son attention et lui manifeste son approbation par de vigoureux hochements de têtes. Le discours de cet imam était particulièrement anticonformiste ce soir-là. La subversion de ses propos apporte réconfort et espoir dans le cœur de ces hommes durs, travailleurs, honnêtes citoyens qui n’ont pour seule ressources que la force de leurs bras, et pour seul espoir Dieu. Fatigués   par une rude journée de travail, et aussi de vexations / humiliations de toutes sortes, ils buvaient comme de l’eau bénite les paroles de cet homme qui apportaient un peu d’espoir dans leurs cœurs désormais indécis, dans leur quotidien précaire. J’écoutais aussi, séduit par la force du discours de cet imam qui me semblait hors du commun, et qui semble montrer une très grande maîtrise des sujets qu’il aborde.

Puis directement, sans aucune transition, l’imam évoque le code de la famille. Voici exactement ses paroles : « ce code de la famille, nous ne l’accepterons jamais. Ce code qui légalise le mariage entre hommes, ce code qui encourage la prostitution de nos filles, ce code qui nous enlève le droit d’éduquer nos enfants et nous interdit de les envoyer a l’école coranique, nous devrons le rejeter et le combattre par tous les moyens». Puis il passe, très rapidement, sur un autre sujet, totalement différent. Mais la petite intervention sur le code de la famille a frappé juste. A la fin du prêche tout le monde s’interrogeait sur ce fameux code et s’engageait à ne jamais accepter qu’il devienne effectif.

Regardons cet engagement présidentiel de plus près. Il me semble que le discours de Idriss Deby le 8 mars passé est la première brique de sa stratégie globale de réélection. En prenant ouvertement parti pour le code de la famille, le président Idriss Deby savait pertinemment qu’il jouait à la provocation avec l’Union des Cadres Musulmans du Tchad (UCMT). Mieux, sachant que le fameux projet de code de la famille n’a jamais été clairement vulgarisé ni expliqué, il s’attendait pertinemment à provoquer, en guise de réaction, une contre-action de désinformation que conduira l’UCMT. Ceux-ci, comme tout mouvement se réclamant d’obédience religieuse, disposent en effet de redoutables réseaux de communications qui peuvent au besoin servir de canaux d’intoxication. Les mosquées, les places mortuaires, les baptêmes, les prêches publics, les prières du Vendredi, n’importe quel regroupement de deux ou plus de musulmans devient un lieu de description et de re-explication du code de la famille. Le gouvernement, ni aucune autre organisation nationale ou de la Société Civile au Tchad ne dispose d’autant de réseau, ni d’autant d’efficacité.

En très peu de temps le code de la famille aura été expliqué selon les vœux et suivant les grilles de l’union des cadres musulmans. En très peu de temps aussi, un mouvement anti-code de la famille d’une grande ampleur verra le jour dans la partie septentrionale du pays. En homme politique avisé et rusé Idriss Deby voudra alors se montrer à l’écoute de ses compatriotes et de leurs préoccupations. Pour une fois !
Mais le re-positionnement à venir de Idriss Deby en faveur d’une ré-discussion du projet du Code de la famille entraînera un lever immédiat de boucliers de la part des partis d’opposition et des associations de la société civile. En période de campagne électorale, rien ne sera alors plus facile pour Idriss Deby de se positionner auprès de nos compatriotes musulmans comme étant le seul en mesure de se soucier de leurs préoccupations spirituelles et morales. Et l’argument massue sera son nouveau projet de code, en remplacement de l’ancien.  Le divorce entre les Tchadiens de confession musulmane et les partis d’opposition sera alors définitivement consommé à ce moment. Les partis seront en effet présentés comme anti-islamiques, contre les populations et les sociétés nordistes. Le sauveur des musulmans sera Idriss Deby, qui sera présenté comme le seul candidat capable de faire face aux objectifs inavoués des partis kirdi : insulter l’islam, précariser les nordistes, les marginaliser pour finalement leur imposer une manière de voir, une façon d’être et de vivre contraire à l’islam. Diviser pour mieux gagner. Les amalgames sur la religion auront encore une fois de plus servie à faire le deuil de nos aspirations puisque, Idriss Deby, j’en suis sûr, sera alors réélu sans coup férir, même sans aucune fraude.

Amine Idriss Adoum 

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse