mercredi 21 février 2024

DT

DT

Le président du Parti Démocratique et Socialiste pour l'Alternance (PDSA) et chef de mission de coordination de l'alliance pour le Oui section Guera M. Malloum Yoboïdé Djeraki a tenu un meeting ce lundi 11 décembre dans la ville de Bitkine au département d'Abtouyour dans le Guera. Il a appelé ces partisans à voter Oui le 17 décembre prochain.

Au Guera M. Djeraki a mobilisé plus de 5 000 personnes, dont les autorités politiques et traditionnelles dans son grand meeting d'Abtouyour. Les habitants sont venus de partout de la province pour assister à la rencontre. « La volonté de la population d'Abtouyour va aller au-delà des attentes et contaminer l'ensemble de la population du Guera. Le département à travers ses enfants a fait beaucoup de sacrifice pour le Tchad. La démocratie est apportée par les fils du département d'Abtouyour », a-t-il dit. Le Tchad leur est cher et ils ne peuvent pas tomber par les vendeurs d'illusions.

Selon lui, parmi les partis politiques, il y a ceux qui appellent au boycott, mais nous les enfants d'Abtouyour sommes bien éveillés, nous ne laisserons pas cela arrivé chez nous, la paix, l'unité, la stabilité et la démocratie sont chers pour le département , a-t-il souligné.

Le PDSA appelle la population de la province à sortir massivement voter Oui l'État unitaire fortement décentralisé à 100%. M. Malloum va continuer sa tournée pour sensibiliser les habitants.

Noël Adoum

À une semaine de la tenue du référendum constitutionnel, le Groupe de concertation des acteurs politiques (GCAP) a tenu un meeting ce 10 décembre au stade omnisport du 7e arrondissement.

Militants et sympathisants de 13 partis politiques ont pris d'assaut le stade. Banderole à la main, ils scandent, comme il est écrit dessus « halte au référendum, sauvons la République ».

Différents présidents de partis politiques se sont succédé sur le podium pour dénoncer le processus référendaire qu'ils estiment biaisé. De Max Kemkoye en passant par le professeur Avocksouma Djona ou encore Dr Nassour Koursami, ils dénoncent les méthodes peu orthodoxes du pouvoir de transition dirigé par Mahamat Idriss Deby. Ils estiment que le président de transition veut à travers cette constitution se pérenniser au pouvoir pour sa propre jouissance et celui de ceux qui l'entourent au détriment de l'intérêt suprême de la nation.

Ils invitent la population au boycott du référendum. « Restez chez vous le jour de l'élection ou sortez pour manifester votre désaccord à cette mascarade qui veut nous maintenir nous et nos enfants dans la servitude. Et à la solde d'une clique qui nous gouverne depuis 30 ans ».

Enfin, le porte-parole du GCAP, M. Kemkoye promet parler le 15 décembre prochain des stratégies du boycott de ce qu’il appelle « mascarade électorale orchestrée par l'héritier Kaka ».

Abderamane Moussa Amadaye

Le parti FAR membre du Bloc fédéral pour le non au référendum constitutionnel a organisé une conférence de presse, leur slogan « Je vote non au référendum constitutionnel du 17 décembre », trônait partout cet après-midi à École avenir au quartier Moursal dans le 7e arrondissement.

C’est autour de son fondateur Yorongar Ngarlegy que Ramadane Souleymane, Djimbaye O. Kakalé deux membres du Bureau exécutif ont expliqué de long en large la fédération, ses avantages et son intérêt pour le Tchad. Pour eux, le fédéralisme est un système politique prôné par le FAR, il y a déjà 30 ans. « Le FAR est un parti fédéraliste depuis sa création », disent-ils.  Ils soulignent que le système fédéral favorise les conditions pour le développement d'un pays, corrige la mauvaise gouvernance et contribue à la sécurité de la population. « La fédération n'est pas la division, c'est plutôt une union », disent les membres du parti.

Ils affirment que malgré les fausses informations distillées, les Tchadiens ont compris la nécessité de la fédération, « C’est réjouissant. La fédération reste la seule solution pour ce pays ».

Ousmane Bello Daoudou

Une nouvelle formation politique, dénommée « Parti Le Républicain » a lancé officiellement ses activités ce 9 décembre 2023 au centre Al-Mouna dans la commune du 2ème arrondissement. Le parti dit guider par un esprit patriotique, s'oppose à la monnaie FCFA et à la présence des armées étrangères.

Sadam Ali Hamat, président de cette formation politique a relevé que le parti milite pour l'unité nationale des tchadiens dans un esprit de tolérance et de justice. Il dit être sidérer par les injustices, le sérieux problème de l'énergie, le chômage qui touche durablement la jeunesse tchadienne ou encore la cherté de vie qui restent sans solution malgré les potentialités qui existent au pays de Toumai, vaste et riche. Avec un programme politique qui touche l'ensemble des nécessités de la population, M. Sadam Ali Hamat estime pouvoir avec le soutien du peuple redonner au Tchad un nouveau visage en renforçant le système éducatif, économique, social et sécuritaire. « Notre ambition est plus grande, parce qu’on a choisi l’espoir à la place de la peur, on a choisi l’unité à la division. On affirme que, nous devons littéralement refonder le Tchad », dit-il d’un ton sec.

M. Ali, président du parti Le Républicain n'a pas manqué de parler de la vision de son parti sur la politique étrangère du Tchad. Il estime que la monnaie que le Tchad et plusieurs autres pays francophones utilisent est une monnaie coloniale et de servitude, qui pour lui est destinée pour appauvrir l'Afrique. « Notre premier combat sera contre le franc colonial français imposé aux africains pour contrôler nos économies. Et pour diminuer la corruption, pour espérer un développement on doit avoir notre monnaie, et ce combat est nécessaire. Dans les jours avenirs nous allons procéder à ce travail ambitieux avec les pays francophones sur le sujet », dit-il. Il s'est aussi appesanti sur la présence des armées étrangères en Afrique et au Tchad. Selon le président du parti Le Républicain, leur présence n'a aucune importance si ce n'est de garantir leur intérêt au détriment de celui des tchadiens ou du peuple d'Afrique. « Après plus de 50 ans de présence, dites-moi, est-ce-que la rébellion, le terrorisme et tout autre genre de criminalité transfrontalière sont arrêtés ? Non, ses forces étrangères n'ont jamais aidé nos armées à faire face. Ils doivent quitter nos pays. Nous devons bâtir des armées nationales fortes pour la sécurité des africains et tchadiens pour garantir un développement durable », a-t-il conclu.

Abderamane Moussa Amadaye

Producteurs et vendeurs locaux du riz tchadien ont lancé un salon du 8 au 10 décembre au palais des arts et de la culture de N'Djamena pour mettre en valeur la production locale. Un produit local qui envahit de plus en plus l’assiette des Tchadiens. Face aux difficultés techniques et financières et à l'importation à grande échelle, les producteurs locaux veulent vise l'autosuffisance interne et croient pouvoir exporter. Ialtchad Presse a échangé avec le président du comité d'organisation de ce salon. 

Gane-bang Adji Zamtato, président du comité d'organisation et promoteur de « Adji Riz » affirme que le salon est organisé à cause du recule de la production du riz constatée au pays les 5 dernières années. Une chute due à des difficultés que rencontrent les producteurs suite à la pandémie de la COVID-19 ou encore de la guerre en Ukraine qui ont eu impact négatif sur la production locale. «La crise sanitaire de 2020 a créé des contraintes dans le commerce mondial y compris l'acheminement des céréales et des semences de qualités, puis la guerre en Ukraine qui a aggravé la situation », a-t-il affirmé.

Il ajoute que, « cette guerre a interrompu l'importation des engrais dont le Tchad dépend. Alors, les producteurs tchadiens sont entrés dans l'impasse. À cela s'est ajouté, les inondations de 2022 qui ont englouti plus 500.000 hectares de riz », dit-il. C'est dans ce contexte difficile, dit-il, que le salon a été réfléchi pour réunir les producteurs locaux, parler des difficultés et faire des plaidoyers auprès des autorités. « L’objectif est de sauver le secteur rizicole tchadien qui est rudimentaire et traverse d'énormes difficultés ».

Pour rappel, le Tchad produit localement, selon les organisateurs de ce salon, 262.000 tonnes de riz en moyenne, mais cette production a baissé.

Abderamane Moussa Amadaye

Après une formation jumelage Yaoundé- Bordeaux du 6 au 18 novembre dernier organisée par l'association Média et Démocratie (M&D) avec l'appui de la Coopération française, deux journalistes tchadiens ont restitué ce 8 décembre 2023 leur expérience avec 20 journalistes tchadiens à l'espace BETNA situé au sein du Campus France-Tchad,  dans la commune du 2e arrondissement de la capitale tchadienne, N'Djamena.

Les journalistes sont Abderamane Moussa Amadaye, rédacteur en chef du journal Ialtchad Presse et Mahamat Kao Adoum, promoteur du journal MEDD TV. Ils ont restitué les travaux de leur formation en échangeant essentiellement sur l'éthique et la déontologie journalistique, l'exercice du métier de journalisme  face à la montée en puissance des fakes news, de la désinformation ou encore de la mésinformation à l'ère du numérique.

Le Rédacteur en chef Abderamane Moussa Amadaye a fait une mise au point en rappelant que plusieurs journalistes africains de différents pays notamment ceux du Tchad, du Cameroun, de la Centrafrique et du Gabon ont participé à la formation organisée par la plateforme associative Médias & Démocratie. Cette formation théorique et pratique a permis aux journalistes de contribuer à l'émergence ou à la consolidation des processus démocratiques engagés sur le continent et l'article 25 de code de la déontologie et éthique du journaliste tchadien, avoir une bonne formation permanente, a-t-il dit.

Le prometteur de MEDD TV  Mahamat Kao Adoum, à lui, expliqué nettement les modules thématiques, la notion de base du journalisme, la nouvelle matière première du journalisme, les étapes de l'élaboration d'une nouvelle, etc. Au sujet de la question de la désinformation et des Fakes New, M. Mahamat Kao estime que pour combattre la désinformation, il est essentiel d'encourager la coordination entre ces acteurs de premier plan que sont les entreprises technologiques, la société civile et la vérification des faits. « Il faut éviter de publier des informations des sources douteuses, mais toujours publier des informations des sources vérifiées et vérifiables ».

Noël Adoum

Cahin-caha, la campagne référendaire avance avec ses adversités politiques enchevêtrées des ambitions de différents acteurs politiques. Mais qui en sortira gagnant ?

C’est définitivement Succès Masra, le chef du parti Les Transformateurs. Il est le visage populaire de cette campagne référendaire qui a tourné à son avantage. À son seul avantage. Il attire la foule par millier. C’est spectaculaire et impressionnant le tour de force qu’il a réussi depuis son retour.

La démonstration de sa popularité a atteint son zénith à Moundou, la capitale du Logone occidentale. Il avait besoin de cela pour reprendre espoir après son exil. Ses prises de parole sont aussi énigmatiques que sa position. Il appelle les électeurs à faire le choix qui leur semble bon. Ils peuvent voter oui ou non, peu importe. Il s’en accommodera. Il est égal à lui-même: ni contre le fédéralisme ni contre l’État unitaire. Ce qui est important pour le « berger » de la Transformation, c’est le contact avec son « troupeau ». La foule vient à lui pour voir, toucher, entendre ce berger qui ambitionne de les mener vers le « pays transformé » quand il sera président de la République. Sa force de frappe est sa capacité à mobiliser les foules de tous les âges et de tous les horizons. Il a profité de la campagne référendaire pour mener subtilement sa propre campagne. « Aidez-moi à transformer ce pays, en devenant président. Est-ce que vous êtes prêts à aller aux élections? Qui peut vous battre?», lance-t-il, la voix cassée devant une foule hystérique.

Alors qu’en début de campagne le Premier ministre le Kaïgama Saleh Kebzabo a astucieusement ravi des caciques du Mouvement patriotique du Salut (MPS) la gestion de la campagne du Oui, mais cet exploit a été éphémère. Et n’a duré que 8 jours malgré s’être engagé dans la campagne, ne ménageant aucun effort physique, le Kaïgama est critiqué par la présidence au prétexte que sa coalition pour le Oui ne réussit pas à mobiliser. Pas d’attroupement populaire lors de ses déplacements marathons. Quelques partisans épars s’agitent. Pas plus. Le Kaïgama s’accroche, fait recours à l’ex-Secrétaire général du MPS, Mahamat Zène Bada. Trop tard, la piste est savonnée par l’ami de circonstance et l’adversaire de toujours, l’actuel Secrétaire général du MPS, Haroun Kabadi…Résultat : Le MPS reprend la main. Les caciques du parti créent l’Alliance pour le Oui. Ils réveillent leur vieille machine de campagne : les bureaux de soutien et les partis alliés. Ils sont ragaillardis. Se jettent dans la campagne référendaire, mais c’est difficile pour eux. Ils mettent les bouchées doubles pour ne pas laisser le terrain aux seuls Transformateurs. Sur le terrain, le Kaïgama Kebzabo et son gouvernement sont débordés par le succès de Succès. Quand ils  mobilisent quelques centaines, Succès draine une marée humaine.  Ils ne savent plus comment mener cette campagne référendaire. Ils font le dos rond et remercient le ciel que  Succès avec sa stratégie de « ni, ni » est dans le camp de l’État unitaire « fortement décentralisé ».

Enfin, la présidence de transition observe perplexe cette campagne qui a fait émerger le chef des Transformateurs en acteur politique incontournable. Cette campagne référendaire est l’avant-goût d’un face à face inévitable entre le MPS et Les Transformateurs aux prochaines élections législatives. Et un duel inédit aux présidentiels entre-deux gagnants de la transition Succès Masra et Mahamat Idriss Deby.

Bello Bakary Mana

 

Lors d'une conférence de presse organisée ce vendredi 8 décembre 2023 à la bourse du travail, la Coordination des Actions Citoyennes Wakit Tama appelle les Tchadiens à boycotter le référendum du 17 décembre prochain.

Après avoir boycotté le DNIS en 2022, dénoncé la composition inégalitaire du CONOREC, la présentation d'une seule constitution sur l'État unitaire au référendum, Wakit Tama appelle à boycott du référendum.

Selon Wakit Tama, la transition a miné tout le processus en ayant recours à la fraude à volonté. Les organes électoraux, le fichier électoral sont corrompus et sous le contrôle exclusif du régime qui refuse catégoriquement son audit, tout comme il est opposé à l'utilisation des kits électoraux, dit Wakit Tama. « Souvenez-vous il a été organisé, à dessein, en pleine saison des pluies, en août, pour éliminer de grandes poches de populations réputées opposées au régime. Si cette machine de fraude est expérimentée sans une contestation rigoureuse des décideurs, partis politiques et sociétés civiles, pendant qu'il est encore temps, ce serait difficile d'obtenir des corrections lors des présidentielles », souligne Wakit Tama.

Le porte-parole Soumaïne Adoum affirme que la démocratie c'est l'expression de l'opinion et le boycott est l'opinion. «Il semblerait que les militaires ont reçu l'ordre de voter Oui», a-t-il dit.  Les Tchadiens ont associé le désastre du Tchad à l'État unitaire parce que disent-ils qui peut détourner des milliards sans rendre compte au peuple? Cela ne se passe que dans l'État unitaire. «La Conorec est pire que la CENI. Elle est remplie des membres de gouvernement qui sont pour le Oui. Comment voulez-vous que le Non gagne? », s'interroge M. Soumaïne.

Wakit Tama estime que le Non n'entraînera pas l'instauration d'un État fédéral, mais plutôt l'illusion d'un autre référendum dont le Tchad ne peut s'offrir le luxe . Wakit Tama se prononce pour le boycott de ce processus tortueux. Il est hors de question de se rendre complice d'une mascarade dont le résultat est connu d'avance, dit la coalition.

Noël Adoum

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays