Print this page

Les magistrats entrent en grève illimitée

Mar 21, 2022

Les magistrats du Tchad ont lancé une grève illimitée à l’issue d’une Assemblée générale extraordinaire aujourd’hui, lundi 22 mars 2022. Ils affirment que leur rencontre de ce jour est la conséquence de la violence et des agressions physiques envers les magistrats. Reportage.

« Nous avons déclenché une grève sèche et illimitée dans la mesure où nous sommes maltraités sur nos lieux de travail, dans nos déplacements quotidiens, dans nos domiciles, même les membres de nos familles ne sont pas épargnés. Nous jetons les toges. Cet arrêt de travail qui vient d’être décidé est un signal à l’endroit des autorités. Elles doivent cesser de considérer le pouvoir judiciaire comme un pouvoir à la traîne », a déclaré M. Djonga Arafi, SG du syndicat des magistrats du Tchad (SMT). A son avis, les magistrats doivent jouir de l’égalité entre l’Exécutif, le Judiciaire et le Législatif. Aussi, dit-il, cette rencontre était l’occasion pour les magistrats de réveiller toutes leurs revendications. Il cite quelques-unes de ces revendications : « le traitement indiciaire des magistrats qui devrait être revu, leur plainte contre un ministre à l’époque est toujours dans les tiroirs de la Cour Suprême, est resté sans suite. Doter les juridictions sans exception des éléments de sécurités ».

À Mao dit-il, le tribunal ne dispose même pas d’un seul élément de sécurité. Les bras armés de la Justice sont selon lui, la Gendarmerie et la police qui doivent naturellement l’accompagner dans l’exécution de ses décisions. « L’affaire de Mao n’étant pas encore finie qu’hier encore, un magistrat de passage à N’Djamena s’est vu molesté par les forces placées en attentes pour désarmer les personnes non autorisées à porter les armes », a dit M. Djonga Arafi.

Selon lui, le port d’arme est concédé au magistrat par un texte de loi. Les magistrats, dit-il, n’ont pas à se soumettre à la volonté d’un individu surtout militaire pour contrecarrer un texte qui leur donne droit. Les magistrats ont déposé leurs cartes professionnelles au cours de la réunion. « Une carte signée des deux ministres qui se retrouvent entre les mains d’un agent de sécurité et qui le froisse, c’est tout un pan qui est en train de s’écrouler. Nous jetons les cartes symboliquement pour  protester. Nous sommes fatigués », lance-t-il.  M. Djonga soutient que cette carte est contresignée par le ministre de la Sécurité et le ministre de la Justice garde des sceaux, suivant un décret de 1961. Ce texte, à son avis, mentionne que les cartes professionnelles des magistrats sont signées par le ministre de tutelle et contresignées par le ministre de la Sécurité. L’objectif c’est pour nous permettre de circuler librement, a indiqué le syndicaliste. « Dans la mesure où cette carte cesse de nous protéger, nous décidons unanimement de les restituer. Naturellement, elles deviennent des objets encombrants. Car elles ne nous protègent pas. Ceux qui sont chargés d’assurer le contrôle sur les voies publiques doivent assurer la libre circulation aux titulaires de cette carte », soutient le SG du SMT.

Le SG du SMT a rappelé qu’un mémorandum a été adressé aux plus hautes autorités du pays l’année dernière. Les problèmes minent le fonctionnement de la justice et les conditions de travail précaires ont été discutées de fond en comble. Pour lui, les magistrats avaient accepté quelques concessions conduisant à une trêve. Malheureusement cette trêve n’a pas duré longtemps étant donné que les mêmes problèmes posés par les magistrats se sont quintuplés. « Alors nous nous sommes rebiffés. Ces problèmes sont : la sécurité, les conditions de travail. Nous ne pouvons pas travailler dans un climat d’insécurité. Le magistrat doit être libre et sécurisé lorsqu’il doit trancher », a conclu M. Djonga Arafi.

Moyalbaye Nadjasna