dimanche 22 mai 2022

Célébration du 8 mars : les femmes de Sarh défilent en tenue de deuil

Mar 10, 2022

La fête de 8 mars, édition 2022 n’a pas été célébrée de manière uniforme par les femmes tchadiennes. A N’Djamena, la capitale tchadienne et dans certaines capitales provinciales, les femmes ont défilé avec la tenue dédiée. Mais, à Sarh la capitale provinciale du Moyen-Chari, dans l’extrême sud du pays, les femmes ont célébré différemment cette journée. Elles ont marché dans une tenue noire pour porter leur deuil par rapport aux massacres de Sandana le mois dernier. Reportage.

Les femmes de la province du Moyen-Chari, située dans l’extrême du pays, ont célébré d’une façon le 8 mars, la journée internationale de la femme. Plusieurs d’entre elles ont organisé la marche dans de tenues noires pour montrer aux autorités provinciales qu’elles n’ont pas cessé de pleurer leurs, enfants et leurs époux tués dans des exactions perpétrées par les éleveurs dans le village de Sandana. Des milliers de femmes habillés toutes en noir avaient lors de marche chanté devant le commissariat de Sarh, l’hymne national la Tchadienne, avant de s’y rendre à la place de l’indépendance. En plus de vêtements noirs, les femmes de Sarh ont les mains posées sur la tête. Un fait inédit dans la célébration du mars au Tchad.

Pour Me Kemneloum Delphine, la manière de célébrer le 8 mars par les femmes de la ville de Sarh est une bonne décision. Selon elle, c’est ce que toutes les autres femmes devraient faire. L’avocate souligne que les femmes devraient cette occasion pour manifester leur colère et pleurer leurs morts. La défenseuse des droits humains estime que ça fait des droits que les femmes doivent réclamer. Malheureusement, dit-elle, les autres femmes ne l’ont pas fait. Concernant les femmes d’autres provinces qui n’ont pas célébré de la même façon que celles de Sarh, elle précise que c’est question de conscience citoyenne et la conscience citoyenne doit se manifester d’une manière volontaire. « Ce qui s’est passé à Sandana et à Abéché ne doit laisser personne indifférent. C’est un appel qui est lancé à toutes les femmes de se sentir solidaire des victimes de Sandana et de manifester leur solidarité à travers les activités comme celle que les femmes ont faite dans le Moyen-Chari », ajoute Me Kemneloum Delphine. De l’avis de l’avocate, c’est la goutte d’eau qui a débordé le vase et que l’impunité doit être combattue avec la dernière énergie. Elle exhorte les femmes tchadiennes à être solidaires et rappelle que le 8 mars devrait être une occasion de dénoncer les violences faites aux femmes. Selon elle, les femmes doivent départir de la peur et lutter réclamer leurs droits.

Au sujet de la célébration de la journée internationale de la femme et la semaine nationale de la femme tchadienne, le jeune opposant et leader du parti Les Transformateurs, Dr Masra Succès pense que la meilleure manière de célébrer la femme tchadienne, c’est reconnaître en actes et en politiques publiques sa place dans la société. Il estime que les femmes tchadiennes doivent avoir 50 pour cent de postes de responsabilités s’il parvenait au pouvoir.

En mémoire aux victimes du massacre de Sandana, les femmes de Sarh ont décidé de se vêtir en noir pour célébrer le 8 mars 2022.

Jules Doukoundjé

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse