dimanche 22 mai 2022

Droits de l’homme : Des avancées notoires selon le ministre Alhabo

Avr 28, 2022

Le ministère de la Justice, garde des Sceaux, chargé des droits humains organise du 27 au 29 avril un forum national des droits de l’homme sous le thème « intégrer la dimension, droit de l’homme dans le processus de transition ». L’objectif de ce forum est de faire le point de la situation sur les violations des libertés fondamentales dans le contexte de transition et de faire de suggestions qui feront l’objet d’un débat national au dialogue prochain. Reportage

La situation délétère et surtout les violations des droits de l’homme ce dernier temps inquiètent. Le ministère de la Justice, Garde des Sceaux et chargé des Droits humains, a décidé d’organiser un forum national de 3 jours sous le thème « intégrer la dimension, droit de l’homme dans le processus de transition ». Des experts juristes, des leaders des organisations de la défense des droits humains et des responsables de la société civile vont passer au peigne feint la situation des droits de l’Homme au Tchad ces dernières années et vont faire de propositions en vue de l’intégrer dans le débat du DNI.

Pour le représentant de la haut-commissaire des Nations Unies (UN) au droit de l’homme au Tchad, Ahouansou Félix, l’initiative d’organiser un forum national de droit de l’homme est une preuve d’ouverture du gouvernement de transition et un engagement à garantir les espaces civiques libres, mais aussi le témoignage de la volonté de travailler avec les différentes parties prenantes pour relever le défi des droits de l’homme au Tchad. Il souligne que les questions de droits de l’homme sont restées au cœur de l’action gouvernementale. Selon lui, malgré ces avancées, le pays a besoin de poursuivre sa marche vers la jouissance effective des droits civiques, culturels, économiques, politiques et sociaux de tous, sans discrimination.

Pendant 3 jours, le forum va aborder les thématiques dictées les défis majeurs auxquels fait face le Tchad actuel. Il s’agit des thématiques telles que l’administration de la justice et le droit à un procès équitable, les conflits entre agriculteurs et éleveurs et leur impact sur le droit à l’alimentation, les droits de l’homme et les industries extractives, les droits de l’homme et les élections, la protection des défenseurs des droits de l’homme, la cohésion sociale et la réconciliation nationale, etc.

La coordinatrice résidente du système des Nations unies au Tchad, Mme Violette Kakyomya, précise que le droit en matière de participation aux affaires politiques et publiques joue un rôle primordial dans les renforcements de la gouvernance démocratique de l’État de droit, de l’intégration sociale et au développement économique et dans la promotion des droits de l’homme. Selon elle, le droit de participer à la vie politique est important pour l’autonomisation des individus et des groupes et est essentiel pour supprimer la marginalisation et la discrimination. Pour la représente du système des Nations Unies au Tchad, les droits de participation sont indissociablement liés aux autres droits de l’homme. Elle propose que les droits de l’homme doivent être un sujet central dans tout processus politique pour garantir leur réussite.

Pour le ministre de la Justice, garde de sceaux et chargé des droits humains, M. Mahamat Ahmat Alhabo, le président du conseil militaire de transition (PCMT) fait de la question des droits de l’homme et de réconciliation nationale son crédo en vue de rebâtir un Tchad nouveau. Selon lui, ce forum se tient à quelques jours du dialogue national inclusif dont l’objectif principal est de rassembler tous les Tchadiens en vue de se réconcilier, faire la paix et se consacrer au développement de notre pays. M. Alhabo précise que les recommandations qui sortiront de ce forum seront transmises au gouvernement et à la commission d’organisation du dialogue. Le ministre de la Justice, garde des Sceaux souligne que la question des droits de l’homme est une question fondamentale qui touche tous les citoyens sans exclusion. Il ajoute que le gouvernement de transition a élaboré une feuille de route de la transition qui devrait s’achever par la mise en place des institutions démocratiques élues. Pour le ministre, ces dernières années, il y’a eu des avancées notoires en matière des droits de l’homme au Tchad.

Dans le même chapitre des droits de l’homme l’élection du secrétaire général de la convention nationale tchadienne de défense des droits de l’homme (CNTDH), Mahamat Nour Ibedou est contestée par plusieurs organisations de défense des droits de l’homme. Il est reproché à cet ancien activiste et militant virulent des droits de l’homme d’être proche du gouvernement de la transition et que son élection biaiserait l’institution publique en matière de droit de l’homme.

Jules Doukoundjé

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse