vendredi 1 juillet 2022

Les enfants qui fouillent dans les poubelles

Jui 18, 2022

Selon la Convention internationale des droits de l’enfant, l’Enfant est tout être humain âgé de moins de 18 ans. Les enfants sont des êtres vulnérables ayant besoin d’un environnement favorable pour un meilleur épanouissement. Mais ce vendredi 17 juin 2022, sur le dépotoir de Gassi, 3e arrondissement de N’Djamena, les enfants fouinent dans les poubelles. Devant les sandwicheries, ils triment et placent de bouts de papiers sur les motos moyennant une somme modique. Certains citoyens déplorent la situation de ces enfants qui passent leur journée sur les poubelles. Reportage.

Vendredi.11 heures. Sur le dépotoir de quartier Gassi des enfants fouillent dans les poubelles. Ces tas d’ordures arrosés par la pluie d’hier nuit dégagent des odeurs nauséabondes. Derrière ce large dépotoir se trouve une grande tranchée. Tout autour de ces enfants qui tournent et retournent les moisissures n’est que danger. Hors micro, un jeune qu’on surnommera Melcar, pour préserver son identité, dit que cela fait plusieurs mois qu’il fouille ici. D’après ce mineur, ces parents n’ont rien, il fait cela pour assurer son quotidien. Il refuse de dire où il habite. Mais il confirme quand même les dangers encourus à travers son activité sur les poubelles. Ces camarades voire des petites filles refusent de parler. Tout est abandonné dans ce dépotoir : les chiens morts, les chats, les excréments des animaux, les défécations à l’air libre. À quelques mètres de la voie principale, Gédéon Djong-maila vient en ville. À son avis c’est dommage de voir ainsi ces enfants dans ces coins insalubres. « Les mots me manquent, peut-être, les autorités peuvent s’approcher d’eux et les écouter. Certainement elles comprendront le mobile réel de leur campement sur ces poubelles », exprime-t-il.

« À peine, la journée de l’Enfance vient d’être célébrée. Voyez ce qui se passe, il faut qu’une sensibilisation soit faite auprès des parents. En toute sincérité, certains parents sont irresponsables, ils ne surveillent absolument pas leurs progénitures. Ces enfants-là qu’est-ce qu’ils bénéficient par rapport aux autres de la protection de l’enfance », lance Serges Madjirangué l’air dépité.

Selon l’article 3 de la Charte africaine des Droits de l’Enfant, « Tout enfant a droit de jouir de tous les droits et libertés reconnus et garantis par la présente Charte, sans distinction de race, de groupe ethnique, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'appartenance politique ou autre opinion, d'origine nationale et sociale, de fortune, de naissance ou autre statut, et sans distinction du même ordre pour ses parents ou son tuteur légal. »  Parmi ces droits, les plus visuels sont : le droit à un nom et une nationalité, le droit à l’éducation, le droit à la santé et aux services médicaux, le droit à l’alimentation, le droit d’être vêtus, le droit d’être protégé, droit aux loisirs, aux activités récréatives et culturelles.

Au Tchad, la constitution, le code de travail, le Plan National d’Action en Faveur de l’Enfant Tchadien (PRONAFET) du 31 août 1995 et autres garantissent les droits de l’enfant. Sur le plan international, quelques conventions et traités ratifiés par le Tchad sont aussi favorables aux enfants. Par exemple, la Convention des droits de l’Enfant (1989), la Charte africaine des droits de l’Enfant, l’Organisation internationale de Travail, la Déclaration des droits de l’enfant en 1959, la Convention relative aux droits de l'enfant. Pour permettre aux enfants tchadiens de jouir vraiment de leurs droits, les autorités tchadiennes doivent redoubler d’efforts dans les actions en faveur des enfants.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse