lundi 20 mars 2023

DT

DT

En marge des préparatifs de la célébration de la journée internationale de la Femme édition 2023, ce mardi 7 mars il y a eu une distribution gratuite des pagnes à travers la ville de N’Djamena par les femmes de l'Office national pour la promotion de l’emploi (ONAPE) aux femmes de différents sites.

Mme Konguila Mackaye coordinatrice chargé de suivi des structures déconcentrées de l'ONAPE souligne que la fête pour cette année n'est pas consacrée seulement aux activités, mais aussi à venir en aide aux personnes vulnérables surtout les femmes concasseuses de briquaillons et d’autres femmes vulnérables également.

Sous le soleil accablant, accompagnées par des journalistes, la première étape, des femmes de l’ONAPE a été marquée par la distribution de quelques pagnes aux femmes.

Sur le premier site à côté du palais des arts et de la Culture. Surprise par ce geste, une vieille maman, Fatimé Harba, « nous sommes surpris par cette action parce que nous nous ne sentons pas concernées, mais Dieu merci, voilà nous sommes dedans. Je vous dis merci ».

Le deuxième site est derrière rond-point Sonasut, les femmes étaient assises en train de concasser des briquaillons, certaines avec des nourrissons au dos, d'autres sont des femmes plus âgées. Elles sont surprises de voir devant elles, des voitures et des motos faire irruption sans les avoir informés, chacune d'entre elles reçoit un pagne pour la fête. Très étonnées, l’une d’entre elles prend la parole, « nous sommes très reconnaissantes, nous nous croyons être oubliées, mais il y a d'autres, tchadiennes, qui pensent à nous, leurs sœurs. Au nom de toutes mes sœurs, nous vous remercions. Sinon nous ne croyons pas d'être impliqué par à ces festivités parce que c'est réservé aux femmes fonctionnaires et riches », dit-elle. Elle rajoute « c'est pour cela que nous nous s'intéressons pas à ces activités. Nous cherchons à nourrir nos enfants en exerçant ce métier de concasseuse ».

Pour la SENAFET 2023, les activités des femmes de l'ONAPE ont été marquées par la formation de 50 filles mères dotées chacune d’une machine et d’une enveloppe de 200 000 FCFA pour le démarrage de leur activité.

Ousmane Bello Daoudou

Le coordonnateur du collectif des organisations des jeunes du Chari-Baguirmi Abdelkadre Djibia a démenti lors de son point de presse ce dimanche qu’il n’y a pas eu réconciliation entre les jeunes mécontents de la mauvaise gestion de comité 5% des revenus pétroliers et le groupe du sultan Mbang Hadji. Pour les jeunes mécontents, ce sont des rumeurs et spéculations. Reportage.

Le coordonnateur du collectif des organisations des jeunes du Chari-Baguirmi affirme que contrairement à ce qui a été reporté sur la télé Tchad, il n’y a pas eu réconciliation. Il précise que le 25 février, le comité de 5% des revenus pétroliers du Chari-Baguirmi a fait appel à toutes les associations et les groupements de la province dans le but d’aider à financer leur projet. Il dit être surpris d’apprendre à la télévision nationale que les jeunes se sont réconciliés avec le président du comité de gestion, Mbang Hadji Woli. « Ce sont des allégations mensongères. Elles n'engagent que ceux qui le disent et qui le publient », a-t-il dit.

M. Abdelkadre Djibia affirme que le collectif a rencontré deux fois le gouverneur du Chari-Baguirmi à N'Djamena dans le but de trouver une solution à leurs revendications, mais malheureusement rien de bon n’est sorti de la rencontre. Il ajoute que, le gouverneur du Chari-Baguirmi Ahmat Abdallah Fadoul, sème de zizanie dans le milieu jeune au profit de Mbang Hadji Woli. « Cette pratique doit s'arrêter immédiatement pour éviter le pire dans la province du Chari-Baguirmi », avertit-il.

Les jeunes se disent consternés par la diffusion de fausses informations qui nuisent à la réputation de collectif des organisations des jeunes du Chari-Baguirmi. Il souligne qu'ils sont une organisation responsable qui se conforme à toutes les lois et réglementations en vigueur de leur organisation.

Enfin, il invite la télé Tchad à ne pas propager des fausses informations et à s'en tenir aux faits vérifiés. « La jeunesse du Chari-Baguirmi doit rester vigilante et mobilisée pour une action de grande envergure ».

Noël Adoum

Depuis quelques jours le carburant se fait rare dans la capitale tchadienne, N'Djamena. Ce matin 6 mars la situation s'est aggravée. La plupart des stations de service sont fermées et des centaines des motocyclistes et des voitures font la file. Une situation qui fâche les usagers rencontrés dans ces lieux. Reportage.

Dans les arrondissements de N'Djamena, la majorité des stations de services est fermée. Les motards, les vendeurs non formels ainsi que les conducteurs des voitures font la queue. Dans les rues, des motocyclistes traînent leurs engins faute de carburant. Cette situation agace les mototaxis appelés « clandomans », les taximans, les chefs de famille, etc.

C'est le cas de Moustapha Mahamat Rakhis, chef de famille et responsable des clandomans du 5e arrondissement. Il affirme que sa moto n'a pas d'essence. Il l'a traîné sur plus de 2km, « arrivé à la station, il n'y a pas d'essence », dit-il. M. Rakhis affirme que « les citoyens ont le droit d'avoir du carburant pour vaquer à leurs occupations et faire vivre leurs familles ». Il invite le gouvernement à régler vite ce.

Mahamat Abdoulaye, un motocycliste, se plaint lui aussi. Il dit n’avoir pas de carburant. Il est prêt à débourser 3000 F pour se procurer 1 litre du précieux liquide « mais je constate qu'il n’y a plus de carburant même chez les vendeurs à la sauvette », déplore-t-il.

Les transporteurs en commun sont dans la même situation. C'est le cas de Yaya, taximan. « Depuis 6h je suis ici à la station, mais pas de carburant pour mon véhicule. Cette pénurie va certainement affecter le prix du déplacement et aussi ma famille », s'est-il lamenté.

À la suite de cette pénurie, le ministre de l’Énergie Djerasssem Le Bemadjiel a réagi au micro de la Radiodiffusion Nationale Tchadienne (RNT) cet après-midi. Il dit reconnaître l'extrême situation du carburant. Il affirme que la pénurie sera réglée d'ici ce soir. Il a aussi soutenu que le gouvernement dispose de réserves stratégiques pour faire face à de telles situations.

Abderamane Moussa Amadaye

Dans le cadre de la Semaine Nationale de la Femme tchadienne (SENAFET), la secrétaire générale adjointe du gouvernement, Mme Fatimé Aldjineh Garfa a organisé hier lundi 6 mars un café-rencontre avec les femmes à l’Agora de son ministère. Reportage.

C’est une rencontre qui a réuni plusieurs femmes leaders issues de diverses catégories socio-professionnelles. C’était en majorité des membres du gouvernement, des conseillères à la présidence, à la primature, des conseillères nationales et celles des grandes institutions de la République. Elles ont disent-elles partagé un moment de convivialité, d’échange et de partage d’expériences pour un Tchad émergent et égalitaire.

La ministre secrétaire du gouvernement adjointe affirme que cette semaine exceptionnelle qui marquera des avancées pour la femme tchadienne. Elle demande aux femmes de continuer avec cet élan. Le SGG est l'interface entre le Conseil national de la transition (CNT) et le gouvernement de transition.

La ministre déléguée à l'indépendance énergétique Rahmatou Mahamat Hointoin, place le débat relatif à la Femme sous le thème « Femme paix et sécurité justice et réconciliation pour un Tchad égalitaire ». Elle affirme que les femmes sont présentes au CNT, au gouvernement, dans des différentes instances et qu'elles participent réellement aux prises de décisions. Elle appelle les femmes à s’autoévaluer pour qu’à la fin de la transition elles sentent avoir participé à la construction du Tchad. Elle a abordé la question du plafond de verre, « au départ nous sommes très nombreuses à l'école primaire, très nombreuses au collège et quand on arrive à certain niveau, le taux baisse. Nous sommes peut-être 30% au gouvernement, 30% au CNT, mais y a un verre invisible qui empêche la femme d'accéder réellement au plus haut niveau de prise de décision ». Il y a des décisions qui se prennent et c’est très difficile que la femme soit associée, dit-elle.

Pour Mme Hointoin, il faut que les femmes osent, qu'elles s'expriment et marchent avec assurance en regardant l'autre dans les yeux et en face, « mais en même temps il faut garder sa féminité et assurer sa singularité ». Elle appelle les femmes à être véridiques.

Selon elle, il faut que les femmes soient en mesure de dire non pour éviter de se faire ridiculiser, sinon elles n'arriveront jamais à atteindre leurs objectifs. Elle ajoute que les femmes doivent tracer leur chemin à leur rythme. « Les femmes doivent faire bouger les lignes. Et s'imposer. Les hommes ne peuvent pas changer le Tchad à eux seuls, les femmes non plus ne peuvent pas changer ce pays à elles seules, ensemble nous pouvons gagner ce combat ».

Pour Fatimé Soukar Terap, les femmes ne doivent pas rester dans leurs coins en imaginant que les choses vont changer, il faut qu'elles soient influentes. Elle poursuit, « la femme ne veut pas dépenser l'argent, mais quand on lui dit d'envoûter une autre, elle est capable de débourser tout ce qu'elle a pour faire cela ». Elle ajoute ensuite, « A chaque SENAFET, vous coupez le gâteau pour célébrer la fête de la femme, vous célébrez quoi pendant que vous êtes en train de combattre votre sœur au bureau. Est-ce que vous êtes tranquille avec votre conscience ? ». Mme Terap appelle les femmes à changer de mentalité.

Noël Adoum

La Fédération de l'Opposition Crédible (FOC), qui regroupe 8 partis politiques dénonce la mise sur pied du cadre national de concertation des partis politiques (CNCP) et qualifie cette nouvelle structure de manipulation politique.

Mis sur pied le 2 mars dernier par acclamation le cadre national de concertation des partis politiques (CNCP) est contesté par la fédération de l'opposition crédible (FOC), dit le communiqué signé par son président M. Yaya Dillo. « Les démarches qui ont conduit à la mise en place du CNCP constituent une violation des textes et lois relatives à la création et au fonctionnement des partis politiques », dit le communiqué. Il poursuit, « les articles 45, 50 et 51 de la loi n°32 de la Charte des partis politiques sont allègrement violés par le gouvernement de la junte », précise le communiqué.

Toujours selon le communiqué, l'instance suprême de tout parti politique est le congrès. Les décisions sont souveraines tout acte contraire est une violation des textes et donc les signataires de l'accord du CNPC ont violé leur propre texte. Pour la FOC, le fait que le président de transition soit le garant de cette institution et de son fonctionnement témoigne qu'il est initié et coordonné à la solde des autorités en place, « le CNCP est une entité étatique fonctionnant sur les ordres de l'exécutif ce qui vide de sens la raison d'être des partis politiques », dit le communiqué.

Pour la FOC, cette structure n'existe nulle part au monde, les partis politiques sont dans cette structure des simples accompagnateurs de validation des lois et des pratiques non démocratiques.  Les 8 partis exigent une nouvelle Commission Nationale de l'Organisation du Référendum Constitutionnel (CONOREC) paritaire, la libération immédiate des prisonniers politiques et d'opinion, l'instauration effective des libertés publiques et des droits fondamentaux et enfin l'arrêt immédiat des intimidations et harcèlements des militants de l'opposition faute de quoi, le FOC compte marcher pacifiquement le 21 mars prochain.

Signalons que le cadre national de concertation des partis politiques (CNCP) a été créé le 2 mars dernier par acclamation en absence de certains partis politiques. La coordination de cette organisation est prévue pour le 7 mars prochain au palais des arts et de la culture.

Abderamane Moussa Amadaye

Un nouveau parti le Congrès National Socio-démocrate Tchadien (CNST) est créé. Ses activités officielles sont lancées ce samedi 4 mars à la Maison des Médias du Tchad.

Selon le président du Congrès National Socio-démocrate Tchadien, CNST, Dr Daoud Mustapha Boukar, la création de son parti est le résultat d'une longue analyse de la situation du pays menacée par des nombreux défis. Ils sont pourtant surmontables pourvu qu'on mette sur pied un système d'organisation qui réponde aux aspirations de tous les citoyens en exploitant de manière optimale les ressources humaines, matérielles et naturelles.

Pour faire face à ces défis, le CNST s'est fixé comme objectif, la lutte pour l'unité nationale, la cohésion sociale et le bien-être des citoyens ; le combat contre l'injustice sociale, l'exclusion, le népotisme, le tribalisme, le régionalisme, l'intolérance, le clientélisme politique.

Aussi, ce parti dit opter pour la lutte en faveur de l'épanouissement de l'Homme par la mise en place d'une politique conséquente sur le plan éducatif, social et culturel. Le parti dit s’engager pour lutter pour une réelle démocratie, pour le respect des droits des citoyens prescrits par la charte des Nations unies de 1945, la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948, etc.

Selon le président, son parti est inscrit au registre des partis politiques le 24 mai 2022, Folio n° 513, puis reconnu officiellement le 17 novembre 2022 comme un parti politique à part entière. Il est dirigé par une équipe de 26 membres et son siège national est à N’Djamena.

Narhinguem Anastasie

Le comité d'organisation de l'élection des représentants des professionnels des médias à la HAMA a organisé un point de presse ce samedi 4 mars 2023 pour annoncer les candidats retenus pour l'élection du 18 mars 2023 à la maison de Médias du Tchad.

Selon Mme Khadidja Mahamat Hisseine la Haute Autorité des médias et de l'audiovisuel (HAMA) a constaté l'échéance du mandat des représentants des médias, un comité d'organisation a été mis en place le 22 février dernier pour lancer un appel à candidatures, réparti comme suit : un représentant des médias publics, un représentant des médias privés et un représentant des techniciens de l'audiovisuel. Le comité a enregistré sept (7) candidatures. Après avoir statué, 6 candidatures ont été retenues. Khadidja Mahamat Hisseine dit pour le compte des médias publics Yaya Mahamat Moundet, Adoum Aboubakar Idriss puis pour les médias privés Zara Mahamat Yacoub et Laoro Godjé ensuite pour les techniciens de l'audiovisuel Allazam El-hadj Issakha, Ahmat Adoum Bachar. Elle affirme que les candidatures non retenues ont soixante-douze (72) heures pour introduire une requête. Elle affirme que deux semaines sont accordées aux candidats pour battre campagne et l'élection aura lieu le 18 mars prochain à la Maison des Médias du Tchad. Khadidja Mahamat Hisseine conclut en disant les électeurs doivent être de la corporation et se munir de leur carte professionnelle valide établie par la HAMA.

Pour finir, le vote se fera à bulletin secret, 3 urnes seront disposées dans la salle et chaque corps votera dans l'urne dédiée à son corps. Les résultats seront connus le même jour par un huissier de justice mandaté.

Ousmane Bello Daoudou

Abdallah Chidi Djorkodeï a lancé les activités de son parti lors d’une conférence de presse dans la grande salle du musée national de la ville de N'Djamena.

C’est un parti nouvellement créé par un ancien mouvement politico-militaire le Front de la Nation pour la Démocratie et la Justice au Tchad Fondamental (FNDJT/Fondamental) signataire de l'accord de paix de Doha. Son président affirme qu'ils ont regagné le Tchad pour le Dialogue National Inclusif et Souverain et le désir de participer au développement socioéconomique du Tchad. « Je crois à la paix, elle adviendra que si l'on travaille sérieusement et concrètement à tous les niveaux. Les guerres prennent naissance dans l'esprit des hommes, c'est dans l'esprit des Hommes que doivent être élevées les défenses de la paix et de la réconciliation », a-t-il dit.

Pour lui leur contribution aux travaux du DNIS a été entière afin de bâtir ensemble un pays de justice sociale, d'équité, avec des citoyens égaux en droit, animés de civisme, mobilisés pour un développement durable construit sur un aménagement du territoire équilibré et une sécurité pour tous.

Abordant la question de la politique française au Tchad, M. Djorkodei affirme qu'il n'a pas changé de langage, « un pays qui se respecte ne doit pas permettre à un autre de s'ingérer dans ses affaires », affirme-t-il. Il souhaite une coopération gagnant-gagnant entre les deux États.

Pour la Commission d'Organisation Nationale, Abdallah Chidi Djorkodei relève qu'il faut un mélange de toutes les corporations comme ce fut le cas de Conseil National de Transition (CNT). Il appelle le président de transition de revoir la liste afin de donner l'espoir aux jeunes.

Le président du parti PRIE est revenu sur les événements du 2020 octobre en affirmant que le Tchad a connu des évènements plus meurtriers que ceux du 20 octobre. Notamment les massacres d'Abéché, de Sandana, de Faya, et bien d'autres qui ont endeuillé les Tchadiens. Il ajoute que, la manifestation du 20 octobre n'est pas une marche pacifique, « les jeunes avaient des machettes, des couteaux et d'autres objets. Ils ont vandalisé certains commissariats ». Peu importe ce qui s'est passé le 20 octobre, les responsabilités sont partagées. Il appelle le gouvernement à ne plus jamais réprimer les manifestations pacifiques.

Noël Adoum

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays