dimanche 26 septembre 2021

Entrevue avec NGARO Ahidjo Ahmadou

Oct 12, 2003

Le Secrétaire aux Affaires Étrangères Adjoint, Chargé de l’Afrique Rapporteur Général de la Commission de Réconciliation Nationale du MDJT Mr NGARO Ahidjo Ahmadou après avoir nous parler de son mouvement, s'est montré optimiste en la réalisation de l'Accord du 07 Janvier 2002 lors d’une interview accordée à Ialtchad Presse.  Par ailleurs il a souligné la nécessité pour les Ialtchad d'assumer désormais leur avenir et demande à ces derniers de se souder les coudes sans considération de confession, ethnie, région, tribu ou coterie donnée...

Ialtchad Presse : - Vous êtes Secrétaire aux Affaires Extérieures Adjoint, Chargé de l’Afrique, Rapporteur Général du MDJT, principale rébellion tchadienne, parlez- nous brièvement de ce Mouvement et de ses projet de société et programme.
NGARO Ahidjo Ahmadou : Il n’y a pas longtemps encore, le langage des armes passait pour être la panacée à nos incuries. N’ayant pas d’autres voies de recours, une infime poignée de patriotes s’inscrira dans la même logique pour combattre la misère, la pauvreté, l’injustice, l’insécurité et l’asservissement qui sont le lot quotidien du peuple tchadien… La légitimité de ces revendications finira par faire des émules dans toutes les couches sociales du pays. Ainsi sera né le MDJT sur les traces Tibestiennes des premières rébellions que le Tchad a connues…  

Le nombre infime des combattants et la précarité des moyens disponibles en ce moment- là donnèrent à plus d’un, l’impression d’une aventure de très courte durée. Mais, hélas ! Puisqu’on n’en tînt pas compte, la triste saga des chaînes montagneuses du Tibesti se répéta : En effet, ce relief accidenté a toujours offert une couverture militaire de choix au premier combattant qui y prend appui. Depuis les années 60, cette logique a prévalu : Des groupuscules de rebelles dépourvus de tout ont ainsi pu venir à bout des Armées les mieux équipées…

Comme il est d’usage au Tchad, la sagesse ne surviendra malheureusement qu’après accumulations de pertes variées... Le statu quo enregistré de part et d’autre, le contexte international défavorable à l’acquisition du pouvoir d’Etat par la force et l’appel des Chefs d’Etat des pays membres de la CEN-SAD aidant, des pourparlers furent amorcées en Décembre 2001 entre les belligérants... Un Accord de Paix verra jour le 07 Janvier 2002, sous la Médiation Libyenne et grâce aux efforts personnels du Colonel KADHAFI, Guide de la Révolution d’Al- Fatah. Du coup, le MDJT, jadis Mouvement armé en lutte, opéra une pleine métamorphose politique.

Le Congrès qui s’est tenu du 11 au 20 Décembre 2001 à Sebha (Libye), a doté le MDJT des Statuts, Règlement Intérieur et Programme Politique ; des structures crédibles en sortiront et des cadres nommés à divers postes de responsabilité… Ces Textes de Base sont, quant à eux, fondés sur des convictions profondes dont la première source part du constat ci- après : Le Tchad est devenu un vaste cimetière tant pour enterrer ses milliers de martyrs que pour ensevelir des projets de société les plus affinés, étouffés prématurément dans l’œuf parfois du fait de leur aspect un peu trop vague et sans commune mesure avec la réalité de tous les jours…

Partant, le MDJT met en avant-garde son sigle pour élaborer le projet de société qu’il se propose de gérer en partenariat étroit avec le peuple : Démocratie et Justice qui en sont les points cardinaux suffisent à traduire les vœux chers de tous les Tchadiens...

Hormis les fonctions régaliennes classiques de l’Etat sur lesquelles repose ce projet de société, je m’en vais de manière ramassée vous en donner quelques grandes lignes. Il est axé principalement sur l’Unité Nationale : Le Tchad est UN et Indivisible ne doit plus être une simple rengaine… Ce slogan doit se traduire par des mesures sociales pratiques et courageuses telles que : L’incitation aux mariages mixtes, les brassages des populations, la cohabitation saine entre éleveurs et agriculteurs, la recomposition pluriethniques et multiconfessionnelles des quartiers urbains…

Le 2ème credo de ce projet de société est l’application au Tchad du principe de l’homme qu’il faut à la place qu’il faut : Que le rabotage de bois revienne au menuisier, la réparation de véhicule au mécanicien… Que le médecin ne soit plus détourné de son bistouri pour se voir confier la tâche d’entretenir les installations électriques...  

Cela dit, le MDJT est d’obédience Sociale- Démocratique, Libérale et Individuelle. Il met un point d’honneur sur l’épanouissement de l’individu qui est gage de l’épanouissement de la Nation toute  entière…

Par ailleurs, la politique qui est une remise en cause permanente de soi, exige des stratégies qui s’adaptent aux sociétés humaines, que l’on sait, sans cesse changeantes … Étant entendu que l’ère des dogmes et des doctrines figées est à jamais révolue, on ne peut classer le MDJT ni dans une Gauche Statique, ni moins encore dans une Droite Classique… Les idéologues et autres penseurs du Mouvement ont, dès à présent, le devoir de définir une voie assez originale qui pourrait, pourquoi pas, prendre la forme d’un Centre Gauche/Droite. Cette synergie aura la particularité de puiser aux différentes idéologies tout ce qu’elles ont de positif…  

Très sommairement, voilà ce qu’on peut déjà retenir du MDJT. Toutefois, il suffit de se rapprocher des services compétents du Mouvement pour de plus amples informations. Dans le même ordre d’idées, un Site Internet spécial sera prochainement consacré à la question...

Ialtchad Presse : - On peut constater des divisions au sein du MDJT à travers les différents Communiqués émis. En tant que Secrétaire aux Affaires Extérieures Adjoint, Chargé de l’Afrique, comment percevez-vous ces querelles intestines qui semblent aujourd’hui secouer le MDJT ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Tant que les Textes de base et les Organes statutaires du Mouvement restent en vigueur, le MDJT vit ! Il n’y a donc pas lieu de paniquer parce que des râles sont notables par-ci, par-là pour annoncer la fin prochaine d’une certaine politique- prestidigitation.

Néanmoins, si dans un Mouvement de lutte ou dans toute autre Organisation humaine apparaissent des divisions ou des confusions, la sagesse recommande de rester souder aux normes régissant son milieu d’attache : De ce fait, les croyants iront automatiquement vers leurs Livres Saints ; les Militants modèles se dirigeront tout naturellement vers les Textes de Base qu’ils ont approuvés par applaudissements nourris. Quelques soient les Communiqués, leur sérieux ne peut s’apprécier que par rapport à l’identité de leurs auteurs. Pour le reste, les Textes de Base du Mouvement sont là pour faire la part des choses...

En effet, le MDJT est loin d’être une Organisation Monarchique où des postes s’héritent par affinités ethniques, claniques, confessionnelles ou régionales… Fort heureusement, la dernière lettre du sigle ‘’M.D.J.T’’ conforte plus d’un patriote convaincu dans la mesure où elle s’adresse bel et bien au Tchad dans sa dimension la plus nationale et non à une coterie donnée.

Pour ainsi dire, en l’absence du Président, l’Article 5, Alinéa 5 B du Règlement Intérieur du MDJT dispose : «Ils (mis pour les deux Vices Présidents) sont élus par le Congrès, en même temps que le Président pour une durée de trois (03) ans… Ils assistent celui- ci et le remplacent en cas d’empêchement, dans toutes ses attributions, selon leur ordre protocolaire… ».

Sur la même lancée, des Porte- Paroles sont chargés des relations publiques au sein du Mouvement et un Rapporteur Général pour assurer le relais au niveau de la Commission de Réconciliation Nationale : En quoi est- ce que ces attributions statutaires incomberaient- elles à d’autres individus, si ce n’est que pure diversion ?

Nous autres n’avons foi qu’aux dispositions des Statuts et Règlement Intérieur du Mouvement qui prévoient la tenue d’un Congrès Extraordinaire pour pourvoir aux postes vacants et amender, au besoin, les Textes de Base.

Les Communiqués abracadabrantesques distillés ces derniers temps sont caractéristiques de ce qu’on qualifierait d’esprit- Petit- Combattant- Tchadien.  Nous espérons tous que le Congrès en vue donnera bien lieu à une lutte active contre ce phénomène dont la survivance serait, à terme, préjudiciable tant à la cohésion interne du Mouvement qu’à l’ardeur de ses nombreux partisans. Prétendre défendre les idéaux du MDJT suppose se conformer à l’esprit et à la lettre et non instrumentaliser ses textes !

Ialtchad Presse : - La perspective de la tenue du dialogue entre le MDJT et N’Djamena, notamment l’Accord du 07 Janvier 2002 de Tripoli, a semblé porter beaucoup d’espoirs… Près de un an plus tard, où en est- on ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Un processus de négociation est comparable à un verger qui ne se récolte qu’avec le temps, c’est -à- dire une fois les fruits arrivés à maturité… En bons jardiniers de la paix, les trois parties impliquées dans ce processus de négociation (Gouvernement du Tchad, Libye et MDJT) ont mis le temps qu’il fallait pour pouvoir, enfin, parvenir à un exemple de réconciliation réussie… Les précipitations et autres arrangements de façade ne donnent que fruits verts ou Accords sans lendemains… Alors, la colique ou les gueules- de- bois sont légion.

De notre part, personne n’a jusque- là failli dans la mesure où la phase capitale du processus a été franchie il y a 12 mois environ. L’Accord  du 07 Janvier 2002 qui en est une bienheureuse consécration, dispose en son  Article 8, je cite : «La formation de trois Sous- Commissions Techniques (Politique et Juridique, Militaire et de Sécurité, et Socio-économique) chargées de rédiger les détails du présent Accord dans un délai n’excédant pas deux mois à partir de la date de sa signature… ».

Ce qui a été fait dans les limites du temps imparti. Cette reprise a donc permis d’aborder les modalités pratiques dudit Accord. Ainsi donc, sur les 10 points que le MDJT a eu le mérite de faire adopter, un seul a fait l’objet de blocage… Mais en dépit de ce parcours sans faute, des avis tatillons se sont manifestés dans nos rangs. Il fallait donc recourir au vote pour trancher. Le Procès- Verbal N°001 du 24 Avril 2002 est éloquent à ce propos : 90% des voix exprimées font abstraction du Poste de Premier Ministre exigé par certains des nôtres…

Mais, comme il s’agit de poser des actes de portée historique auxquels le Peuple tchadien fonde tout son espoir, le MDJT était tenu d’en informer d’abord sa base… Le Communiqué Conjoint du 04 Mai 2002 signé par la Partie Gouvernementale et le MDJT convient de cette nécessité impérieuse ; interaction qui a, d’ailleurs, été saluée par la Libye, Partie Médiatrice.

Entre temps, beaucoup d’eau a coulé sous le pont, vous me direz non sans raison : Citons la mort de Youssouf Togoïmi et les accrochages de Faya, Fada… Mais, il n’en demeure pas moins aujourd’hui que les conditions aussi bien objectives que subjectives de faire une paix juste et durable sont plus que jamais réunies…

La reprise des négociations ne visera plus qu’à faire la volonté de la majorité ci- dessus exprimée, c’est- à- dire céder sur le dernier point qui fait obstacle ; ensuite, passer à la finalisation de l’Accord du 07 Janvier 2002. Cette phase d’application aurait mérité qu’on s’y attarde beaucoup plus que tout autre chose : Car négocier, c’est aussi savoir lâcher du lest lorsque votre vis- à- vis a tout concédé ! Autrement dit, on court le risque de verser dans l’irrationnel destructeur… Ce qui n’est de l’intérêt de personne, ni moins encore de celui du peuple qui en a marre des tergiversations politiciennes !

Ialtchad Presse : - Selon vous, qu’est- ce qui peut motiver le MDJT à signer l’Accord du 07 Janvier après 4 années de lutte armée ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Les appels concomitants de paix lancés par le Président Tchadien, le Guide Libyen et les Chefs d’Etat membres du Conseil Présidentiel de la CEN- SAD semblaient si sincères que nul n’avait plus de raison de rester indifférent...

En acceptant cette offre de dialogue et de paix, le MDJT a prouvé combien sa lutte ne vise autre objectif que l’intérêt supérieur de la Nation : L’instauration au Tchad de la Justice qui est l’égalité de tous devant la Loi, la Démocratie qui est le pouvoir du peuple pour le peuple et par le peuple, est le but de notre lutte. Par conséquent, le MDJT est prêt à toute option pouvant éviter le drame à notre peuple qui nous est si cher.

Ceci étant, après le temps de guerre qui lui a permis de revendiquer des droits légitimes, le MDJT s’inscrit dans une logique de paix maintenant que ses idéaux, c’est- à- dire celui du Peuple, peuvent être défendus autrement...

Ialtchad Presse : - Et si le dialogue avec N’Djamena échoue, quelle serait votre dernière option ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : À mon avis, le dialogue est l’art de la patience et de la mesure ; c’est aussi la valse des propositions et contre-propositions… Lorsqu’un blocage survient, ce qui est courant, il suffit de convenir d’une suspension opportune afin que chaque partie fourbisse ses arguments, voire calmer ses nerfs… Davantage de dialogue est la solution miracle quand on reprend des négociations qu’on croyait perdues d’avance !

Cette sagesse a prévalu lorsque, pour une question de poste de Premier Ministre difficilement accessible, les parties en présence ont ajourné les travaux en Sous- Commissions pour permettre que des consultations aient lieu au niveau des bases respectives… En d’autres termes, nous sommes encore loin de la probabilité d’échec.

Ialtchad Presse : - Imaginez un scénario conduisant votre Mouvement au pouvoir, quelles seraient vos priorités au plan de la reconstruction socio-économique du pays ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Le MDJT au pouvoir, c’est la victoire du peuple parce que c’est lui qui, bravant les dangers les mains nues, a pris la déterminante décision de s’ériger contre des pratiques de gouvernement datant, pour la plupart, des heures ténébreuses de l’indépendance…

Pour ce qui est du modèle de notre régime, nous partons de ce postulat : Aussi vertueux que soient les concepts comme Démocratie, Économie, Capitalisme ou, que sais- je encore…, que représentent- ils concrètement dans le vécu quotidien du Tchadien moyen… ? Un pays sortant de loin comme le nôtre a davantage besoin de projets détaillés, programmés, chiffrés et réalistes… Il n’a que faire de ces agencements de textes prêt-à-porter d’importation dont a coutume de gaver le bas-peuple…

En tant qu’émanation de la Base, le MDJT marque la différence en proposant à son mandataire, c’est- à- dire le peuple, un programme et un projet de société qui l’aideront à s’assumer en toute souveraineté afin de mieux répondre aux exigences de la globalisation et de la mondialisation où la bataille des compétences est reine…

Moins lettré et ayant sûrement mieux à faire ailleurs, le bas- peuple a besoin de comprendre, par exemple, les indices sur lesquels d’aucuns se fondent pour calculer son SMIG, fixer les prix, voire répartir les revenus de l’Etat ; son pouvoir d’achat devant s’apprécier au panier de la ménagère, la Sécurité se jaugeant à partir des cohabitations harmonieuses dans nos villes et campagnes… Par voie de conséquence, on doit cesser d’assimiler le peuple à cette notion vague et abstraite qu’on applique généralement aux foules d’indigents qu’on mobilise de manière circonstancielle pour applaudir n’importe quoi ou voter n’importe qui…!

En faisant de la restauration de l’autorité de l’Etat, la défense des Droits de l’Homme, le rétablissement de la Justice Sociale et la Sécurité son cheval de bataille, le MDJT touche du doigt les fondements mêmes d’un Etat de Droit qui prend sous d’autres cieux l’appellation de communisme, Socialisme ou libéralisme… Mais au Tchad, particulièrement, il s’agit d’exister tout d’abord comme un Etat moderne dans le concert des Nations civilisées…

Réussir ce pari, c’est offrir un terrain fertile à l’éclosion socio-économique nationale. Mais pour l’heure, combattre l’esprit- petit- combattant- tchadien qui empoisonne les rapports humains, crée la méfiance entre les composantes sociologiques nationales, bloque la croissance et retarde le développement est la première des priorités. C’est ce à quoi le MDJT entend s’attaquer inlassablement s’il accède au pouvoir !

Ialtchad Presse : - La classe politique tchadienne, l’opposition en particulier, piétine toujours lorsqu’il y a lieu de négocier avec le Gouvernement en place : Hier, c’était l’effritement de la CMAPP ; aujourd’hui, tout laisse croire qu’il y a division au sein du MDJT… Quelle est votre analyse sur ce problème ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Il y a toujours eu des nombreux non- dit en ce qui concerne les piétinements notables dans les négociations entre le Gouvernement et l’opposition tchadienne… Qu’est- ce qui a bien pu être dit, quels engagements ont été encore pris sur le dos du Peuple…? Et ces pactes secrets…?

A ces multiples interrogations, le peuple a besoin que les signataires des différents Accords, aujourd’hui désuets, puissent répondre un jour. Alors, jaillira la vérité pour établir les responsabilités exactes des échecs successifs… Mais avant que chaque partie ne se prononce clairement, je me refuse à des jugements hâtifs par respect pour la Démocratie et la Justice telles que prônées par notre Mouvement !

En revanche, j’ai été de ceux- là qui ont enfanté la CMAP; mais je fus un faux père puisqu’on m’a seulement annoncé la naissance de l’enfant sans qu’une fois je n’aie rencontré sa mère… Je suis sûr que beaucoup de fondateurs présumés se reconnaîtront à travers cette métaphore ! C’est dire que la barque a pris de l’eau au départ : Il va sans dire qu’on ne peut que tourner en rond en dépit des efforts louables consentis par une nouvelle classe de dirigeants du Mouvement…

Les organisations de l’opposition comme ceux du pouvoir, sont des entités publiques qui exigent transparence, probité et loyalisme dans leur conduite. Toute gestion opaque et partisane ne génère que dissonance de cloches, voire dispersion dans les rangs…

Jusqu’à preuve du contraire, le MDJT n’a pas encore atteint ce seuil. Le phénomène des alliances, mésalliances, trahisons et autres attaques personnelles est, à mon sens, lié à un état d’esprit propre à une catégorie de spécialistes de la géométrie variable. En dépit de la disparition de son Président et des sautes émotionnelles notables ici et là,  le MDJT fait, quant à lui, son petit bonhomme de chemin.

Ialtchad Presse : - Quelles Observations faîtes-vous de l’opposition tchadienne en général, armée et politique en place ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Parler d’opposition politique ou armée, m’amène à poser un regard critique sur l’arène politique nationale dans son ensemble : En effet, le commun de nos concitoyens en sont encore à se demander qui s’oppose et qui dirige réellement au Tchad ; sachant qu’on est plus opposant dès lors qu’on défend un programme politique et un projet de société qui sont la goutte jumelle de celles appliquées par le régime au pouvoir ; de même qu’on l’est moins lorsque le soir, on arpente les couloirs du pouvoir pour percevoir salaires de ses collaborations occultes… De l’autre côté, un régime issu des consultations démocratiques rentre en opposition contre lui- même dès lors qu’il viole le programme et le projet sur la base desquels il a été élu…

Que dire de ces caciques qui s’opposent aujourd’hui pour la simple raison qu’ils sont tombés en disgrâce… ? Et, ces aigris- là qui contestent pour un oui ou un nom sans jamais rien proposer de concret… ? Et, ces Souverains qui répriment la Vérité et la Raison par pure envie de nuire… ?

C’est la confusion au niveau de la classe politique nationale qui se trouve être constituée par deux extrêmes alors qu’aucune conviction nationale ni différence doctrinale de fond ne l’explique : Combien sommes-nous, de ces Organisations politiques à nous réclamer de la Sociale- Démocratie, du Socialisme ou du Communisme…? Combien sommes-nous réellement à agir en vrais démocrates dans nos vécus quotidiens, pratiques professionnelles ou militantes… ?

A force de créer des contradictions là où il y en a le moins, l’intolérance, la suspicion maladive, la violence aveugle nous détournent des lucides analyses des données dont a besoin tout homme politique… Ainsi, la politique qui est l’art de joindre les impondérables devient au Tchad, l’art de multiplier les inconséquences et les intrigues, de marquer les divisions et les délations…

L’absence de dialogue rassurant, l’incapacité pour chacun d’amorcer le premier pas salutaire et sincère vers l’autre, traduit la morosité de la scène politique actuelle : Tout y est désuet, sans aucun attrait pour l’électorat parce que tant la majorité que l’opposition sont en panne de stratégies crédibles de sortie de crise…

Faute de faire dignement face à cette triste réalité, l’opposition s’enlise chaque jour un peu plus, présentant, à de rares exceptions près, des colorations variées : Opposition de façade ou de mode ; de plaisance ou de saloon ; de jour ou de nuit ; sous-marine, spatiale ou souterraine ; opposition du ventre ou du bas- ventre ; rampante, couchée, assise, debout ou jouissive, tout court…

En tout état de cause, qu’elle soit velléitaire ou active, l’idée de s’opposer est en soi noble ; mais à la condition qu’elle soit constructive. À ce chapitre, il n’est pas déraisonnable d’avouer qu’une opposition radicale n’a jamais servie une alternance démocratique responsable au pouvoir !

En résumé, le plus grand ennemi de l’opposition, il faudrait se résoudre à le retrouver dans ses propres rangs ! Par contre, une majorité habile a toujours su en faire un bon rempart… !

Ialtchad Presse : - Dans votre dernière mise au point, vous parlez d’une mission du 2ème Vice-Président ADOUM  TOGOÏ  ABBO, au lieu d’une arrestation… Si c’est le cas, quel était le but de sa mission et dans quelles conditions s’est- elle déroulée ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Tout est parti de la reprise des négociations : Comme je l’ai dit plus haut, les travaux en Sous- Commissions consistaient à rédiger les modalités pratiques de l’application de l’Accord du 07 Janvier 2002… Vous convenez que cette phase n’est pas sans drainer des passions…

Butés sur le 10ème point relatif au poste de Premier Ministre, il a été convenu, après vote, de s’en remettre à la base militaire pour trancher. L’expression démocratique qui s’en est suivie a démontré que les décisions du Congrès primaient sur des consultations de routine… Cette lecture pourtant sensée a fait l’objet de toutes les extrapolations…

De réunions élargies en concertations restreintes, l’idée d’informer au lieu de consulter la base fut admise. Une Délégation de la Commission de Réconciliation Nationale conduite par son Président, le Général ADOUM TOGOÏ ABBO, en était chargée à travers les différentes positions du MDJT.

A la surprise générale, celui- ci et le défunt Président étaient plutôt attendu pour d’autres choses : Le premier devait répondre des chefs d’accusation qui pesaient sur lui…Alors que le second avait à justifier cette accusation… En effet, chacun des deux Présidents présentaient l’Accord du 07 Janvier 2002 sous l’angle qui convenait le mieux à ses aspirations… Confondue, la base voulait savoir si le processus de paix était un ralliement en pure forme tel que soutenu…

Après du temps et des séances d’explications soutenues, la Zone Militaire N°2 ne pouvait que succomber au charme dudit Accord-cadre : Par leur Motion N°002/MDJT/BP/HCM/Z2/02 du 19 Novembre 2002, le Commandement Militaire N°2 manifesta sa totale adhésion à la mission et exhorta la Délégation de la Commission de Réconciliation Nationale à redoubler d’efforts dans ce sens… De l’autre côté, des sanctions exemplaires furent prises à l’encontre des principaux responsables de cette menée subversive…

Ialtchad Presse : - Brièvement, quel message voulez- vous qu’on retienne de votre dernier mise au point par rapport à l’article faisant de « ADOUM  TOGOÏ  ABBO libéré pour raison de santé ? ».
NGARO Ahidjo Ahmadou : Je voudrais tout d’abord relever que je ne suis pas l’auteur de la dernière mise au point à laquelle vous faîtes allusion. Du moins, elle émane des Organes compétents du Mouvement. J’ai reçu mandat de signer cet acte à caractère impersonnel en ma qualité de Rapporteur Général de la Commission de Réconciliation Nationale : C’est dire que nous ne sommes pas des usurpateurs au MDJT ; heureusement d’ailleurs !

Cette mise au point lève le voile sur le flou entretenu à propos de la position du 2ème Vice-Président. Elle exhorte les Patriotes à faire fi de la profusion de contrevérités dont on tente de les gaver : Dieu merci, beaucoup ont aussitôt compris que ADOUM TOGOÏ ABBO n’est pas arrêté mais plutôt détenu ; il ne peut être libéré puisqu’il rentre délibérément d’une longue mission... Et sa santé est des plus excellentes…

Ialtchad Presse : - A l’issue de cet entretien pour les Ialtchad qui vont vous lire ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Comme je le disais plus haut, la scène politique nationale est en vacances de longue durée faute de stratégies viables de rentrée…  Pour lui redonner de la couleur, du tonus et de la nouveauté, et rajouter ne serait-ce qu’une plus-value intellectuelle à son développement, la régénération de nos forces d’action à travers une classe d’acteurs politiques plus jeunes, plus cultivés, plus probes et plus patriotes s’impose…

Ailleurs, les anciens y veillent spécialement pour combler au fur et à mesure les tares liées à leurs âges avancés ainsi qu’à leur éternité au poste qui finissent par devenir un handicap… Ce serait un crime de lèse- succession que de compter sur les Grand-Frères du Tchad qui ne songent qu’à se river aux diverses fonctions…

Les Ialtchad doivent donc assumer désormais leur avenir en s’imposant de plus en plus dans la lutte politique et associative. Autrement dit, ils risquent de subir le destin désastreux de ces aînés dont l’égocentrisme n’a nulle part d’égal : À leur temps, ces derniers avaient bénéficié de tous les égards de la République ; rendre la pareille à la postérité ne leur vient point à l’esprit…  Pire, pour mieux confondre la jeunesse, ils les engagent sur leurs pas alors que celle-ci à des défis plus importants à relever en cette heure d’informatique, d’Internet et de voyages spatiaux… À parler franchement, les Ialtchad n’ont plus une seule seconde à perdre sur ces querelles anachroniques qui constituent, depuis l’Indépendance, le fonds de commerce par excellence de leurs aînés …

Je demande donc à tous les Ialtchad de se souder les coudes sans considération de confession, ethnie, région, tribu ou coterie donnée… À cause de l’intolérance des aînés, plusieurs Ialtchad ont dû s’expatrier ; nés à l’extérieur, d’autres sont loin de connaître ce Tchad qui engloutit ses propres enfants… Tous, gardent de tristes récits ou témoignages de parents décimés ou brimés injustement, s’ils ne sont pas eux-mêmes les victimes…

Dieu merci, leur ardeur d’acquérir sans cesse du savoir tout comme leur voyage à travers des réalités nouvelles sont autant d’enseignements qui pourront valablement aider de nombreux jeunes compatriotes à sortir de l’obscurantisme dans lequel ils sont actuellement confinés… C’est en échangeant nos expériences et nos découvertes que nous pourrions un jour de concert avec les frères et sœurs restés au pays, suggérer le modèle qu’il faut à notre peuple …

Ce devoir n’est pas une exclusivité des organisations politiques ou armées, des traditionnels patriarches, Chefs de clans ou de files… C’est une exigence suprême pour tous les Patriotes soucieux du retour à la paix, à la cohésion et au développement harmonieux du pays… La jeunesse a de tout temps payé de son espérance de vie les excès des anciens ! Les Ialtchad dérogeront difficilement à la règle : Qui, à part eux, peut consentir ce sacrifice duquel se décide leur avenir… ?

Cette tâche semble, certes, ardue lorsque les Ialtchad acceptent les seconds rôles qu’on leur fait jouer depuis plus de 42 ans d’indépendance. Bien que dotés de valeurs intrinsèques indéniables, ils ont aujourd’hui moins de chance d’accéder aux responsabilités qui leur permettent généralement aux jeunes premiers de participer à la gestion des problèmes spécifiques de leur génération...

La seule solution est de se soustraire de cette traditionnelle tutelle des aînés qui empêchent que les jeunes libèrent avantageusement les énergies incommensurables qui se terrent en eux, de manière à donner libre cours à leur esprit fécond...

Et pour atteindre des résultats escomptés, d’innombrables champs de possibilités existent pour celui qui sait tirer leçon de la misère du peuple tchadien : Un match de football, un concert musical, une exposition artistique, un symposium ou une conférence/débat a toujours aidé à atténuer les tensions les plus vives ; ces occasions ont également servi à éveiller les consciences, lutter contre l’exclusion, les injustices, l’ethnicisme…

Elles ont aussi permis de revendiquer des droits légitimes, de susciter un sursaut de solidarité, de raffermir la fibre patriotique. Elles ont surtout constitué le leitmotiv d’une jeunesse en quête de repères sûrs, d’assurance, de cohésion et de progrès comme c’est le cas des Ialtchad…

Si les premiers cadres du pays ont pu atteindre des résultats, somme toute, acceptables, il n’y a pas de raison que les Ialtchad ne soient pas capables de relever les défis qui les assaillent si les conditions de leur épanouissement sont réunies…

En plus de l’espace Forum qui leur est alloué, une structure conviviale existe aujourd’hui : Il s’agit d’une ONG dénommée Cercle d’Études et de Recherches pour la Promotion de la Culture, des Arts et Sports (C.E.R.PRO.C.A.S). Ouvert à tous les Ialtchad de 7 à 77 ans, il permet d’échanger, sans tabou aucun, des idées positives pour nous extirper du suicide collectif ! Il suffit donc d’écrire à l’adresse E-mail suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Quant à vous qui animez le Site Ialtchad, je ne cesserai de vous féliciter et vous adresser du fond du cœur mes encouragements pour vos actions en faveur du Renouveau Tchadien : Vous pointez du doigt la lune et je pense que les Ialtchad sauront lever haut les yeux pour regarder l’astre qui illumine l’univers ! En tout cas, l’histoire de notre pays retiendra vos mérites et la noblesse de votre contribution. 

Ialtchad Presse : - Je vous remercie.
NGARO Ahidjo Ahmadou : C’est moi qui remercie.  

Propos recueillis par Brahim Wardougou    

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse