samedi 2 juillet 2022

La vérité sur le conflit de Danamadji

Mai 23, 2022

Le secrétaire Fédéral d’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme dans le Moyen-Chari (ACTUS-MC) M. Sidothe Beteloum au cours d’un entretien, ce 21 mai 2022, déplore, la manière avec laquelle les internautes ont manipulé l’information sur l’incident qui s’est produit dans la Sous-préfecture de Danamadji dans la province du Moyen-Chari. Selon lui, ce n’est pas un conflit intercommunautaire, ni un conflit agriculteurs-éleveurs. Mais une simple dispute entre deux individus. Le 20 mai, le gouverneur a ordonné qu’on ouvre le marché. Mais il y a encore d’hésitation du côté des commerçants. Reportage.

M. Sidothe Beteloum, Secrétaire fédéral d’ACTUS insiste et précise que c’est une dispute entre deux jeunes Arabes qui a coûté la mort d’un jeune sudiste qui voulait les séparer. A son avis, la mauvaise interprétation est à l’origine du conflit qui a dégénéré. Il indique s’être rendu hier 21 mai sur les lieux. Il a remarqué que la population vaque normalement à ses besoins. Seulement dit-il, les spéculations et les rumeurs ont circulé, mais lorsque le gouverneur est arrivé il a mis les gens en confiance.  Depuis le 1er jour de l’incident, une patrouille mixte des forces de sécurité est active pour rassurer la population, soutient-il. Le président d’ACTUS déplore 9 morts, dont 6 sudistes et 3 arabes. Les blessés sont repartis entre le centre de santé baptiste de Danamadji, district sanitaire et hôpital régional de Sarh. Selon lui, avant-hier, le gouverneur a ordonné qu’on ouvre le marché. Mais la communauté musulmane s’est réunie et a délégué deux personnes vers les autorités. Selon eux, ils ont subi la perte d’une moto brûlée et des boutiques saccagées en plus des innocents morts et le gouvernement ne s’est pas encore prononcé donc ils ne peuvent reprendre le marché. Le SG de la région s’est rendu aujourd’hui à Danamadji pour un état des lieux. Concernant les arrestations, le président d’ACTUS dit avoir échangé avec le Procureur de Sarh, mais il lui a dit que l’affaire est en instruction au parquet.

La Ligue Tchadienne des droits de l’homme (LTDH) dit dans son communiqué de presse du 19 mai 2022 que la tuerie de Danamadji s’ajoute à une série de crimes et de violences répétées et impunies. Pour la LTDH, ce sont les conséquences de la mauvaise gestion des conflits de Sandana. Il exige que les circonstances qui entourent l’évènement de Danamadji soient éclairées et les auteurs arrêtés et jugés. La LTDH encourage les autorités tchadiennes à accroître dans le strict respect de la loi et des droits humains. Elle appelle tous les acteurs de la vie nationale à s’unir pour lutter contre la violence et l’insécurité qui affectent le pays. La LTDH se dit être résolue à soutenir les efforts nationaux pour faire avancer la paix et la stabilité au Tchad.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse