Reportage

Reportage (1389)

Ridina est un quartier populaire et historique de la capitale tchadienne, N’Djamena. Il jouxte le marché à mil. Il est prisé par les migrants pour sa proximité avec le marché, avec le centre-ville et les autres quartiers. Il héberge beaucoup des « sans-papiers » logés à la belle étoile. Reportage.
 
Au bord d’une rue de 15 mètres du quartier logent plus d’une cinquantaine de migrants, hommes femmes et enfants. Ils viennent tous du Nigeria et du Niger, deux pays voisins. À la tombée de la nuit, ils dorment à la belle étoile dans la cour d'une maison pour ceux qui ont un peu d'argent. Pour ceux qui ne peuvent pas se payer une place dans la cour, ils dorment au pied du mur, de la même maison.
 
Au tour de la propriété, des sacs et autres affaires personnelles sont installés à côté de certains locataires, des vieilles nattes, un luxe servent de matelas, des moustiquaires sont suspendues pour se protéger des moustiques durant la nuit. Pour d’autres locataires, c’est sur un simple plastique ou carton qu’ils passent la nuit. Pour avoir le privilège de dormir dans la cour, il faut débourser 300 FCFA par nuit et entre 100 à 150 FCFA au tour du mur.
 
La majorité de ces immigrés ont plus d'un an de résidence au pays. Certains sont même à leur quatrième année, mais toujours sans domicile ni carte de séjour. Pourtant la plupart des hommes travaillent. Ils sont  cordonniers, couturiers ambulants, coiffeurs, de blanchisseurs, de restaurateurs, etc. Les femmes aussi ne se croisent pas les bras. Elles s’adonnent aux activités génératrices de revenus. « C'est juste un dortoir, là où je pose ma tête pour dormir. Le matin je suis au marché », dit un de locataire. La plupart sont mariés, plusieurs sont venus avec leurs épouses. D'autres ont laissé leurs compagnes dans leur pays d'origine pour disent-ils de mieux se concentrer sur leur travail pour faire fortune.
 
Le matin au réveil, l’endroit se transforme en place du marché pour certaines de ces locatrices. Chacune transforme sa place en cabine de vente. Mme K qui est aussi locatrice de l'espace mural, sort de sa natte et détache sa moustiquaire afin de s'apprêter pour faire la cuisine. Mme K est vendeuse de nourriture, tous les autres locateurs sont sa clientèle. Elle sert les mets du pays d’origine (riz mélangé aux haricots, beignet de haricot, bouille...). Pour allumer le feu de cuisine, elle ramasse des objets jetés. Par exemple les chaussures usées, les objets en plastique et autres matériels combustibles. Les muets cuisinés font voyager ces migrants dans leurs pays. Mme K affirmant que depuis quelques années elle fait la navette entre son pays d’origine et son pays d’accueil, le Tchad. Elle souligne qu'elle vivait au village et a facilité l'arrivée de beaucoup
d'autres comme elle.

NDM

Dans la capitale tchadienne, N’Djamena, les chauffeurs de minibus communément appelé « Ha yiss », pour la marque japonaise Hiache, sont les mal-aimés des routes urbaines. Les gros-porteurs aussi. Ils sont accusés à tort ou à raison d'être à la source d'innombrables accidents de circulation. « Ils sont imprudents et ne maîtrisent pas le Code de la route », disent plusieurs Ndjaménois. Reportage.

Il est midi. La circulation est dense. Voitures et motocyclettes se disputent la chaussée. « La circulation à Ndjamena est vraiment un problème sans solution. Nous avons d'abord assez des minibus et les chauffeurs roulent à tombeau vitesse sans tenir compte des piétons et des mototaxi.  Déjà la ville est pauvre en matière d’infrastructures routières et l'incivisme des chauffeurs de minibus s'ajoute à cette misère », déplore Denkel Lareine , jeune étudiante en sociologie.

Abdoulaye Adoum Brahim est le secrétaire général adjoint de la Fédération Nationale des Syndicats de Transport Urbain et Inter Urbain du Tchad (FNETUIT) . Il affirme que la majorité de leurs chauffeurs sont  bien formés. « Ils sortent tous des auto-écoles après une bonne formation, d'autres sont recommandés par leur fédération. Ils maîtrisent très bien le Code de la route, mais souvent ils font exprès de ne pas respecter les règles. Dans le tas, il y a certains qui se lancent dans le métier clandestinement sans aucune notion du Code de la route et de la conduite ».
Les chauffeurs des minibus rejettent ces allégations. Ils soutiennent que l’État tchadien est contre eux. Moumine Saleh est chauffeur de minibus, « nous roulons doucement en respectant le Code de la route, mais les usagers de la route font ce qu’ils veulent sans laisser le passage. Quelques fois nous leur rentrons dedans sans notre volonté ».

Issa Hassan Issa est également conducteur de minibus.  « Je conduis depuis 1988, mais la conduite actuelle des usagers a changé parce les motocyclistes entrent en désordre dans la circulation sans respecter le Code de la route ». Selon lui, c’est la faute de l'État. Il rajoute, « nous les conducteurs de minibus, nous sommes vigilants. Nous gagnons notre vie sans chercher des problèmes  ».

Au sujet de la grille horaire de circulation des camions gros porteurs, M. Bourma le Secrétaire général de l'organisation de transporteur dit que leurs transporteurs circulent de 23h à 5h du matin. Ils suivent la voie normale avec un itinéraire allant du rond-point double voie en passant par le rond-point 10 octobre, rond-point Hamama jusqu'à rond-point du palais pour continuer vers la sortie nord de la ville de N’Djamena. Ceux qui circulent dans la ville sont des hors-la-loi. Ils se basent sur le poids de 6 à 10 tonnes, mais la capacité en tonnes est modifiée pour en faire des gros porteurs. Ils foulent au pied la décision les règles. Alors que la loi autorise que les vrais 4, 6 à 10 tonnes de circuler. Ces camions modifiés causent des problèmes, voire même des accidents de circulation.

Ousmane Bello Daoudou
Ano Nadège

Au marché de Dembé, dans le 6e arrondissement de la ville, le marché a débordé ses limites pour occuper la voie publique. Pourquoi commerçants, détaillants, petits revendeurs insistent-ils à occuper la voie publique?  Reportage.

La grande voie publique de circulation est occupée par les vendeurs. Ce sont pour la plupart des « débrouillards », « survivons en occupant la grande voie publique du marché pour vendre nos marchandises et trouver quoi mettre sous la dent », disent-ils. Chaque jour, ils sont renvoyées mais ils reviennent toujours. Contactée par la rédaction, la mairie du 6e arrondissement refuse de se prononcer. Quelques commerçants ont accepté de le faire.

Fatimé est commerçante. Elle soutient, « on a pas un autre lieu sûr. Il faut que l'État nous trouve un autre endroit exact pour qu'on fasse notre marché par exemple, nous qui vendons les nérés, on devrait avoir notre lieu spécial, ceux qui vendent d'autres choses également. Donc quand les agents de la  mairie arrivent, ils arrachent nos marchandises et parfois les renversent. Il n’y  a pas un autre endroit pour vendre nos produits ».

Letia, une autre femme commerçante se plaint, « on n’a pas de place pour vendre nos marchandises. L'État doit nous trouver un lieu pour qu'on puisse continuer à se débrouiller. La mairie nous dérange beaucoup, on ne sait pas là où aller. Avant on était là où construit ce mur, on a été chassés. Ce n’est pas facile pour moi qui a des enfants. Je suis obligée de venir sur la grande voie pour vendre mes produits ».

Une femme commerçante presque en pleurs raconte,  « Ici les agents de la mairie nous renvoient, au bord de la voie bitumée, il n’y a pas de place. On est obligé de venir s’installer ici  pour vite vendre nos marchandises. Au bord de la voie bitumée, les clients passent, ils achètent vite nos marchandises ».

Nadège Riradjim

Quelques jours après l’opération déguerpissement par la mairie central de N’Djaména, la capitale tchadienne, publics des commerçants et les vendeurs installés de manière anarchique sur les voies publiques, les  vendeurs disent être des victimes. Ils jugent cette décision inopportune. Reportage au marché « Garr Tigo ou marché Dubai ».

Il est 13h passé au marché Dubaï appelé communément Garr Tigo ce 9 juillet 2024, vendeurs et  commerçants sont aux guettent les clients malgré l’opération qui les a délogés il y a un mois. Leurs marchandises en mains ou dans des emballages, ils sont aux aguets comme des fauves et bondissent sur leurs clients en proposant des appareils électroniques.

L'ambiance n’est plus la même après le passage la destruction des boutiques. Certains vendeurs et intermédiaires sont assis sous l'ombre des arbres, méditent sur leur sort.  Les autres sont debout produits en main interpellant les passants sur la route et le trottoir.

Un des responsables du comité de crise a indiqué, sous le sceau de l’anonymat, « une seule personne est à l’origine de notre malheur. Il se croit tout permis. La cause  de notre  déguerpissement est la non-location de sa propriété due à sa proximité du lieu avec le marché. Cette personne a utilisé son pouvoir pour nous renvoyer. Les autorités nous ont proposé deux sites, mais jusqu'à présent, nous ne sommes pas fixés » , dit-il. La même source affirme que l’espace leur a été attribué par campus France, l'une des institutions de l'ambassade de France au Tchad.

Le responsable  du campus France, Cliff Oulatar dément ces informations, « ces personnes se sont installées bien avant notre arrivée ici. Nous n’avons jamais autorisé ces vendeurs à occuper cet espace ». Mais qui a alors attribué cet espace ? La question taraude l’esprit des Ndjaménois. Les vendeurs affirment «  nous payons régulièrement nos impôts et taxes à la mairie ».
 
La Mairie a-t-elle abusé des commerçants. Sur le terrain, la rédaction a constaté que  certaines boutiques qui respectant les normes ont été également fermées. Le comité de crise réclame la réouverture de ces boutiques. « Malgré nos rencontres avec les autorités notamment le maire de la ville, la gouverneur, le ministre de la Communication et le Premier ministre, rien n’a été fait. Nous  demandons au gouvernement de revoir cette situation.  C'est grâce à ce business qu'on nourrit  nos familles », se plaignent-ils.

Nadège Riradjim & Ousmane Bello Daoudou

L'Avenue Mgr Mathias Ngarteri plus connue sous le nom de « axe CA7 », une des rues les plus mouvementées pour ses bars au son de musique incessante est désormais calme. La Mairie de la capitale tchadienne, N’Djamena, a lancé une opération de démolissage des hangars qui débordent sur les trottoirs.  Une opération mal vécue par les tenanciers des bars et les boutiquiers. Elle est, par contre, applaudie par les résidents. Reportage.

L’ avenue est méconnaissable tous les vérandas des bars, des boutiques sont détruits, regret et désolation se lisent dans les regards des jeunes entrepreneurs, des promoteurs et des clients ces petites PME détruites. Une des raisons avancées par la mairie : installation sur les trottoirs et chaussées. « Les autorités disent nous avoir  informé deux semaines en avance, mais cela est archi faux. Nous avons été avisés de quitter les lieux il y a à  peine 3 jours. Et ils débarquent subitement et se mettent à casser des boutiques et bars dans un désordre effrayant. Ce n'est pas vraiment juste. Il fallait qu'ils soient présents d'abord pour nous les jeunes entrepreneurs. Aussi, nous souffrons à entreprendre et l'État tchadien est devenu notre ennemi. L’État nous ont refusé l'accès à la fonction publique et maintenant ils nous interdissent d’entreprendre. Nous vivons dans un pays de m.. », déplore un jeune entrepreneur sous le sceau de l’anonymat.

Par contre, M. Mbaiasem François, un résident du quartier est très heureux, il remercie la Mairie « merci aux agents de la Mairie parce qu'ils sont venus délivrés cet axe que je qualifie personnellement de Sodome et Gomorrhe. Cet axe est livré aux pratiques sataniques si je peux me permettre, cet endroit est devenu le symbole de la dépravation des mœurs. Les filles s'habillent très mal et sont presque des ivrognes. Et comme cela ne suffisait pas les clients stationnent les motos, les véhicules en désordre  et bloquent les passages »,

Une jeune dame dans la trentaine dit être très contente au sujet des déguerpissements sur l'axe CA7, mais pour d’autres raisons, « depuis que l’opération de démolition a commencé, j’ai mon homme à mes côtés la nuit. Il rentre toujours avant 20h. Il est toujours à la maison même les week-ends. J’en profite vraiment. Une fois de plus merci à la Mairie ».

Nadège Riradji
Ano Nadège

Depuis un peu avant les premières pluies, la mairie de la capitale tchadienne, N’Djamena et ses différents arrondissements se sont activés à curer les caniveaux pour permettre le drainage des eaux des pluies. Mais le travail reste souvent inachevé et devient un problème sanitaire. Reportage.

Chaque année les eaux de pluie inondent N’Djaména. Un problème récurrent qui cause des dégâts. La seule solution pour remédier à la situation est le curage des caniveaux, mais il faudra, affirme un n’djamenois, « que le travail soit bien fait. Et que les citoyens aussi aient beaucoup de civisme afin de ne pas boucher les canaux sinon cela crée d’autres problèmes».

Selon des sources médicales, des caniveaux bien nettoyés permettent non seulement l’évacuation des eaux de pluie, mais préviennent des maladies. Docteur Alladoum Bienvenu, médecin généraliste à la clinique Mélina, affirme « curé le caniveau c'est rendre sain son environnement, c'est prévenir aussi des maladies. L'acte de la mairie de N’djaména est louable. Nous les encourageons à curer de temps en temps ces caniveaux ».

Dans la plupart des quartiers de la ville, les caniveaux sont curés, mais les déchets ne sont ramassés à temps. Pourtant, il est écrit dans le cahier de charge de la mairie et les sociétés en charge du curage de curer tous les endroits, attendre 24h pour ramasser les déchets et les envoyer aux dépotoirs. Mais constat fait sur le terrain le délai de ramasser n’est pas toujours respecté, « ils curent et ils laissent les déchets aux  abords des caniveaux. Ces déchets auront des impacts négatifs sur la santé du public. Ces déchets dégagent des odeurs nauséabondes et peuvent provoquer des allergies respiratoires et contaminer les aliments qui seront ensuite consommés par le public ».

Un résident du quartier Chagoua, sous couvert de l’anonymat, affirme que la population joue aussi un rôle négatif dans le curage des caniveaux. Il soutient, « nous avons une population incivique. La Mairie cure et les résidents déversent leurs saletés dans les caniveaux déjà curés ». Face à cela, il faut que les autorités publiques sensibilisent la population au respect de la règle d’hygiène, peste le résident.

Ano Nadège

La population de la commune du 9e arrondissement se désole dès qu’on les aborde au sujet de la digue de Walia, banlieue sud de la capitale tchadienne, N’Djamena. Après quelques jours de pluie, les habitants sont inquiets. Ils ne savent pas quoi faire ? Ni comment éviter les inondations cette année ?
Les citoyens de la commune disent que rien n’est fait.  Selon eux, le côté ouest de la digue est simplement remblayé avec du sable au lieu d’être fait en béton. « Nous attendons à ce que toute la chaîne de la digue soit faite en béton et bien construite », disent les résidents. Ils rappellent aux autorités que ce qu’ils ont vu sur le terrain est étonnant. « Ils doivent faire l’effort de faire un bon travail afin de rendre la vie de citoyens moins pénibles durant cette saison pluvieuse », dit un riverain.
Le  secrétaire général de l’Action Tchadienne pour la Paix et le Développement durable (ATPAD), M. Moubane Guepelbe  affirme, « selon les experts, cette digue normalement doit  durer 15 ans, mais après les deux ou trois pluies passées l’état de l’ouvrage se dégrade à grande vitesse. C’est à la veille de la visite des autorités que ces ingénieurs accourent pour colmater ici et là pour que cela soit un ouvrage, mais en réalité ça ne répond pas à nos attentes ».
Les résidents de Walia lancent un cri d’alerte à l’endroit des personnes de bonnes volontés pour les aider. Et demandent au gouvernement de prendre ses responsabilités au sujet de cette digue.

Ano Nadège

Ce samedi 10 février 2024, a eu lieu la cérémonie de ralliement du Bureau de soutient au parti MPS boabab, représenté par l'actuel conseiller spécial à la présidence de la République et frère du feu maréchal du Tchad Saleh Deby Itno au Parti Socialiste sans Frontières (PSF). Reportage.

Saleh Deby Itno a fait sa première apparition publique en tant que nouveau membre du Parti Socialiste Sans Frontières (PSF), aux côtés de son président et neveu Yaya Dillo Djerou Betchi. Accueilli par les militants de sa nouvelle formation politique habillés en t-shirts et des écharpes de couleurs rose et blanc. Sur le mur sont accrochés des banderoles où on peut lire, « camarade Saleh Deby Itno, le parti socialiste sans Frontière vous souhaite la bienvenue » ou « ensemble pour une justice au cœur de la refondation ». Le nouveau membre du parti PSF a été présenté à la foule par son président sous un chant arabe.

Dans sa communication, le président du PSF Yaya Dillo Djerou Betchi relève que l'opération de ce choix est la base de la sincérité et de la justice car, « le Tchad que nous cherchons est celui de la démocratie de la justice et d'inclusion. Un Tchad arc-en-ciel celui de l'intégration de ses filles et fils », dit-il. Il poursuit, « l'État est piloté par des hommes immatures. Nous accueillons tout le monde, y compris le président Mahamat Idriss Deby Itno s’il décide de mettre le pays sur de bons rails et de faire table rase du passé ».

Selon lui, le PSF est contre un système qui met en place la prédation des ressources publiques, « nous sommes contre un système qui veut priver les tchadiens de leurs droits fondamentaux notamment la liberté, la justice, l'éducation et le droit à une économie forte ainsi qu'à la vie », a-t-il indiqué. Il ajoute, « nous n’avons pas l’ambition d’aller chercher le pouvoir. Nous avons l’ambition d’aller chercher un Tchad meilleur », dit Dillo.

Pour sa part, Saleh Deby Itno, oncle du président de transition Mahamat Idriss Deby Itno et de Yaya Dillo Djerou Betchi, il a affirmé son engagement envers son nouveau parti PSF. Il appelé les jeunes à s'unir, « tout ce que j'ai laissé là-bas, si les autres partent également, rien ne s'arrangera. Les jeunes doivent s'unir pour une idéologie commune mais pas suivre les autres ».

Noël Adoum

La coordination des actions citoyennes Wakit Tama a animé une conférence de presse ce 8 février 2024 à la bourse du travail, au cours de laquelle, elle dénonce la politique française, la mise en place de la Cour constitutionnelle et de l'Agence Nationale de Gestion des Élections (ANGE). Reportage.

Pour le porte-parole de Wakit Tama Soumaïne Adoum, en adoubant Mahamat Idriss Déby Itno, au lendemain de la mort de son père, sous prétexte de garantir la stabilité du Tchad, la communauté internationale et la France ont pris le parti d'une dévolution dynastique du pouvoir au mépris entier des règles démocratiques dont ils prétendent être les défenseurs. Il poursuit, le rapprochement de la transition de Moscou ne sert pas moins cette même cause dynastique, puisque redoutant une levée de boucliers contre son évident désir de se présenter aux prochaines présidentielles, MIDI fils recherche des soutiens moins regardants pour consolider son régime.

Wakit Tama estime que les relations avec la France est un secret de polichinelle. Car la France, a toujours fait et défait, à sa guise, les différents régimes depuis Ngarta Tombalbaye jusqu'à Deby-Père, qu'elle a sans vergogne remplacé par le fils. La coordination ajoute que la France est totalement impliquée dans la gestion du pouvoir politique et accompagne la junte dans les différentes étapes de la transition, notamment les accords de dupes de Doha à Kinshasa, l'organisation frauduleuse du Dialogue National Inclusif et Souverain (DNIS), le soutien au referendum constitutionnel biaisé du 17 décembre dernier sans oublier le dérèglement des institutions chargées de gérer le processus électoral.

Selon elle, la France s'obstine à prêter main forte tout en fermant les yeux sur les procédures judiciaires enclenchés à la Cours Pénale International (CPI) contre ce régime. Car elle reste hostile à l'idée de tout changement réclamée par le peuple. « La France et son armée ont aidé les prédateurs à désosser le Tchad dont la situation socioéconomique se dégrade continuellement, faisant des milliers des pauvres et des vulnérables », a-t-elle déploré.

Lors de son dialogue avec l'Union Européenne, Wakit Tama souligne qu'une attention particulière a été proposée pour le retrait progressif des troupes françaises de leurs bases au Tchad, y compris celles venant du Niger. « Aucun progrès significatif n'a été obtenu en direction de la paix, et les troupes françaises se renforcent chaque jour au point où leur nombre est estimé aujourd'hui à environ 12.000 soldats dispersés dans le territoire tchadien », dit-elle.

La coordination appelle le président de transition Mahamat Idriss Deby à respecter les résolutions de l'Union Africaine, renoncer à son investiture par le Mouvement Patriotique du Pays (MPS), respecter sa parole d'officier qui a promis de rendre le pouvoir à un civil élu par le peuple et considérer que le départ des troupes françaises du Tchad est une exigence nationale et qu'elle n'est pas négociable, etc.

Noël Adoum

Au cours d'un point de presse animé ce vendredi 2 février 2024 à son siège, le président du Parti Socialiste sans Frontière (PSF) Yaya Dillo Djerou Betchi dénonce la composition des membres de l'Agence Nationale de Gestion des Élections (ANGE) et le voyage du président de transition en Russie. Reportage.

Le président du PSF Yaya Dillo Djerou Betchi relève que parmi les personnalités qui viennent d’être désignées pour faire partie du Conseil Constitutionnel, il y figure de personnages de moralité douteuse, des repris de justice, etc. Il a pris l’exemple de M. Jean Bernard Padaré qui selon lui est un repris de justice condamné en 2014 pour des faits d’escroquerie et de détournements des fonds. « Un tel personnage n’a pas qualité de faire partie de cette institution garante du droit constitutionnel républicain », dit Yaya Dilo.

Concernant l’Agence Nationale de Gestion des Élections (ANGE) instituée à l’article 237 de la Constitution, la nomination de M. Ahmat Batchiret pose deux problèmes parmi lesquels il est un proche du Directeur de cabinet civil du président de transition et le principal concepteur de la présente Constitution taillée sur la mesure de Mahamat Idriss. Il ajoute, par son statut de magistrat à la Cour de Justice Communautaire de la CEMAC, sa nomination viole le droit communautaire et ne doit pas assumer cette charge. M. Batchiret a parjuré en acceptant les nouvelles charges proposées par la transition en place. « Par conséquent, nous réclamons sa révocation pure et simple », indiqué Dillo.

Le Parti Socialiste sans Frontière souligne, qu'après la visite du président de transition en Russie, les cellules de propagande du régime s’activent ces derniers temps dans la perspective d’organiser des actions de duperie ayant pour objet d’amener le peuple tchadien à croire que la junte mène une lutte anti-impérialiste à l’instar de certains pays du continent. Il poursuit, « une réunion chez le Dircab du président de transition et une autre chez M. Ahmat Batchiret impliquant le Conseil National de la Jeunesse du Tchad (CNJT) et de CASAC ont permis de dégager un agenda clair et précis des actions de mobilisation des tchadiens contre la France ».

Le PSF estime que la junte, profitant du vent révolutionnaire panafricaniste en cours en Afrique de l’Ouest, se jette dans les bras des Russes afin de pouvoir se soustraire de ces mesures continentales et d’échapper ainsi à toute forme de sanction de la Communauté Internationale.

Le Parti Socialiste sans Frontières invite le peuple tchadien à une prise de conscience collective afin de faire la part des choses entre le remplacement numérique des parrains de la transition et la salvatrice lutte panafricaine pour la conquête de la démocratie. Ce rapprochement entre la Russie et la transition tchadienne est fait suite au passage de quatre (4) experts russes dans la zone aurifère de Tibesti où déjà la junte exploite l’or via une dizaine d’entreprises-écrans dans des conditions obscures et illégales, a indiqué le PSF.

Par ailleurs, le PSF informe ses militants et sympathisants que la session ordinaire du Conseil National Socialiste (CNS) couplée d’un congrès extraordinaire se tiendra du 20 au 21 février 2024.

Noël Adoum

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays