jeudi 19 mai 2022

SENAFET 2022, les festivités sont lancées

Mar 02, 2022

Les activités marquant la 32e édition de la Semaine Nationale de la Femme Tchadienne sont lancées ce 1er mars sur toute l’étendue du territoire. Et c’est la ville de Pala chef-lieu de la province du Mayo-Kebbi Ouest qui accueille les activités nationales. Ici à N’Djamena, c’est la maison nationale de la Femme qui a servi de cadre à la cérémonie d’ouverture. Reportage

La salle de la maison nationale de la femme est pleine à craquer ce 1er mars. Toutes les couches sociales des femmes de toutes les communes de la ville de N’Djamena sont représentées à cette cérémonie inaugurale. Et c’est parti pour une semaine d’activités par les femmes, pour les femmes. M. Senoussi Mahamat Ali, vice-président du comité technique du dialogue national fait une présentation sur la conférence inaugurale axée sur le thème de SENAFET qui est « femme tchadienne au cœur de la transition, enjeux et perspectives ». Pour lui, la femme qui représente l’espèce humaine par excellence est marginalisée depuis le commencement des choses. Il souligne que les livres saints déterminent diversement le rôle de la femme dans la société. « Pour la bible, la femme est créée pour être une aide à l’homme. Le mot aide semble reléguer la femme au second rang. Mais la bible nous renseigne plus tard que Dieu est l’aide de ceux qui sont menacés à mort. Le coran dit que celui qui traite sa femme de la meilleure façon fait partie des meilleurs musulmans », a-t-il précisé.

Il revient pour aborder l’implication des femmes dans le processus de paix. À son avis, plusieurs expériences empiriques ont confirmé qu’à chaque fois que la femme est impliquée dans un processus de paix, la paix a plus de chance de durer. Mais, elles sont beaucoup plus sous-représentées dans les instances de négociation que dans le reste de processus. Pour M. Senoussi, le rôle informel que joue la femme est souvent crucial, mais peu visible dans les instances formelles de négociation en matière de la paix. Parlant de la violence basée sur le genre, le vice-président du CTD a fait remarquer que la femme a toujours été victime de violence sexuelle, de conflits armés et de déplacements forcés. « Très souvent, les femmes victimes ont moins de chance que les hommes de reprendre une vie normale après une violation de leurs droits. Aussi, il est difficile pour elles de dénoncer les violences afin obtenir justice dans une période post conflit », affirme-t-il.

La Maire 1er adjoint de la ville de N’Djamena madame Batchiret Fatimé Zara elle, salue les efforts du gouvernement de transition pour la confiance placée aux femmes. Allusion faite à la récente nomination de la Mme Pakouaré Evodia comme contrôleur général de police et Directrice générale Adjointe de la police nationale. Pour elle, c’est la première fois dans l’histoire du Tchad de voir une femme à ce poste. Revenant à l’idée de la SENAFET, elle rappelle que cette semaine initiée par les autorités est une période de réflexion sur les difficultés que rencontrent les femmes dans le but de dégager des solutions. « Durant ces jours, nous nous attellerons à travers des activités comme des séances de réunion, de sensibilisation pour la paix, la cohabitation pacifique et le dialogue national inclusif. Les femmes restent disponibles à apporter leur contribution à la réussite de la transition », a-t-elle indiqué. Madame Fatimé finit son discours en demandant un quota de 50% après la transition aux femmes.

La Secrétaire générale du ministère de la femme, de la Famille et de la protection de la petite enfance Mme Allahissem Dangar Martine représentant sa ministre de tutelle, souligne pour sa part que la SENAFET est un moment fort dans la vie des femmes tchadiennes. Elle place l’édition de cette année dans son contexte avant d’appeler les femmes à jouer le rôle qui est le leur. « Dans ce nouveau contexte de transition, les femmes ont des rôles particuliers à jouer pour contribuer au développement durable qui exige une participation inclusive de tous. Ce moment nous permet d’évaluer nos réalisations, celle du gouvernement dans la promotion et la protection des droits des femmes et des filles », argue-t-elle. Après la cérémonie de lancement, les officielles ont visité la foire.

Kouladoum Mireille Modestine

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse