jeudi 19 mai 2022

La marche de deuil réprimée

Fév 15, 2022

Une véritable scène de théâtres ce matin, 15 février 2022 à l’Espace Fiesta-Africa de N’Djamena capitale tchadienne. Les ressortissants du Grand Moyen-Chari se sont donné rendez-vous à ce lieu pour marcher et faire le deuil. Les marcheurs veulent exprimer leur soutien aux Tchadiens tués à Sandana dans le Moyen-Chari et à Abéché dans le Ouaddaï. La manifestation a été violemment dispersée par les agents de la sécurité. Reportage.

7heures. Les marcheurs habillés en noir, signe de deuil, n’ont pas pu se rassembler comme prévu à l’Espace Festa-Africa dans le 6e arrondissement de N’Djamena. Une forte mobilisation policière a pris d’assaut les lieux et les disperse. Ce n’est pas tout, les malheureux manifestants en deuil sont suivis sur l’axe Mbaïlem Dana. En file indienne, hommes comme femmes, ils se retrouvent brusquement sous une pluie des gaz lacrymogènes. C’était la débandade.

Les agents de sécurité étaient les maîtres du terrain, contrôlant toutes les voies secondaires du quartier Moursal. Tous les établissements scolaires dans cette zone ont libéré leurs élèves. Les enfants se précipitent chez eux pour se mettre à l’abri d’éventuel dérapage. Djimssassem Narbaye, coordonnateur de la plateforme du groupe « Robndo » fait partie des marcheurs. Il est frustré du comportement des forces de sécurité. Selon lui c’est juste un recueillement, on n’a pas besoin d’une autorisation pour organiser un deuil. « Nous ne sommes pas venus pour une marche politique ou citoyenne pour s’en prendre au gouvernement. C’est une manifestation de deuil pour apaiser les douleurs d’une communauté meurtrie. C’est un fait social, même les diables pleurent leurs morts. C’est vraiment déplorable, il faut que ce Diable incarné change de camp », dit-il.

Le coordonnateur de la plateforme Robndo remarque que c’est la tournure de la situation sur le terrain à Sandana qui pose problème. Ce n’est pas la première fois, dit-il. En 2015, 2019 c’en était pareil soutien M. Djimssassem Narbaye.  « C’est un massacre bien planifié et organisé qui n’a rien à voir avec un conflit agriculteur-éleveur. Ce n’est pas un conflit musulman-chrétien. Pas non plus un conflit intercommunautaire. Il faut que les récupérateurs des situations ne manipulent pas les choses », affirme-t-il. Il rappelle que leur organisation a demandé au gouvernement de ne pas aller sur la base de mensonge des autorités locales. Pour lui, les autorités sont complices et acteurs de ce qui s’est passé. Il soutient que c’est une question de sécurité de personnes et des biens. C’est une des missions régaliennes de l’État. Par exemple, dit-il, un ministre s’est fait tirer dessus. « Il faut préserver la paix et la cohabitation que d’exploser le Tchad en cette période de transition », lance Djimssassem Narbaye.

Selon le communiqué signé du porte-parole des ressortissants du Grand Moyen- Chari M. Ndiguingué Mayenan le 12 février 2022, cette marche est pour la « Dignité et la Justice. » Le document précisait que la marche est effectuée en mémoire des victimes de l’injustice et des barbaries commises à l’égard des paisibles citoyens sur l’ensemble du territoire national.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse