vendredi 1 juillet 2022

Le griotisme comme mode de discours

Written by  Mai 19, 2022

Certains Tchadiens ont fait entrer dans leur mode de discours, l’éloge au président de la République. Depuis le premier président François N’garta Tombalbaye jusqu’à Idriss Deby Itno et le président du Conseil Militaire de Transition (CMT), dans la plupart des discours, les mots qui sortent de la bouche de tous les responsables administratifs et les décrétés lors de discours solennel sont « grâce à la clairvoyance du président X », « par la volonté du chef de l’État », « sous l’impulsion du président », etc. Est-ce une manière de jeter des fleurs au président ou du « griotisme »? Chronique

Du plus petit au plus grand, tout agent de l’État qu’il soit décrété ou pas, s’il tient un discours se jette en louangeant les mérites du président de la République dans tel ou tel aspect de la vie politique tchadienne. Chacun est censé exprimer de vive voix ses talents du griot du chef. Les expressions qui donnent du zèle au président sont prononcées dans les discours de toutes les cérémonies officielles. On peut citer par exemple, « je voudrais exprimer ma gratitude à l’endroit du général Mahamat Idriss Deby Itno, président de la République, chef de l’État ». Ou encore « la question de l’emploi des jeunes est une préoccupation majeure du Général d’armée qui ne ménage aucun effort pour traduire dans les faits cette question qui gangrène notre économie ».

Des propos qui passent à côté des réalités que vivent les Tchadiens. Ceux qui prononcent ces propos savent très bien que c’est totalement faux ce qu’ils disent, mais ils sont tenus de le faire pour plaire au chef sinon leur poste est en jeu. Tenez, lors de la cérémonie de clôture des activités marquant le cinquantenaire de l’université de N’Djamena, les étudiants ont hué le président de l’université Mahamat Saleh Daoussa Haggar qui a fait l’éloge du président du Conseil Militaire de Transition qui n’est concernée ni de près ni de loin par la vie de l’université de N’Djamena même s’il préside la destinée du pays. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, tous ceux qui tiennent ces discours le matin, reviennent le soir pour dénoncer et réclamer à ces autorités qu’ils vantent le mérite, les meilleures conditions de vie et de travail. Ironie du sort.

L’exemple le plus parlant est celui du président du Conseil Militaire de Transition. Il s’est attribué le titre de président de la République, chef de l’État en plus du président du CMT. Ces multitudes de titres donnent du fil à retordre pour ceux qui les prononcent lors des allocutions. Mahamat Idriss Deby passe de président du Conseil Militaire de Transition au président de la République, chef de l’État. Ensuite du général des corps d’armées au général d’armée en recevant une étoile de plus sur les quatre qu’il portait. Pourtant le président du Conseil Militaire de Transition sait que tant qu’on n’a pas été élu au suffrage universel, on ne peut être appelé président de la République.

Kouladoum Mireille Modestine

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse