jeudi 20 janvier 2022

Le difficile recadrage du ministre Koulamallah

Jan 04, 2022

Le Premier ministre de la transition, Pahimi Padacké Albert dans une note le 30 décembre 2021, recadre M. Abderaman Koulamallah, ministre de la Communication. Ce recadrage porte sur le respect pour un accès libre et équitable aux médias publics à toutes les formations politiques. Le politologue Dr Évariste Ngarlem Toldé estime que ce dernier temps, il y a beaucoup de dérapages et de non-dits dans les médias publics. Mais l’application de cette note va se révéler difficile. Reportage.

Le politologue Dr Évariste Ngarlem Toldé, Enseignant chercheur analyse qu’il ne voit pas ce qui justifie le recadrage de la communication Abderaman Koulamallah par le Premier ministre Pahimi Padacké Albert. Selon le politologue, il existe déjà des textes qui réglementent l’accès aux médias publics à tous les partis politiques y compris à ceux de l’opposition. « À mon avis ce recadrage du ministre de la Communication porte-parole du gouvernement M. Abdramane Koulamallah s’adresse plus aux médias publics. Même bien avant l’arrivée de l’actuel ministre, les précédents ont toujours pris position. Cela montre la mauvaise pratique du métier de journaliste dans les médias publics ». L’enseignant chercheur estime qu’il faudrait comprendre que le ministre Koulamallah n’en fait qu’à sa tête. Le politologue estime que les décisions de M. Koulamallah seraient venues de bien plus haut que le bureau du Premier ministre de transition (PMT). « Je ne pense pas que le PMT soit dans la droite ligne du CMT. Je comprends pour ma part que certainement ce que fait le ministre de communication lui vient beaucoup plus haut. Je ne pense pas que la primature pourra changer quelque chose », soutient-il.

L’analyste politique mentionne que le message des leaders des partis politiques de l’opposition qu’il passe par les médias publics ou non, il y a d’autres canaux et supports. Ils n’ont pas forcément besoin des médias publics pour relayer le contenu de leur message dit l’enseignant chercheur. Dr Évariste affirme que ces canaux aujourd’hui portent mieux et plus loin que les médias publics. « Mais toujours est-il que ce dernier temps il y a beaucoup de dérapages et de non-dits dans les médias publics. Alors, je crois, c’est par rapport à cela que le PMT aurait fait ce recadrage, mais son application sera difficile ».

Selon M. Salibou Garba, président national du parti, Alliance nationale pour la Démocratie(AND), « Ce recadrage du Premier ministre de la transition est de la démagogie. »

La note du PMT disait en substance que « la liberté d’expression est l’un des axes cardinaux de la construction d’un État de droit que tous les Tchadiens travaillent à bâtir ». Il signifie que le débat politique et la libre expression sont des vecteurs de maturité politique et gardiens de la paix.

Pahimi Padacké Albert s’appuie sur les orientations du Président du Conseil militaire de transition (CMT) et le programme politique du gouvernement de transition.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse