vendredi 2 décembre 2022

1 an déjà que le Maréchal est mort

Written by  Avr 19, 2022

Cela fait exactement un an que le président tchadien le maréchal Idriss Deby Itno est mort. Le 20 avril 2021, l’annonce de sa mort a créé une panique à N’Djamena, la capitale tchadienne. La nouvelle a défrayé la chronique et les « Unes » des médias nationaux et internationaux. Une véritable surprise pour les militants du Mouvement patriotique du Salut (MPS) qui attendaient pour fêter leur victoire aux élections présidentielles pour un sixième mandat consécutif. Retour sur cet évènement.

La nouvelle du décès du maréchal du Tchad a surpris tous les Tchadiens. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) proclamait sa victoire aux élections d’avril 2021 avec plus de 92 % de suffrage exprimé. Les militants s’organisaient pour la fête du sixième mandat consécutif du président fondateur du Mouvement Patriotique du Salut (MPS) Idriss Deby Itno.

Ce 20 avril 2021, les chars de combat quadrillaient la ville de N’Djamena. C’est une débandade totale, piétons, motocyclistes et automobilistes créent un embouteillage sans pareil. Il faut beaucoup de manœuvres pour arriver chez soi pour ceux qui ont appris la nouvelle.  Sur les antennes des médias publics et privés mêmes internationales, la mort du maréchal tchadien passait en boucle et les éditions spéciales se multipliaient. Les rebelles du Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT) avaient lancé l’offensive coûtant ainsi la vie au président tchadien qui s’était rendu au front.  Rapidement, un calme relatif régnait sur N’Djamena malgré la nouvelle du décès du Chef de l’État.

Aussitôt, les militaires ont mis sur pied un Conseil militaire de transition (CMT) et Mahamat Idriss Deby, fils du président prend le pouvoir. Les militaires déclarent de leur intention à la télévision nationale. La junte dissout de facto la constitution et l’Assemblée nationale (AN) qui vont être réhabilitées plus tard en attendant la mise sur pied d’un Conseil national de la transition (CNT). À la place de la constitution, les militaires formulent une charte de transition qui confère tout le pouvoir entre les mains du Président du CMT. Quelques jours après les obsèques du maréchal sont organisés en présence du Président français Emmanuel Macron, et du Président en exercice de l’Union africaine (AU) Félix Tshisekedi. À la place de la Nation tchadienne, des tirs de canon ont salué la mémoire du fils du soldat Idriss Deby Itno mort au front. La dépouille mortelle du maréchal Idriss Deby Itno va être ensuite transportée à Amdjaras (Ennedi Est) son village pour être inhumé.

L’entame de la transition au Tchad était cadencée par des mouvements d’humeurs, les manifestations et des vives contestations. Certaines organisations de la société civile, des partis politiques de l’opposition, les forces vives de la nation parlent de coup d’État. D’autres doigtaient les Français et les accusaient de soutenir les militaires au pouvoir. Ces manifestations ont été pour la plupart réprimées dans le sang créant ainsi un climat de tension entre la population et les militaires.

Un an après la mort du président Idriss Deby, la transition avance difficilement. Après les pré-dialogues civils, les politico-militaires militaires et le gouvernement n’arrivent pas à s’entendre pour donner la chance au Dialogue national inclusif prévu pour le 10 mai prochain. Or la transition en compte déjà 12 mois sur les 18 mois prévus dans la charte.

Moyalbaye Nadjasna

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays

    Votre Publicité sur Ialtchad Presse