mercredi 21 février 2024

Journal

Journal (948)

Lors d’un point de presse hier lundi 22 janvier, une plateforme dénommée, « Coalition républicaine contre l'impérialisme et l'ingérence extérieure au Tchad » est mise sur pied par le Groupe de concertation des acteurs politiques (GCAP). Elle regroupe une dizaine de partis politiques de l'opposition. Avant de finir, M. Djona invite la France à plier bagage de pays de Toumai, « l'heure est venue de laisser le Tchad aux Tchadiens », dit-il.

L'objectif de cette coalition, disent les organisateurs, est pour faire bloc contre l'immixtion de la France dans les affaires internes du pays. Pour Professeur Avocksouma Djona, président du parti les démocrates, le Tchad depuis son accession à l'indépendance est sous le joug du néocolonialisme français, « tout se décide par la coloniale France. Le Tchad, notre pays, se dit État indépendant et souverain depuis le 11 août 1960, mais ses ressources, son système politique et éducatif, et sa gestion en tant que pays sont entre les mains de la France qui s'accapare de tout, contrôle tout et dicte tout, au point de choisir comment nos dirigeants doivent être choisis, qui doit être choisi, comment ceux-ci doivent se comporter, agir et parler », martèle M. Avocksouma. Il estime que le moment est arrivé pour que les Tchadiens décident de s'affirmer comme un peuple. Et se libérer définitivement des oripeaux colonialistes et des vestiges tels que, les bases militaires françaises, la prédation économique et d'esclavage institué via la monnaie des colonies (le franc CFA), etc. « En tant que citoyens notre ultime responsabilité patriotique est de défendre et de protéger notre partie et sa souveraineté. Nous décidons d'unir nos forces et nos énergies pour mettre fin à l'ingérence extérieure et défendre les intérêts de notre pays », dit-il.

L'ancien ministre de la Santé, Avocksouma Djona, rappelle à la France que le Tchad ne se laissera plus faire. « La France continue à s'entêter. Nous rappelons à ses dirigeants qu'il y a désormais au Tchad des patriotes pétris dans l'âme qui ne se laisseront plus faire et qui aiment leur pays. Nous ne courberons plus l'échine ».

Avant d'annoncer la mise sur pied de la coalition, il a rappelé, sous forme d’interrogation, le passé historique entre le Tchad et la France entre les deux guerres mondiales . « La France de Macron aurait-elle la mémoire courte? Oublierait-elle que sa libération en 1945 était essentiellement possible grâce au sacrifice des Tchadiens? Se souvient-elle encore du régiment de marche du Tchad (RMT) qui était un régiment d'infanterie de l'Armée de Terre Française ? La France de Macron oublierait-elle que pendant que les Tchadiens étaient au front pour défendre la France, certains Français n'étaient des collaborateurs? Se souvient-elle encore que sur les 1038 combattants de la Deuxième Guerre mondiale faits compagnons de la libération par le Général De Gaulle »

Enfin, il invite les tchadiens à une prise de conscience citoyenne pour faire bloc contre l'impérialisme français au Tchad et ses alliés. « Peuple tchadien, nous avons assez dormi. Il est grand temps de nous réveiller et de nous battre pour notre patrie ».

Abderamane Moussa Amadaye

Une Assemblée générale (AG) de l'Union Nationale des Étudiants tchadiens (UNET) section de N'Djamena organisée ce lundi 22 janvier a tourné en bagarre entre le nouveau et l'ancien bureau de l'UNET. La scène s'est déroulée à l'université de N’Djamena, à la faculté d'Ardepdjoumal dans le 6e arrondissement de la capitale tchadienne.

L’AG des étudiants des facultés d’Ardep-Djoumal a été sabotée par les membres de l’ancien bureau de l’UNET. L'ancienne équipe mécontente a débarqué en pleine séance de travail. Une bagarre rangée a alors éclaté  entre les deux équipes faisant des blessés. Les forces de l’ordre sont rapidement intervenues en faisant usage de gaz lacrymogène pour disperser les étudiants. Après quelques heures, le calme est revenu et les travaux ont repris.

Le président de l'Union Nationale des Étudiants tchadiens Mahamat-Saleh Ahmat Ali affirme que l'AG du 22 janvier était censée se tenir dans le calme et la sérénité au campus d'Ardepjoumbal, « c’est une petite perturbation, créée par l'ex bureau de l'UNET section de N’Djamena. Les étudiants ont pu maîtriser ces perturbateurs et l'assemblée s'est tenue. Des résolutions ont été votées parmi lesquelles figure la réhabilitation des 32 étudiants d’ici 3 jours, passés ce délai l'UNET ne sera pas responsable de ce qui adviendra », a-t-il dit. Il a aussi souligné la mise sur pied d'un comité d'organisation des élections composées de toutes les facultés dans un bref délai. L'AG demande au ministre de l'Enseignement supérieur, des Recherches scientifiques et de l'Innovation de prendre des décisions appropriées pour que les activités fonctionnent normalement ».

Le nouveau bureau rappelle les étudiants que les cours reprendront normalement ce 23 janvier.

Noël Adoum

Les membres du Bureau exécutif de l'Union pour le Développement et le Renouveau (UNDR) ont présenté leurs vœux au président du parti Saleh Kebzabo ce 20 janvier à son domicile au quartier Paris-Congo.

Ils étaient nombreux, simples militants, conseillers nationaux et cadres à la cérémonie qui a commencé par une minute de silence en hommage aux militants décédés. Le deuxième vice-président du parti, Abderrahim Brême Atteïb a souligné quelques points notamment l'accompagnement de la transition de Doha jusqu'au Dialogue National Inclusif et Souverain (DNIS), ensuite la campagne référendaire. Pour M. Abderrahim, les dirigeants de la transition doivent être reconnaissants envers l’UNDR, « notre parti a existé et existera toujours parce qu'il s'est imposé et vivra plus mieux qu’ avant. L'objectif c'est l'avenir », dit-il.

Le président du parti M. Saleh Kebzabo a pris la parole en affirmant que 32 ans après la création du parti, les militants célèbrent toujours la cérémonie de présentation des vœux comme à l'accoutumée. Il souligne que l'UNDR a traversé une année difficile qui a fait vaciller la barque . « Nous avons traversé des épreuves difficiles, mais inutile de revenir dessus, car chaque jour le soleil se lève différemment pour éclairer le monde». Selon lui, son accession à la Primature n'était pas programmée, « ce sont les circonstances qui ont fait que j’accepte ce grand rendez-vous de l'histoire pour la construction du Tchad. Nous continuerons  de façon ferme, résolue, déterminée, personne ne peut  nous arrêter sauf à nous tuer », a-t-il renchéri. Il estime que le Tchad est éternel, lui et son parti battront pour ce pays en rappelant aux militants, « l'UNDR a sauvé le pays de la catastrophe. Nous avons pris la barque de la transition et nous avons rempli notre contrat de 14 mois. 80% des objectifs sont atteints par le DNIS, il n'y a que 20% qui restent. L’UNDR apportera toujours sa contribution pour le pourcentage restant», a-t-il conclu.

Noël Adoum

Hier 18 janvier, le nouveau Premier ministre Succès Masra a présenté le programme politique de son gouvernement devant les conseillers nationaux. Un programme politique qui s'articule autour du respect  du calendrier de la transition, de l'Éducation, de la santé, de l'économie et des médias.

Prévue à 10h, la séance a démarré avec plus de 20 minutes de retard. Le nouveau chef de gouvernement a étalé son programme politique en affirmant que  son gouvernement a pour mission de finaliser le retour ordonné à l'ordre constitutionnel. « Notre ambition est d'organiser dans les délais impartis, les meilleures élections de l'histoire de notre pays en mettant en place toutes les institutions prévues dans la Constitution, en définissant par le dialogue avec tous les acteurs politiques et forces vives de notre pays, le calendrier, le chronogramme, les moyens physiques et financiers nécessaires au retour à l'ordre constitutionnel », dit-il. Il ajoute que le succès de la transition se mesurera au retour à l'ordre constitutionnel dans la stabilité, la quiétude en permettant aux Tchadiens de choisir librement leurs dirigeants à tous les échelons, « cet objectif sera notre boussole de tous les jours et de toutes les secondes », a-t-il indiqué.

Le PM a aussi abordé la question de l'éducation, une des priorités de son gouvernement, a-t-il dit. « Mon gouvernement travaillera dès cette année pour jeter les fondations d'un pays où l'éducation deviendra la première priorité en budget en moyen, en rang protocolaire. «Déjà, dès la formation de ce gouvernement, le Président de la République a décidé que le ministère de l'Éducation nationale et de la promotion civique soit remonté dans l'ordre protocolaire pour être le premier des ministères juste après les ministères d'État; ce qui est un signal fort éloquent en plus de l'augmentation de 19% du Budget du ministère de l'Éducation nationale que vous avez vous-mêmes approuvé pour cette année », a expliqué le chef du gouvernement aux conseillers nationaux. Il a aussi évoqué dans programme la santé économique. Il estime que les secteurs clés, dont l’énergie, l’économie numérique, l'eau, le transport, l’élevage ou encore l'agriculture sont des priorités. Il a insisté sur la question de l'énergie qu'il estime la priorité. « Je ne connais pas d’exemple de pays qui s’est développé sans électricité et sans énergie. La refondation du Tchad et la transformation de la vie des Tchadiens ne peut se faire sans énergie, car l’énergie explique jusqu’à 60% de la croissance et donc l’industrialisation et la création de la richesse des nations », a-t-il laissé entendre.

Le chef de gouvernement a évoqué dans son programme le volet média public. Il estime que la télévision nationale est restreinte à un groupe et n'est à la disposition que de certains. Il promet d'ouvrir ce couloir. « Nous allons ouvrir les portes des médias nationaux à tous les Tchadiens et faire confiance aux Tchadiens dans leur jugement. Laissons les Tchadiens se parler dans leur diversité », dit-il . Il a ajouté que « la Haute Autorité des Médias et de l'Audiovisuel en tant qu'organe constitutionnel devra veiller à ce rôle de façon autonome et totalement indépendante. Nous allons faire auditer les programmes de la télévision et radio nationales et auditer les ressources humaines de l'ONAMA pour mieux les utiliser au service de tous les Tchadiens en mettant en exergue les talents cachés », a-t-il laissé entendre.

Abderamane Moussa Amadaye

Les associations des personnes handicapées ont élu leurs représentants à la Commission Nationale de Droit de l’Homme (CNDH) hier après-midi 18 janvier à la Maison des médias du Tchad au cours d'une élection supervisée par le comité ad-hoc.

Après l'explication du comité ad-hoc sur les critères, les conditions et le processus de déroulement, un bureau de vote composé de 5 personnes a été mis en place pour diriger l'élection.

Le Bureau a d'abord reçu les dossiers de candidature des candidats accompagnés des autorisations de fonctionnement des associations. Après l'examen de dossiers, 10 candidats ont été retenus. Les candidats ont été regroupés sur 5 listes, une femme et un homme.

Le Bureau organisateur a enregistré 51 participants (associations légales) pour 10 candidatures sur 5 listes. Ensuite s’en est suivi le déroulement de l'élection puis le dépouillement de 50 bulletins et 1 bulletin nul. Après dépouillement la liste numéro 1 a obtenu 19 voix, la liste numéro 2 a obtenu 13 voix, celle numéro 3 a totalisé 5 voix, la liste numéro 4 a fini avec 9 voix et celle numéro 5 avec 4 voix.

La liste numéro 1 est déclarée gagnante. Il s’agit de M. Mahamat Saleh Mahamat Tahir et Mélon Normand Moussanadji pour représenter les associations des personnes handicapées aux élections des commissaires de la CNDH.

Ousmane Bello Daoudou

Au Tchad et dans la capitale, N’Djamena, les bonnets traditionnels sont appelés «Taguiyé» en arabe locale.. Ils sont portés par les hommes pendant les cérémonies ( activités politiques, culturelles, religieuses et funéraires). L'équipe d'Ialtchad a fait un tour des plusieurs buanderies où sont lavés ces bonnets. Reportage.

Beaucoup des hommes, âgés, d’âges mûrs, des jeunes et de enfants ont adopté cet accessoire vestimentaire, le port de bonnet. Le bonnet est devenu une coutume, une tradition qui se portent fièrement lors des cérémonies culturelles et religieuses : les mariages, les baptêmes, les décès. Laveurs de bonnets est un métier qui fait bien vivre.

Aux quartiers Mardjandaffack, Bololo, Ambasatna, Ridina, Dembé, Chagoua, Habena en passant par Ndjari puis Diguel, les ateliers de laveurs des bonnets traditionnels sont partout. Les prix ne sont pas les mêmes, chez certains le prix est élevé, chez d’autres, le prix est plus bas.

Adam Moussa en a fait son métier. Il a son atelier au quartier Bololo, âgé d'une quarantaine d'années, il est père de 4 enfants. Il explique qu'il est dans ce métier depuis une dizaine d'années, « les grands bonnets décorés avec des motifs brodés ou des perles sont lavés à 750 F CFA, les petits bonnets appelés « taguiyé maréchal» à 250 F CFA et les moyens à 500 F CFA ». Il affirme recevoir plus de 50 bonnets par jour. « Grâce à cette somme, je paie le loyer du local 40.000 F CFA, je prends soin de mes enfants ainsi que leur scolarité », dit-il.

Souleymane Daoud, 52 ans, est aussi laveur de bonnets au quartier Dembé. Il estime qu'il reçoit plus de 100 bonnets traditionnels par jour, « je lave ces bonnets avec de l'eau mélangée du javel, en faisant attention aux couleurs de chaque bonnet. Je mets aussi un peu d'amidon, je le fait porter sur le bois sous forme du mortier pour l'agrandir ou le rétrécir afin de le sécher ». Il souligne que les prix sont fixés à 1000 Fr pour les grands bonnets, 750 Fr pour les moyens puis 500 Fr pour les petits. Selon lui, avant, il n'y a que les personnes âgées qui portaient ces bonnets traditionnels maintenant c'est ancré dans les habitudes vestimentaires.

Ousmane Mahamat Tahir est un client et amateur de port de bonnet, « le port de bonnet est une habitude, sans bonnet  je ne prends pas part à la prière du vendredi ». Il affirme que jadis seulement quelques communautés comme, les Peuls, les Baguirmiens, les Haoussas, les Bornous et les Arabes qui valorisent le port des bonnets traditionnels. « Porter le bonnet est un atout d’élégance pour les Tchadiens », dit M. Ousmane. Il appelle les Tchadiens à conserver cette authentique culture.

Noël Adoum

Le Comité d'organisation du prix du meilleur citoyen de la plateforme Le Tchad d’abord a annoncé le lancement officiel de la 4ème édition du prix « meilleur citoyen 2023 » le samedi 13 janvier passé à son siège national au quartier Mardjandaffack.

Pour Mme Hapsita Djibrine Assali, ce prix que consacre chaque année la plateforme est une suite logique pour la promotion d'une société d'excellence « son organisation annuelle depuis 2021 épouse les différentes visions du président de transition qui entend bâtir un Tchad solidaire », dit-elle.

La présidente du comité d'organisation affirme que cette édition a retenu 5 catégories de citoyens : artistes, citoyens de l'année, sportifs, influenceurs, femme et deux prix spéciaux.

Mme Hapsita confie que la soirée de remise des prix sera organisée le samedi 17 février dans un grand hôtel de la capitale et placée sous le patronage du ministère des Affaires culturelles, du patrimoine Historique du Tourisme et de l'Artisanat.

Selon l’association, un jury indépendant composé de 3 personnes issues de la société civile, du secteur public et du secteur privé sera mis en place dans une totale transparence, selon les critères bien définis.

Enfin, la plateforme invite les partenaires à s'engager avec eux dans cette aventure, « participer à une activité sociale relève aussi de la responsabilité sociale », dit l’organisation.

Ousmane Bello Daoudou

Ils sont de centaines à investir la cour du domicile de leur président national, Pahimi Padacké Albert ce 13 janvier pour lui présenter leurs vœux de la nouvelle année 2024. Munis de drapelets, écharpes aux couleurs et à l'effigie du parti au cou, les militants du coq blanc étaient nombreux.

Pour Pahimi Padacké Albert, ancien premier ministre et président du parti rassemblement national des démocrates tchadiens (RNDT/ Le Réveil) l'année écoulée a été une victoire écrasante du parti. « Nous avons appelé au boycott du référendum et le peuple a suivi. Bravo aux Tchadiens », a-t-il déclaré sous les applaudissements de ses militants. M. Pahimi estime que cette victoire au référendum a un prix. Notamment, la démission de quelques membres du parti organisé dans un hôtel chic de la place, qu'il a qualifié de « cinéma ». Il indique que ceux qui sont derrière cette forfaiture de démission « ont constaté que le RNDT Le réveil est le seul parti que les Tchadiens suivent et croient. Donc il faut casser ce parti. Plus de 30 ans que nous vivons en démocratie, avez-vous écouté une démission organisée dans un hôtel 5 étoiles ? Qui finance cette démission? », s'interroge-t-il. La foule réplique, « c'est le pouvoir en place », ou encore « ceux d'en face », peut-on entendre.

Le chef du RNDT invite ses militants à la sérénité et à se projeter vers l'avenir. «Notre parti c'est comme un grand arbre en début de saison pluvieuse. Lorsque le vent de l'harmattan souffle, le tronc reste sur place. Les branches sont secouées par le vent, ça leur permet de durcir, mais ne les brise pas. Pendant que les branches sont secouées, les feuilles jaunissent et tombent. Quand vous êtes de passage, en marchant dans la forêt vous piétiner les feuilles mortes qui sont tombées ça fait beaucoup de bruit qui vous font croire que toutes les feuilles sont sous vos pieds. Il faut avoir de la sagesse de lever les yeux et regarder les bourgeons ou des milliers et des millions de feuilles vertes sont en train de repousser pour reverdure les branches. Voilà le RNDT Le réveil », a-t-il tonné.

M. Pahimi fait savoir aussi que les Tchadiens adhérents quotidiennement et de façon régulière malgré l'acharnement contre le parti. Il s'est aussi prononcé sur la nouvelle constitution promulguée au lendemain du référendum constitutionnel largement boycotté par les Tchadiens. Selon lui, son parti est une formation politique légaliste et dit prendre acte. «Nous allons appliquer cette constitution mieux que ceux qui ont voté pour cette constitution », a-t-il promis sous location de ses militants.

Abderamane Moussa Amadaye

Le 11e congrès extraordinaire de l'ancien parti au pouvoir, le Mouvement patriotique du Salut (MPS), s’est tenu ce 13 janvier. Un nouveau Secrétaire général (SG) est désigné. Il s’agit de Mahamat Zene Bada ex-SG. Et le président de transition Mahamat Idriss Deby est choisi comme président d’honneur ce qui fait de lui automatiquement candidat aux prochaines présidentielles. Va-t-il accepter? Ou décliner la proposition. Le concerné n’a pas encore réagit.

Au lendemain du référendum constitutionnel et à l'occasion de la promulgation de la 5e république, l'ancien parti au pouvoir qui a dirigé le Tchad pendant trois décennies veut s'arrimer à l'environnement politique disent les organisateurs du congrès. En difficulté depuis le décès de son président fondateur, Idriss Deby Itno, le MPS a de la peine à s’organiser. Des querelles intestines ont été soulignées et reconnues par le secrétaire général sortant, Dr Haroun Kabadi qui a décidé de se retirer, dit-il, au profit d'une nouvelle génération. Il a été aussitôt remplacé l'ancien SG Mahamat Zen Bada qu’il avait en sous-main éjecté. Les congressistes ont décidé d'investir le président de transition, candidat de leur parti aux prochaines élections présidentielles.

Au-delà de la chaise musicale entre M. Kabadi et M. Zene Bada à la tête du parti, les congressistes ont effectué quelques réformes. Contrairement aux années précédentes, le secrétaire général du parti ne sera secondé que de 2 adjoints, dont une femme contre 4 dans le passé. Aussi, désormais le  Bureau politique national (BPN) du MPS n'aura que 23 membres soit 1 par province. Idem pour le Conseil national du salut (CNS) qui n'aura désormais que 15 membres par provinces au lieu de plus de 1000.

Abderamane Moussa Amadaye

Dans un point de presse ce 13 janvier, le Collectif tchadien contre la vie cherté de vie (CTCV), a dénoncé la vie chère, l'ingérence française au Tchad et exige une meilleure condition de vie pour la population et aux étudiants privés de bourses depuis plusieurs années.

Pour Dingamnayel Nely Versinis malgré des multiples revendications de la masse populaire pour demander aux dirigeants de trouver un mécanisme approprié afin d'alléger les souffrances des ménages dues aux inflations des prix des denrées  pour faire baisser la cherté de la vie, rien n’est fait, dit-il. « Le gouvernement dans sa logique d'asservissement et d'oppression érigée en système de gouvernance dictée par la France répond par un silence en laissant le champ libre aux commerçants véreux et aux multinationales implantées au Tchad tels que les Bot, Airtel et Moov Africa de malmener les consommateurs tchadiens », dit-il.

M. Dingamnayel affirme que les Tchadiens sont réduits à moins que rien dans leur propre pays par les autorités de transition.  Il va plus loin en s’interrogeant: pourquoi la France demande aux autorités de Transition de ravitailler en carburant les rebelles soudanais au prix fort au détriment des consommateurs nationaux?

Le CTVC exige que du gouvernement que les prix des denrées alimentaires baisse, de ramener le tarif de gasoil à l'ancien prix à la pompe, de ravitailler régulièrement du carburant le public sur tout le territoire, de cesser la vente de carburant hors des frontières du Tchad, etc. Le Président du CTCV demande aussi qu'il y ait le rabais des prix des boissons alcoolisées et non alcoolisées, etc. dit-il. M. Dingamnayel dénonce la suspension de la bourse étudiante depuis 2016. Et demande sa réhabilitation pour permettre aux étudiants d'étudier dans des conditions acceptables.

Enfin, le président du collectif tchadien contre la vie cher invite les Tchadiens à se mobiliser pour mener ensemble cette lutte sociale afin que chaque tchadien puisse se sentir chez lui et non vivre comme un étranger sur la terre de ses ancêtres.

Abderamane Moussa Amadaye

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays

Votre Publicité sur Ialtchad Presse