samedi 2 juillet 2022

Ati et Oum-Hadjer manifestent contre la présence militaire française

Mai 16, 2022

La manifestation contre l’installation des bases françaises commencée depuis le samedi 14 mai, continue jusqu’à ce jour. Dans les provinces précisément à Oum-Hadjer et Ati, les populations se sont levés pour manifester leur ras-le-bol contre la présence militaire française au Tchad. La manifestation a fini par des arrestations. Reportage.

À Oum-Hadjer chef-lieu du département du Batha-Est, les habitants ont suivi le mot d’ordre de la marche donné par la coalition des actions citoyennes Wakit Tama contre l’installation des bases militaires françaises au Tchad. Selon les organisateurs toutes les couches sociales sont sorties manifester. 9 manifestants ont été arrêtés et gardés au commissariat central d’Oum-Hadjer.

Rama Ibrahim Rama coordonnateur des associations des sociétés civiles du Batha affirme que les démarches sont entreprises auprès des autorités judiciaires pour leur libération. Bien avant cela, une vérification est faite dans les commissariats pour se rassurer de la détention des manifestants, a-t-il souligné.  Rama Ibrahim évoque les raisons qui ont poussé les autorités à arrêter ces manifestants. « Les autorités leur reprochent d’avoir cassé le véhicule de la garde nomade du Tchad et d’avoir manifesté sans demander une autorisation au préalable. Ce sont des citoyens de la localité qui ont manifestés et c’était un désordre total, raison pour laquelle les forces de l’ordre ont ciblé quelques-uns pour les mettre aux arrêts », explique-t-il.

Mêmes scènes de manifestation à Ati, chef-lieu de la province du Batha-Ouest. Ici, les jeunes s’organisent en petit groupe pour faire une manifestation sporadique. Les manifestants auraient pris en otage le commissariat central d’Ati. Quelques blessés sont à signaler du côté des manifestants. Le maire de la ville d’Ati Abdelkerim Abdallah indique que les autorités ont fait appel aux forces de l’ordre constituées de forces mixtes pour maintenir l’ordre dans la ville. Le calme est revenu cet après-midi, mais les manifestants ont promis reprendre avec la manifestation demain 17 mai.

Autre coin du pays, autre crise. À Danamadji dans le département de la grande Sido, province du Moyen-Chari, un conflit intercommunautaire a dégénéré dimanche 15 mai 2022. Selon des sources indépendantes, un commerçant aurait poignardé et tué un jeune homme. Le présumé assassin s’est réfugié à la brigade de Danamadji. Furieux, les parents de la victime se sont rendus à la brigade pour l’extirper de la prison et le tuer. Ne cautionnant pas cet acte, le commissaire à tirer quelques coups de somation avant d’être attaqué et blessé. Les forces de l’ordre ont réagi tuant 8 assaillants. Selon plusieurs sources, on dénombre beaucoup des blessés graves admis à l’hôpital de Sarh. Depuis la semaine passée, le pays vit au rythme des marches, des manifestations et des conflits intercommunautaires.

Kouladoum Mireille Modestine
Ousmane Bello Daoudou  

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse