jeudi 19 mai 2022

Interdiction d’exporter du céréale depuis le 11 janvier

Jan 16, 2022

Par une note de service  du 11 janvier, la Direction générale des Douanes et Droits Indirects interdit l’exportation des céréales et des oléagineux sauf le sésame sur l’ensemble du territoire national. Cette décision est tombée au moment où les prix de ces produits commencent à flamber sur le marché. Comment les exportateurs, les consommateurs et le collectif tchadien contre la vie chère apprécient-ils cette décision ? Reportage.

Les céréales, les arachides, les graines de coton, la courge et les tourtereaux  sont interdits à l’exportation. Exception est faite au sésame. Sur les marchés, le prix de ces produits interdit à l’exportation valent de l’or. Du commerçant au consommateur, chacun apprécie en sa manière la décision des autorités douanières du Tchad.

Moussa Adam est commerçant au marché de Dembé. Il a devant lui, des bassines pleines d’arachides, des poids de terre et du haricot. Il trouve juste cette décision. Pour lui, ces produits interdits à l’exportation coûtent déjà très cher sur les marchés.  « Cette année, la pluie n’a pas été clémente avec nous. Alors si on interdit que le peu qu’on a récolté reste au pays pour la consommation locale, je ne vois pas le mal. Je suis d’accord pour que ces denrées alimentaires ne sortent pas du pays », indique-t-il. M. Moussa d’ajouter que le commerçant veut faire des bénéfices, mais il est aussi consommateur.

Si Moussa Adam apprécie la décision, Abderahim Adam exportateur n’est pas du même avis. Pour lui, c’est l’exportation qui génère d’argent. « Je ne suis pas d’accord avec cette note de service. C’est quand nous exportons en grande quantité que nous gagnons quelque chose. Alors nous demandons à ce que ces produits alimentaires circulent entre les États », affirme-t-il. Abderahim demande aux autorités douanières d’annuler cette décision.

Les consommateurs comme c’est le cas de madame Priscilla Ramadjipi se réjouissent de cette décision.  Pour cette mère au foyer, les denrées alimentaires sont déjà trop chères sur les marchés, mais les commerçants continuent de spéculer. « Nos concitoyens qui ont les moyens font le stock des céréales et autres dans les grands magasins et les exportent vers d’autres pays et du coup tout devient cher. En plus de cela, ils souhaitent que les prix de ces choses montent jusqu’à 2000F le Coro. Ce n’est pas humain », déplore-t-elle. J’apprécie cette décision pour que les céréales restent au pays pour le bien de tout le monde, poursuit-elle. Madame Priscilla émet le vœu de voir cette décision suivie des actions concrètes par les autorités.

Le  collectif tchadien contre la vie chère dit être Saint-Thomas. Le président de ce collectif M. Dingamnayel Nelly Versinis veut voir les autorités douanières accompagner cette décision par des actions avant de croire.  Sinon, M. Versinis est d’accord avec la décision. Il rappelle que la lutte que le collectif mène depuis des années est de demander à l’État de réguler le prix des denrées alimentaires des premières nécessités. Pour lui, cela ne sert à rien d’interdire l’exportation des céréales alors que le prix sur les marchés ne change pas. « Le problème ne se pose pas au niveau de l’exportation ou pas de certains produits alimentaires, mais dans la régulation des prix des denrées des premières nécessités pour que les couches vulnérables arrivent à avoir un repas par jour. C’est de cela qu’il est question. On refuse de les exporter, mais quand c’est cher cela  n’arrange personne », explique-t-il. Le président du collectif tchadien contre la vie chère trouve inconvenable que dans un pays agro, sylvo-pastoral comme le Tchad, tout coûte cher. Il demande au gouvernement de prendre ses responsabilités pour réprimer les commerçants véreux. Il souhaite que le prix des denrées des premières nécessités revienne au prix d’avant. Sinon une décision interdisant l’exportation des céréales et des oléagineux ne suffit pas.

Kouladoum Mireille Modestine

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse