mardi 21 septembre 2021

Rencontre avec Sandjima Dounia

Oct 12, 2003

«Nous ne dirons pas que dans le cadre de l’exploitation du pétrole, il n’existe pas de risque. Quand vous descendez de votre lit le matin pour aller au travail,
vous prenez des risques en traversant la route. Donc, disons que toutes les activités humaines sont soumises à des risques...»

De passage à Montréal pour une rencontre avec des partenaires dans le cadre d'une étude d'un projet de développement et une évaluation environnementale régionaux, Monsieur Sandjima Dounia, Secrétaire exécutif du Comité Technique National de Suivi et de Contrôle des aspects environnementaux du projet pétrole, a rencontré Ialtchad Presse. Durant cet entretien, tous les aspects des questions liés à l'environnement sur le projet pétrole ont été abordés.

Ialtchad Presse : -  Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de Ialtchad Presse, la première Presse électronique Tchadienne ?
Sandjima Dounia : Sandjima Dounia, Secrétaire exécutif du Comité Technique National de Suivi et de Contrôle des aspects environnementaux du projet pétrole. C’est un comité national qui a été mis sur place par le gouvernement pour essayer de suivre et de contrôler tout ce qui est lié dans le cadre du projet pétrolier aux aspects biophysiques, socio-économiques, sanitaires et sécuritaires, entendez sécurité du travail.

Ialtchad Presse : - 
Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de Ialtchad Presse, la première Presse électronique Tchadienne ?
Sandjima Dounia : Sandjima Dounia, Secrétaire exécutif du Comité Technique National de Suivi et de Contrôle des aspects environnementaux du projet pétrole. C’est un comité national qui a été mis sur place par le gouvernement pour essayer de suivre et de contrôler tout ce qui est lié dans le cadre du projet pétrolier aux aspects biophysiques, socio-économiques, sanitaires et sécuritaires, entendez sécurité du travail.

Ialtchad Presse : - Le mythe sur le pétrole tchadien est en train de devenir réalité. Le pétrole coulera d’ici peu dans notre pays. Quelle est, selon vous, la date à laquelle la première goutte de l’or noir jaillira du sous-sol tchadien?
Sandjima Dounia : Bon, parler en termes de date, c’est être trop mathématique. Nous allons dire ce que tout le monde connaît au Tchad. C’est qu’en juillet, il y aura la phase de production qui va commencer. Et cette phase de production signifie donc que la première goutte de pétrole tchadien va donc sortir. Et bien sûr, il y aura des phases pour remplir le pipeline, une phase pour remplir le bateau de stockage flottant. Mais dans tous les cas, juillet reste, à notre avis la date du début de production du pétrole tchadien.

Ialtchad Presse : - L’exploitation du pétrole au Tchad a fait l’objet de véritable controverse. Les défenseurs de l’environnement s’y étaient catégoriquement opposés. Qu’est-ce qui explique le fait que, malgré tout, le projet semble arriver à terme selon les échéances voire même plutôt que prévu?
Sandjima Dounia : Là, il faudrait dire qu’il y a eu des efforts certains de la part de nos partenaires du consortium pétrolier, en terme d’effectif qui a été augmenté; effectif des travailleurs, effectif du personnel. Mais en terme également d’ordre technique qui a été mis en place pour permettre de raccourcir le délai, de raccourcir la fin de la phase de construction. Donc là, pour ce qui concerne les environnementalistes qui avaient au départ été opposés, probablement, ils n’ont pas tenu compte de tous les efforts qui ont été faits pour prendre des dispositions. Et aujourd’hui, on peut dire que les plans de gestion de l’environnement qui est un ensemble de document référentiel est une documentation qui a servi à faire des choses selon les normes environnementales.

Ialtchad Presse : - Les ONG et les organisations gouvernementales se voyaient marginalisées des débats et autres décisions majeures concernant le sort des populations des zones exploitées. Quels sont, aujourd’hui, les rapports entre le gouvernement et les ONG ainsi que les organisations paysannes?
Sandjima Dounia : Bon, évidemment entre le gouvernement et la société civile prise dans son ensemble, nous ne pouvons pas dire que les relations ne peuvent être que des relations très tendres. Chaque corporation défendant ce qui peut se comprendre, son point de vue. C’est ce qui est tout à fait normal.
Le gouvernement qui est dans ses attributions chargé de défendre les intérêts de la population, se voit quelque fois mal à l’aise de se trouver avec les ONG, qui disent défendre les intérêts de la population. Dans tous les cas, aujourd’hui, les rapports entre le gouvernement et la société civile sont dans une bonne phase. Nous nous acheminons toujours vers des meilleurs rapports. Et la preuve, vous avez du remarquer, nous nous trouvons entre des représentants des ONG et du gouvernement qui sont là ensemble pour pouvoir discuter avec un bureau d’étude canadien qui a été commis pour élaborer le plan de développement régional et l’évaluation environnementale régionale de la zone du projet pétrole de DOBA.

Ialtchad Presse : - Quelles sont les dispositions qui ont été prises par le gouvernement pour atténuer les risques environnementaux et les risques socio-économiques?
Sandjima Dounia :
Bon, il faudrait signaler que tout à l’heure vous avez parlé des environnementalistes qui s’étaient opposés à la mise en œuvre du projet. Effectivement, il faudrait signaler que la Constitution du Tchad est une Constitution qui dispose en certains de ses articles, si vous prenez l’article 48 et l’article 52, vous trouverez donc des dispositions qui sont liées directement à l’environnement. Et cette constitution date de 1996. C’est dire que, soucieux de respecter les dispositions constitutionnelles, le Tchad, avec l’appui de ses partenaires notamment du groupe de la Banque Mondiale a mis en place un comité, le comité de surveillance et de contrôle du projet pétrolier. C’est un comité qui existe sur financement de l’association pour le développement de la BM et qui est donc en train de travailler. Donc, dans le cadre de ce comité technique, deux attributions lui sont dévolues, notamment suivre et contrôler les aspects environnementaux du projet pétrolier mais également s’assurer que les mesures d’urgences qui sont mises en place pour atténuer les impacts environnementaux négatifs du projet pétrole sur la région productrice sont bel et bien mises en œuvre. Dans ce sens là, passant donc les activités de suivi et de contrôle par des équipes de la CTNSC qui sont en place (une équipe biophysique, une équipe socio-économique, une équipe chargée de la santé et de la sécurité du travail) pour parler par exemple de ce que nous avons fait au niveau du CTNSC en terme de mesures d’urgence. Si nous prenons le cas de la gestion des ressources naturelles, nous avons signé un contrat avec l’agence pour l’énergie domestique et l’environnement pour des activités liées à  la gestion durable et participative des ressources naturelles dans la région pétrolière. Et nous nous trouvons dans une phase teste qui doit durer un an. Les activités avancent bien de ce côté-là. En ce moment sur une activité d’enquête trafic pour voir un peu quelle est la quantité de bois transformés en charbon, qu’est-ce qui sort, d’où est-ce que ça sort etc. 
Deuxièmement, sur le plan de la santé, nous avons également signé un contrat avec le projet population et lutte contre le SIDA pour des activités dans ce sens-là. Donc, ce projet-là, assure un certain nombre d’activités dans le cadre de la lutte et de la prévention contre les maladies sexuellement transmissibles (MST) et notamment contre le VIH SIDA.Nous avons dans ce sens-là acheté et mis à la disposition des populations dans la zone des cartons de préservatifs en quantité suffisante. Dans un autre sens, nous avons acheté et mis à la disposition de la délégation préfectorale sanitaire du Logone orientale des médicaments pour environ 72 millions de FCFA. Nous sommes sur le dossier d’appel d’offre pour réhabiliter l’hôpital de Doba. Nous avons acheté également un groupe électrogène pour l’hôpital de Doba. Nous sommes en train d’évaluer les soumissions pour la construction du centre de santé urbain de Doba. C’est tout ce qui concerne la santé.  Mais également d’autres infrastructures publiques que nous avons pu, soit lancer la construction, soit nous sommes au niveau de la finalisation du dossier de l’appel d’offre. Par exemple, il y a la construction de l’hôtel de ville de Doba et de Bebidja. Dans le réseau eau, assainissement et gestion de déchets urbains, nous avons construit dans une première phase des décharges publiques, des latrines, mais également des bacs à ordure. Nous avons aussi fait des extensions de caniveaux et dans une deuxième phase qui est en cours en ce moment, il y a une construction de château d’eau de Bebidja. Il y a également la construction de deux décharges publiques à Doba et à Bebidja. Donc, tout cela est dans le cadre du réseau assainissement et de gestion de déchets urbains. Et, c’est tout cela qui constitue un certain nombre d’activités et bien sur d’autres activités vont venir, notamment la construction du marché moderne a Doba et a Bebidja. Ce sont ainsi les mesures qui sont prévues dans le plan de gestion de l’environnement et que nous essayons de mettre en œuvre et répertorier d’autres mesures additionnelles pour lesquelles nous sommes en train de chercher des financements notamment la construction des clôtures des écoles pour assurer la sécurité des enfants, la réhabilitation de l’hôpital même de Bebidja etc.

Ialtchad Presse : - Les conséquences sur l’environnement pourraient être énormes en cas de pollution (soit 104$/habitant) alors que les bénéfices du projet sont estimés à 4 dollars/ habitant durant les 30 ans que durera l’exploitation selon l’étude de l’université Wanick en Grande Bretagne en 1999. Ce risque d’un désastre écologique existe. Or, selon la fondation américaine Environment Development Funds, il n’y a jusque-là aucune analyse sur les trajectoires des nappes en cas de fuite, ni de plan d’intervention spécifique. Comment interprétez-vous cela?
Sandjima Dounia : Nous ne dirons pas que dans le cadre de l’exploitation du pétrole, il n’existe pas de risque. Quand vous descendez de votre lit le matin pour aller au travail, vous prenez des risques en traversant la route. Donc, disons que toutes les activités humaines sont soumises à des risques. Cela est sûr.

Maintenant, dire qu’il n’y a pas de plan spécifique et bien sûr il suffit que vous ayez des correspondants à N’Djamena et que vous leur demander d’aller au centre de documentation du CTSNC, on leur montrera les plans spécifiques d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbure. D’abord, il faut signaler que le plan de gestion environnemental, dans le document de référence, il existe un plan général avec des principes généraux d’intervention. Après ça, il y a eu des plans spécifiques et notamment en ce qui concerne le cas du Tchad, il y a deux plans spécifiques : Un plan pour la zone des champs pétroliers donc là  où passent les installations de surface. Si vous prenez en termes de canton, c’est le canton de Miandoum, Béré et Komé. Vous avez un second plan spécifique pour le cas d’intervention, en cas de déversement du pipe-line. Donc on ne peut pas dire aujourd’hui qu’il n y a pas de disposition qui ont été prises pour diminuer les risques. Il peut y avoir des risques, un écoulement mais au moins pour intervenir en cas d’écoulement, il y a des documents et ça peut se vérifier. Il suffit d’aller à la documentation du CTSNC ou dans la salle de lecture d’ESSO pour trouver ces documents et pouvoir les lire.

Ialtchad Presse : - Avoir un plan est une chose et avoir les moyens et les ressources humaines nécessaires à cette intervention en est une autre. Pensez-vous qu’aujourd’hui en cas de déversement de pétrole, le Tchad dispose de moyens logistiques et des hommes qui pourraient effectivement remédier à cette situation?

Sandjima Dounia : D’abord il faut lever une espèce d’équivoque. C’est que dans le cas d’activités pétrolières, c’est la compagnie pétrolière d’exploitation qui prend les dispositions pour intervenir en cas de déversement d’hydrocarbure. Donc on ne parle pas  de ressources de CTSNC, on parle en termes de ressources du consortium. Dans ce sens-là, nous disons qu’il existe des documents de référence. Premièrement, il y a des équipes qui existent au niveau d’ESSO et qui sont chargées de faire le contrôle autour du pipe-line mais également il existe un système informatique qui permet de surveiller dès qu’il y a une fuite à un niveau ou à un autre. Cela c’est en ce qui concerne le système de contrôle. Pour ce qui concerne les RH, ces ressources humaines existent comme on l’a dit tout à l’heure. Pour ce qui concerne les équipements, ceci dépend des niveaux. Il y a des niveaux de déversement 1 par exemple qui ne nécessite pas beaucoup d’équipements. Et là, le consortium ESSO en dispose à Komé. Il y a les niveaux 2 et 3, là, à partir de ce moment, on fait des interventions avec des équipements qui viennent de l’extérieur. Dans ce cas, bien sûr, les dispositions sont prises. Bien sûr cela prendra du temps. Mais ces équipements existent à Londres et on peut les faire venir. Dans ce sens, il faut signaler que nous avons des dispositions de facilités qui ont été négociées par le gouvernement pour permettre à des experts d’intervention d’entrer facilement sans prendre le détour de visa. Également avec le Ministère des Finances, il y a des facilités de douane. Parce qu’il y a des équipements qui arrivent. On ne doit pas les soumettre aux exigences de la douane. Donc il y a dans ce sens des facilités qui sont offertes et qui font entrer très rapidement les équipements, les experts d’intervention en cas de déversement. De toutes les façons, ceci ne sera pas à l’honneur du consortium de se trouver dans une situation où il y a des déversements et il ne peut pas intervenir. Pour la crédibilité du consortium, ça ne sera pas bien fait pour la compagnie pétrolière de se trouver dans une situation de ce genre a. Donc des dispositions sont prises mais comme nous l’avons dit, il n’y a pas de risque zéro.

Ialtchad Presse : - En 1999, les ONG sont montées au créneau pour dénoncer la faiblesse de l’indemnisation et des compensations. Le cas du manguier est le plus édifiant. ESSO proposait 3500 FCFA pour l’abattage d’un manguier. Après étude, la valeur du manguier est montée à 550 000 FCFA avec en plus, la fourniture de jeunes pousses et de quoi les entretenir. Quelles sont à court terme et  à moyen et long terme les autres indemnisations prévues pour remédier à la situation?
Sandjima Dounia :
D’abord en termes d’indemnisations, il y a les indemnités individuelles que ça soit en espèces ou en argent. Ce sont des indemnités qui ont été faites aux concernés. Il faudrait signaler qu’il y a une possibilité de recours. Cela veut dire si après avoir reçu votre compensation, vous n’êtes pas satisfaits, et que vous vous sentez quelque part lésé (parce que les barèmes existent, par exemple si vous avez une  télécopie, je vous balancerai les derniers barèmes des indemnités), il y a des voies de recours. Il suffit d’écrire soit directement à ESSO soit au CTNSC pour dire : moi, je suis un paysan, j’ai un champ de tant, je devrais une compensation de tant, j’ai par exemple 50 manguiers…On devrait faire ceci et on ne l’a pas fait…Alors nous allons nous rapprocher de vous et nous essayerons de trouver des solutions à partir des barèmes qui sont là. Ceci c'est donc pour la phase compensation : compensation en espèces, en nature, individuelle…Mais il y a également la compensation communautaire. Pour ce qui est de la compensation communautaire, ESSO a commis donc une ONG qu’on appelle GTZ, une ONG allemande qui travaille avec une ONG tchadienne et qui a donc fait de consultations au village pour voir comment, qu’est-ce que la communauté villageoise veut, est-ce un puits, est-ce un grenier communautaire…Et donc, GTZ et les ONG tchadiennes qui travaillent dans ce domaine  la essayent de discuter avec la population pour voir si leurs choix et bientôt nous allons donc passer à la mise en œuvre de ce choix qui été faits par les communautés villageoises avec l’aide technique et les conseils des ONG nationales. Donc nous nous trouvons à ce niveau-là pour les compensations communautaires.

Ialtchad Presse : - Le député Yorongar prévoyait entre 80 000 et 100 000 le nombre de personnes à déguerpir. Quelles sont les mesures qui ont été prises pour relocaliser ces personnes?
Sandjima Dounia :
D’abord nous ne savons pas d’où est-ce que le député Yorongar tire ses chiffres. Ce que nous savons, c’est que nous avons réinstallé 26 familles. Si vous prenez la moyenne des familles tchadiennes 6 personnes selon les démographes. Nous sommes ainsi peut-être au-dessus de 100, 150 à peu près. Donc il y a cette réinstallation qui a été faite. Parler de 80 000, 100 000, je préfère ne pas m’aventurer sur les chiffres. Nous nous donnons les chiffres que nos experts socio-économiques sur le terrain nous rapportent. Donc nous ne pouvons pas considérer les chiffres de 80 000, 100 000 personnes. Peut-être il vous dira un peu plus d’où est-ce qu’il a tiré ces chiffres.

Ialtchad Presse : - Comment le gouvernement prévoit-il réduire la pauvreté avec l’exploitation du pétrole?
Sandjima Dounia :
D’abord pour ce qui concerne la région pétrolière, nous sommes en ce moment au Canada pour discuter avec un bureau d’étude qui a été retenu en association avec un bureau d’étude tchadien la SOGEMAC, pour élaborer un projet de développement régional et une évaluation environnementale régional. Déjà l’élaboration de ce plan régional fournit un document référentiel pour des actions qui peuvent être entreprises dans les 5 années à venir au profit de la région pétrolière. Ceci, c’est la première phase. Un autre aspect qu’il faut signaler dans le cadre de la réduction de la pauvreté, c’est que dans le prêt que le gouvernement a fait auprès de l’Association International pour le développement, il y a un point qui n’est pas négligeable, resservie à un fonds social appelé Fonds d’Actions Concertées d’Initiatives Locales (F.A.C.I.L). Ce fonds a trois volets d’activités :

     1- un volet sur les infrastructures socio-économiques de base : écoles, centres de santé, ouvrage de franchissement sur les cours d’eau….

     2- un deuxième volet d’actions : renforcement de capacité et le développement local

     3- un troisième volet d’actions : actions génératrices de revenus ou les micro-crédits.

Dans chacune de ces actions, il y a des actions qui sont entreprises. Par exemple, récemment nous avons été à Miandoum pour savoir à quel niveau se trouve les constructions de six salles de classes du Collège d’enseignement général (CEG) de Miandoum. Nous rappelons que le CEG de Miandoum est un Collège où il y a des salles de classes en paille tressée, en secco ou les élèves sont assis sur des troncs d’arbre, sur des briques etc. Donc; la communauté villageoise a demandé  en premier lieu, qu’on construise des salles de classe pour leurs enfants. Et c’est cela que le F.A.C.I.L s’attache à faire en ce moment. Et c’est presque fini. Il y a également d’autres salles de classes en constructions dans d’autres localités.
Deuxièmement, dans le cadre de renforcement de capacité, il y a eu, par exemple, la formation en gestion des associations des parents d’élèves. Il y a eu la formation en greffage et certaines cultures maraîchères. Donc, ce sont des formations de ce genre. Troisièmement en actions génératrices de revenus ou en micro-crédit, il y a également des ONG intermédiaires qui ont signé des contrats avec le FACIL et ont reçu à avoir le fonds qu’il faut pour rétrocéder ou donner, des prêts à des bénéficiaires pour faire des activités du micro-crédit. Donc, dans ce sens-là aussi nous pouvons dire qu’il y a un souci de réduire la pauvreté par le gouvernement. Le troisième élément qu’on peut citer, il y a un plan de développement de F.A.C.I.L. C’est qu’il y a une loi qui porte sur la gestion du revenu pétrolier. Dans cette loi, on dit qu’il y a une part importante qui va être consacrée au secteur prioritaire : la santé, l’éducation, les infrastructures, le développement rural, l’agriculture, l’élevage, l’environnement, l’eau etc. Ainsi, du fait que déjà dans ces dispositions de la loi, il est prévu qu’on puisse orienter une part importante des revenus pétroliers dans ces secteurs-là, signifie, si on le veut bien, que le gouvernement s’attache, se soucie à la réduction de la pauvreté non pas seulement dans la région pétrolière mais dans tout le Tchad. Voilà ce qu’on peut dire pour montrer la volonté du gouvernement à réduire la pauvreté à travers le projet pétrole.

Ialtchad Presse : - Le Tchad a créé un comité de surveillance formé de fonctionnaires, de parlementaires et de membres de représentants de la société civile pour veiller à la bonne gestion des recettes pétrolières. Cependant, Marie-Helene Aubert, député française, trouvait l’administration tchadienne exsangue et va à vau-l’eau, incapable de suivre l’exécution correcte et transparente du projet. Les recettes du pétrole sont, selon elle, susceptibles de détournement. Qu’en pensez-vous?

Sandjima Dounia : Bon, premièrement il faut sauter sur le mot « susceptible », heureusement elle dit que c’est « susceptible.» Donc elle-même n’est pas sure de ce qu’elle dit.
Deuxièmement, le collège de contrôle et de surveillance de revenu pétrolier est une institution qui comporte des gens d’une certaine respectabilité. Et il faudrait que les autres apprennent à respecter ceux qui sont dans les institutions, à ne pas se baser sur des aprioris, sur des préjugés pour pouvoir dire que les revenus pétroliers doivent être mal gérés. Il vaut mieux que le collège existe, attendre qu’il se mette à l’œuvre pour pouvoir lancer de tels jugements ou dire un certain nombre de choses. Là-dessus, c’est le point de vue de Mme Marie-Hélène. Démocratiquement, nous acceptons qu’elle dise ce qu’elle pense.

Ialtchad Presse : - Je trouve que nous sommes arrivés au terme de notre entretien. Toutes les questions qui suscitaient d’ambiguïté dans l’esprit des tchadiens en général et  des internautes de Ialtchad Presse en particulier, ont été touchés. Donc, je ne peux que vous remerciez de nous avoir accordé cet entretien. Et on trouve toujours que ce n’est que partie remise parce que le dossier pétrole pour nous vient de commencer. Et donc 25 à 30 ans d’exploitations voire plus avec tout ce qu’on a comme gisement pétrolier au Tchad. Ce n’est vraiment que le début du commencement. On aura besoin de vous, vous qui êtes personnellement impliqué dans ce projet pour permettre aux tchadiens tant de l’intérieur que de l’extérieur de savoir au jour le jour comment évolue ce dossier.
Ainsi en mon nom personnel, tout le groupe Ialtchad Presse vous remercie une fois de plus.

Sandjima Dounia : Merci, bon courage
Ialtchad Presse : - Merci

Entretien réalisé Par Ahmad Mandekor

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse