mercredi 16 juin 2021

Arts & Culture : entretien avec Manga Jean Bosco

Written by  Nov 09, 2010

Manga Jean Bosco : “De l’amour à la haine, le mariage devient mirage, les enfants en pâtissent.”

Titulaire d’une Maîtrise en Droit Privé, enseignant et journaliste, Manga Jean Bosco écrit un livre paru aux Editions SAO intitulé « Le réquisitoire des parias ». Ialtchad Magazine s’est entretenu avec lui.

Ialtchad Presse : Présentez-vous aux lecteurs de Ialtchad Magazine
Manga Jean Bosco : Je suis Manga Jean Bosco, natif de Guidma un petit village dans le canton Tikem, Sous-préfecture de Fianga, actuel Département de Mont Illi. Je suis d’ethnie Toupouri.

Ialtchad Presse : « Le réquisitoire des parias » votre livre, vient de paraître. Dans quel contexte est né cet ouvrage ?
Manga Jean Bosco : Étant issu d’un couple qui n’a jamais vécu, mon expérience personnelle a été moins douloureuse, parce que j’ai eu le privilège, d’avoir eu des grands-parents maternels formidables qui m’ont élevé et donné une éducation digne de ce nom. Ils m’ont redonné très vite confiance en moi-même et ont supplée valablement mes géniteurs. Il en serait autrement si ce domicile et cette famille de refuge ne nous avaient pas créée ces meilleures conditions d’épanouissement et de sécurité, ma petite sœur et moi. Ce phénomène des conséquences du divorce sur les enfants est un véritable drame, une véritable braise que couve notre société mais on semble le banaliser. Il faut attirer l’attention de la collectivité sur ce problème. On constate qu’il y a beaucoup de non-dits entre les enfants issus des couples divorcés et leurs géniteurs, d’une part et ces couples divorcés utilisent souvent leurs enfants comme « tirailleurs » mercenaires afin de se régler les comptes. L’enfant, être fragile et innocent, est manipulé selon les humeurs des adultes. Et son éducation dans tout ça !  C’est dans ce contexte trouble où l’enfant demeure la grande victime, le bouc émissaire, le dindon de la farce que j’ai lancé le débat dans ce livre intitulé « Le réquisitoire des parias ».

Ialtchad Presse : Pourquoi ce titre ?
Manga Jean Bosco : C’est un titre évocateur. La lecture synoptique de l’ouvrage fait état de sévères remontrances que celles ou ceux qui s’estiment être mis en marge de la société font à leur alter égo. Ce sont les reproches que je nomme « réquisitoire » et j’appelle parias les supposés marginalisés de la société. Dans cet ouvrage, vous retrouverez des femmes qui ne sont pas tendres avec les hommes. Elles ont une conception négationniste du mariage. Il y a également les hommes qui ne sont pas du reste et tirent à boulet rouge sur les femmes. Le conflit de génération occupe une bonne place dans le livre à travers plusieurs personnages.

Ialtchad Presse : Quand on lit attentivement le livre, il en ressort une autobiographie. Pensez-vous régler son compte à votre géniteur ?
Manga Jean Bosco :
Le livre est une œuvre de fiction. J’ai certes puisé mon inspiration à partir de ma propre vie, mais le parcours atypique de mon personnage principal que j’ai nommé Kolyang ne ressemble aucunement au mien ; moins encore celui de sa sœur Maïssankraï à la mienne. Je ne règle pas de compte avec mes géniteurs. Ils sont irremplaçables pour moi. Cependant, je veux établir un contact entre nous et tourner la page du passé.

Ialtchad Presse : Que peut-on retenir globalement de votre œuvre ?
Manga Jean Bosco : Le thème principal du livre c’est l’impact du divorce sur les enfants. Dans un ménage, l’amour est la pièce maîtresse et le reste n’est que des ingrédients. Quand l’amour s’évapore, le mariage ne devient plus qu’une association ou une société d’intérêts économiques. On passe ainsi de l’amour  à la haine, le mariage devient mirage.

Dingamnaïel Kaldé Lwanga

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse