dimanche 22 mai 2022

Recrutement à la fonction publique : les sans-emploi exigent leur implication

Mar 18, 2022

Le gouvernement de la transition avait promis lors d’une rencontre nationale de la jeunesse tchadienne à N’Djamena d’intégrer au moins 5000 jeunes à la fonction publique. Cette promesse n’est pas restée lettre morte et plusieurs associations des diplômés sans emploi souhaitent que l’État les implique dans le processus de recrutement à la Fonction publique pour éviter la méthode tant combattue. Reportage.

Les diplômés sans-emploi ne veulent plus être utilisés par le gouvernement pour faire passer de messages politiques. Pour leur intégration à la fonction publique, ils souhaitent être directement impliqués et faire partie du comité technique chargé de l’intégration à la fonction publique. Cette idée a été émise par la plateforme des diplômés sans emploi. En décembre dernier, à la fin du forum national des jeunes, le président du Conseil militaire de la transition (PCMT), le général du corps d’armée, Mahamat Idriss Deby avait promis d’intégrer 5000 jeunes à la fonction publique, avant fin 2022. Cette nouvelle a été accueillie avec beaucoup d’espoir par bon nombre des associations des jeunes. Mais la plateforme des jeunes diplômés sans emploi était restée méfiante. Et depuis ce temps elle souhaite que le gouvernement les implique dans le processus de recrutement à la fonction publique pour éviter les recrutements faits par clientélisme et peu orthodoxes.

Pour le responsable et porte-parole des techniciens de laboratoire médical, membre de la plateforme des diplômés sans emploi du Tchad, Aimé Aissadji Bona, ils se sont basés sur le passé pour juger le gouvernement actuel. Selon lui, le gouvernement du CMT a promis d’intégrer 5000 jeunes en laissant de côté la promesse de l’ancien président Idriss Deby Itno qui avait promis 20.000 jeunes. Aimé Aissadji Bona souligne qu’au départ tout était parti dans le faux et la fraude, sur les 20.000 promis, il restait encore 13.000 places. Il dit avoir pris acte de la promesse du gouvernement de la transition, mais la concrétisation tarde. Le porte-parole des sans-emploi craint que le PCMT soit entrain d’emboîter le gouvernement précédent. « Vu ce qui s’est passé, nous avons demandé notre implication dans le processus de recrutement à la fonction publique. », explique, le jeune diplômé. Il note que la plateforme des diplômés sans emploi a toujours clamé qu’on l’associe dans le processus de recrutement.

Aimé Assaidji Bona s’interroge pourquoi le gouvernement refuse de les impliquer. Pour lui, le CMT veut faire tout à la place des jeunes et perpétuer l’ancien système qui consiste à recruter à la tête du client. Il estime que la plateforme devrait être dans la commission pour voir de près ce qui se passe. « Nous ne pouvons pas accepter que le gouvernement fasse quelque chose pour nous, sans nous », ajoute-t-il. Il a l’impression que si la plateforme n’est pas associée à ce processus de recrutement, ils auront l’impression que le gouvernement les drible. Il souligne que le souhait des diplômes sans emploi est de voir les choses se passer dans la transparence. Pour le laborantin, la plateforme n’est pas prête pour se laisser faire et compte aller jusqu’au bout.

Jules Doukoundjé

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse