jeudi 19 mai 2022

Le ministre Routouang invite les cadres à reprendre le travail

Fév 26, 2022

Le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la promotion de l’Entrepreneuriat sort de son silence suite à la revendication des cadres qui dénoncent ce qu’ils appellent « les nominations fantaisistes » de leur ministre. Un communiqué de presse a été signé par, M. Mahamat Bokhit Digui, directeur adjoint de la communication, des Études, de la Planification et de la Coopération, le 23 février 2022 évoque que le syndicat refuse de dialoguer. Le SG du syndicat M. Netel Mianwodjim rencontré, ce 25 février dans son bureau, rejette cette allégation. Reportage.

M. Mahamat Bokhit Digui est directeur adjoint de la communication, des Études, de la Planification et de la Coopération du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la promotion de l’Entrepreneuriat. Il a signé le 23 février un communiqué de presse affirmant que les cadres en grève refusent de dialoguer. Cela malgré les efforts consentis par le ministère pour juguler cette crise en proposant de pistes de solutions, au cours de différentes rencontres avec le bureau de SACJS. Il rappelle dans ce document ces propositions : création de cadre d’échange mutuel, audit des CV et reconstitution des bases de données. Le ministère estime qu’il faut scruter avec diligence, l’intention du syndicat invoquant l’annulation des actes pris.

Dans ce communiqué signé par Mahamat Bokhit Digui, les nominations relèvent du pouvoir discrétionnaire du Chef de l’État. Les postes spécifiques, dit-il, (les membres du Cabinet, les secrétariats généraux, les inspections générales) sont régis par des textes spéciaux (décrets : 173, 172 de 2018 et 18 de 2021). Il en est de même des nominations concernant les organismes sous tutelle, a-t-il ajouté. D’après le directeur de telles nominations sont aussi régies par des textes spéciaux qui ne prévoient pas la nomination absolue du personnel du ministère. Pour la question relative à l’Institut national de la Jeunesse et des Sports(INJS), le communiqué soutient que grâce aux efforts du ministère, l’institution est entrée dans le système Licence-Master-Doctorat(LMD) en privilégiant les cadres en exercice. Le communiqué précise que 500 jeunes lauréats qui ont été récemment intégrés sont au service du pays. Pour le ministère, l’INJS ne forme pas des juristes, des économistes, des informaticiens, etc. Ceux-là, poursuit le ministère, ne peuvent que faire l’objet de recrutements spécifiques. « Aucune disposition n’interdit aux Tchadiens d’occuper un poste de délégué provincial dans un ministère s’il a les compétences requises », dit le document. Le ministère justifie que la direction générale de l’entrepreneuriat et de l’emploi-jeune émane de la vision du Chef de l’État et du gouvernement de transition. C’était pour répondre à l’épineuse question de l’emploi des jeunes. Mahamat Bokhit Digui écrit dans le communiqué que l’expertise en deçà de niveau souhaité nécessite un renforcement. C’est ce qui justifie cette sollicitation de compétences externes nationales. Le ministère réaffirme sa volonté de dialoguer et compte sur un examen de conscience du syndicat et des cadres.  il demande aux grévistes de reprendre le chemin du travail. Le ministère invite aussi le syndicat à faire de propositions dans le sens d’amélioration de conditions de travail et qui prennent en compte les aspirations de la jeunesse.

Pour le SGA de la Section académique de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, M. Netel Mianwodjim, le communiqué de presse du ministère prête à confusion. Selon lui, le ministre veut les traîner sur un terrain confus, mais il reste dans leur logique. « Notre revendication est technique et professionnelle. Je réponds au ministre que nous avons eu trois rencontres. Ce qui suppose que nous n’avons pas refusé de dialoguer. Seulement, nous n’avançons pas sur les points de discussion. Nous pensons que le ministre néglige les cadres du ministère », dit M. Netel. Le SG affirme que les cadres n’entrent pas dans la logique politique, ils sont dans un cadre administratif et veulent que les cadres de ce département soient valorisés. Il informe qu’ils vont évaluer leur grève demain à travers une assemblée générale. Une occasion de dévoiler le contenu du communiqué de presse du ministère à la base. La décision viendra de la base, toutefois nous restons toujours ouverts au dialogue, dit-il.

Moyalbaye Nadjasna
Ousmane Bello Daoudou

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse