dimanche 22 mai 2022

Report du dialogue, des Tchadiens donnent leurs avis

Mai 04, 2022

Prévu pour le 10 mai 2022, le Dialogue National Inclusif (DNI) est reporté à une date ultérieure à la demande du Qatar.  Itchad Presse a baladé son micro en ville. Quelques citoyens ont réagi à la question : que pensez-vous du report du DNI ?

Nailogar Djakasmobei  est un retraité affirme, « le dialogue  National Inclusif est hypothétique franchement on comptait sur la date fixée  du 10 mai or, ils ont reporté sans donner  une autre date. C’est décourageant. Cela ne peut pas continuer ainsi. Nous sommes fatigués, ce n’est pas normal ».

Eloi un enseignant dit,  « le report était prévisible. Nous de la Société Civile, nous avons dit il faut revoir la charte qu’ils ont en main, mais comme ils ont un agenda caché, en plus les politico-militaires ne sont pas d’accord sur ce qu’ils sont en train de discuter à Doha (Qatar). Ils savent que ce sont les gens qui peuvent soulever les poussières comme ils ont l’habitude de les dire. C’est pour cela ils ont reporté ce Dialogue. Oui le Dialogue est reporté, mais nous ne serons pas d’accord pour reconduire la transition. On souffre trop, il faut que ces choses cessent afin qu’on puisse rebâtir ce pays. Il faut qu’ils s’arrêtent à ce niveau et c’est la dernière chance pour qu’on revoie ensemble comment rebâtir ce pays  que nos aïeux nous ont légué. Les 16 millions de Tchadiens doivent réfléchir et trouver une solution à ce problème. Est-ce que nous sommes prêts à rebâtir  ce pays? Ou bien le détruire ? Chacun réfléchit en lui-même pour trouver une réponse. Nous interpellons la Transition surtout le PCMT de prendre un temps et réfléchir tout seul sans ses conseillers. Nous sommes des conseillers à distance, c’est un conseil que nous lui donnons pour trouver une solution pour le Tchad  ».

Abdramane Ismaël un autre retraité dit « si le report va nous permettre de régler nos problèmes c’est bon, je ne vois pas le problème. Les Tchadiens ont beaucoup souffert, ils veulent la paix, sans la paix il n’y aura pas de développement. Il faut que les acteurs se comprennent : les politico-militaires, la Société Civile, la Transition, l’opposition pour bâtir un Tchad fort et prospère. C’est ce que nous attendons d’eux ».

Jules Masdégar soutient que « Le président de la transition a les mains liées. Présentement je vous dis c’est l’ambassadeur de la France qui est en train de diriger le pays. Donc, ne parlons pas de Dialogue. Ce n’est pas la peine de parler du Dialogue, la France ne veut pas de nous. La France ne veut pas du Tchad. Si vous parlez de Dialogue, ce n’est pas la peine. Dialogue ou pas, nous continuons  à souffrir ».

 Propos recueilli par Ousmane Bello Daodou

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse