samedi 2 juillet 2022

Arrestation des syndicalistes : l’UST en grève dès ce mercredi

Mai 24, 2022

Les employés affilés à la centrale syndicale, Union des syndicats du Tchad (UST) décident d’entrer en grève illimitée ce mercredi si les autorités ne libèrent pas leurs camarades. Les syndicats exigent la libération sans condition de leurs camarades arrêtés les 16 et 17 mai dernier, après une marche pacifique autorisée. L’UST a au cours d’une Assemblée Générale (AG) tenue ce mardi à la bourse du travail de N’Djamena peaufiné sa stratégie. Reportage 

La centrale syndicale UST décide d’entrer en grève à partir de ce mercredi. Les syndicats affiliés à l’UST, du public et du privé sont priés de s’organiser pour observer la grève. La centrale syndicale avait donné 6 jours au gouvernement pour libérer leurs camarades arrêtés, lors de la marche contre la présence française au Tchad. Le préavis prend fin ce mardi 24 sans la libération de leurs camarades et les syndicats décident d’entrer en grève dès demain mercredi. Conduits à Moussora, dans le Nord du pays, les prévenus observent une grève de fin depuis deux jours.

Pour le président de l’UST Barka Michel, si l’on ne fait de pression et si l’on ne lance pas les actions avec efficacité, le gouvernement va dormir tranquillement. « La grève débute demain. L’également le préavis est terminé est aujourd’hui », annonce le président de l’UST. Barka Michel souligne qu’à chaque fois que l’UST part en grève, il y’a eu de souci dans de services sociaux comme la santé. Là aussi pour être légaliste, la centrale syndicale a décidé qu’il ait un service minimum. Mais ses camarades souhaitent que ce soit un service strictement minimum. Le président Barka ajoute que c’est une étape, mais si on les pousse à une autre étape, ils se réuniront pour décider. Concernant leurs camarades détenus à Moussoro, le président de l’UST affirme que tant qu’ils ne sont pas libérés, la grève va se poursuivre. Il précise que si leurs camarades sont libérés, ils convoqueront une AG pour arrêter la grève. Au sujet de la manifestation prévue pour le 28 mai, il soutient que la centrale syndicale est membre de Wakit Tamma et participera à la marche pacifique.

Abondant dans le même sens, le vice-président Younous Mahadjir, ajoute que la grève est lancée dans tout l’étendue du territoire national. Pour les provinces, M. Mahadjir demande aux syndicats affiliés à l’UST à sensibiliser leur base pour observer la grève. Selon lui, le pouvoir serait en train de manipuler certains membres syndicaux, mais il faut continuer la lutte sans dévier.

Au sujet du service minimum, le secrétaire du syndicat national des travailleurs des affaires sociales et de la santé du Tchad (SYNTASST), Montanan Ndinaromtan, dit que les procédures de la convention internationale sont respectées, surtout quand il est question de la grève. Selon le SG, pour le personnel de la santé, on ne peut pas aller en grève sèche directement sans passer par la grève avec le service minimum. Le personnel du personnel du SYNTASST estime qu’à chaque fois qu’ils entrent en grève avec le service minimum, le gouvernement n’est pas dérangé. Ils proposent que le service minimum soit limité.

Montanan Ndinaromtan précise qu’à partir de demain, le service minimum ne concerne que les hôpitaux de district et de grands hôpitaux. Tous les autres tels que les centres de santé seront fermés. Il ajoute que le personnel qui va assurer le service minimum n’acceptera pas les entrés de nouveaux patients, sauf les pavillons des urgences qui sont concernés.

 Pour le suivi de la grève, chaque syndicat doit s’atteler pour que la grève soit observée dans son secteur.  

Jules Doukoundjé

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse