dimanche 22 mai 2022

Remaniement, le CMT appelé à respecter la transition

Fév 28, 2022

Le président du Conseil militaire de la transition (PCMT), après 10 mois au pouvoir, a remanié le gouvernement. 13 des 40 postes ministériels et de secrétariats d’État déjà existants ont été réattribués. Ce remaniement a été différemment apprécié par la société civile et certains analystes. Reportage.

Après 10 mois à la tête du pays, le président du Conseil militaire de la transition (PCMT), le général du corps d’armée, Mahamat Idriss Deby a procédé à un remaniement de son gouvernement le vendredi dernier. Les postes concernés sont notamment ceux de la Sécurité publique, de l’Économie et Plan, du Pétrole et de l’Énergie, de la Santé et de l’Éducation nationale, etc. C’est le premier remaniement effectué dans le gouvernement du Premier ministre de la transition Pahimi Padacké Albert, mis en place le 2 mai 2021.

Mais, ce remaniement arrive au moment où le débat sur l’organisation du pré-dialogue avec les politico-militaires et le dialogue proprement dit font couler beaucoup d’encre. Certains analystes et leaders de la société civile tchadienne font des observations sur ce remaniement.

Pour l’ancien ministre de la Justice, Garde des Sceaux, le professeur Ahmat Mahamat Hassan, ce remaniement ministériel a des enjeux politiques et confirment la tradition politique au Tchad qui consiste la gestion des équilibres interethniques régionaux. Selon lui, les membres du gouvernement sont dans la logique de la gestion des équilibres politiques qui représentent les différentes régions pour donner une légitimité au pouvoir en place. Le juriste évoque le retour remarqué et intéressé de l’ancien ministre du Pétrole, M. Bémadjiel, qui pourtant, à son avis, était poursuivi pour malversation et traîné en justice. L’ancien ministre de la Justice estime que pour des raisons politiques, l’ancien ministre du Pétrole a été blanchi et retrouve le même poste. Il affirme que le retour du ministre pétrole est un clin d’œil aux Logone sur la gestion des équilibres et à la montée de la communauté Ngambaye dans l’opposition et dans la résistance politique dans le sud du pays contre le régime en place. Le Prof Ahmat Mahamat Hassan note que toutes les provinces sont représentées et que ce remaniement respecte la tradition sociopolitique du Tchad avec une vision de stabilité et de la recherche de légitimité du pouvoir de la transition avant le dialogue. Selon lui, c’est une sorte de la recherche du consensus politique autour du CMT.

Au sujet du remaniement, le professeur explique que le pays est dans une période de transition et l’on devait avoir comme cahier de charge, préparer toutes les conditions pour la préservation de la paix et la stabilité et redéfinir le nouveau contrat social. Selon lui, les formes juridiques de ce remaniement ne sont pas respectées.  « On devait normalement dire décret portant remaniement sur proposition du Premier ministre. Ça n’a pas été respecté, c’est plutôt le porte-parole du CMT qui a lu le décret comme s’il n’y a pas chef de gouvernement », dit-il.

Pour le secrétaire général de la Convention tchadienne pour les droits humains (CTDDH), Mahamat Nour Ibedou, ce n’est pas logique que le CMT puisse remanier le gouvernement. Le défenseur des droits humains estime que le pays est en période de transition et les autorités actuelles devraient juste gérer les affaires courantes en attendant le dialogue national inclusif (DNI). M. Mahamat Nour Ibedou voit dans ce remaniement des relents de l’ancien régime du défunt président Idriss Deby Itno. Il souligne que le pays a pour le moment besoin des technocrates pour conduire la transition et non les gens qui sont là pour chanter l’éloge du maître. Le défenseur des droits humains note aussi que ce remaniement ne reflète pas l’image d’un gouvernement de transition. Et il ajoute que cela jette un discrédit sur la conduite actuelle de la transition.

Enfin, pour le coordonnateur de la plateforme des organisations de la société civile, Me Max Loalngar, ce remaniement est un non-événement.  Selon lui, le CMT devrait avoir un cahier de charge clair qu’il doit mettre en pratique. Il estime que ce remaniement du gouvernement est l’expression de non-droit, sinon l’abus du droit et c’est triste pour la réussite de la transition.

Jules Doukoundjé

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse