samedi 2 juillet 2022

Procès de 6 leaders : Protestation étouffée à N’Djamena, condamnation annoncée à Moussoro

Jui 07, 2022

Les militants de Wakit Tamma se sont donné rendez-vous ce lundi au palais de justice pour contester contre le procès des leaders de la coordination des actions citoyennes Wakit Tamma à Moussoro. Tôt ce matin, les forces de l’ordre ont envahi les abords du palais. Les militants ont annulé la manifestation de contestation. Reportage.

Moussoro, ville à quelques kilomètres de la capitale tchadienne, N’Djamena le verdict des 6  leaders tombe. Ils sont condamnés à 12 mois avec sursis et 10 millions à payer solidairement à l'État tchadien pour préjudice subi. Entre temps, dans la capitale les forces de l’ordre bien armées font la patrouille en plein jour aux alentours du palais de justice ou les militants de Wakit Tamma ont prévu se réunir pour protester contre le procès de leurs leaders. Des équipes des forces de l’ordre sont postées devant, des côtés et derrière le palais. Les convois des différentes unités se succèdent et font le tour du palais. Le public du palais de justice se pose des questions, ils n’ont pas des réponses. Les militaires postés devant le palais de justice procèdent à des fouilles systématiques de tous les usagers avant d’entrer au palais.

Peu de temps après, les militants de Wakit Tamma ont décidé de se disperser. Après le retrait des militants de Wakit Tamma du palais de justice, le porte-parole de la coordination des actions citoyennes Wakit Tamma Adoum Soumaine a fait un point de presse à la bourse du travail pour informer sur le déroulement du procès de leurs leaders depuis Moussoro. Il qualifie le procès d’un procès à charge donc essentiellement politique et demande au parquet de revoir les choses. Pour lui, il n’accepte pas cette condamnation sans preuve sur les leaders avant de parler des réquisitions du parquet. « Les réquisitions du parquet sont extrêmement sévères. La réquisition dit 2 ans d’emprisonnement ferme, 2 milliards de dommages et intérêts qui doivent être payés solidairement et 100.000F d’amande. Il faut des années de travail pour payer les 2 milliards de dommages avec l’ensemble du salaire des six prévenus. Pour qu’on arrive à un tel réquisitoire, il faut qu’il y ait des preuves sur la table. Le procureur ne dispose d’aucune preuve », explique-t-il. Il ajoute que Wakit Tamma va engager des actions et tient le gouvernement et la France responsables de tout ce qui arrive. Adoum Soumaine précise que c’est un procès de la France contre les leaders et considère les 2 milliards comme étant une rançon à payer à la France parce que Wakit Tamma a toujours réclamé que le gouvernement fasse preuve de compréhension et de solidarité avec la population qui réclame une autre coopération avec la France. « La seule chose que le Conseil Militaire de Transition (CMT) a pu faire c’est arrêter les leaders qui contestent sinon il a échoué dans tous. Dans tous les cas, la France va être contestée que le CMT et son gouvernement soient d’accord ou non, c’est un sujet qui est lancé et qui n’arrêtera pas. Arrêter les leaders de Wakit Tamma n’empêchera pas la population de sortir pour revendiquer le départ de la France de ce pays », a-t-il conclut.

Kouladoum Mireille Modestine

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse