dimanche 5 février 2023

IaltchadTribune

IaltchadTribune (100)

Le Tchad est malade de ses conflits sociopolitiques et militaires. Sa diplomatie qui devrait l’aider à se stabiliser, grâce à la médiation de ses partenaires, semble aussi infectée et agonisante. Les officiels tchadiens qui voyagent à travers le monde le savent. Mais personne n’en parle, comme si tout allait à merveille. La gestion cafouillée de cette diplomatie et la mauvaise utilisation de ses ressources humaines et financières bloquent toute perspective positive de coopération internationale du Tchad.

La crédibilité de notre diplomatie dépend de la capacité des hommes et femmes qualifiés qui vont la gérer. Aujourd’hui, la diplomatie tchadienne reflète l’image du pays dans sa mauvaise gouvernance. Devenue comme la propriété privée de certains, elle évolue vers la dérive et risque d’atteindre le niveau d’anarchie de la situation politico-militaire actuelle. Cela ne gêne pas les autorités politiques au pouvoir, ni les responsables du Ministère, moins encore certains Chefs de Mission qui s’accrochent pour le besoin de la cause. La gestion de cette diplomatie est laissée au hasard, oubliant parfois les orientations du Gouvernement, moins encore les principes constitutionnels et du Droit international. Les actes posés sont contradictoires aux principes énumérés. Cela frise parfois non seulement de l’irresponsabilité, mais de l’inconscience des dirigeants au pouvoir. La diplomatie tchadienne, telle qu’elle se présente est triste et déplorable.

Ailleurs, les Diplomates sont suivis et appuyés dans leur mission par leur Gouvernement. Et même les Diplomates en fin de carrière, sont soutenus par leurs pays pour intégrer des Organisations internationales et régionales. Au Tchad, nos anciens Diplomates sont placés au « Garage », sans aucune considération des décennies de service rendu à la Nation. Pire encore des Hommes d’expérience sont humiliés et remplacés par des novices politiciens, qui ne peuvent rien réaliser au niveau international.  
           Dans la diplomatie tchadienne, il y a de traitements discriminatoires et inacceptables. On s’occupe bien de certains et on néglige d’autres. Certaines Ambassades font l’objet d’attentions particulières et sont servies en priorité par le Ministère des Finances, alors que d’autres sont laissées pour compte. Certains Ambassadeurs sont consultés régulièrement et d’autres en poste, restent très longtemps sans avoir aucune communication avec le Chef de l’Etat.
           Face aux Officiels gouvernementaux en mission, certains Ambassadeurs accueillent très bien tel Ministre « parent ou ami» et ignorent ou tournent le dos à tel autre. On s’intéresse plus aux têtes des individus qu’à leur mission. Les alliances claniques et régionales sont plus considérées que la solidarité nationale.
          Et rares sont des Missions diplomatiques qui produisent régulièrement des Rapports trimestriels ou semestriels. Quant aux Rapports annuels présentés, ils insistent souvent sur des aspects financiers que sur des Dossiers politiques. Pour la plupart, c’est une stratégie de planifier comment arrondir les angles que de vouloir améliorer les conditions de travail dans nos Ambassades. Il y a aussi certains Chefs de Mission qui confondent le maigre budget de Fonctionnement des Ambassades à leurs poches. C’est pourquoi, la plupart des Représentations tchadiennes semblent vétustes, avec des mobiliers délabrés datant d’une vingtaine d’années, comme s’il n’y avait pas de budget d’Équipements.

Au Ministère, environs plus de 70% des Agents sont parachutés de l’extérieur. Après leur intégration au Département, ces politiciens s’agitent pour être reversés dans le Statuts du Corps diplomatique tchadien. N’ayant pas de qualification sérieuse ou ayant raté leur carrière professionnelle, ils viennent se greffer dans la diplomatie pour survivre. Au Ministère, il n’y a que 10% à 15% des Agents qui se consacrent réellement au travail. Quant à la gestion du Département, c’est de la navigation quotidienne à vue. Des dossiers urgents transmis par les Ambassades sont traités parfois avec légèreté. Il n’y a pas de réel suivi, ni de contrôle effectif par les responsables hiérarchiques concernés. L’agitation politicienne se déclenche que si le Général Président se réveille et exige de s’informer sur un dossier particulier qui l’intéresse.  Même le budget annuel du Ministère est établi sans tenir compte des besoins réels du Département et des Ambassades. Les Chefs du Département préfèrent plutôt utiliser des Caisses d’avance et des collectifs ou le budget commun pour mieux jongler les fonds du contribuable tchadien. Ainsi la transparence dans l’exécution du budget laisse place au cafouillage difficile à contrôler.

Quant aux salaires des Agents, bien que le Tchad ait des revenus substantiels de son pétrole, cela reflète la situation dramatique de l’ensemble des Fonctionnaires tchadiens. Les diplomates tchadiens reçoivent un salaire de misère, qui est toujours payé avec retard. Les responsables du Département eux-mêmes et ceux du Ministère des Finances, se soucient peu de la crédibilité du pays. Il n’y a pas d’Assurance maladie et les frais de Scolarité des enfants, bien que prévus par les textes officiels, ne sont pas payés. Quelle Diplomatie le Tchad pourrait-il ainsi mener de cette manière ?

Cette pratique dramatique en cours ne gêne nullement les responsables politiques tchadiens, même au plus haut niveau de l’Etat. Le président Deby qui récemment se préparait à se rendre aux États-Unis, sait pertinemment que des décisions importantes de ce Monde sont prises aux Nations Unies, à la Banque Mondiale et au Fond Monétaire International. Or la diplomatie tchadienne au pays de l’Oncle SAM est paralysée depuis des années. Ce cas n’est pas unique dans notre Diplomatie et les exemples ne sont pas exhaustifs. Mais compte tenu des grands dossiers traités aux Nations Unies et du rôle prédominant joué par les États-Unis au sein de la Communauté internationale, nous avons choisi l’ONU et les USA comme lieu concret de notre analyse. D’autres Ambassades dans certaines régions fera l’objet de notre réflexion prochainement.

En plus des obstacles et contraintes énumérés, d’autres tracasseries politiciennes viennent troubler nos Diplomates. Cadres ou personnalités politiques tchadiennes, nos Diplomates tentent de résister mais finissent toujours par claquer la porte, soit pour retourner au pays, soit pour aller en exil ou en rébellion armée.

AU NIVEAU DES CADRES :

  • Le Conseiller Economique à l’Ambassade du Tchad à Washington, un Docteur, Diplômé de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun, a été abandonné sans salaire, ni couverture sanitaire pendant plus de neuf mois. En 1994, il démissionne et retourne au Tchad. Mais pour éviter de subir cette humiliation et d’être le dindon de la farce quelque part, il décida de s’exiler en France.
  • Le Deuxième Conseiller de la Mission Permanente du Tchad auprès des Nations Unies, un Cadre Supérieur, Diplômé de l’Université de Lomé, Togo, a servi pendant plus de treize années à New York. En 1996, confronté aux menaces et intimidations de ses collègues, s’affichant comme des « parents » du Chef de l’Etat, il opta pour la fonction publique internationale. A la fin de sa mission, il demanda l’Asile au Canada pour aller vivre en paix et en sécurité.
  • Le Premier Secrétaire de la Mission Permanente du Tchad à New York, Diplômé de l’Université de Kiev en Ukraine, a été abandonné sans salaire, ni couverture médicale, pendant plus de neuf mois avec sa famille. Pour éviter de souffrir et se faire humilier à l’extérieur, il demanda en 1996 son retour au Tchad
  • Le Premier Conseiller de l’Ambassade du Tchad à Washington, Diplômé de l’Université de Lomé au Togo, qui a passé douze ans de service assidu, finit en 1998 sa carrière diplomatique en exil. Ayant une longue expérience en Négociation avec la Banque Mondiale et le FMI, ne mérite-t-il pas de représenter le Tchad au niveau d’Ambassadeur ? Mais le Ministère l’a abandonné et ignoré. C’est grâce à l’effort de paix de l’ancien président Goukouni, qu’il s’est rendu brièvement au Tchad cette année.
  • Le Premier Conseiller de la Mission Permanente du Tchad auprès des Nations Unies, un Diplômé de l’Ecole Nationale d’Administration Publique du Maroc, a été arbitrairement suspendu en 1999. Excédé par cette pratique discriminatoire dans l’Administration tchadienne que certains tentent de l’exporter dans nos Missions diplomatiques, il opta pour la Consultance internationale. Ce Spécialiste des Négociations multilatérales, a été recruté en 2000 comme Conseiller Politique aux Nations Unies. Aujourd’hui, la pertinence de ses Analyses sur les Conflits du Tchad lui suscita l’hostilité des zélés partisans des intimidations politiques sans lendemain.
  • En 2003, le Premier Secrétaire à l’Ambassade du Tchad à Washington, Diplômé de l’Ecole Nationale d’Administration Publique du Maroc, a servi plusieurs années. Excédé par des humiliations arbitraires, il abandonna son poste pour rentrer au Tchad. Malgré sa bonne volonté de servir le pays, il reste abandonné sans aucune attribution sérieuse. C’est au Tchad qu’un Cadre supérieur et Diplômé de l’ENA à moins de considération qu’un soldat et « combattant assimilé.»
  • En 2004, le Premier Conseiller de la Mission Permanente du Tchad à New York, malade et sans couverture médicale, n’a jamais réussi à s’y installer depuis sa prise de fonction jusqu'à sa fuite en catastrophe vers le Tchad. Déçu, après quelques années de service loyal, il abandonna son poste pour retourner au pays.
  • En 2005, le Ministre Conseiller à la Mission Permanente du Tchad à New York, un cadre Diplômé de l’Université de Kiev en Ukraine, s’est vu humilié par la suppression abusive de son poste. De retour au Tchad, il est gravement malade depuis deux ans, aucune évacuation sanitaire n’est envisagée à ce haut Fonctionnaire, qui a été plusieurs fois Directeur de Services au Ministère des Affaires Étrangères. Qu’est-ce que les responsables concernés du Département attendent-ils pour se décider ? Serait-il ainsi s’il était « parent » du Ministre ou le Chef de l’Etat ?
  • En 2006, le Premier Conseiller de la Mission Permanente du Tchad à l’ONU récemment nommé, a été muté de Khartoum à New York, puis à Moscou. Qu’est-ce qui justifie un tel nomadisme diplomatique dont le coût exige des charges financières élevées, sans compter les graves conséquences morales et psychologiques que subissent ces enfants dans leur scolarité troublée ? Du Français à l’Arabe, puis à l’Anglais et au Russe, les décideurs au Ministère prennent-ils un petit temps pour penser au sort des enfants des Diplomates ? Où veulent-ils aussi les sacrifier comme ces « Nouveaux Humanitaires » de l’Arche de Zoé ?

AU NIVEAU DES AMBASSADEURS :

  • En 1993, l’Ambassadeur du Tchad à Washington, Docteur et ancien Ministre, Diplômé de l’Université de Paris, a été abandonné sans salaire, ni frais de fonctionnement pendant presque une année, alors que d’autres Ambassades sont bien servies. Déçu et frustré, il rentre au Tchad pour sauver la vie et l’honneur de son personnel. Malheureusement, il décède d’une mort subite. Que son Âme repose en paix. Le Tchad perd en lui, un trésor de connaissances professionnelles, des qualités morales et humaines qui pourraient servir à nos Diplomates.
  • En 1994, l’Ambassadeur du Tchad à Washington, Cadre politique connu, a été plusieurs fois Ministre. Très actif dans ses contacts diplomatiques, il avait été injustement accusé de vouloir préparer à renverser le président Deby. Rappelé juste après six mois de fonction, il entre en dissidence et opte pour la lutte armée. Aujourd’hui, il est l’un des leaders politiques en Opposition armée à l’Est du pays et dirige l’UFDD/Fondamentale.
  • En 2003, l’Ambassadeur du Tchad à Washington, un ancien Ministre membre du parti au pouvoir, s’est opposé à la modification de la Constitution tchadienne. Engagé pour la défense de cette Constitution, il entre en dissidence politique. Aujourd’hui, il est l’un des leaders de l’Opposition armée. Après avoir dirigé pacifiquement la CDCC sans réaliser ses objectifs, il opte pour la lutte armée et dirige présentement le Front pour le Salut de la République, F.S.R. Ayant participé à la mise en place du régime du président Deby, il lutte aujourd’hui fermement pour le renverser.
  • En 2006, le Représentant Permanent du Tchad auprès des Nations Unies, rappelé après quelques années de fonction à New York, a regagné le pays. Déçu par la gestion patrimoniale et tribale du pays, il quitte aussitôt et demanda l’asile politique aux États-Unis. Ancien Administrateur ayant une longue expérience professionnelle, il exerce dans une Institution internationale. 

Au-delà des États-Unis, il faut noter que :

  • En 2005, l’Ambassadeur du Tchad à Riyad, en Arabie Saoudite, un Général et ancien Ministre, a protesté contre l’arbitraire du régime de N’Djamena et l’injustice érigée en méthode de gouvernance au Tchad. Entré en dissidence, ce notable connu, opte pour la lutte armée et dirige aujourd’hui, l’UFDD un des Mouvements politico-militaires à l’Est du pays.
  • En 2007, un Général et ancien Conseiller militaire du Président Deby, est nommé Ambassadeur en République Centrafricaine. Connaissant la gestion anachronique de notre Diplomatie et considérant sa nomination comme une manière de l’éloigner du pays, il déclina simplement l’offre, en refusant de regagner son poste à Bangui. Pour éviter qu’il aille renforcer la rébellion armée, il est aussitôt nommé Conseiller Spécial à la Présidence. Cela serait-il possible pour quelqu’un d’autre ? C’est ainsi que le Tchad fonctionne avec son syndrome de mal gouvernance.

Aujourd’hui, le Tchad est bloqué faute de leaders politiques crédibles et capables de rassembler ses fils compétents pour réaliser les attentes de nos populations. Beaucoup des Tchadiens sont hostiles aux affrontements armés, et rejettent l’anarchie politique, entraînant le non-respect des libertés et droits fondamentaux. Ils ne veulent pas non plus d’un régime basé sur la mauvaise gestion et la corruption. La diplomatie tchadienne n’évolue pas faute des projections fiables pour élargir les possibilités d’action du pays et concrétiser les objectifs à réaliser pour son développement économique et social.

Depuis son arrivée au pouvoir en 1990, le président Deby n’a pas réussi à effectuer de visite officielle aux Etats-Unis d’Amérique. Le Tchad a des intérêts importants avec les USA, alors qu’est-ce qui bloque cela ? Les relations avec le Consortium pétrolier piloté par Exxon, tout comme les rapports économiques et militaires, évoluent très lentement. Qu’est-ce que le Ministère et ses Diplomates ont-ils préconisé pour faire avancer et améliorer ces rapports politiques qui sont si déterminantes ? Le lobbysme peut être utile mais pas suffisant, car la diplomatie c’est d’abord des relations d’Etat à Etat. Les multiples violations des droits de l’Homme au Tchad ne passent pas inaperçus, au sein de l’Opinion publique américaine. Mais la stabilité politique du Tchad reste l’une des conditions sine qua none pour rassurer tout Investisseur. Il est donc important d’avoir une diplomatie dynamique et efficace avec des Représentants crédibles. Ce choix relève de la responsabilité des dirigeants au pouvoir. Malheureusement notre diplomatie actuelle n’envisage aucune stratégie, pour tenter de restaurer la paix et la sécurité au niveau national, ni de réunir les conditions objectives pouvant rassurer nos partenaires à investir pour le développement économiques et social du Tchad.
           Au Ministère, dès qu’il y a une analyse critique, au lieu de s’inspirer pour corriger certaines lacunes, on joue plutôt au pompier et au pyromane. Certes le réflexe de la critique constructive n’est pas rentré dans l’esprit et les mœurs de certains, qui n’attendent que des ordres viennent d’en haut pour les exécuter souvent mal et ne prendre aucune initiative pour proposer quoi que ça soit.

Hassane Mayo Abakaka

Malgré tout ce qu’ils ont vécu en une trentaine d’années de troubles, de cauchemars et de dérapages de toutes sortes, les élites tchadiennes semblent n’avoir guère évolué dans leurs schémas mentaux. On a plutôt l’impression que les ‘évènements’ multiples ont abruti et anéanti toute capacité individuelle ou collective à prendre du recul et tirer des leçons des expériences passées. Le régionalisme et le tribalisme ? Y’ en a qui y croient encore fort comme de l’acier, comme idéologie et voie d’émergence sociale par excellence. Divisionnisme et cafouillage ? La plupart des initiatives organisationnelles de lutte pompeusement baptisées ‘nationales’ n’ont été et ne sont que des piètres copies corrigées des clivages et des antagonismes existants ; il suffit d’y aller voir de l’intérieur pour en être dégoûté. Et pourtant, la mayonnaise continue de prendre dans les élites, comme des marges identitaires infranchissables. Derrière les sigles de partis politiques, d’associations ou de groupes ‘rebelles’, il y a la caricature des haines, des préjugés, des tares culturelles et des ambitions démesurées nourries à l’échelle ethnique ou régionale.

Ainsi, il y a des sous-tchad irréductibles : tchad-gorane, tchad-zaghawa, tchad-sara, tchad-n’gambaye, tchad-banana, tchad-hadjeraï, tchad-ouaddaï, tchad-arabe, etc. Gare à celui qui ne se reconnaîtrait pas dans ces clivages consacrés : difficile pour lui de faire carrière en politique ou dans la société civile, de réussir dans les affaires, de gagner un grade dans les forces de sécurité, etc. C’est derrière ces règles non écrites que les élites inconscientes et inconséquentes ont privé le pays de toute possibilité de paix et de progrès depuis plus de trente-cinq années ! Qu’elles soient de telle ou telle ethnie, les femmes tchadiennes sont toujours condamnées à perdre leur progéniture à tout moment, injustement et pour rien, sur l’autel de la violence politique, comme une fatalité ou une malédiction. Nos données humanitaires de 1993 établissaient un ratio de 3 victimes par jour de violence au Tchad (crime, torture, massacre ; source : LTDH) !

La question qui se pose est celle de savoir quels problèmes aussi inextricables empêcheraient le Tchad de suivre le parcours d’un pays normal ? Le fond du mal tchadien, c’est la soif de pouvoir, rien que la soif de pouvoir. Et pour y parvenir, tout problème de société ou d’individus peut être exploité à outrance pour opposer les gens entre eux, mobiliser les parents dans les tueries intercommunautaires pour une place au soleil, tous les moyens sont bons pourvu qu’on arrive à ses fins. Évocation de quelques souvenirs communs :

  • 1974, palais des congrès de N’Djaména : dans la grande salle archicomble, le parti unique MNRCS organisait un meeting en présence de feu le président Tombalbaye, contre ‘Dopelé au cou pelé’ (Jacques Foccart et Paris). Les jeunes badauds que nous étions traînaient dehors, faute de places. Alors survint Me Lubin, l’un des gourous haïtien de Tombalbaye, qui nous proposa de former une chorale spontanée et de venir chanter la ‘complainte du Tchad’, en échange d’une place à l’intérieur. Nous nous sommes retrouvés ainsi debout, une trentaine de badauds, face à Tombalbaye et à la nomenklatura politique de l’époque, esquissant : « Qu’il est doux ce coin d’Afrique ; pour mon cœur il est sans prix ; ce que je crains, ce qui m’obsède, c’est que les traîtres ne le rabaissent… ». Dans l’ambiance de terreur qui régnait, Tombalbaye le ‘grand compatriote’ avait les yeux flamboyants, les dents rougies par le cola et l’air farouche. Quelques mois plus tard, les ‘Moursalois’ étions réveillé le matin du 13 avril 1975, par les tirs nourris des combats entre la CTS (garde présidentielle) et les commandos venus de Mongo, où Tombalbaye trouva la mort : un règlement de comptes sud- sud pour le pouvoir. Depuis ce jour-là, nombre de ses proches et partisans tout puissants connaîtront un déclin sans fin, sans recours…
  • 13 avril 1977, place de l’Indépendance de N’djaména : pendant que la foule suivait le défilé militaire commémorant la prise du pouvoir par le CSM, une grenade puis une autre explosèrent devant la tribune officielle où trônait le général Malloum, successeur de Tombalbaye son ancien geôlier. Dans la panique, chacun de nous, les jeunes badauds, courut de son côté… Plus tard en 1979, les thuriféraires de ce régime militaire se bousculaient au pont de Chagoua dans la débâcle de leur pouvoir. À cause de leur gestion chaotique du pouvoir, des milliers de tchadiens moururent dans les déchirures de la guerre civile généralisée. Nombre de ces potentats militaires ne se relèveront plus de la perte de leurs privilèges de l’époque.
  • 1979, ancien palais présidentiel de N’Djaména : les combattants de la tendance FAP de Goukouni Oueddeï écrasèrent ceux de la tendance MPLT de Lol Mahamat Choua, alors Président du Conseil d’Etat (chef de l’Etat virtuel), au prix de dizaines de morts. C’était presque le BET contre le Kanem- Lac, pour le pouvoir. Goukouni deviendra président du GUNT et Lol Choua se convertira définitivement en démocrate pacifiste, mais la guerre pour le pouvoir ne cessera pas pour autant.
  • 7 juin 1982 : après avoir été chassé de N’Djaména par les forces du GUNT (9 mois de combats urbains fratricides et destructeurs), Hissène Habré prend sa revanche triomphale en s’emparant à son tour du pouvoir. Il instaura une dictature implacable calquée sur les modèles combinés de Tombalbaye, Mobutu et Sékou Touré de Guinée Conakry, avec un bonus estimé à 40.000 morts.
  • 1990, mobilisation générale des ‘militants’ de l’UNIR contre la ‘légion islamique’ d’Idriss Déby et Hassan Djamous à la place de l’Indépendance. « Nous vaincrons inch’Allah ! », criait au micro une prêtresse du parti unique, hystérique, sous les applaudissements nourris de la tribune officielle, remplie des mêmes cadres politiques qui animent encore actuellement la vie publique. Aucun cadre fonctionnaire ne devait manquer aux meetings de l’UNIR, au risque d’être pris par la terrible DDS. Les chefs des miliciens du parti faisaient régner la terreur dans la population. Mais il y eut finalement le 1er décembre 1990 : nombre de thuriféraires du régime de HH sont depuis lors dans un déclin irrésistible, et menacés de surcroît par la justice internationale.
  • La triste vérité historique qu’il faudrait définitivement reconnaître, c’est que les conflits nord- nord depuis 1979 ont fait peut-être dix fois plus de victimes ‘nordistes’ qu’il n’en a été reproché aux deux régimes ‘sudistes’ précédents de Tombalbaye et Malloum, contre lesquels le FROLINAT avait semé une haine implacable.

Derrière chacun de ces évènements, des trahisons, des morts, des familles détruites, des haines et revanches tribales activées, des tentatives d’épuration ethnique ou religieuse, beaucoup de mensonges publics, un gâchis considérable de ressources nationales, un business prospère pour les marchands de canons et les mafias. Avec en toile de fond, les mêmes acteurs politiques et militaires, les mêmes termes arrogants et injurieux, les mêmes propensions à la violence et à la diabolisation, la même inconscience collective, la même illusion d’avoir le monde à ses pieds, etc. Des premiers accords de Tripoli- Bengazi et Khartoum en 77-78 aux derniers accords de Syrte du 25/10/07, une quarantaine de rébellions armées, une vingtaine de ‘tables rondes’ ou assimilées, des dizaines de négociations séparées, une conférence nationale souveraine qui dura trois mois : que veulent encore les élites tchadiennes ? Des pays d’envergure tels que l’Angola, le Mozambique, le Libéria, la RDC, n’ont pas eu besoin de tant de sollicitudes de la communauté internationale pour arrêter leurs dérives. Les élites tchadiennes réclament encore les mêmes formules à l’unisson, sauf la vérité, la sincérité et la justice dans toute leur rigueur, pourquoi faire ?

Les vagues de gouvernance politique violente que connut le pays présentent toutes à peu près les mêmes caractéristiques : un pouvoir autocrate organisé autour d’un noyau familial ou clanique dur, jouissant de tous les privilèges, de l’impunité, arrogant et effronté, autour duquel gravitent des cercles de courtisans dont l’importance se mesure à l’ampleur des trahisons cumulées dans leurs groupes d’origine. Dans leur sillage, des milliers de victimes anonymes des turpitudes du système, des morts par centaines sur les champs de batailles fratricides, des exilés, des ‘travestis culturels’, etc. De toutes les causes défendues par ces régimes sanguinaires et ségrégationnistes passés, aucune n’a survécu pour devenir un acquis historique pour la nation. Tout aura été du provisoire, toujours du provisoire, malgré le coût subi par la nation !

Dès qu’un régime tombe, ses partisans aussi s’effondrent physiquement, matériellement, financièrement. Toute la peine pour s’accumuler des richesses injustes, tous les efforts pour étouffer les voix discordantes, tous les morts des champs de batailles, des prisons et les trahisons n’auraient servi à rien finalement. Retour à la case départ avec en prime misère accentuée, exil, rancunes et vengeance… Pourtant, les raisonnements des élites tchadiennes restent invariables. Les expressions ‘table ronde’, ‘dialogue inclusif’, ‘mercenaires’, ‘haute trahison’, entre autres sont restées les mêmes, creuses, ridicules, désuètes mais toujours d’actualité. Les mêmes pays voisins manipulent depuis toujours ces élites, les instrumentalisent pour détruire le patrimoine national, en agitant l’illusion d’un pouvoir facile, succulent. Jamais dans l’Histoire, une génération n’aura été aussi apatride et impitoyable envers sa patrie ! Les exemples d’ailleurs ne servent pas de leçons au Tchad, pays de Toumaï le troglodyte, depuis quarante ans !

Et, s’il faille considérer les vrais problèmes d’un pays, selon les normes standards en la matière, les solutions existent belles et bien, dans de nombreux dossiers administratifs, sur le papier, même dans les écrits de quelques internautes au-dessus de la mêlée. Mais cela n’intéresse pas les élites tchadiennes. Elles veulent rester dans leur état primitif, brut, s’abreuvant de méchanceté et de cynisme à tout vent, contre tout ce qui peut incarner le bon sens, le mérite, le progrès, la vertu. Des tribus entières du Nord et du Nord-Est sont en train de se décimer volontairement, dans la poursuite de l’illusion d’un pouvoir éternel, qui résout tous les problèmes de la famille, de la communauté, à moindre coût. Il suffit d’y mettre le prix, à savoir dominer sur les autres par le feu et le sang, et tout baigne !

Le problème, malheureusement pour les élites tchadiennes, est que le monde évolue à grands pas. Et lorsque l’on n’a plus la capacité ni la volonté de changer, d’évoluer dans le bon sens, l’on devient un obstacle majeur sur le chemin de la roue de l’Histoire. Alors les évènements commencent par se précipiter, de manière fortuite et échappent à toutes les précautions, jusqu’à l’autodestruction complète, les illusions avec ! Cela s’est reproduit déjà tant de fois dans notre passé commun, cependant on évolue encore et toujours dans cette même logique, absurde et suicidaire.

Il n’y a pas d’autres explications plus valables pour justifier le drame tchadien : drame et faillite des individus, étendu à tout un peuple et perpétué de système en système de gouvernance comme une fatalité, par des élites moribondes. Quand bien même les anges du ciel viendraient s’asseoir avec les acteurs tchadiens pour tenir une ultime ‘table ronde super inclusive’, ces derniers finiront par trahir leurs engagements et leurs professions de foi, pour renouer avec la mesquinerie, l’anachronisme. Sauf qu’il y a un coût humain considérable qu’ils ne peuvent malheureusement pas réaliser dans leur esprit brumeux. « C’est comme ça, le Tchad ; on ne peut faire autrement ! Il ne faudrait même pas chercher à ce qu’il en soit autrement », se dit le commun des mortels pour se dédouaner. Les Tchadiens aiment se flageller en entretenant leur situation de chaos chronique. Ils ne se réveilleront jamais, sinon que quand il sera trop tard pour eux tous ! En tous cas, c’est l’impression qu’ils donnent d’eux-mêmes.

Aujourd’hui, c’est avec une profonde amertume que nous devrions admettre l’échec de nos efforts et sacrifice personnel pour un réveil et une humanisation de la société tchadienne. Devrions-nous encore espérer un vrai sursaut mental et général de nos compatriotes en faveur de la paix juste, équitable et du développement humain durable dans notre pays ? Si non, nous sommes au regret de ranger notre plume et de faire l’autruche comme les autres, jusqu’à ce que les signataires des différents ‘accords de paix’, autres que celui du 13 août 07, renoncent formellement et définitivement à la violence, à continuer d’endeuiller les familles et à anéantir les espérances des tchadiens ! Même si personne ne nous prêtera attention pour ça ? Trop, c’est trop !

Enoch DJONDANG

Première université du Tchad, cette institution fait face depuis un certain temps à une bourrasque d’années élastiques qui ont pour corollaire, les années blanches. Une situation inquiétante qui n’a jamais eu de remèdes.

Nous sommes en 2009 alors que c’est toujours l’année académique 2007-2008 qui suit son cours. Un retard accusé depuis 2001 suite à  des grèves d’enseignants et celles des étudiants pour revendiquer  soit le versement des arriérés de salaires soit de prime de recherche ou l’ affaire bourse des enseignés. En effet, depuis l’année 2001 qui constitue le point de départ de pétrin académique, l’on a constaté trois années blanches alternées par celles très élastiques qui se déroulent en dix-huit ou vingt- deux mois. Et pourtant l’année académique normale fait douze mois(les vacances y compris). S’il faut s’appesantir sur le cas des étudiants, ces derniers attendent au moins six mois pour voir la bourse tombée. Pas trop opiniâtres ainsi qu’étant dans la panade, ces apprenants se disent «   trop c’est trop » par rapport à ce qu’ils ne cessent de qualifier de droit et le ton est lancé pour un arrêt de cours. Un débraillage estudiantin qui s’accompagne souvent des « casses ».Pas une solution rapide pour ce problème qui a atteint un seuil gravicime, devenu aujourd’hui chronique et l’année devient donc longue. Face à des complications sur la couleur de l’année subséquente, les autorités, ne s’abstiennent pas à laisser entendre discrètement que cette année est diluée. Une année dilue une autre, le mélange paraît homogène et voilà qu’on applique la chimie n’ importe où et n’importe quand. Drôle de chimie bien sûre. Il est ambigu de constater que pour chaque année académique revienne un même mal issu d’une seule cause : la bourse pour les mêmes conséquences. Eu égard à cette situation, même si l’affaire bourse est une épidémie, les scientifiques allaient déjà trouver le remède du moins le palliatif. Mais hélas, rien n’est fait.

Manque de volontés
Pour sortir de cette ornière, il fallait simplement apprêter les états de bourse très top. Alors que, les responsables en charge de l’enseignement supérieur n’y ont pas songé. La preuve est là. Après l’année blanche de 2006, qui est allée d’avril à novembre de la même année, consciencieusement, les autorités ministérielles et rectorales devaient mettre les bouchées doubles pour pallier ce fléau. Personne n’a eu le temps d’y rêve. Il a fallu attendre janvier 2008 pour voir ces états sortir (la première version) et qui étaient passibles de modification. Au final, les étudiants ont fait de bruits jusqu’ au mois d’avril avant de voir « la pluie » tombée comme ils ont coutume de le dire. Manque de volonté des autorités. Et pourtant, ces dernières, malgré que n’ayant pas pu prendre les taureaux par les cornes, s’adulent de leur conscience de l’avenir de la jeunesse. Il ne faut pas jeter la pierre seulement sur le gouvernement, les étudiants ont aussi leur part de responsabilité. Ces apprenants égo se doivent la patience et se résigner surtout à l’ avenir. On constate qu’ ils attendent parfois l’ approche des examens pour lancer des préavis de grève pour demander la résolution d’un problème oubliant que ces gens ne sentant aucun mal  s’ obstinent à s’ en passer des  doléances, et la grève se pointe. Au regard de tout cela, convient-il de dire que les victimes sont les jeunes qui viennent de se voir ouvrir la porte pour les études supérieures. Certains sollicitent mieux restent à la maison attendre les concours, d’autres qui, issus des parents nantis arrivent à se rendre à l’étranger pour continuer les études s’exposant à tous les critiques des autochtones. Ensuite, ils contribuent efficacement à l’essor économique étranger car ils paient les droits universitaires, louent la chambre, paient l’eau, l’électricité, etc. Alors que notre économie est dans l’impasse.         

Armel ALLARAMBAYE

Le pouvoir d’Etat est devenu une marchandise à vil prix que n’importe qui peut prétendre de s’en approprier au Tchad. Et le prix à payer c’est d’appartenir à une ethnie d’un certain standing social pour conclure ce marché avec tous les marchands d’illusions à travers le monde. C’est cette illusion d’accès facile au pouvoir qui occasionne la course effrénée à la rébellion chez les chasseurs de pouvoir dans ce pays. Les raisons avancées par les uns et les autres pour entrer en rébellion sont parfois dépourvues de toute moralité et conscience nationale et frisent l’entendement des Tchadiens eux-mêmes. Il y a ici un problème de prise de conscience nationale dans les guerres perlées pour le changement de pouvoir au Tchad. Et ce problème est créé par l’ethnitisation et la géopolitisation de la lutte pour la réappropriation de la Souveraineté Nationale.

Toute lutte doit se faire à la base, dit-on. Mais chez les Tchadiens, la base politique de lutte nationale est réduite banalement à la personne du chef de parti/de guerre, à la famille, au clan, à l’ethnie, à la région, voire à un clique d’amis tout simplement. Là encore, la préparation à la relève s’avère une mission casse-tête pour la majorité des « leaders tchadiens » en question. Car ces derniers préfèrent toujours manquer à leur devoir national que de former plus jeunes qu’eux de peur d’être d’emblée écarté de la mangeoire nationale. Ainsi, le Tchad se retrouve avec d’éternels chefs de guerre et de partis qui ne font que jouer des vieilleries politiques à fond ethnique pour être appeler à servir la Nation. En fait, là, ils finissent parfois par ne pas émouvoir le Grand Sultan National de Djabal Ngatto, Idriss Deby Itno.

Pour changer un tant soit peu les mentalités autour de la lutte démocratique ou armée pour la prise du pouvoir d’Etat au Tchad, il faut dépolitiser l’utilisation des noms d’ethnies pour se prévaloir de la cause nationale de libération. Les politico-militaires doivent surtout élever le niveau du débat actuel par des comportements nationalistes sur le terrain afin de lever tout doute qui plane actuellement sur le véritable mobile de leur lutte armée en dispersion. Et s’il faut favoriser ou encourager la lutte armée pour la prise du pouvoir au Tchad, tous les Tchadiens doivent veiller à ce qu’aucune ethnie n’acquiert la direction ou en fasse une propriété privée. C’est-à-dire que la lutte armée actuelle doit être la résultante des aspirations légitimes du peuple tchadien et doit jouer le rôle de prolongement des luttes sociales, syndicales, démocratiques, économiques, politiques, voire de droits de l’homme pour la réappropriation de la Souveraineté tchadienne. Je ne dis pas qu’il faut un « chef désethnitisé » pour accomplir ce rêve tchadien ! Mais simplement de quelqu’un d’une certaine probité morale pour requérir la légitimité de tout le monde. Et il y en a des milliers parmi les Tchadiens.

Les bonnes initiatives ne manquent pas au Tchad, entend-on souvent. Cependant, il y a un problème criard de suivi chez les Tchadiens dans toute entreprise politique. Par exemple, les efforts fournis par les premiers mordus de la démocratie tchadienne autour des thèmes de grands débats nationaux (Constitution, Bilinguisme, Décentralisation, Fédération, Religion/Etat, Identité Nationale etc.) pendant et après la Conférence Nationale Souveraine de 1993 pour ramener la paix et mieux orienter l’avenir sociopolitique du Tchad sont tombés en disgrâce aujourd’hui. Cela est dû aux résidus culturels de débats « à mains armées » et surtout au leurre, par la majorité des Tchadiens, de la victoire facile de l’opposition armée sur le régime de N’Djamena. Dans la foulée, le langage des armes a primé sur cette belle approche de changement en douceur envisagé par ces pionniers politiques de la démocratie tchadienne. De nos jours, intellectuels tchadiens et anciens témoins de ces forums se taisent parce que dépassés par les événements. Et la majorité de journaux tchadiens en ligne en font le cadet de leur souci dans leur exhortation au dialogue national entre frères-ennemis tchadiens.

Pour beaucoup, la lutte pour asseoir la démocratie et l’expression plurielle des opinions au Tchad est un domaine réservé aux seuls bidasses tchadiens. C’est à dire ceux qui détruisent chaque année le pays sous prétexte de cause d’injustice à réparer par les bouts de canons. Alors qu’à proprement parler, ils se rivalisent de galons, postes et/ou parrains plutôt que de penser à construire ce pays. Dans cette impasse politique, c’est toujours des colonels et généraux sortis de nulle part qui rallient des badeaux et mineurs à leur supercherie politiquement ethnicisée pour chercher à arracher le pouvoir d’Etat afin de s’enrichir au détriment d’une communauté qu’ils croient défendre au Tchad. Comme quoi, pour les dissidents tchadiens au régime d’Idriss Deby, la guerre devient un raccourci pour s’enrichir et enrichir son ethnie ou son clan qu’un moyen de revendication politique. Pour ce faire, les journaux tchadiens en ligne ont un travail de taille à faire : impliquer, informer et éduquer les Tchadiens pour qu’il y ait un véritable changement de mentalité vis à vis de ses résidus culturels qui poussent à l’incurie guerrière chez les rebelles/dissidents tchadiens. Il est avant tout du devoir des média tchadiens de dénoncer et de déconstruire l’attitude récupérateur des politico-militaires qui utilisent le nom de leur ethnie comme étendard de la cause nationale pour accéder au pouvoir.

La pléthore et le morcellement au jour le jour de mouvements armés au sein de la rébellion tchadienne qui combat le régime de N’Djamena créent de la confusion dans l’esprit de beaucoup de Tchadiens. Ces tendances armées causent de sérieuses inquiétudes dans certaines couches de la population tchadienne. Alors que les mouvements armés croient représenter ces couches, ces dernières, elles, n’ont qu’une idée vague de la lutte armée/résistance nationale prônée par ces mouvements en leurs noms. Pis le Gouvernement de N’Djamena voit parfois ces chefs de tendances à travers le prisme de leur appartenance ethnique, et non nationale, pour mieux réprimer ceux des Tchadiens qui s’agitent à croire naïvement qu’un de leurs va bientôt s’accaparer du pouvoir d’Etat pour les soulager de la misère noire. Et l’arrestation de certains dignitaires goranes et arabes, voire d’un sous clan Zaghawa récemment à N’Djamena en est un exemple palpable. Ainsi, comme toujours, rebelles et Gouvernement politisent l’appartenance ethnique comme moyen de rallier des sympathisants ou comme argument pour réprimer certains Tchadiens lors d’une tentative de prise de pouvoir par les armes dans ce pays.

C’est pourquoi disais-je précédemment que c’est aux Tchadiens épris de paix de défendre l’idée que la lutte de « libération nationale » ou du régime d’Idriss Deby ne passe pas par l’installation d’une ethnie, d’un clan ou d’un clique de mafiosi de l’Etat,  mais par une réorganisation de la conscience nationale orientée vers la satisfaction des besoins exprimés par ces ethnies exploitées. Pour cela, la récente déclaration du nouveau Premier Ministre d’Idriss Deby à l’endroit de l’opposition armée du Tchad est pertinente ; quoiqu’ elle ne semble pas requérir l’agrément de nos chefs de guerre connue sous le vocable de politico-militaires.

L’ancien rebelle devenu nouveau PM est-il également déçu du manque de sérieux dans les rangs des politico-militaires dans l’optique d’imposer le changement à coups de canons ? Ou bien veut-il les convaincre ou les conseiller à s’unir pour mieux être représentatifs du peuple tchadien à l’échelle nationale, vu leurs déboires accumulés au fil des ans à cause des considérations ethniques dans leurs rangs face à la machine de guerre du président Idriss Deby ? Peut-être pense-t-il encourager les politico-militaires à choisir une autre alternative que la guerre ? Du moins, culturellement parlant, il y a une dichotomie dans la perception du devoir politique national au Tchad entre ceux qui prennent le pouvoir par les armes et ceux qui les croient sur parole et veulent les aider à faire aboutir la paix dans le pays. Comme il n’y plus de parole donnée chez les militaires, méfions-nous de ces rebelles qui promettent un beau temps après le départ d’Idriss Deby. Car la promesse de gérer politiquement le pays par les uns et les autres dépend de la manière dont ils arrivent le plus souvent au pouvoir à N’Djamena, comme le soulignait déjà Deby, il y a quelques années, à l’un de ses nombreux Premiers Ministres : « sur une Toyota bourrées de soldats» ou « dans un avion d’Air France ». C’est ce double-jeu des maquisards qui a ôté l’idéal politique d’Idriss Deby de « ni or, ni argent, mais la démocratie » de toute sa substance de conciliation du départ.

Il est connu aujourd’hui que ces faiseurs de guerre se laissent embourber et éblouir devant de piètres victoires à cause de guéguerres de revendications ethniques autour du pouvoir d’Etat. Car le plus souvent, même à un pas de la victoire, ces prétendus libérateurs du peuple tchadien s’arrêtent en plein combat pour régler d’abord leurs différends ethniques autour du pouvoir d’Etat par Puissances Étrangères interposées. Il est clair que les chefs rebelles tchadiens sont beaucoup plus obnubilés à prendre le pouvoir au nom de leur ethnie que de se sacrifier pour une cause nationale pour le pays. Pour ce faire, le Tchad ne sera pas sauver par ces usurpateurs s’ils continuent à politiser leur appartenance ethnique au détriment de la cause nationale à laquelle ils prétendent toujours prendre les armes. Dans le contexte actuel, disons que la prise du pouvoir par les armes ne peut se réaliser que si les rebelles/politico-militaires tchadiens acceptent de dépolitiser l’ethnitisation de la lutte nationale en s’unissant pour rallier le peuple tchadien à cette cause. Mais jusqu'à là, le sentiment d’unité des forces hostiles au régime d’Idriss Deby est trop mince. Il est impératif que les politico-militaires ou les demandeurs du dialogue national harmonisent les mobiles politiques ou agendas de leur « lutte nationale » avant toute concertation de cette envergure.

Car si c’est Idriss Deby qui ne sait pas gérer politiquement le Tchad, ne faut-il pas s’unir tous en tant que mouvements armés pour lui imposer un bon plan de gestion ? Pourquoi y a-t-il souvent d’éclatement au sein des mouvements armés ? C’est naturel dans tout groupe humain, me dira-t-on ! Mais c’est à se demander si leur seul objectif est-il véritablement de faire partir Deby et sauver le Tchad ? Tout compte fait, affirmons qu’en qualité d’anciens amis, collaborateurs, compagnons d’arme, co-régionnaires et religionnaires, parents et alliés tout court du président Idriss Deby, la majorité de nos chefs de guerre et/ou de mouvements armés pensent ethniquement leur lutte tout en agissant militairement contre le pouvoir de N’Djamena ! Car comment arriver à convaincre les Tchadiens que les Mahamat Nouri, Erdimi, Koulamallah, Albissati, Tollimi et compagnie n’agissent pas sous ces considérations ethniques ? Sont-ils véritablement beaucoup plus enclins à sauver le Tchad que d’occuper le strapontin de Deby pour connaître les mêmes critiques et pressions ?

Mis à part ces enjeux ethniques chez les rebelles qui gangrènent la société tchadienne, le problème de l’organisation d’un dialogue national ne se pose pas. Il faut plutôt créer les conditions d’un vrai dialogue national à travers de vrais thèmes qui doivent être débattus sans passion et parti pris afin de mettre le doigt sur le mal tchadien. Cela mérite avant tout une prise de conscience nationale chez les Tchadiens en général et chez les fléaux politiques que sont les chefs de guerre en particulier. Car l’indifférence des Tchadiens de tout bord vis à vis de la chose politique crée cette aliénation politique dont nous sommes tous incapables d’y remédier par une lutte cohérente (armée, démocratique ou intellectuelle etc.) tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays pour apporter le changement voulu.

Laounodji M. Monza

Comme tout tchadien j’ai appris au hasard des lectures la condamnation par contumace de certains leaders de l’opposition armée parmi lesquels figure curieusement l’ancien président Hissein Habré. Je suis autant surpris et scandalisé que les nombreux chercheurs qui se sont exprimés à propos. Comme si cela ne suffisait pas, point de mesure de honte à lire le ministre sénégalais qui ridiculise l’Etat et son ministre de justice ; en somme un Etat naïf, peu sérieux, de mauvaise foi qui n’a aucune conscience de ses actes !

Apprendre que la justice tchadienne a condamné H.H on croirait à un gag. Mais cette information relayée par les sites tchadactuel, AFP, de nombreux sites en anglais, le tout couronné par le site de la présidence…ce n’est pas de la plaisanterie ! Si c’en est une, elle est indubitablement de mauvaise augure. Mais on y voit de l’amalgame, de la méconnaissance des principes élémentaires des règles juridictionnelles, enfin pourquoi avoir attendu si longtemps, si c’était aussi facile que cela !

1-     L’amalgame
H.H jugé avec les rebelles. La confusion est totale à l’image du fonctionnent général de cet état dans lequel on ne sait jamais qui fait quoi et pourquoi. L’idée de juger les rebelles est bonne et correspond aux exigences minimales d’une démocratie opérationnelle. La mise à sac de la capitale en février suffit de motif pour l’exercice d’une telle juridiction. Mais la connexion avec H.H reste défectueuse. Et s’est-on seulement fait une petite idée de la mise en œuvre d’une décision juridictionnelle aussi bâclée et moralement ostentatoire au premier coup d’œil ?

2-     Mépris des principes élémentaires de procès
Alors que le ministre sénégalais de justice ancien avocat de H.H est mis en mal de se retrouver contraint d’organiser le procès de son ex client, procès auquel le Tchad montre sa bonne volonté de coopération financière…voilà que les turpitudes doublée d’incompétence lui font tirer le joker ! La procédure Habré suivait son cours depuis 2000 au Sénégal puis d’échelle africaine. C’est dire que le Tchad titulaire de la compétence de principe l’avait cédé. Les échanges, les actes nationaux pris à cet effet attestent que le pays s’est complètement défait de l’affaire Habré. On n’a pas vu le Tchad broncher quand le Sénégal se battait pour maintenir l’affaire sur le terrain africain. Sachant que le principe « ne bis in ibidem », norme impérative de haut standard empêche un double jugement pour les mêmes faits et les mêmes personnes…le Tchad dont la justice est internationalement présentée comme corrompue depuis l’affaire arche de Zoé n’avait pas à faucher l’herbe sous les pieds de la communauté internationale. L’arrêt condamnant H.H à la peine de mort n’est rien d’autre qu’un sabotage d’une bonne justice qui était en cours. A quelque chose malheur étant parfois bon souhaitons que deux milliards destinés à aider la justice sénégalaise soient employés aux réparations et indemnisations !!!

3-     Si c’était si facile !
Voilà bientôt 18 ans que nuit et jour certains tchadiens attendent justice. Alors que le procès est au plan international présenté comme l’un des plus techniquement complexe, comme sous l’effet d’une baguette magique, tout est résolu ! Le caractère expéditif de la justice tchadienne a été décrié lors du procès Arche de Zoé. Bon ce fut expliqué que la France avait assez de la comédie qui commençait par se faire longue et il fallait couper court. Mais pour H.H vu qu’on a attendu 18 ans était-ce impossible d’attendre encore quelques années ? En agissant ainsi l’Etat tchadien prouve à tous que c’était si facile, de résoudre l’affaire Habré. Alors pourquoi avoir laissé moisir les victimes depuis tout ce temps ? Là encore une bonne fessée pour le Tchad l’ancien avocat se sert du caviar bêtement servi par les autorités tchadiennes : plus de jugement ! Il faut tout arrêter. Il a raison « non bis in ibidem ». L’exécution de la décision exigera de l’extradition de H.H vers le Tchad. Ma foi si on ne l’a pas extradé en vue d’un jugement de qualité en Belgique moins encore vers le Tchad en vue d’un procès, ce n’est vers le Tchad pour sa mise à mort qu’on le ferait. En plus c’est désormais une coutume internationale que l’on extrade par vers les pays où il y’a risque de peine de mort. Au Sénégal au moins il y’a des juristes. Tant pis pour ceux ne le savent pas !

Albert TAMWARI

D'abord, la corruption définie comme étant « un abus de pouvoir public pour un intérêt personnel ». Cette pratique mafieuse existe toujours au Tchad et devenue une monnaie courante. Depuis l'exploitation du pétrole, la corruption s'est généralisé à tout le niveau et a atteint un seuil sans précédent dans l'histoire du Tchad.

La corruption se présente sous de nombreuses formes à savoir :
Si une personne paie un fonctionnaire de l'Etat pour obtenir de lui un avantage, une faveur en rapport avec le pouvoir dont dispose ce dernier (fonctionnaire) se rend coupable de corruption (dans ce cas on parle aussi une corruption active).Et si un fonctionnaire accepte de l'argent d'une personne pour lui accorder une faveur en contradiction avec les lois de l'administration se rend coupable de corruption (dans ce cas on dit aussi corruption passive).

Au Tchad ces actes sont fréquents voire quotidien chez certaines. Et pire encore ce sont de moyens pour s'enrichir. Depuis une dizaine d'année nous assistons une poussée de nouveau richissime au Tchad sans vergogne de la corruption. 

D'après le rapport mondial sur la corruption présenté par l'ONG transparency international (T.I) en fin 2007, le Tchad a perdu son triste titre « champion du monde de la corruption ». Et selon les auteurs de l'indice sur la perception de la corruption (I.P.C), plus la note est basse, plus la corruption est étendue ça veut dire l'existence d'un haut niveau de corruption au sein de l'institution de l'Etat. Avoir une note 10 signifie que le pays est parfait et ne connaît pas de corruption. Selon le même rapport le Tchad n'est plus lanterne rouge en 2007 mais fait partie toujours des pays les plus corrompus du monde puisque sa note reste toujours médiocre (inférieure à 2). Cela ne signifie pas qu'il a gagné des points dans le cadre de l'I.P.C.

Selon les auteurs de l'IPC les causes pour ces pays (pays les plus corrompus) sont multiples : d'abord, les conflits armés, la défaillance du système judiciaire, la dépendance de la justice du pouvoir exécutif et l'instrumentalisation de la justice à des fins politiques.

Certains spécialistes de la corruption, relativisent et expliquent que la corruption est la version Tchadienne de la solidarité, d'autres par contre banalisent et disent que c'est un simple cadeau après un service rendu. Et pourtant récompenser un service supposé de droit pour le citoyen et un devoir pour l'agent est une forme de corruption. Puisque chaque agent gagne un salaire à la fin de mois. Alors pourquoi accepter un cadeau qui n'est pas à sa juste place ? Bien entendu, beaucoup de citoyens illettrés croient que c'est un prélèvement obligatoire au nom de la loi. Et d'autres parts, les agents publics profitent de cet analphabétisme et aller jusqu'à réclamer ce supplément au pauvre citoyen. Pour simple exemple et notamment au commissariat central pour délivrer un passe port ou bien une carte d'identité nationale il faut donner un pot-de-vin pour l'obtenir. Ce qui est étonnant encore à la douane nationale (Nguely ou aéroport) entre les commerçants, les transitaires et les douaniers ; dans ce coin on dirait que cette pratique malsaine est autorisée par l'Etat puisque au vu et au su de tout le monde que ça se passe. Pire encore au ministère des finances, les agents dudit ministère prélèvent systématiquement des pourcentages pour chaque dossier avancé ou traité, c'est-à-dire 10 à 20% comme commission imposée. Cette pratique mafieuse sur laquelle l'Etat à longtemps fermé les yeux entraine de prendre une tournure très inquiétante est devenue un véritable fonds de commerce pour ces agents. Et la soustraction des 10 à 20% sur les revenus de ceux à qui l'Etat doit verser une certaine somme d'argent semble aujourd'hui entrer dans la pratique légale du fonctionnement de l'Etat. Malgré les avantages (primes, treizième mois et autres) accordés aux agents de ce département par l'Etat, la majorité n'hésitent pas toujours à tendre aussi long le bras pour racketter les citoyens. Ces employés ont poussé jusqu'au font le bouchon en allant jusqu'à arnaquer les petits commerçants, les fournisseurs et les familles des fonctionnaires décédés ou en stage à l'étranger. Toujours même pratique c'est-à-dire un pourcentage avant d'obtenir le droit. A malin, malin et demi. Pour combler les déficits causés par les employés de l'Etat c'est à dire les pourcentages prélevés par ces agents, les commerçants ou les fournisseurs de l'Etat à leurs tours gonflent les factures. Finalement qui subisse les conséquences ! À vous de juger. La face hideuse de cette pratique et qui fera verser des larmes à un émotif est celle pratiquée au niveau de la Caisse Nationale de Retraités du Tchad (CNRT) où la façon dont les agents dédite direction rackettent les veuves et les handicapés de guerre. Il suffit d'approcher les victimes pour s'en rendre compte.

Au Tchad on assiste à de mises en scène de lutte contre la corruption où des leaders politiques ont été mis en examen devant la justice. D'autres sont arrêtés voire enfermés et demies de leurs fonctions ; mais, hélas, finalement ils ont été reconduit à des postes de responsabilité plus stratégique qu'avant. Cela bien sûr en utilisant les cartes politiques pour stopper la procédure entreprise par la justice. Ce qui rendait encore plus visible la crise de l'appareil judiciaire Tchadien. Il relève de l'évidence que la corruption gangrène le système judiciaire partout dans le monde mais le cas du Tchad est pire.  Il suffit d'observer pour s'en rendre compte. Cependant, il est à noter que cette pratique malsaine n'est pas l'apanage des Africains ou des Tchadiens tout court. Mais ce phénomène existe même au pays de Montesquieu là où la conception de la séparation des pouvoirs a vu le jour, la justice subit toujours une pression politique. C'est à dire même les initiateurs de la séparation des pouvoirs n'arrivent pas à appliquer à la lettre l'indépendance de la justice. Combien de fois pour un pays du tiers monde comme le Tchad, récepteur infatigable, économiquement dépendant où les castes sont au-dessus des toutes les lois, ne peut en aucun cas assurer l'indépendance de la justice à son peuple. On peut prouver par un nombre d'exemples mais le cas le plus récent, le plus honteux dans l'histoire du Tchad et moralement répréhensible est celui du trafic des 103 enfants Tchadiens par le pseudo organisme soi-disant humanitaire « Arche de zoé ». Et ce qui est choquant et fait picoter les cœurs des tous les Tchadiens est la grâce présidentielle. Bien qu'il y a une pression politique de la part de la France mais pour l'intérêt d'un seul individu. Où en est la dignité de ce peuple tant souffert des manipulations politiques.

C'est une preuve à l'appui pour l'opinion nationale qu'internationale. Mais, cela ne sera pas une raison ou un alibi pour les juges Tchadiens de baisser les bras ou de laisser assombrir l'appareil judiciaire aux intérêts de quelques individus malhonnêtes qui n'ont aucun patriotisme, ni pitié en vers ces paisibles citoyens, sans scrupules et continuent à accumuler des richesses illicitement acquises au détriment de la majorité. Au Tchad la défaillance ou l'impuissance de nos juridictions d'appliquer les lois pour punir ou condamner les auteurs peut être justifiée d'une part par la peur des juges, puisque le sommet est plus corrompu, d'autre part, parce que entretenue par le sommet, seul le chef peut y mettre fin à ce comportement malsain. Instaurer un moyen préventif et répressif pour freiner ce phénomène néfaste au développement économique, démocratique et contraire à la valeur morale au Tchad surtout sous ce régime semble très difficile et nécessite beaucoup d'effort.  Parce que le plus souvent les dirigeants du haut niveau (communément appeler les intouchables), ou leur famille sans oublier leurs proches y sont impliqués.

Donc il est temps, aux représentants politiques, religieux, les sociétés civiles, les universitaires et les medias de jouer leurs rôle en dénonçant cette pratique honteuse au sein de notre société. Bien qu'il existe un service directement concerné pour veiller à ce genre de pratique, qui est le ministère chargé du contrôle général de l'Etat et de moralisation qui est d'ailleurs aussi impliqué dans cette affaire sale, puisqu'il abrite les adeptes de la corruption et recrute des semi-analphabètes catapultés (le catapultage est une norme logique de ce système régnant). De toutes les façons, il est de son devoir (le ministère) d'agir afin de mettre fin à cette pratique qui porte un coup très dur voire mortel à notre société et entrave en même temps le développement économique et démocratique du pays.

Que Dieu bénisse le pays de Toumaï(Tchad)

Par Adam Abdramane Mouli alias « djidda »

La volonté du gouvernement Tchadien de participer à la protection de l’environnement n’est certes pas une mauvaise idée. D’ailleurs elle est presque un des axes d’améliorations de l’image du pays sur le plan international, un effort considérable que l’on ne peut manquer de souligner. Et si l’on se met derrière le rideau, on serait même amener à le féliciter car sur la forme, ce projet est plus qu’une révolution. Mais l’est-il vraiment sur le fond ou juste un plan média pour soigner son image ? Et quid du plan de substitution de cette seule source d’énergie ?

Bref, une vision politique d’une telle envergure, d’une telle sensibilité, si elle est mal déployée engendre toujours des conséquences désastreuses sur la population. Encore qu’elle est perturbée par des guerres incessantes, affaiblie par tant d’année d’insécurité sociale elle ne peut rêver mieux qu’une décision aussi absurde dans son déploiement. On n’est loin de la bonne foi que du comble. Alors quoi de mieux qu’un accueil froid réservé à cette loi dénouée de tous sens sauf celui de nuire et d’engendrer des mécontentements. Et d’ailleurs c’est le cas, du moins c’est ce que constate l’opinion publique interne confrontée au jour le jour à la descente aux enfers d’une frange de population victime du manque de cette d’énergie ? Sinon pourquoi tant de haine envers des ménages dont le revenu ne permet pas de se doter des sources d’énergie autres que le charbon de bois ? Et que penser alors des familles n’ayant aucun revenu ? Pire encore ceux qui habitent dans les recoins des grandes villes ou dans des villages environnants et dont le charbon leur est incontournable ? Y a-t-il des moyens de contrôle pour les villageois perdus en pleines brousses ? De quels revenus se nourriront-ils pendant la saison sèche ? Voilà un problème complexe auquel devrait se préparer au préalable le gouvernement lorsqu’il veut apporter du changement au sein de la société afin d’éviter des résistances sous différentes formes soient-ils ? On ne peut faire appliquer ce décret sans un moyen d’accompagnement social efficace. Est cela le concept du développement durable ?

En effet, le développement durable doit respecter des dimensions économiques, sociales et écologiques et sa mise en œuvre doit anticiper au préalable les impacts qu’il peut engendrer afin de définir un cercle vertueux dans l’intérêt des parties prenantes. Comme nous pouvons le constater, la lutte contre la désertification émane de la dimension écologique mais elle ne peut se réaliser sans tenir compte de la dimension sociale car elles sont interdépendantes. Il n y a dans l’œuvre tchadienne une confusion totale, un manque de discernement qui risque de conduire à des dérives profondes. Et je crains que l’utilisation de l'énergie alternative (excrément animal, morceaux de caoutchoucs etc.) risque de provoquer chez certains individus le développement des pathologies diverses mettant en danger leurs santés physiques et mentales. On assistera encore à une nouvelle catastrophe montée de toute pièce et dont il sera difficile de trouver des solutions adéquates.

Enfin, les circonstances actuelles encadrant le déploiement du processus laissent penser que seule l’utilisation de la force militaire a été prévue comme moyens de lutte efficace. Et je note au passage des personnes qui ont été tabassées pour non-respect de ce décret. Doit-on penser que la violence est notre seul moyen de régler nos différends ? N’y a-t-il pas d’autres solutions envisageables ou avons-nous besoins de leçons de morale pour comprendre des processus aussi simple soit-il ?  Comme beaucoup de compatriotes, j’appelle les élus à repenser la modalité d’exécution de ce décret pour la lutte contre la désertification quitte à sensibiliser la population d’une manière efficace et leur donner les moyens nécessaires pour protéger la planète. Nous sommes tous conscients de notre environnement et nous devons le protéger mais il faut choisir la manière qui minimise les risques sociaux et environnementaux pour éviter une catastrophe. Les conflits interarmées, les maladies, la sécheresse ont fait assez de victimes alors étudions sérieusement ce problème afin de limiter les dégâts qu’il peut engendrer.

Piquet DINGAMMADJI

Depuis quelques jours, N’Djamena et les autres grandes Villes du Tchad connaissent un sérieux problème d’énergies domestiques qui est dû à une décision du gouvernement  qui interdit la production et la commercialisation du charbon de bois. Cette décision selon le gouvernement intervient dans le cadre de la politique de lutte contre la désertification et de la coupe abusive de bois ; Bonne décision, car le Tchad est en train d’être envahi par le désert du Sahara qui progresse à une « vitesse de vent » et qui risque de le rendre invivable. Dans cette optique, la décision du gouvernement semble tout à fait juste et l’on peut la qualifier d’Unique en son genre (comme la loi n° 001 portant gestion des revenus pétroliers.) Pour paraphraser quelqu’un.

Hélas, si cette décision si judicieuse suscite joie et enthousiasme chez les écologistes, elle ne semble pas faire la joie de la population qui est tributaire du bois et de son charbon pour son chauffage. Car le gouvernement en super écologiste, a pris la décision sans prévoir des mesures d’accompagnement pour que la population (qui d’ailleurs est sa raison d’être) ne ressente pas les effets secondaires de ce changement bénéfique. C'est-à-dire que le gouvernement devrait normalement proposer à la population des énergies de substitution avant de prendre des décisions de ce genre. En effet, interdire la production et la vente du charbon de bois en territoire sahélien n’est pas du tout mauvais mais, c’est la façon d’interdire qui peut transformer de telles décisions en « coup de foudre » sur la population.

L’interdiction du charbon de bois semble en effet éteindre le feu dans les foyers des grandes villes du Tchad car en dehors du charbon, il n’existe pas au Tchad, d’autres énergies de substitution, en dehors du gaz importé qui d’ailleurs n’est pas à la bourse du tchadien moyen. Quant à l’énergie électrique, n’en parlons pas ; nous avons l’électricité le plus cher au monde (bien que exportateurs de pétrole). Puisque le Tchad n’est pas un pays tropical où l’on puisse trouver de la nourriture consommable à l’état frais, les Tchadiens, surtout ceux des grandes villes où sévissent les forces d’exécution des décisions de l’Etat, n’ont que les larmes pour pleurer et attendre leur mort prochaine, mort de suite de faim. Je dis bien de suite de faim et non de famine. N’est-ce pas là une façon douce de se débarrasser de ce peuple qui ne cesse de déranger ?

En effet, nous sommes dirigés par un gouvernement de MANGEURS, qui prends des décisions sans réfléchir aux effets que peuvent produire, sa décisions .par cette décision, le gouvernement veut lutter contre la désertification, en créant une crise énergétique, qui se répercute sur la nutrition, l’économie la santé…etc. On serait tenté de dire que ce gouvernement ne contient que des personnes dont le cursus scolaire ne dépasserai pas le CM 1 ou que c’est une secte don l’objectif est de faire mourir en douceur les Tchadiens et gouverner le cimetière. J’imagine le moment venu un palais aux cimetières de NGON BAH ou LAMADJI dans un environnement extraordinaire, faisant rêver au Jardin d’EDENNE dans la Bible. Si cela semble trop fiction, ça veut dire, que la piste de l’exprès est la seule plausible. Un gouvernement pourtant dit de consensus, qui prend des décisions expresses pour faire souffrir sa population, cela vaut mieux que pas de Gouvernement du tout.

L’opposition à la mangeoire, avec des super ministres a perdu la vieille habitude qui consistait à faire des meetings, des communiqués de presses des interventions à la Radio et la Télé, …etc bref, « La bouche qui mange ne parle pas. ». On ne peut à la fois gouverner et être opposant. Les choses sont claire, il n’y a pas d’opposition démocratique au Tchad, mais un club de SPRINTERS, lancé dans une course à la mangeoire, et pour y arriver tous les moyens sont bons. S’entrainer avec souffrance une population meurtrie par la misère, se doper du ridicule et de la trahison, et gagner la compétition.

La presse et la société civile, bâillonnées et muselées, ne peuvent que garder le silence puisque. Pour ce droit (droit de garder le silence), même les policiers les plus brutaux le reconnaissent. (Vous êtes en état d’arrestation …droit de garder le silence).

Les parlementaires (parlez, menteurs) quant à eux se contentent des dix-huit mois d’avantages (Salaires, indemnité de transport, logement, immunité …) que leur offres les accords du 13 août, et, refusent de lever un doigt accusateur contre le pouvoir exécutif dont le chef à le pouvoir de dissoudre l’Assemblée Nationale et mettre fin à leur « GOMBO ».

Les autres institutions dont les Membres sont nommés par décret, elles se résignent à leur rôle de formaliser les actes du « gouvernement céleste » en y mettant les sceaux de l’Etat. Ainsi, KASCOU, HOUDEINGAR, et compagnies, se méfient de critiquer quand il s’agit de critiquer, mais au contraire, ne tardent pas à saluer le petit bout d’excréments blanc par lequel le margouillat  clame haut et fort qu’il a un intérieur saint, symboliser par le Blanc.

Si en Europe, le petit conflit du Gaz entre la Russie et son voisin Ukrainien fait déplacer des Observateurs, des diplomates des Ministres et même les Présidents, chez nous c’est tout à fait le contraire. L’Etat crée la crise énergétique, l’entretient et reste indifférent aux multiples cris, tant de supplication que de dénonciation, des populations victimes. On dit lutter contre l’avancée du désert en protégeant l’écosystème, sans se rappeler que l’écosystème inclut l’homme. Peut-être que l’on ignore la définition de l’écosystème ? Sinon, comment comprendre qu’on interdise le charbon sans prévoir du gaz en compensation, (même si c’est cher) ni de l’électricité pour tous et à bon prix. En un mot c’est insensé et impensable, qu’un gouvernement si représentatif se livre à des décisions aussi irréfléchies que celle du Charbon.

Si les membres du gouvernement ne sont pas forcément des spécialistes dans ces domaines, on est au moins en droit de se demander, « Que font les innombrables conseillers Techniques, qui bénéficient des nombreuses avantages au dos du Peuples ? En tout cas, c’est la mangecratie, et tout ce qu’il faut savoir, c’est conjuguer le verbe mangé à tous les temps.

Mais sachez Messieurs les gouvernants, qu’un jour viendra où le vase sera plein et commencera par déborder. Ce jour, ce sera le jour où chacun de vous rendra compte de sa gestion. Deux issues seront possibles.

  1. La prison pour ceux qui seront reconnus coupables de mauvaise gestion ;
  2. L’acquittement pour ceux qui auront bien servi le peuple.

Ainsi donc, à chacun son vase à remplir.


NDAKMISSOU GEDEON

En ce début de saison de pluies où les cotonculteurs s’apprêtent à sarcler leurs champs, il nous est semblé utiles de nous faire une réflexion sur la Coton Tchad et la vie des producteurs.

Après plusieurs années de gloire et de fierté pour l’économie nationale, la COTON-TCHAD, ex COTON-FRANC ne semble plus avoir les mêmes renommés qu’autrefois. Il y a de cela encore quinze ans, les cotonculteur Tchadiens étaient fiers du coton qu’ils cultivaient et ont toujours eu à faire leurs projets en fonction du jour de payement de l’argent du coton. « Quand l’avion viendra (avion amenant de l’argent pour payer les cotonculteurs), je vais, acheter un charrue, une houe, je vous donnerai chacune une étoffe Wax, je doterai ma deuxième femme, j’organiserai la cérémonie de mariage de mon fils aîné…etc. ». C’est par ces genres d’expressions que les paysans expriment leur foi en ce que peut leur rapporter le coton. Dans les marchés hebdomadaires qui alimentent le monde rural en produits de première nécessité, le simple fait d’être un cotonculteur est une garantie qui te permet d’avoir une dette auprès du commerçant car il sait que, « Quand l’avion viendra… ». Ainsi le coton faisait vivre ses travailleurs qui étaient fiers tant de leur activité que du fait qu’ils participent à l’économie nationale.  

Mais aujourd’hui la done semble changer, car le cotonculteur a oublié l’expression « quand l’avion… » Et découvre un nouveau vocabulaire difficile à maîtriser qu’à admettre. Ces termes sont entre autres, « Impayé, Baa Mani, taxe, commerce équitable, AV … » ces termes compliqués pour l’homme rural créent des situations souvent difficiles à vivre. Avec la nouvelle terminologie, impayé signifie que ton argent a été retenu en remboursement à la dette d’une autre personne dont les récoltes n’ont pas été bonnes. Une chose bizarre, ce que bien qu’on soit dans une économie libéralisée, le producteur de coton n’est pas à mesure de fixer lui-même le prix de son coton. Pourtant, quand la COTON-TCHAD lui donne ses engrais en dette, c’est elle qui fixe le prix. Baa-Mani quant à lui est un terme utilisé dans la région de la Tandjilé pour désigner le fait de ne rien gagner de ses récoltes, c'est-à-dire que le prix du coton vendu est égal au prix de l’engrais donné en crédit par la COTON-TCHAD. Bref la vie du cotonculteur a changé avec la nouvelle terminologie. Plus de Wax après les récoltes, les jeunes ne peuvent plus espérer sur le coton pour se marier, le père de famille ne peut plus prendre une deuxième femme car même si « l’Avion viendra », il repartira avec ce qu’il a amené. Le cahier des enfants à la rentrée n’est désormais possible que par la grâce de l’argent du charbon produit en détruisant l’environnement.

Mais si le coton ne donne plus le bonheur à ses producteurs, le constat n’est pas le même chez les employés de la société cotonnière. Un tour à Moundou permet de le constater. Des grosses Cylindrés, des villas climatisées avec bouquet Satellite…ne sont pas des choses qui manquent aux agents de la maison mère. On serait certainement tenté de savoir comment le niveau de vie des agents de la COTON-TCHAD va grandissant alors que celui des paysans ne fait que se détériorer. Autre chose ce qu’on va nous faire croire que le prix du coton au marché mondial a baissé et que la maison ne fait plus de bénéfice donc pas d’augmentation de salaire. Mais par quel moyen sont sorties les « bagnoles dernier cri » qui sont garés chaque jour devant la direction et les usines avec des immatriculations de type Particulier ? Certainement il y a des choses à savoir pour lesquelles, le gouvernement, l’assemblée nationale ainsi le contrôle d’Etat ont intérêt à agir. Car, le Tchad est un pays à 80% rural.

NDakmissou GEDEON

L’instabilité politique tchadienne connaît des rebondissements incessants au point où l’opinion internationale se demande les motivations concrètes de ces mouvements prônant le changement ainsi que les tenants et les aboutissants de leurs projets. Mais au-delà de ces conflits, le peuple exprime-t-il le sentiment de vivre ensemble ? Et quels rapports avec les conflits interarmées ?

 En effet, la délimitation du territoire n’aura peut-être pas suffit à forger un peuple d’une diversité ethnique peut-être sans précédent à vouloir vivre ensemble quoique certains aient réussi à le faire, je veux dire d’autres nations. Cependant, devrions-nous prendre des exemples sur leurs construits sociopolitiques ou voudrions-nous marquer notre différence par notre esprit belliqueux et enfoncer ce beau pays dans un cercle vicieux à tout jamais ? Telle est la question que se pose une frange de jeunesse tchadienne en quête d’un avenir commun et désirant une solution autre que des combats sanglants aux issus incertains et dont la main invisible à ce sujet n’en dit pas moins. Ainsi donc, trouver les causes profondes de ces soutiens systématiques externes serait trouvé le Graal. D’ailleurs c’est ce qu’essaient de faire la plupart de ces mouvements mais leurs positionnements politiques ainsi que le choix du leadership ne semblent pas convaincre les parties prenantes et peut-être même pas l’opinion publique tchadienne car il y’a jamais deux sans trois. Enfin bref la peur d’une énième réplique de ces processus hante le peuple. Coup du sort, manque de lucidité tactique, quelles sont les causes de ces échecs politiques ?

Je pense que certaines causes de nos échecs sociopolitiques seraient d’abord le manque du sentiment de vivre ensemble, s’en suit l’égocentrisme. En fait, on fait semblant de vouloir vivre ensemble et que toutes nos actions se résument qu’autour du pouvoir. Comme si tout tchadien est né pour gouverner et que tous les moyens sont bons pour y arriver. Tabous ou constat cruel, en tout cas il est temps de lever le voile car ce problème est un facteur fondamental d’unité et de cohésion SOCIALE d’un peuple. Son champ d’action inclus nos différences culturelles, ethniques, religieuses, et l’esprit de progrès commun. Mais aujourd’hui le constat est alarmant tant au niveau interne qu’externe car la communication inter tchadienne est difficile du fait qu’on n’aime pas vivre ensemble. La préférence clanique l’emporte sur le patriotisme engendrant l’émergence des nombreuses parties politiques ayant des visions politiques différentes les uns des autres. Or le multipartisme n'est pas synonyme de tribalisme. Cette confusion est source des divergences fondamentales fragilisant certaines coalitions tant politico-militaires que civiles pour conflits d'intérêts entrainant ainsi des échecs stratégiques perpétuels écartant progressivement la perspective d’unité. D’ailleurs les échecs des multiples et récents affrontements opposant ces différents antagonistes illustrent parfaitement la fragilité de notre capacité à communiquer et à nous entendre, je dirais même que c’est l’égocentrisme implicite. Nos échanges ne se résument qu’à des confrontations physiques menant à des hostilités aux issues non négociables et que la force physique l’emporte sur la raison. Jamais de compromis. Jamais. Dans ce cas, construire un pays relève d'une équation complexe et difficile mais pas impossible car nous pouvons encore compter sur la nouvelle génération comme levier d’action indispensable pour rendre le système vertueux.                                              

Jeunesse tchadienne, nous sommes face à notre destin et nous nous devons de relever les défis. Nous devons tirer les leçons du passé pour construire un avenir meilleur. Mais construire ce pays, c'est avant tout sortir des stéréotypes ethniques et des préjugés, dépasser le clivage nord-sud, musulman-chrétiens, mettre de côté nos intérêts personnels et communiquer en ayant un dialogue responsable afin d’agir ensemble. Nous devons partager des valeurs patriotiques et faire de nos différences culturelles un atout pour renforcer les liens qui nous unissent et promouvoir une image positive de notre pays sur le plan international afin d’oublier ce cliché qui nous associe aux sauvages.  Oui nous pouvons changer la vision de notre société par une synergie issue des dialogues et compromis sincères dans le respect de nos traditions et dans l’intérêt de nos progénitures. Que l’héritage de nos parents ne nous obscurcisse pas la vision d’un Tchad nouveau mais qu’il nous serve de base constructive d’un avenir responsable et meilleur. Seul une telle volonté, un tel engagement peut apporter des changements radicaux au sein de la société. Nous devrions alors mettre de côté nos haines, nos rancœurs, notre vision négative de l’autre.  Desserrons enfin nos points et tendons-nous les mains pour une unité durable .Faisons du dialogue et de l’ouverture d’esprit une arme de construction d’un avenir meilleur, c’est la clé de notre destin commun car ensemble tout est possible.

Piquet DINGAMMADJI

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays