jeudi 6 octobre 2022

Université de N’Djamena : 50 ans au service de la société tchadienne

Mai 06, 2022

L’université de N’Djamena célèbre depuis 3 jours ses 50 ans au service de la société tchadienne. Pour donner un cachet particulier à cette grande fête, le comité scientifique organise des ateliers scientifiques pour commémorer ce cinquantenaire. La rédaction Ialtchad Presse a échangé avec le président du comité scientifique. Entrevue

L’université du Tchad devenue université de N’Djamena célèbre depuis 3 jours ses 50 ans au service. Pour donner un cachet particulier à ce jubilé, les manifestations culturelles, sportives et surtout scientifiques sont organisées pour commémorer ces 50 ans.

Pour le Pr Mbailao Mbaiguinam, enseignant chercheur à l’université de N’Djamena et président du comité scientifique du cinquantenaire de l’université de N’Djamena, au bout de 50 ans, il fallait montrer ce que l’université est capable de faire, surtout en termes de productions scientifiques. Selon lui, qui dit université, dit non seulement formation, il y a également la recherche scientifique et l’innovation et le service à la société. « De tout cela nous avons envoyé des appels à communication à tous les collègues de l’université de N’Djamena et des autres universités afin de collecter de communication scientifique que nous avons classé en 4 catégories », dit-il. Le Pr souligne que ces communications permettent de montrer au public universitaire, mais aussi en dehors du public universitaire ce que l’université est capable de produire pour aider au développement du pays.

Au sujet du niveau de la recherche scientifique par rapport aux autres universités de la sous-région, le Pr Mbailao Mbaiguinam ajoute que le Tchad a fait quand même un grand bond parce qu’à la création de l’université du Tchad à l’époque, le niveau des enseignants n’était que le niveau de doctorat, mais au fur et à mesure que l’université a grandi et surtout ces 6 dernières années, il y’a eu un grand bond.  L’universitaire affirme que le temple du savoir compte maintenant 12 professeurs titulaires, 54 maîtres de conférences et 200 maîtres assistants. « Les enseignants ont compris, ils se donnent aux activités de la recherche et publient et augmentent en grade. Le président du comité scientifique dit que le pays est encore à la traîne par rapport aux autres pays comme la Côte d’Ivoire et le Sénégal où chaque année, 30 40 professeurs qui sont promus.

Concernant l’insuffisance de la production scientifique, le chercheur est clair, la recherche scientifique a deux aspects. L’aspect recherche et développement et l’aspect purement scientifique qui est publié dans de revues scientifiques dont il faut avoir accès à ces revues pour voir ce que les chercheurs tchadiens produisent. Le Pr estime que la recherche fait son bonhomme de chemin, même s’il y a quelques années, les chercheurs ne sont pas compris, mais de plus en plus les chercheurs s’ouvrent. À propos de classement des universités africaines dont le Tchad ne fait pas partie, il explique que les critères ramènent le pays au bas de l’échelle et ajoute il y’ a encore du chemin à faire pour se retrouver dans ce classement. Pour atteindre le top, l’enseignant-chercheur suggère que les autorités donnent de moyens, il faut recruter suffisamment d’enseignants et équiper les laboratoires, parce que la recherche coûte cher et les chercheurs éprouvent d’énormes difficultés. Le président du comité scientifique soutient que si les autorités veulent le développement du pays, ils doivent investir dans l’éducation et précisément dans les universités et les recherches.

Jules Doukoundjé

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays