dimanche 13 juin 2021

Comment un peuple perd ses couilles : cas pratique des Tchadiens

Written by  Mar 15, 2005

“Si le « monde arabe », plus particulièrement sa partie moyen-orientale, est en train d'être recolonisé, c'est qu'il était « colonisable » écrivait Bechir Ben Yahmed dans son éditorial du 5 Mars 2005 dans l’Intelligent.com de la même semaine. La même phrase pourrait être appliquée avec plus ou moins de bonheur à l’analyse du cas Tchadien. Si les Tchadiens chaque jour qui passe courbent l’échine un peu plus, ce que leur déterminisme les destine peut-être à le faire. Si les Tchadiens sont encore le peuple le plus retardé d’Afrique, c’est parce que leur parcours historique, de même que leurs structures sociales et culturelles actuelles les destinent à demeurer les derniers de la course à la modernité. Si Hisseine Habre, et aujourd’hui Idriss Deby se sont imposé par la force et la bêtise avec une facilite aussi déconcertante aux Tchadiens, ce que les Tchadiens étaient peut être  « soumissables ».
En guise d’illustration je vous recommande une lecture : Les Pays du Tchad dans la Tourmente de Jean Claude Zeltner, ouvrage paru il y a plus d’une décennie, décrivant les évènements intervenus dans la période 1880-1902 dans le bassin Tchadien. Le Livre de Zeltner qui fait la part belle à la narration des faits d’armes des principaux protagonistes des guerres coloniales effectue aussi un détour temporel et interroge les deux ou trois siècles ayant précédé le début du fait colonial dans les pays du bassin du Lac Tchad. Il interroge avec beaucoup de lucidité les systèmes sociaux et culturels des grands regroupements d’alors : le Kanem-Bornou déclinant, le Ouaddaï au crépuscule de son apogée, et le Baguirmi déjà dans la force de l’age. Il nous livre une photographie saisissante d’une portion de l’histoire en plein déclin, un tableau humaniste d’une région du monde ou l’esclavage et la chasse à l’homme sont élevées aux rangs de vertus. Une enclave d’Afrique abritant des sociétés certes ayant été toujours en contacts avec le monde extérieur mais où curieusement les peuples et les choses sont demeurés encore « intactes ». L’arrivée des nomades arabes d’abord, puis l’irruption brutale de Rabbeh bientôt suivi des européens va bouleverser définitivement l’ordre des choses dans ce monde vaste comme la France d’alors.

Si au Cameroun voisin, ou encore au Congo ou au Sénégal, la pénétration européenne s’est effectuée graduellement (premiers contacts marchands avec les côtiers, ensuite les missionnaires, puis après les colons), l’immixtion des colons dans les affaires des pays du bassin Tchadien s’est fait en une seule étape. Bien sûr il y a eu Barth, il y a eu aussi Nachtigal et quelques autres explorateurs. Mais ce n’était alors que des missions scientifiques, et pas grand-chose. Les blancs ont fait irruption dans cet espace ou moment où il commençait sa recomposition. Autrement dit, entre 1880 et 1902, les pays du Tchad étaient en pleine révolution politique, culturelle et sociale. Les structures sociales, vieilles de plusieurs siècles, avaient commencé leurs mues, et les perceptions/représentations culturelles, complètement déphasées, avaient commencé, avec les bouleversements qu’impliquait l’arrivée violente de Rabbeh, à se transformer. Des sociétés complètement fermées, construites sur une perception dépassée de l’homme commençaient à s’ouvrir et à évoluer. Et cela malgré les réticences des princes d’alors. Mais tout le processus s’est trouvé brutalement arrêté. Que s’est-il exactement passé ? Je ne pourrai pas relater les évènements ni donner leur chronologie ici. Il faudra toutefois noter les points suivants :
D’abord, sociétés agraires aux économies essentiellement basées sur la chasse à l’homme et sa revente, les royaumes du bassin tchadien ont vu entre 1880 et 1902 tarir leurs plus grandes sources de revenus (l‘esclavage) du fait de Rabbeh d’abord, puis des européens ensuite.
Ensuite, sans ressources suffisantes donc, et toutes déjà aux crépuscules de leur vie, les sociétés du bassin tchadien n’avaient pas la force, ni la volonté de vraiment résister. Elles ont d’ailleurs essayé, mais sans succès.
Enfin, pour la plupart des peuplades soumises au joug esclavagiste de ces empires déclinants, l’arrivée de Rabbeh puis des colons représentaient une planche que la providence semblait leur avoir tendu (quoiqu’ils se trompaient encore). D’où les ralliements massifs aux troupes de Rabbeh puis les enrôlements dans les armées coloniales pour combattre le Baguirmi (Rabbeh) ou soutenir les campagnes « punitives » francaises contre le Ouaddaï, le Kanem – Bornou (a moitie défait par Rabbeh d’ailleurs).

Entre 1880 et 1902, la situation politique et sociale des pays du bassin Tchadien les rendait donc facilement colonisables. Si j’ai volontairement refusé d’évoquer la supériorité technologique et militaire des colons ou des troupes de Rabbeh pour insister sur l’analyse des structures sociales et politiques/culturelles pendant cette période trouble, c’est surtout pour pouvoir établir une relation entre cette époque, et les années 1979-1982.

Mille neuf soixante-dix-neuf (1979) marque la fin du processus de pourrissement des institutions politiques et administratives tchadiennes. Processus de pourrissement lui-même déclenché par Tombalbaye, et clairement poussé par le Frolinat. Au moment où Hissein Habre devenait Premier ministre en 1979, tous les éléments étaient réunis pour faire sauter la république tout entière : un peuple aux abois parce que profondément blessé par plusieurs années d’une guérilla meurtrière, des structures économiques complètement brisées, et une administration qui n’existait plus que sur le papier.

Si les appels à la haine tribale et ethnique d’un Mahamat Hisseine ont été positivement reçus en 1979 par une partie des populations musulmanes de N’Djamena, c’est parce que plus personne à ce moment-la n’avait rien à perdre. Il devenait donc facile de récupérer le Tchad sans coup férir puis de le mettre en coupe réglée. Si Kamougue avait eu la force des armes et la combativité nécessaire chez ses hommes à ce moment-là, il est indéniable qu’il aurait remporté la première bataille de N’Djamena. Mais rien n’aurait changé aussi, puisque Kamougue, aussi bien que Habre, visait le même objectif, la même finalité : la mise en coupe réglée du pays. On aurait toujours eu notre Mobutu Tchadien !

Si depuis 1990, Idriss Deby parvient sans trop de peine à garder le Tchad dans sa poche comme on dit vulgairement, c’est que la situation qui prévalait en 1990 rendait cela possible : un peuple fatigué après trente années de guerres civiles et de ponction démographique, des structures sociales / culturelles complètement anachroniques, des consciences en guerre avec elles-mêmes. Et si la situation perdure jusqu’à aujourd’hui, ce que les Tchadiens dans leur immense majorité restent toujours ces malades de l’histoire, sans repères ni amour-propre. Ce peuple capable de se prostituer et de courber l’échine face au premier bandit venu. Conséquence de notre histoire ? Peut-être. Mais ceci ne nous dédouanera pas du tout. Car à la réflexion, je me demande si les Tchadiens ne sont pas ce genre de peuple seulement crées pour être asservis.

Amine Idriss Adoum 

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse