dimanche 22 mai 2022

Accès à l’énergie : besoin du concret, pas de paroles

Written by  Mai 05, 2022

La question énergétique a toujours mis les Tchadiens sous tension. Les gouvernants n’ont plus d’arguments pour convaincre les citoyens tchadiens. La Société nationale d’Électricité (SNE) malgré ses 120 kW, n’arrive plus à desservir les ménages. Pas plus tard qu’hier la Banque Mondiale (BM) et le gouvernement tchadien viennent de signer 2 conventions. Il s’agit du Projet d'Accroissement de l'Accès à l'Énergie au Tchad (PAAET) et le Projet d'Amélioration des Résultats d'Apprentissage de l'Éducation de Base (PARAEB). Quelles sont les attentes et les enjeux d’un tel accord ? Décryptage.

Le Projet d'Accroissement de l'Accès à l'Énergie au Tchad (PAAET) et le Projet d'Amélioration des Résultats d'Apprentissage de l'Éducation de Base (PARAEB) sont les enjeux des conventions signées hier entre la Banque Mondiale et le Tchad. La première impression qu’on peut faire du discours du ministre tchadien du plan, M. Mahamat Hamid Koua qui a paraphé ce document est la grosseur de l’enveloppe. Un montant de deux cent douze millions de Droits de Tirage Spéciaux (212.000.000 DTS) équivalent à deux cent quatre-vingt-quinze millions de dollars américains (295.000.000 USD). Impressionnant, mais quand même vrai, depuis 60 ans, le taux d’accès à l’électricité est seulement de 6 %. Il faut attendre 70 ans pour peut-être arriver à 30 %, défi principal de cette signature facilitée par l'Association Internationale de Développement (IDA). Les attentes sont immenses. Sur les 15 millions de Tchadiens, seulement 1 million de ménages seront électrifiés d'ici 2027. Et les 14 millions ?

Autre impression qu’on peut faire du propos du ministre de plan, les résultats préliminaires de l'enquête nationale en cours au Tchad. A son avis, une priorité est donnée aux systèmes électriques par mini-réseaux isolés pour les villes et aux Systèmes solaires pour les zones rurales jusqu'en 2027. Il annonce que, la SNE ne sera pas entièrement chargée que l'extension de l'accès à N'Djamena. Concernant l'extension, l'exploitation et la maintenance des systèmes électriques des 12 villes secondaires, le ministre précise qu’elle sera déléguée au secteur privé. Il évoque quelques retombées humaines. Il s’agit de l’amélioration de la qualité de vie des Tchadiens par le développement du capital humain et social, la protection sociale et l'autonomisation économique.

Autre enveloppe, c’est celui destiné l’Éducation nationale. Elle est d’une valeur de cent sept millions six cents milles, de Droits de Tirage Spéciaux (107.600.000 DTS) équivalent à cent cinquante millions de dollars américains (150.000.000 USD). Son enjeu c’est l’amélioration des Résultats d'Apprentissage de l'Éducation de Base (PARAEB). Le résultat attendu c’est un système éducatif de qualité, plus dynamique qui redonne à l’école tchadienne sa lettre de noblesse. Il faut souligner qu’actuellement, l’école tchadienne fait face à nombreux défis de baisse de niveau, d’infrastructure et de manque de matériels didactiques et pédagogiques.

Impressionnante intervention du représentant résident de la Banque Mondiale (BM) au Tchad, Rasit Pertev. Selon lui il va mobiliser les équipes techniques de la Banque mondiale pour la réalisation de ces projets. « En réussissant à mobiliser en un mois quelques 700 millions de dollars pour financer ces projets, le Conseil d'Administration a signifié par-là que l'appui de la Banque mondiale est total pour permettre au Tchad de sortir du piège de manque d'énergie et d'infrastructures routières et d'un système éducatif en difficulté », a-t-il signifié.

Autrement dit, le Tchad dispose le strict minimum pour sortir de la crise énergétique si on fait usage de cet appui. M. Pertev soutient que ces projets structurants vont changer positivement le visage du Tchad en termes d'opportunité d'emplois, d'éducation, de business et de développement en général. Ça, c’est dans le discours. Il faudra attendre de voir ces paroles se matérialiser avant de commencer à croire. Le problème de manque d’énergie et les milliers de promesses de solution ont fait des Tchadiens des St-Thomas. Ils veulent voir avant de croire.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse