jeudi 20 janvier 2022

Malnutrition et prise en charge des enfants

Nov 28, 2021

La malnutrition est  un manque de nutriments dans le corps causé par un régime déséquilibré, des troubles de digestion ou une maladie. Cette maladie affecte beaucoup des enfants dans la capitale. Pour prendre en charge ces enfants qui souffrent de la malnutrition, les unités nutritionnelles thérapeutiques et ambulatoires sont installées dans les districts et les centres de santé de N’Djamena. Ces unités distribuent les aliments thérapeutiques prêts à l’emploi aux mamans pour la consommation de ces enfants. Reportage.

Au centre de santé Place-Nord de Blabline, c’est tous les mercredis que l’unité nutritionnelle ambulatoire distribue l’Aliment thérapeutique prêt à l’Emploi, plus connu sous le nom de Plymplym, aux enfants. Cet aliment est destiné à la consommation des enfants malnutris. Il traite les formes de malnutrition simples, aiguës et sévères. À l’entrée on est accueilli par les cris et les pleurs des enfants. Les mères sont assises dans cette ambiance attendant patiemment leur tour.

Madame Haoua Kodbé est la responsable de l’unité nutritionnelle ambulatoire de Blabline. Son service prend en charge 335 enfants malnutris âgés de 6 à 59 mois avec 45 nouveaux cas enregistrés par semaine. Elle explique les critères d’admission à l’unité nutritionnelle. « Quand nous recevons un enfant, nous prenons sa taille, son poids, on fait la recherche des œdèmes bilatéraux et le test appétit avant de l’admettre ». Elle indique explique qu’après avoir pris toutes ces informations sur l’enfant, une fiche de ration est donnée à la maman et l’unité garde une copie et la fiche de suivi. Pour la responsable, 28 sachets de 92g contenant 500kcal sont donnés à chaque maman pour 2 semaines. Les sachets sont accompagnés de 14 comprimés d’amoxicilline de 250 mg pour prévenir les infections, précise-t-elle.  L’équipe de madame Haoua distribue aux enfants 20 à 22 cartons de 150 Plymplym tous les mercredis. Selon elle, si les mères suivent normalement les consignes, les enfants vont sortir de la malnutrition après 4 séances de prise en charge. Madame Haoua affirme qu’après l’admission, l’enfant doit répondre aux critères pour sa sortie. C’est-à-dire que le périmètre brachial de l’enfant doit être supérieur à 125cm. C’est en ce moment qu’on peut dire que l’enfant est sorti de la malnutrition. Elle soutient que certaines mères vendent l’aliment aux marchands de la place. Pour ce cas de figure, la responsable de l’unité nutritionnelle ambulatoire de Blabline adopte une stratégie. « Je dis aux mamans que si à deux ou trois séances, on ne voit pas une évolution positive de la santé de l’enfant, on va t’exclure de l’unité. Elles ont peur d’être exclues donc elles donnent normalement l’aliment à leurs enfants », ajoute-t-elle. D’autres encore, inscrivent leurs enfants dans 2 ou 3 unités nutritionnelles à la fois pour se retrouver avec beaucoup de plymplym par semaine. On le découvre quand elles se trompent de fiche de ration. Madame Haoua affirme qu’en plus de la prise en charge nutritionnelle assurée par UNICEF Tchad, ces enfants sont aussi pris en charge gratuitement pour les soins au centre de santé Blabline. 

Kouladoum Mireille Modestine

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse