samedi 4 février 2023

Incendie au marché à mil, des commerçants témoignent

Déc 20, 2022

Un incendie d’origine électrique est survenu dans la soirée du 19 décembre 2022 au marché à mil dans la commune de 3e arrondissement de la ville de N’Djamena. Presque tous les médicaments sont partis en fumées et une somme de 1 million est consumée par le brasier. Les commerçants rencontrés sur le lieu de l'incendie disent qu’une vingtaine de boutiques a brûlé.

Il est 11h dans le marché à mil, tristesse et désolation se lisent sur les visages des commerçants sur le lieu de drame. Abakar Brahim explique que la cause de cet incendie est due aux installations anarchiques des fils électriques.  « Nous sommes en train de fermer nos boutiques, certains sont déjà partis quand la première attaque du feu est survenue. Nous avons essayé de couper les files avec des couteaux malgré la flamme, mais le courant continue et nous a électrocutés, cela nous a dépassés  ». Il affirme que quand la deuxième attaque est arrivée, c’était fini, nous n’avons rien pu sauver. « Tout est parti en fumée », dit-il.

Des commerçants sont montés sur le toit pour éteindre le feu, mais ce n'était pas facile. La boutique de mon voisin qui a commencé à se consumer, dit-il. Les sapeurs-pompiers sont venus avec un retard. Pour Abakar Ali à cause de la boutique de son voisin qui était fermée et a pris feu. « Lui était déjà rentré à la maison, ensuite le feu a contaminé la seconde boutique. Nous avons perdu des millions », dit M Abakar. Il donne l’exemple de son voisin qui a perdu 1 million et sa boutique a plus de 5 000 000 de marchandises, il y a aussi d'autres choses  « Nous ne savons pas le montant exactement combien », ajoute-t-il. Il dit avoir eu de la chance, une partie de sa boutique n'est pas consumée.

Un autre commerçant, Abakar Mahamat Tahir  « j'étais sorti pour aller à l'intérieur du marché. À mon retour, j’ai vu de la flamme dans ma boutique. Je me suis interrogé : qu'est-ce qui se passe ? Quelqu'un m'a dit que votre secteur a pris feu. À mon arrivée les uns et les autres ont essayé d'éteindre, mais tout est parti en fumée. Nous ne pouvons rien contre la volonté de Dieu ».

Enfin, Abdoulaye Abdou Moustapha  « j’étais dans ma boutique, j’ai aperçu que chez mon voisin a pris feu. Je ne savais même pas d’où est arrivé le feu. Nous avons perdu tous nos médicaments. Nous ne savons pas le montant de toutes les pertes subies par les boutiquiers. Chacun de nous a une boutique, chacun sait combien vaut sa boutique ».

Ousmane Bello Daoudou

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays

    Votre Publicité sur Ialtchad Presse