jeudi 6 octobre 2022

Internet perturbé, Tchadiens offusqués

Aoû 14, 2022

Ces derniers jours les perturbations d’Internet sur les deux réseaux de téléphonie mobile d’Airtel Tchad et Moov Tchad deviennent de plus en plus récurrentes. La rédaction d’ialTchad Presse s’est entretenue avec quelques clients de ces entreprises de téléphonies.

« Cher client, Airtel s’excuse pour les perturbations sur l’internet du fait de coupure au Soudan et au Cameroun. Des travaux de rétablissement sont en cours. Merci », c’est le message partagé par Airtel à ces clients pendant la coupure d’Internet de plus de 4 heures. Même si des travaux doivent être effectués, ces réseaux de téléphonie mobile doivent signaler en avance leurs clients avant de couper le réseau. Mais ce n’est pas le cas et ils ne sont pas à leurs premières fois d’afficher un tel comportement à l’endroit de leurs clientèles.  Ces réseaux de téléphonie mobile se moquent éperdument du respect de leurs prestations envers leurs clients.  

A ce sujet l’Autorité de Régulation des Communications Électronique et des Postes (ARCEP) qui est censée amener ces derniers aux respects de leurs contrats avec les clients agissent en sapeur-pompier après l’accident. C’est ainsi qu’après des heures écoulées ils ont réagi sur leurs pages Facebook. Les internautes les ont traités de tous les noms d’oiseaux. C’est en ce terme qu’ARCEP a réagi : « vers 10 heures, les internautes ont constaté la rupture de l’internet. Il y a eu effectivement interruption sur les deux fibres notamment du Cameroun et du Soudan. Maintenant la fibre est rétablie. Celle du Soudan est aussi en cours de rétablissement. Au soulagement de tous, la fibre venant du Soudan vient aussi d’être rétablie » telle était leurs réactions. Face à la situation, quelques clients de ces deux réseaux de téléphonie mobile réagissent.  

Larkos Sabine Mbawa, chargée de formation à l’hôtel Radisson Blue, par rapport à la perturbation du réseau d’internet d’hier 12, vraiment c’est un manque de respect envers nous les consommateurs.

Pour ARCEP, Soit on nous cache le véritable problème soit ils ont failli à leurs communications. Le réseau était coupé vers 10heurs et c’est aux environs de 12 heures que nous avons reçus le message d’Airtel et  de Moov Tchad qui s’excuse pour les perturbations. Selon eux la perturbation vient du fait qu’il y a coupure au Soudan et au Cameroun voisins et que les travaux de rétablissement sont en cours.

Jean Bosco Manga,  Juriste affirme, « au Tchad il y a trop d’amalgames en ce qui concerne les relations contractuelles de droit privé entre les clients abonnés et les sociétés téléphonies mobiles. On constate qu’il y a trop d’intrusion des tiers, alors que les clients attendent que leurs co-contractuelles qui sont ces sociétés décident ou régissent de concert avec eux. Mais tantôt c’est l’État, tantôt c’est le régulateur qui se mêlent de tout. Ces agissements peu orthodoxes ne sont pas de nature à maintenir la confiance avec les abonnés. C’est ce qui met toujours les abonnés en colères lorsqu’il y a des décisions ou des incidents qui peuvent même être raisonnables et compréhensibles. Souvent, on ne donne des explications qu’après la réaction des usagers, et cela est souvent diversement apprécié. Et cela se comprend ».

Rarissengar Ndjenarem Romaric, étudiant : «  le 12 dernier les perturbations du réseau Internet nous a mis dans tous nos états.  Il est impossible dans un premier temps de contacter ma famille et le comble je suis sur un projet de recherche à Dshang en collaboration avec des personnes au pays. La situation a vraiment perturbé notre séance de travail qui était d’abord une priorité et sans mentir je suis très déçu de cette situation. J’appelle les autorités au bon sens et nous exigeons plus de mesure pour la stabilité du réseau internet parce que les réseaux sociaux ne sont pas seulement pour une finalité banale. Mais veille également a l’accomplissement de plusieurs prérogatives qui sont bénéfiques pour les uns a autres qui sont au pays ou partout ailleurs ».

Pour Sonia Djérayom : «  rien ne justifie ce comportement. Car le peuple doit s’informer et s’exprimer sur les sujets du pays. Même si c’est pour le Dialogue ou ils se disent que c’est  inclusif  ils n’ont pas le droit de nous limiter. Les règles doivent être redéfinies par nos prestataires de téléphonie mobile et un respect envers leurs clientèles est une obligation pour eux ».

Djénom Josiane

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays

    Votre Publicité sur Ialtchad Presse