vendredi 1 juillet 2022

Manifestation contre la France : Totale Tchad ferme ses stations-services

Mai 16, 2022

La marche pacifique organisée par la plateforme des organisations de la société civile Wakit Tama le samedi dernier contre la présence et les intérêts de la France au Tchad a dégénéré. Des manifestants ont vandalisé certaines stations-service du groupe français Totale à N’Djamena, capitale tchadienne. Ces actes de vandalisme ont contraint les responsables de la multinationale à fermer boutique. Une fermeture interprétée de différentes manières. Reportage.

La manifestation contre la présence militaire française et les intérêts français au Tchad le samedi 14 mai dernier a laissé des traces. Plusieurs N’Djamenois étaient sortis massivement dénoncer l’ingérence française dans les affaires tchadiennes et surtout le départ de l’armée française au Tchad. En furie, certains manifestants ont vandalisé certaines stations pompages de la multinationale française Totale de la capitale. Ces actes de vandalisme ont poussé les responsables de Totale Tchad à fermer toutes les stations de la Ville de N’Djamena. Pour protéger ces stations, les autorités ont mobilisé les forces de l’ordre qui ont quadrillé ces stations-service.

Au sujet de la fermeture des stations, beaucoup de Tchadiens n’ont pas les mêmes points de vue.  Les uns encouragent une marche pacifique contre la présence française au Tchad, d’autres, par contre soutiennent certains marcheurs qui ont vandalisé les stations.

Pour Fatimé Nour, étudiante en 3e année à la faculté de science de la santé humaine de N’Djamena, il est normal que les Tchadiens manifestent contre la présence de l’armée française au Tchad. La jeune étudiante soutient qu’il est logique que les gens demandent le départ de l’ancienne puissance colonisatrice, mais vandaliser les intérêts français tels que les casses des stations dans certains quartiers de la capitale est inadmissible. Selon elle, même si Totale appartient à la France, elle est au Tchad et elle sert les Tchadiens. Fatimé Nour ajoute que cette fermeture va certainement causer du chômage de centaines d’employés tchadiens. Abondant dans le même sens Georges Nguéma, informaticien souligne que manifester contre l’ingérence de la France dans les affaires est à soutenir, mais faire de la casse dans les stations est à son avis une déviance qu’il faut condamner. L’informaticien qui a fait une partie de ses études en France dit avoir compris la colère des marcheurs, mais souhaite qu’ils épargnent les intérêts français, car les premiers bénéficiaires sont des Tchadiens.

Même si Totale Tchad emploie de jeunes Tchadiens, elle est avant tout une entreprise française, rétorque Mahamat Ahmat Adoum, un conducteur de moto taxi, appelée communément « clandoman ». Pour ce conducteur de moto taxi, le Tchad n’est pas indépendant et c’est depuis plus de 60 ans que le pays est sous le contrôle français. Il attribue l’échec du système éducatif et sanitaire tchadien à la France, car, dit-il, c’est elle qui soutient depuis des années nos gouvernants qui ne font rien de bon. Dans la même veine Hassana Béchir, chauffeur de taxi exprime son ras-le-bol en disant que le départ de la France au Tchad ne doit pas faire l’objet d’une négociation, ils doivent quitter. Selon lui, il n’y a pas que les stations Totale à N’Djamena. Il y a aussi des hommes d’affaires tchadiens qui ont implanté plusieurs stations-service dans la capitale.

Pour avoir le point de vue sur les raisons de la fermeture des stations Totale, la rédaction ialtchad a contacté ce matin la direction générale de l’entreprise mais l’administration de l’entreprise n’a pas voulu répondre.

Plus tard en soirée, elle a organisé un point de presse pour faire le bilan de saccage et de pillage de 7 stations de services Total. « Les dégâts et le manque à gagner s’élèvent à plusieurs centaines de millions de francs CFA. Nous porterons plainte contre X afin d’identifier les auteurs et les complices de ces actes », a dit Almoktar Allahoury, directeur général de Total Énergies Marketting Tchad.

Il annonce que Total travaille avec les autorités tchadiennes pour rouvrir dès que les conditions sécuritaires seront remplies.

Jules Doukoundjé
Abderamane Moussa Amadaye

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse