dimanche 2 octobre 2022

Le gazole a-t-il tari à la raffinerie de Djermaya ?

Written by  Avr 24, 2022

Bientôt un mois que les N’Djamenois remuent ciel et terre pour s’approvisionner en gazole. Les automobilistes, les grandes et petites entreprises ne sont pas à quel saint se vouer. Les autorités en charge du pétrole de sa distribution et de sa vente ne s’expliquent pas sur la question. Les conséquences sociales et économiques sont palpables.

Le gazole a-t-il disparu de la mini-raffinerie de Djarmaya ? C’est la question  que se posent les N’Djamenois ces derniers jours. Qui doit donc répondre à cette question ? Bien évidemment, c’est le gouvernement. Mais pourquoi est-il resté muet jusqu’aujourd’hui ? Les raisons ne sont pas toujours évoquées. Difficile à cerner cette situation qui sème le désarroi. Les particuliers et les entreprises privées ne savent pas quoi faire. Chaque jour, les consommateurs font le tour des stations-service sans être satisfaits. Certaines stations-service de la place affirment n’avoir pas le gazole depuis des semaines. Pour confirmer leur propos, les pompes numériques sont purement et simplement bâchées.

Les agences de voyages dépassées par la situation ont prévu fermer leurs portes. Certaines petites et moyennes entreprises essaient de trouver du gazole auprès des détaillants dans les quartiers. Mais cela pour combien de temps à partir du moment où mêmes, les stations-service sont vides ? Mauvaise nouvelle, ces détaillants spéculent et vendent le litre à 750 FCFA. Dans les usines de fabrique de glace, les chefs d’usine notent le délestage intempestif du courant par la société Nationale d’Électricité (SNE). Une situation très embarrassante qui les contraint à l’utilisation de grands groupes électrogènes. Ils tombent d’emblée dans de grosses dépenses et tournent en perte, car le fut du gazole est vendu à 150 000 FCFA.

Cette pénurie n’est pas sans conséquence. Par exemple, certains petits entrepreneurs risquent de fermer leurs portes. Parce qu’ils ne peuvent pas supporter les charges de dépense en carburant. Dans le domaine social, le prix de glace par exemple va croissant en cette période de canicule en plein ramadan. L’usine ne fabrique pas en quantité faute d’énergie électrique. Certains employés de petites et moyennes entreprises sont menacés de chômages techniques. Les Tchadiens n’ont-ils pas droit à un éclairage de la part du gouvernement ou des conseillers nationaux sur des questions touchant à leur bien-être ? Cette rareté impacte négativement sur la vie des Tchadiens. Il est temps que les autorités de la transition règlent ce problème au plus sacrant.

Moyalbaye Nadjasna

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays

    Votre Publicité sur Ialtchad Presse