mardi 28 septembre 2021

À mi-chemin des pari (s)

Jui 15, 2010

Les premiers pas de notre Magazine, l’urbanisation plutôt muscle, le timide recensement électoral sont en substance les fourches de ce deuxième édito.

Ialtchad Magazine : un pari promoteur

Le Magazine bien accueilli à N’Djamena et à Moundou. Nous avons tout donné en qualité comme en contenu pour sa réalisation et la conséquence est une pluie de messages de soutien, de remerciements et de suggestions. C’est aussi ce que nous attendions de nos nombreux lecteurs. Pour façonner ensemble un Magazine aussi proche de leurs réalités et autres souhaits. Que ceux qui nous ont suggéré des rubriques s’assurent, nous sommes en train d’étudier les nombreuses sollicitations. Mais pour ceux qui ont souhaité nous voir faire davantage de place à l’actualité, nous leur disons que pour l’instant nous trouvons qu’il y a pas mal de journaux qui s’occupent de l’actualité. Toutefois rien n’est exclu. Aussi, on avance, le Magazine sera disponible dès le 18 juin 2010 à Abéché, à Sarh et Massaguet, nous en ferons progressivement pour les autres grandes villes du pays. Le prix reste partout au Tchad à 1000 F CFA.

N’Djamena : le pari de Paris

Il y a sûrement mille choses à dire sur l’urbanisation de la capitale, mais l’engagement de la mairie et du ministère de l’intérieur de faire de N’Djamena la vitrine de l’Afrique Centrale se fait d’une manière baraquée. La promesse de la compréhension de la première femme maire par rapport à son prédécesseur n’aura donc pas lieu. Les expropriations et les déguerpissements continuent tranquillement. Sous une saison de pluie, les désagréments ne manquent pas, les décisions sont prises le plus souvent à la hâte et l’exécution avec un empressement démesuré. Comme si Paris s’est construit à quelques mois du 25 août 1994 soit cinquante années après sa libération. Chose certaine, il ne manquera pas bientôt un discours du genre “N’Djamena otage, N’Djamena brisé, N’Djamena martyrisé, mais enfin N’Djamena une vitrine de l’Afrique Centrale”. Vouloir faire de N’Djamena une belle ville est en soi noble comme volonté, mais on doit faire preuve d’humanisme et de réalisme surtout. Les choses sérieuses se font avec plus de responsabilité et non avec des propos du type “que ceux qui n’ont pas les moyens de construire en matériaux durables vendent leurs propriétés”.

Recensement électoral : un pari diminué

L’accord du 13 août 2007 fait son petit chemin mais pas comme on le souhaitait. Le recensement électoral qui constitue l’ossature de ce dernier accord, se déroule à dos d’âne. Le consensus politique, la technologie mise en avant (puisque c’est pour la première fois qu’on cherche à établir au Tchad des listes électorales informatisées) et les nombreuses missions de sensibilisations peinent à convaincre la population. À quelques dix jours de la fin du processus de recensement le constat serait tout sauf un succès. Pas un véritable engouement chez la population. Même si cela ne compromettra en rien les échéances électorales futures, un travail de communication est à faire. A une semaine de l’échéance du recensement, on peut espérer changer d’avis à bien de personnes. Peut-être même penser à proroger si nécessaire l’échéance.


Moussa Yayami, Hamid

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse