mercredi 21 février 2024

DT

DT

Après 2 mois de grève, ce lundi 8 janvier marque la reprise des cours 2 mois après la grève organisée par le Comité de crise et le Syndicat des Enseignants du Tchad (SET). Ialtchad Presse s'est rendu dans quelques lycées publics. Reportage.

Les élèves ont repris le chemin de l'école dès 7h. Une reprise timide. Sur les cours des écoles, certains élèves étaient heureux de se retrouver dans les classes, d'autres se baladaient sous les arbres. Le nouveau ministre de l'Éducation nationale et de la Promotion civique, MM. Ndolembaï Sadé Njesada, et son secrétaire d'État Mahamat Ibet Bekla, se sont rendus  aux lycée de Gassi, lycée Félix Eboué, lycée Technique commercial, etc. Objectif : constater la reprise effective des cours en demandant aux élèves de se remettre au travail.

Le proviseur du lycée Félix Eboué littéraire Chamsadine Mahamat Dahab estime qu’enseignants et élèves ont répondu présents. Il souligne qu'il y a des enseignants qui fonctionnaient normalement avec les cours même pendant les jours de grève. « L'essentiel est que les cours ont repris sans perturbation», a-t-il dit. Pour lui, tout problème à une solution.

Epaphrase Taossou est professeur de Philosophie au lycée Félix Éboué. Il affirme éprouvé un sentiment de satisfaction, « les enseignants vont renouer les contacts avec leurs élèves. C’est une responsabilité que nous a été confiée par la République, celle d'éduquer les enfants ».

M. Taossou explique que la lutte syndicale a toujours des conséquences. « Le dialogue est important afin d'avancer. Les autorités vont proposer un planning afin d'accompagner les élèves en classe d'examen. Elles sauront ce qu’ il faut faire pour finir le programme».

Noël Adoum  

J’écris cette chronique sous la forme d’une allégorie pour mieux illustrer ma réflexion.  

La nomination du chef des Transformateurs et farouche opposant de la transition, Succès Masra était pressentie, depuis l’accord de Kinshasa. Le président de la transition Mahamat Idriss Deby l’a choisi en voulant marquer un nouveau chapitre. Comme on a pour habitude de dire, « Masra a marché ». D’ailleurs, depuis son retour d’exil, le nouveau Premier ministre a fait le grand écart sur le dur chemin que doivent tracer les durs comme lui. Va-t-il réussir à concilier ses contradictions sur le chemin de la terre promise? Le commandant de bord Mahamat laissera-t-il le copilote Succès Masra faire voler et atterrir l’avion Tchad à l’aéroport de la démocratie sans passer par des zones de turbulences? Rien n’est sûr…

Il y a 14 millions de Tchadiens à bord. La majorité aspire à un changement profond. Je suis l’un des passagers. Je me suis faufilé dans la cabine pour observer le tableau de bord de l’avion qui va décoller. À droite du commandant Mahamat est assis son copilote Masra. Je jette un coup d’œil rapide sur les membres de l’équipage. Sur le tableau de bord, 4 lumières clignotent. C’est peut-être tôt pour se prononcer, mais ce ne sont pas des signaux anodins qu’il faut négliger.

Premier signal: La stratégie de la « Tabula rasa » (faire table rase ou renverser la table) est jugée violente et a été rejetée au profit de celle du « remplacement » qui est plus homéopathique. Masra remplace Kebzabo, mais l’équipage reste le même à quelques têtes près.

Deuxième signal: Sur les 41 membres de l’équipage, 3 seulement ont été choisis par le copilote Masra.

Troisième signal: Parmi l’équipage, les détenteurs des postes clés et stratégiques n’ont pas changé. La même personne aux Finances. La même personne aux Affaires étrangères. La même à l’Administration du Territoire, la même à la Sécurité publique, au ministère de la Défense même chose, etc.

Quatrième signal: Le copilote Masra n’a réussi à injecter du sang neuf que dans un seul grand ministère. Celui de l’Éducation, un ministère important, mais qui au fil des années s’est révélé dans les réalités tchadiennes être un ministère périphérique. Même la Justice lui a échappé à moitié, malgré son message incessant et juste de désir d’égalité. Il a réussi à placer son bras droit comme simplement Secrétaire d’État. Un suppléant. Le ministre titulaire reste le seul chef du département.

Ces 4 signaux permettront-ils de faire atterrir le Tchad à l’aéroport de la démocratie ? Malgré la volonté affichée du copilote Masra. Malgré son verbe qui plaide toujours pour l’espérance ? L’équipage l’aidera-t-il ? Le commandant de bord Mahamat n’est pas homme à trop parler. Il agit toujours où personne ne l’attend. Le copilote Masra devrait apprendre à parler moins pour mieux piloter. Tout le mérite lui revient sur la reprise des cours ce lundi. Sur la dédicace de son salaire à une bourse d’excellence. Mais son idée d’appeler au bénévolat pour donner des cours est légère. Qu’il se concentre à faire atterrir l’avion Tchad à bon port lors des prochaines élections législatives et présidentielles. Attention cette fois-ci ce n’est plus le chemin qui sera dur, mais c’est le ciel qui sera turbulent.

Dans l’avion c’est le signal du décollage… une voix retentie  « Votre attention s’il vous plaît… je suis Mahamat Idriss Deby le commandant de bord, bienvenue dans ce vol. Je suis accompagné par mon copilote Succès Masra.... Assurez vous d’attacher vos ceintures de sécurité, les turbulences ne manqueront pas... ».

L’avion a décollé. Atterrira-t-il à l’aéroport de la démocratie? Aucune garantie, mais qui ne risque rien, n’arrive nulle part.

Bello Bakary Mana

 

L’assemblée générale extraordinaire tenue ce 6 janvier, le comité de crise du Syndicat des Enseignants du Tchad (SET) décide de suspendre la grève qui a paralysé l'école durant 1 mois.

Ils étaient nombreux à investir dès 6h du matin l’Agora de l'école du centre. Un seul point était inscrit à l'ordre du jour : la grève qui dure depuis déjà 2 mois.

La séance a démarré par l'hymne des enseignants, suivi de la restitution des différentes rencontres qui ont eu lieu entre le comité de crise, le ministre de l'Éducation nationale et le nouveau Premier ministre Succès Masra.

Djimoudouel Faustin, président du comité de crise à présenter les résultats des négociations avec le gouvernement. Notamment le versement dès la semaine prochaine des salaires, des indemnités et des avantages des enseignants grévistes suspendus par le précédent gouvernement de l’ancien Premier ministre Saleh Kebzabo.  Des coupures effectuées depuis 2016 à la suite des 16 mesures prises par le gouvernement suite à la crise économique qui a frappé le pays.

Après plusieurs minutes de franches discussions, l'assemblée générale du comité de crise a décidé de suspendre à l'unanimité de façon provisoire la grève pour 1 mois. Et a appelé les élèves à reprendre chemin de l'école dès ce lundi 8 janvier.

Babou .D Rubin, enseignant au Collège d’Enseignement Général (CEG) pilote de Farcha, satisfait de la décision de l’assemblée indique « le comité de crise est victorieux. Nous ne sommes pas allés en grève pour rien. Aujourd'hui les nouvelles autorités ont montré leur volonté de faire avancer les choses. À partir d'aujourd'hui, nous levons provisoirement la grève afin de voir cette promesse se concrétiser ou non», dit-il. Madame Bintou Lawy, enseignante, affirme qu'elle est à moitié satisfaite. «Nous avons confiance à moitié à ce nouveau gouvernement. Il a notre confiance lorsqu'il honorera ses engagements», a-t-elle dit.

Abderamane Moussa Amadaye

L'Alliance panafricaine UMOJA Toumai a organisé une conférence de presse ce 5 janvier pour annoncer sa grande conférence qu'elle organisera demain 6 janvier 2024 au centre Al Mouna sous « le thème: le panafricaniste face au positionnement de la jeunesse en ces temps des changements sociopolitiques ».

Pour le Camerounais David Eboutou, ces 3 jours de séminaire avec les associations de militants de droit de l’homme, des activistes consistent à réfléchir et expliquer l'idéologie panafricaniste à divers niveaux sur des enjeux d’ordre globaux.

Cette conférence s'interrogera sur les questions comment est né le panafricanisme ? Que vise-t-il ? Quel doit être la responsabilité de la jeunesse tchadienne à l'heure où le Tchad connaît des mutations sociopolitiques ? Le positionnement idéologique des militants face aux ambiguïtés politiques? Quelle est la responsabilité de la jeunesse face à la lutte contre le néo-colonialisme ?

Pour les organisateurs cette conférence contribue au rayonnement idéologique, politique et intellectuel de la jeunesse. « Le panafricanisme s'impose comme une idéologie vivante bien qu'il soit mal défini. Pourtant nos amis occidentaux assis sur une table à Berlin nous ont confinés depuis 1884 au mépris de notre histoire commune », a-t-il dit.  

Ousmane Bello Daoudou

Lors d’un point de presse tenu ce 5 janvier à la Maison Baba Moustapha, le directeur artistique de la Compagnie Artistique Mandargué, Issakha Digadjimbaye a présenté le bilan de la phase 1 du concept « Al-Moussama ». Une campagne qui vise à promouvoir la paix, l'unité et le vivre-ensemble.

M. Issakha Digadjimbaye a expliqué que le concept «Al-moussama» tire son sens du mot arabe tchadien qui veut dire le pardon. Il a soutenu que la compagnie a mené durant la première phase plusieurs activités de promotion de cohésion sociale et de l'unité nationale. « Nous avons sillonné les différents arrondissements de la capitale tchadienne, N'Djamena, les provinces et nous sommes allés vers la diaspora en organisant des compétitions de jeunes, des activités culturelles pour véhiculer le message permettant la préservation de la paix au pays sur fonds propre avec zéro sponsor », dit-il.

L'artiste appelle les autorités et les mécènes à venir en aide à la compagnie pour poursuivre la deuxième phase de ce concept.

Pour rappel, cette campagne a été lancée le 21 novembre 2021 à la suite de la mort du président Idriss Deby Itno. Elle vise à véhiculer le message de paix, d'unité et de vivre-ensemble.

Abderamane Moussa Amadaye

Dans un communiqué de presse daté du 2 janvier, le Front pour l'Alternance et la Concorde au Tchad (FACT) a dénoncé le référendum ses meilleurs vœux pour la nouvelle année tout en souhaitant une résistance pour la même année.

« Le referendum constitutionnel qui vient d'avoir lieu démontre clairement que les gouvernants ne tiennent aucun compte du choix du peuple. Leur unique préoccupation est de donner l'illusion d'une démocratie à cette tyrannie. Nous restons ouverts afin de donner une chance à la paix, tout en étant fermes sur nos principes en refusant toute compromission ou de médiation partiale », dit le chef rebelle.

Aussi, dit-il, la volonté de la junte militaire de confisquer le pouvoir par la force. M. Mahdi soutient que la barbarie, l'humiliation, la corruption, le népotisme, l'intimidation et le pillage sont les instruments de gouvernance de cette junte. « Elle s'acharne à détruire notre histoire, celle d'un peuple, de la famille et de nos valeurs », dit-il.

De plus, M. Mahdi soutient que la junte militaire ne renoncera jamais, « elle s'enracine davantage en bénéficiant du soutien inconditionnel de ses alliés ». Selon le Fact, en 2023, 4 pays se sont uni notamment le Tchad, la Libye, la France et les Émirats arabes unis, dans le but de détruire la résistance nationale et de maintenir le système dynastique. «  Ceux qui accompagnent et chantent la refondation du pays n'ont apporté aucun changement. Ils s'en accommodent en poussant le pays à l’agonie, tout en prélevant leur part du butin », a-t-il dit.

Il conclut ses vœux en affirmant que l'année 2024 doit être celle de la résistance pour mettre fin à la tyrannie.

Noël Adoum

Dans la nuit du 2 au 3 janvier 2024, un incendie a brûlé l'un d’important marché de la capitale tchadienne, N'Djamena. Les dégâts sont énormes.

Plus de 24h après l'incendie, sur le lieu, tristesse, choc sont visibles sur les visages des commerçants. Certains sont démoralisés, d'autres ont des larmes aux yeux, d’autres encore sont consolés par d’autres. Les sites des céréales, des moulins et des habits ont été dévastés.

Abdeldjelil Hissein, régisseur du marché, affirme sur ton désolé « un court-circuit électrique est à l'origine de ce feu. Plus de 400 boutiques ont été calcinées. Les dégâts sont énormes. Plusieurs sacs de céréales, des moulins, d'autres alimentations sont réduits en cendre. De l'argent en billets que certains commerçants gardent dans leurs boutiques est réduit en cendre ».

Il soutient qu'un bilan définitif sera communiqué bientôt. Sur le site du drame, Ali Saboune, victime affirme qu'il a perdu plus de 60 millions de FCFA en produits et une forte somme qu'il n'a pas voulu nous communiquer.

Abderamane Moussa Amadaye

24h après la nomination de Masra à la tête de la primature en remplacement de Kebzabo,  premier gouvernement de la 5e République est constitué sans un grand chamboulement.

Il est composé de 41 membres, dont 5 ministres d’État et 11 secrétaires d’État. C’est, selon plusieurs observateurs une reconduction du précédent gouvernement. 4 ministres ont été éjectés. Il s’agit de Moussa Khadam au ministère de l’Éducation nationale remplacé par Ndolembaye Sadé Djesada, cadre du parti Les Transformateurs, de Laoukein Médard ministre de la Production et de la Transformation Agricole qui a cédé sa place à Keda Ballah, Mahamat Allahou Taher qui est débarqué des Télécommunications et de l’Économie numérique au profit de M. Boukar Michel ou encore Moussa Batraki remplacé par Mahamat Assouyouti Abakar à l’Économie.

Pour le reste, il n'y a pas un grand changement. Mahamat Saleh Annadif est maintenu aux Affaires étrangères, Tom Erdimi garde  l’Enseignement supérieur, Limane Mahamat toujours à la tête de l’Administration du territoire. Aussi, le ministère de la Défense Dago Yacouba et Tahir Hamid Nguilin aux Finances ont gardé leurs postes. C'est aussi le cas au ministère de la Sécurité publique où M. Mahamat Margui a conservé ses fonctions ou encore Amina Priscille Longoh inamovible du ministère d'État, chargé de la Femme. 

Dans ce nouveau gouvernement, l'on note également le tour de passe-passe entre M. Abderamane Koulamallah qui a regagné son ancien ministère de la communication et Aziz Mahamat Saleh renvoyé au ministère des Infrastructures. Le ministère de la réconciliation créé au lendemain du décès de Deby est dissous. Un nouveau ministère de l'action sociale et de la solidarité nationale est créé.

Abderamane Moussa Amadaye

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays