dimanche 22 mai 2022

Communication posthume, Idriss Deby Itno

Written by  Avr 20, 2022

Permets-moi de laisser aux politiciens le soin d’utiliser avec connaissance et expérience vos titres, grades et gloires. Ils ne m’ont pas attendu, tes politiciens, toute honte bue, ils ont sangloté pour la camera. Moi je crois que le vilain cirque de levé de deuil t’est d’aucune utilité dorénavant. Vers toi nos douas.

Je veux t’appeler Idriss

Oui tu ne m’as jamais connu, tu ignores mon existence. Moi je t’ai connu président de mon pays, de quoi légitimer mes écritures pour toi. Bien de choses n’ont pas fonctionner pour toi comme d’ailleurs à tous ceux qui ont eu à gouverner, ça n’a pas été facile pour toi, et tu ne savais pas que tu finiras ainsi.

Que Allah te pardonne Idriss. Et si je dois te pardonner comme tchadien, je te pardonne Idriss. Mon père, tailleur toute sa vie, jusqu’à perdre l’usage de ses jambes, tu ne connais pas son existence, il n’a jamais cessé de prier pour ton repos éternel. Vois du ciel.

Un an déjà, me souvenant de toi, cette nuit je n’ai pas dormi, du ciel, qu’il te soit permis de voir l’étendu de la peur dans mon ventre. Né en 1981 sous les bâches des humanitaires à Kousseri, d’une famille pauvre, comme bien du monde lucide, ma famille refuse tout désordre, elle veut juste vivre et adorer Dieu.

C’est Dieu qui juge, cependant.

Idriss, j’ai le courage de te porter deux regrets que ma famille déplore.
D’abord, ça nous a pas aider de constater que tu as toujours responsabilisé des hommes et des femmes sans amour pour le pays. Que Dieu nous vienne en aide, on les connait, ils ne sont pas sérieux, j’imagine la fin du jeu.

Et l’autre regret, que Allah te pardonne aussi, tu as tant favorisé ta communauté, aujourd’hui, elle a du mal à croire que le pouvoir est une légitimité. Même ta disparition n’a pas servi d’école, Pitié.

Après 30 ans d’exercice de pouvoir, Idriss, je concède que tu as compris bien de choses à la fin. Aussi, je concède que tu as bien voulu entamé le cap de la justice si ce n’est pas le rappel divin. Que ceux qui ont aujourd’hui la destinée du pays comprenne la nécessité de la justice, de la démocratie et du bon vivre ensemble. À présent, le monde a beaucoup évolué, les tchadiens aussi, la vérité ne se torde pas pour s’imposer.

Idriss, je n’ai pas été de ta vie, mais tu as vu du ciel que j’ai été de ta prière mortuaire à la grande mosquée de N’Djaména. J’ai pu garder l’instant à travers une photo. Que le paradis al-firdos de Dieu soit définitivement ta demeure.

Ahmat Nine Bakou

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse