Journal

Journal (991)

À quelques mois des élections référendaires, une organisation de promotion et défense des droits humains, Droit de l'homme sans frontières (DHSF) ont organisé du 23 au 24 août une formation, en collaboration avec le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrales (REDHAC) sur « l’utilisation de l’alerte précoce auprès des jeunes et des femmes basées sur le monitoring et le reporting du processus électoral ».

Pour Layibe Tourdjoumane, président national de DHSF, « cet atelier vise à contribuer à l'ouverture de l’espace civique à travers l’appropriation et l’utilisation des instruments qui sont liées à la démocratie et à la bonne gouvernance, ainsi que le suivi, le reporting des élections est au partage d'expériences sur les mécanismes de paix et réconciliation nationale », dit-il. M. Layibé estime que les jeunes sont moins impliqués dans la chose publique. C'est pourquoi la Coalition pays et REDHAC à travers ces activités visent spécifiquement à outiller et à renforcer les capacités des jeunes filles et les femmes participantes et de les déployer sur le terrain durant le processus électoral, explique-t-il. Il indique aussi que les jeunes filles et les femmes s'engagent à couvrir les élections sous la supervision de la Coalition Pays qui mettra à la disposition du Secrétariat Permanent du REDHAC les données collectées pour l'élaboration d'un rapport et des recommandations pertinentes au niveau national, régional et international relatives aux défis rencontrés lors du processus électoral sur le terrain.

Norbert Kamgaing, conseiller au conseil d’administration du REDHAC estime que cette formation permet de baliser le chemin des libertés fondamentales. « La protection légale des défenseurs de droits humains deviendra une réalité et la consolidation des institutions démocratiques, la cohésion sociale, la paix sera l'affaire des filles et fils du Tchad et au-delà de toute la sous-région », conclut le conseiller.

Abderamane Moussa Amadaye

L'Ong voix de la femme a signé une convention de partenariat avec l’Association tchadienne pour l'Action Citoyenne et le Développement (ATCD) ce mercredi 23 août.

Cette convention de partenariat entre les l'Ong voix de la et l'ATCD a pour objectif de développer des relations dans le domaine de la formation et de renforcement des capacités dans plusieurs domaines entre les deux structures. Les résultats attendus sont, entre autres, une diversification de l’assistance sociale, le partage d'expérience et l'aide humanitaire.

Pour la présidente de l'Ong voix de la femme Amina Tidjani Yaya, cette convention vise à mener des activités communes dans la ville de N’Djamena et dans nos antennes provinciales, pour le bien-être des femmes et enfants. « Nous allons soutenir cette jeune association qui par ses actions est sur le terrain ».  Elle affirme qu'elle va soutenir également les jeunes entrepreneurs dans le digital.

Le président de l'ATCD Bakhit Abdoulaye Chaïbo a tenu à exprimer sa reconnaissance à l'Ong la voix de la femme, selon lui, depuis le décès du maréchal du Tchad Idriss Deby Itno en avril 2021, seule l'Ong, voix de la femme est active sur le terrain pour soutenir les causes de la population notamment la scolarisation des filles et des enfants, et lutter contre la Violence Basée sur le Genre (VGB). À travers ce geste, M. Bakhit a ajouté 10 autres filles de série scientifique meilleure bachelière attribuée à l'Ong voix de la femme afin de les primer pour le salon de l'excellence et de l'Orientation des nouveaux bacheliers du Tchad.

Noël Adoum

Le Cadre National de concertation des partis politiques (CNCP) a organisé avec l'appui du programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ce mercredi 23 août 2023 un séminaire de formation à l'intention des leaders des partis politiques sous le thème « cadre juridique des élections référendaires » dans un grand hôtel de la ville de N’Djamena.

Kamil Kamaludeen représentant résistant du PNUD au Tchad affirme que ce séminaire peut contribuer à la création des conditions pour la prévention des violences électorales et la consolidation de la paix. « Le PNUD ne cesse d'accompagner les efforts de pouvoir public pour la réalisation des élections libres et transparentes. »

Le Coordonnateur de CNCP, Dr Nasra Djimasngar soutient que c'est dans une transition apaisée que ce séminaire est organisé avec l'aide de PNUD. Selon lui, l'élection la plus proche est le référendum qui verra le peuple tchadien décidé sur la constitution et la forme de l'État. Il affirme que l'ignorance des textes réagissant les élections sont porteuses des germes conflit qui conduira à des contestations. « Le séminaire est organisé sur le contenu et l'interprétation des différentes dispositions des textes pour leurs utilisations par les acteurs politiques ».

Ousmane Bello Daoudou

Le Groupe de Concertation des Acteurs Politiques (GCAP) a organisé un point de presse ce mardi 22 août 2023 dans les locaux de la radio FM liberté. Une déclaration pour dire que le groupe a créé une plateforme républicaine de barrage au processus référendaire et anti-succession dynastique.

Le GCAP lance un plan d’actions de 120 jours d'activisme citoyen, 220 comités d'action stratégiques et de mobilisation dans 19 provinces et 91 départements pour boycotter le référendum.

Le porte-parole de GCAP Max Kemkoye estime que la junte et ses alliés, commandés par la volonté de confiscation du pouvoir, se sont clairement et délibérément engagés dans une opération d'exclusion et de refus de toute proposition constructive tendant à l'édification d'une société juste, basée sur des Institutions fortes pour un nouveau Tchad. Pour lui, la Constitution est un acte fondateur découlant de la volonté du peuple souverain. « Et nulle force ou groupe, nulle autorité, qu'elle soit militaire ou politique, ne peut s'attribuer une quelconque légitimité et se donner un droit exclusif d'imposer une constitution », a-t-il déclaré.

Selon le GCAP la junte et ses alliés sont parvenus à la rédaction d'un avant-projet par un groupe de personnes triées pour leur compétence et leur qualité à servir le prince héritier, puis à un projet de constitution commandé et adopté par un organe dépourvu de légitimité, pour reconduire le système à l'identique de celui qui a régenté le Tchad durant trois décennies tout en procédant à la tricherie. « La junte a renforcé son système de répression en supprimant d'un trait de plume, tous les droits et libertés publiques et politiques à travers l'édiction des ordonnances 8, 9, 10 et 11 du 1er août 2023 au mépris total des droits les plus élémentaires du Peuple tchadien afin d'imposer une constitution », a-t-il évoqué.

Selon le GCAP, le pays vit désormais sous un régime d'exception en plein processus référendaire transformant le pays en prison à ciel ouvert dans lequel tout type de rassemblement est interdit où la moindre opposition permet à la junte déclenche la terreur ou donnera droit à tirer à vue sur des citoyens comme ça été le cas le 20 octobre 2022.

Noël Adoum

La plateforme le Tchad d'abord a organisé cet après-midi 22 août à son siège au quartier Mardjandaffack dans le 2e arrondissement de la ville de N’Djamena un point de presse relatif à la situation au nord du Tchad dans la zone aurifère.

La responsable de cette cellule, Mme Hapsita Djibrine Assali a affirmé, « il y a eu des affrontements entre les rebelles et l'armée nationale tchadienne (ANT) dans la zone aurifère au nord du pays ». Face à cette situation, la cellule féminine de la plateforme le Tchad d’abord dit préoccuper par cette détérioration sécuritaire qui fera des veuves et des orphelins, précise-t-elle. Elle ajoute que les conflits armés ne résolvent aucun problème. Elle invite les deux parties au dialogue, « les deux parties sont composées des Tchadiens et c'est le pays qui perd », dit-elle. Mme Assali invite les belligérants à rejeter la violence.

Pour finir, Mme Assali affirme que le gouvernement de la transition a entamé un processus de la transformation du Tchad en îlot de paix et de stabilité pour une paix définitive sur toute l'étendue du territoire pour un Tchad uni et prospère, a-t-elle confié.

Ousmane Bello Daoudou

Lors d’un point de presse animé cet après-midi, 22 août, le président du Cadre des Jeunes Leaders pour le Maintien de la Paix et la Stabilité au Tchad (CJLPST) Keïnodji Carmel Ndilmaye dit soutenir l'Armée nationale tchadienne (ANT) dans ses devoirs de défense du territoire national. Et invite les rebelles à déposer les armes.

À la suite des récentes attaques rebelles au nord du pays, le CJLPST dit suivre l'engagement patriotique que mènent les vaillantes forces de sécurité pour assurer la sécurité territoriale du pays. Le président de cette organisation affirme, « c'est avec dévouement et courage que l’ANT assume sa mission régalienne au service de la nation en sécurisant nos frontières du Nord et à l'Est du pays », dit-il. Pour lui, cette réussite est le fruit du président de transition (PT) Mahamat Idriss Deby. Il salut cet engagement et invite les leaders de la société civile, les partis politiques et l'ensemble des forces vives de la nation à œuvrer sans relâche aux côtés de l’ANT pour la défense de la patrie et le maintien de la paix au Tchad.

Aussi, il invite la jeunesse à faire bon usage des réseaux sociaux. « Dernièrement des individus aux intentions douteuses ont relayé sur les réseaux sociaux le décès du président Mahamat Idriss Deby Itno, alors que c'était faux. Cette manipulation a pour objectif de saper la paix et la quiétude », dit-il. Il demande aux jeunes de ne pas croire ce qui est relayé sur les réseaux sociaux. Vérifiez toutes les informations à la source ou dans les médias officiellement reconnus, dit-il.

Le CJLPST réitère son soutien à la transition et dit soutenir la politique de la refondation du Tchad. L’organisation invite les politico-militaires à déposer les armes et revenir au pays pour une refondation solide.

Abderamane Moussa Amadaye

Ce lundi 21, août 2023 a eu lieu la cérémonie officielle de remise des équipements informatiques et bureautiques au Cadre National de Concertation Politique (CNCP) par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au siège de CNCP dans le 8e arrondissement de la capitale tchadienne.

Plusieurs équipements entre autres des ordinateurs, des imprimantes, des rames de papiers et des blocs-notes ont été remis au CNCP. Ce soutien vise à renforcer les capacités des partis politiques dans l’organisation des élections au Tchad qui se pointe à l'horizon.

Le représentant adjoint du PNUD, Yacine Kouadio souhaite que le Tchad réussisse sa transition vers un avenir démocratique et pluraliste. Il a appelé toutes les forces politiques à redoubler d’efforts pour poursuivre le dialogue constructif afin de renforcer le fragile consensus national qui sous-tend la transition. Il affirme que le PNUD investit dans l’inclusion, la transparence et le renforcement de la confiance. « Dans le cadre de notre mandat sur le renforcement des institutions, nous nous engageons à créer des conditions égales en soutenant les plateformes et les processus qui facilitent le dialogue et le renforcement des capacités tout en renforçant les institutions et les structures nationales engagées dans le dialogue politique et améliorer la confiance entre les représentants des partis politiques », dit-il.

Le coordonnateur du CNCP, Dr Nasra Djimasngar, s’est dit satisfait par cette aide du PNUD. La remise de don intervient au moment où son institution est en train de se préparer pour lancer officiellement les échéances électorales pour le retour à l’ordre constitutionnel, a-t-il indiqué.

Noël Adoum

Par le biais de son président Bakhit Abdoulaye Chaibo, l'association tchadienne pour l'action citoyenne et le développement (ATCD) à remis ce 21 août une somme de 1 000 000 de F CFA à un citoyen pour son geste qualifié de patriotique par cette organisation.

Alkhassim Mahamat Lambo qui a ramassé par terre une somme perdue de 15 millions de F CFA par terre et les a restitués à son propriétaire à la suite d'un communiqué fait à la radio DJA FM a été honoré par l’ATCD qui lui a remis une rondelette somme de 1 000 000 F CFA.

M. Bakhit Abdoulaye Chaibo, président de l'ATCD qualifie la restitution de 15 millions à son propriétaire d'acte d'honnêteté de civisme. Selon M. Bakhit, l'ATCD est une organisation qui sensibilise à la citoyenneté. Et c'est dans cette optique qu'il veut encourager Alkhassim. « C’est un citoyen honnête et un modèle pour la nouvelle génération. Nous devons l'encourager pour son acte très remarquable. Ce n'est pas du tout facile de trouver ces genres des personnes qui sont dignes et honnêtes dans la vie, notre jeunesse doit s'inspirer », dit-il.

M. Alkhassim Alkhassim Mahamat dit être reconnaissant, « Dieu nous a recommandé d'être honnête et nous devons être exemplaire pour les jeunes tchadiens et au-delà », a laissé entendre le récepteur.

Abderamane Moussa Amadaye

Le Coordonnateur du Cadre National de Concertation des Partis Politiques (CNCP) Dr.Nasra Djimasngar a animé une conférence de presse hier samedi 19 août  au siège de CNCP au quartier Ndjari dans la commune municipale de 8e arrondissement de la capitale tchadienne.

Pour Dr. Nasra Djimasngar, le CNCP est créé à la suite des résolutions du Dialogue National Inclusif et Souverain (DNIS) tenu du 20 août au 5 octobre 2022 entre les filles et les fils du Tchad. L'objectif du CNCP est de maintenir une concertation permanente. « Le DNIS a fait une kyrielle de recommandations et a pris des résolutions contenues dans le Cahier de charges de la transition », a-t-il dit.

Il affirme que le CNCP prendra toute sa place bien qu'il vient d’être désigné à sa tête, « nous sommes en train de nous rattraper dans le suivi des enrôlements des électeurs pour le processus à venir. Le plus imminent est le référendum où il sera posé la question de la forme de l'État et de la nouvelle constitution dont l'élaboration s'est basée sur la constitution de 1996 telle que résolue par le DNIS ».

Le coordonnateur dit que son équipe et lui travaillent d'arrache-pied aux côtes du gouvernement pour trouver une solution définitive à la question des rébellions récurrentes au Tchad depuis les indépendances du Tchad à nos jours, « mieux vaut plusieurs partis politiques pacifiques que des rebellions armées ». Il se réjouit de la signature de protocole d'accord de 196 partis politiques sur 260 partis.

Selon lui, Il n'est pas superflu de se remémorer que les évènements du 20 octobre 2022 qui ont été le résultat du refus de dialoguer. « À n'importe quel prix et dans n'importe quelle situation, le dialogue reste et restera le seul moyen par lequel, même les pires ennemis peuvent s'entendre sur un minimum et avancer ensemble dans la paix pour préserver des vies humaines ».  Les pays voisins, la Libye, le Soudan, la Centrafrique, le Nigeria et le Niger sont touchés par les tensions, le Tchad est la terre d'asile pour les populations voisines, selon lui.

Le coordonnateur a souligné les perspectives du CNCP qu'il qualifie de bonnes dans le cadre de la collaboration avec les partenaires techniques et au développement du Tchad, des projets comme les formations des jeunes, femmes et hommes ainsi que les hommes politiques sont en vue. M. Nasra Djimasngar annonce la création bientôt d’une « Maison des Partis » qui sera une bibliothèque des partis politiques.

Noël Adoum

Les jeunes du Parti Socialiste sans Frontière (PSF) ont organisé hier samedi 19 août 2023, « une journée citoyenne pour la salubrité » à l'hôpital de l'Union de Chagoua dans la commune municipale de 7e arrondissement de la ville de N'Djamena pour, disent-ils, assainir l'hôpital. Reportage.

Samedi 19 août au matin. Il était 8h. Plusieurs jeunes du parti PSF se sont mobilisé balais, râteaux et éponges en mains. Ils envahissent l'hôpital de l'Union de Chagoua communément appelé « Hôpital américain » pour le nettoyer sous les regards des habitants du quartier un peu surpris. Ils ne sont pas venus les mains vides, ils ont remis des couvertures de couchage aux patients.

Le Secrétaire Général chargé de la communication et porte-parole des jeunes du PSF Ngabna Fatcher Évariste affirme qu'ils ont un plan d'action dans lequel, cette journée dénommée, « journée citoyenne pour la salubrité » figure. Cette activité, selon lui, a pour objectif de mener des actions pour nettoyer la ville. « Nous sommes venus donner un coup de balai à l'hôpital, mais aussi venir au secours des personnes vulnérables avec la remise des cadeaux aux nouveau-nés, ainsi qu'à d'autres patients ».  Il ajoute, « le parti socialiste sans frontières est un parti ouvert qui mène ses actions citoyennes et sociales selon son plan d’action ». Dans les jours, à venir, ils comptent faire d’autres activités dans d'autres lieux publics.

Sur le dossier de l'insalubrité, M. Évariste dit être sidéré de voir la capitale tchadienne aussi sale parce que le pays a les moyens de nettoyer la ville. Selon les jeunes du PSF le Tchadien doit-être au service de son pays même si nos gouvernants négligent.

Le surveillant général de l'hôpital Wangmené Pilbar soutient que l'acte mené par les jeunes du PSF est salutaire parce que nos hôpitaux sont sales, mais grâce au nombre des jeunes mobilisés venus donner un coup de balai l’établissement est propre. « La santé commence par la propreté, quand un lieu est saint la santé y est aussi. Le problème de salubrité n'est pas le problème seulement de la mairie, tout citoyen doit contribuer à garder les hôpitaux et la ville propres »

Noël Adoum

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays

Votre Publicité sur Ialtchad Presse