jeudi 6 octobre 2022

DNI : la plateforme interconfessionnelle prépare les religieux

Juil 07, 2022

Le comité de pilotage de la plateforme interconfessionnelle pour l'appui au processus de la transition politique en cours au Tchad prépare activement les leaders religieux et de la société civile pour une transition apaisée et un dialogue réellement inclusif. Suite à un atelier qui se poursuit jusqu'au vendredi, 8 juillet, Ialtchad a échangé ce jeudi, avec le président de cette plateforme et les participants sur les enjeux de cette formation. Reportage.

Dr Mahamat Zène Abakar, représente de l'Union des cadres musulmans du Tchad. Il affirme que la formation se déroule à merveille pour l'instant et souhaite la même ardeur pour la fin des modules programmés. La manche d'hier, dit-il, était enrichissant avec un bon niveau de débats. « Ce sont des débats logiques avec beaucoup de respect les uns pour les autres. Les leaders religieux jouent un rôle majeur dans le processus de la transition. Notre vocation c'est de sensibiliser nos fidèles musulmans et chrétiens à cultiver dans leur rapports quotidiens la paix et le vivre-ensemble », soutient Mahamat Zène. De plus, il souligne que ce pays nous appartient tous et c'est dans la culture de la paix que nous pouvons espérer le reconstruire. Il recommande aux chrétiens et musulmans de prier et demander continuellement la faveur d'Allah Tout-puissant, sa miséricorde pour notre nation.

Allahtara Fortunan, président du comité de pilotage de la plateforme interconfessionnelle plante le décor en affirmant que la plateforme qu'il dirige dispose d'un plan d'action. C'est à cela que les actions de renforcements des capacités et les techniques de sensibilisation en matière de culture de la paix et de la cohabitation pacifique y sont inscrites. M. Allahtara soutient que la plateforme forme en ce moment, 65 participants provenant de l'Église Catholique, de l'Église protestante et du Conseil supérieur des affaires islamiques (CSAI). 4 modules, dit-il, constituent 4 ateliers dans cette formation. « Le premier module c'est la culture et la consolidation de la paix, le deuxième c'est les enjeux et les défis de la cohabitation pacifique au Tchad de 1960 à nos jours, le 3ème c’est le rôle que doivent jouer les organisations confessionnelles et la société civile pour une transition apaisée. Le 4ème module est transversale. Il considère les questions de gestion, résolution et prévention des conflits ainsi que le problème de l'extrémisme violent pour les jeunes », dit le président de la plateforme. Ce sont des participants de tout sexe et âge, notamment, les femmes, les hommes et les jeunes, précise-t-il.

L'objectif principal d'après Allahtara Fortuna, c'est d'outiller les leaders religieux et les responsables de la société civile en technique de sensibilisation sur la paix et la cohabitation pacifique. L'enjeu poursuit le président, c'est d'œuvrer pour une transition apaisée. Il estime que le Tchad depuis un an et plus est dans une période d'exception. Ce qui induit des réformes institutionnelles. A son avis, après le décès du Maréchal du Tchad, il y a eu rupture de légalité et pour y retourner, il va falloir outiller ces acteurs dans ce domaine. « La question de la révision de la Charte de transition qui fait jusque-là l'objet de polémique au sein de la société civile et l'ensemble des forces vives. c'est l'occasion de dire à ces responsables religieux et de la société civile c'est quoi une transition, qu'est-ce qui se passe au sein d'une transition et les lois qu'il faut adopter. l'enjeu réel c'est de les préparer au dialogue national inclusif en cours de préparation », raconte M. Allahtara. Autre intérêt, assure-t-il, c'est de préparer les délégués de ces corporations qui vont prendre part à ces assises afin que le dialogue soit réellement inclusif. Le même niveau d'information sera donné à ceux des provinces cités ci-haut afin que cela soit répertorié sur toute l'étendue du territoire, informe-t-il.

Le président de la plateforme interconfessionnelle explique qu’hier, avec le module sur la culture et la cohabitation pacifique, les gens sont sortis très satisfaits. La stratégie adoptée selon lui, est participative et interactive, ainsi le niveau des débats était intéressant. M. Allahtara signale que des questions telles que, les conflits intercommunautaires et agrosylvopastoraux qui peinent à trouver de solutions malgré ce que les gens font, ont été posées et abordées avec beaucoup de réalisme par les participants. L'inclusivité du dialogue est tributaire de sa réussite, dit le président.

La dynamique qui a commencé à N'Djamena, indique-t-il, va se poursuivre à Moundou, Abéché et Mongo. Elle est rendue possible grâce à l'appui du Bureau de liaison de l'Union Africaine.

Moyalbaye Nadjasna

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays