dimanche 25 septembre 2022

IaltchadTribune

IaltchadTribune (96)

C’est à partir de 1979 que le Tchad a vraiment défrayé la chronique par le théâtralisme des chefs en guerre et son cortège de massacre. Même si les causes immédiates de cette guerre peuvent se situer à cette époque, les causes lointaines sont antérieures à la genèse de l’Etat tchadien. Elles sont d’ordre géographique, historique, politique, et économique, on peut les considérer aujourd’hui comme des causes endogènes.
Le conflit tchadien est l’un les plus vieux et les plus cruels du continent africain. Les maladresses politiques n’expliquent pas elles seuls les fondements de ce conflit. L’histoire précoloniale et la structure géographique de cet Etat sont des caractéristiques de ce conflit qui dure jusqu’aujourd’hui.

Le 12 février 1979, peu après 10 heures 30 mns, un groupe d’élèves nordistes a fait irruption dans une salle de classe et a demandé au professeur d’arrêter le cours afin de leur permettre de diffuse un communiqué du CCFAN. Certains élèves sudistes se sont opposés à cela. Alors la bagarre a commencé au sein de la classe puis s’est généralisée dans la cour du lycée Félix Eboué. Les gendarmes qui assuraient la protection de la radio-tchad en face de dit lycée sont intervenus juste pour séparer les batailleurs en tirant en l’air. Les soldats du CCFAN chargés de la protection du premier ministre Hissein Habré à Sabangali ( non loin de la radio-tchad )  ont pris d’assaut le lieu sous prétexte de venir en aide à leurs militants agressés. C’est ainsi que des tirs nourris ont été entendus au sein du lycée pendant un temps puis les combats se sont intensifiés dans plusieurs endroits de la capitale tchadienne d’une part entre les FAN et les FAT et d’autres part entre les paisibles citoyens.
D’une simple jacquerie le Tchad entrait ainsi dans une guerre civile qui durera deux ans. Après une trêve qui a permis à qui des sudistes ou des nordistes de trouver refuge dans le quartier où les siens sont majoritaires, les massacres ont commencé à N’Djaména.
Sur le plan militaire, les FAT au nombre de 3500 hommes à N’Djaména ont été tenus en échec par les FAN pour plusieurs raisons :

-          Les FAN recevaient de l’aide du détachement de l’armée française basée à N’Djaména.
-          L’Ambassadeur de France au Tchad conseillait au général Malloum Président de la République, la modération dans cette guerre.
-          L’Armée Nationale Tchadienne (ANT) s’est désagrégée. Chaque soldat a choisi son camp.
-          Le chef d’Etat major des armées, à l’époque le Colonel Nguemourou n’était pas associé aux travaux préparatoires de cette guerre, a refusé de donner l’ordre aux militaires d’entrer en guerre aux côtés de la gendarmerie dirigé par à l’époque par Colonel Kamougué qui était la seule unité de l’ANT à se battre contre les FAN.

Le 14 février, Nguemourou a donné sa démission de l’État-major des armées. Il a été remplacé aussitôt par le général Negué Djogo. Vu les divergences qui opposaient les frères sara et les Mbaï depuis le coup d’Etat du 13 avril 1975, le Général Djogo (qui est sara) a adopté une position peu mitigée vis-à-vis de Kamougué.
Magré tout, Kamougué et ses troupes avaient une parfait maîtrise de la situation. La France a imposé un cessez-le-feu entre les deux forces en présence. Cette interruption de combat a permis d’une part à l’armée française d’acheminer le reste des soldats du CCFAN d’Abéché à N’Djaména et d’autre part aux autres tendances du FROLINAT d’arriver dans la capitale afin d’apporter leurs aides à Hisseine Habré. Opération certes, réussie, sauf le CDR de Ahmat Acyl a refusé son aide à Habré. Cette trêve a aussi permis aux cadres et officiers sudistes de s’unir autour de Kamougué pour défendre les intérêts des sudistes. Ils ont formé le” comité de Défence”et ils tenaient les quartiers sud de N’Djaména où les sudistes sont majoritaires. Les autres tendances du FROLINAT tenaient aussi les quartiers nord de la capitale. Mais à la fin du mois, les combats ont repris de plus belle.
Vu la résistance que la gendarmerie a opposée aux forces du FROLINAT, la France, la Libye et le Nigeria soucieux de cette tragédie ont privilégié la voie diplomatique. C’est ainsi qu’une série de conférences s’est ouverte au Nigeria afin de réconcilier les belligérants. La première, baptisée Kano 1 a eu lieu du 10 au 14 mars 1979 à Kano. Après une longue négociation entre quatre tendances militaires présentes, on est parvenu à un accord.
Selon les clauses de cet accord, le dernier point a été appliqué à l’immédiat. Le Général Malloum Président de la République et Habré Premier ministre ont effectivement démissionné de leur fonction. Le Nigeria a accordé l’asile politique au Général Malloum. Un gouvernement d’Union National de Tradition ( GUNT ) a été formé.
Goukouni est devenu le Président provisoire du Tchad. Kamougué qui s’est imposé à la tête des FAT est exclu de ce gouvernement. Cependant le non-respect des autres clauses de cet accord a entraîné au lendemain de sa signature la reprise des combats à N’Djaména entre les factions armées. C’est ainsi que la deuxième conférence dénommée Kano 2 a réuni les protagonistes tchadiens du 3 au 11 avril 1979 à kano. Onze tendances politico-militaires étaient présentes. Goukouni a été démis de ses fonctions du Président de la République.
Lol Mahamat Choua ( actuel président de RDP ) est devenu le Président du GUNT et le général Negué Djogo le vice-président, juste pour équilibrer les choses. Goukouni a occupé le poste de ministre de l’interieur et Habré celui de la défence.
Avec l’envoi effectif des forces armées nigeriannes à N’Djaména après des violents combats entre les belligérants, Kamougué a obtempéré à l’une des clauses de Kano1 qui prévoyait le retrait de toutes les fractions armées de N’Djaména. ( au moins 80 km de la capitale ). Certaines sources affirment qu’il a été vaincu, d’autres soutiennent que c’était une stratégie pour lui permettre de s’organiser. C’est ainsi que le 15 avril 1979, Kamougué a quitté N’Djaména pour Moundou avec ses troupes. Derrière ce retrait se cachait aussi son plan de partition du Tchad.
Pendant que les tentatives de réconciliation sont menées sur le plan diplomatique, le carnage est organisé sur presque l’ensemble du territoire national. À N’Djaména, en trois semaines de combat, la Croix-Rouge a dénombré 4000 à 5000 morts (militaires comme civils).
La retraite des FAT de N’ Djaména a occasionné le départ des sudistes de la capitale tchadienne. Au même moment de leur départ, les nordistes et les forces du FROLINAT qui avaient le contrôle effectif de la capitale ont organisé très rapidement le pillage systématique de leurs biens et la poursuite de ceux qui se trouvaient dans les environs. Les sudistes qui ont pu atteindre leur région natale en ont fait exactement comme ce qui se passait à N’Djaména. D’ailleurs, Thierry Lemoine avance un chiffre de 1000 nordistes tués dans les deux logones et le moyen-chari. Quant aux drames des sudistes dans la zone septentrionale à notre connaissance, aucun document n’en fait mention, mais Alain Focca lors d’une émission radiodiffusée (RFI) archives d’Afrique du 16 août 1997 reconnaît que 350 officiers et sous-officiers des FAT, tous prisonniers de guerre à Faya-Largeau ont été abattus nuitamment. De même après la chute d’Abéché, tous les prisonniers de guerre et les civils sudistes qui s’y trouvaient ont été décimés.

Cette guerre avait effectivement pris une dimension nord/sud et musulmans/chrétiens dans certaines régions. Mais sur le plan politique, cette façon de voir a été balayée d’un revers de main ; car Ahmat Acyl leader du CDR qui est arabe, nordiste et musulman a préféré soutenir Koumougué qui est sudiste et chrétien.
Beaucoup de cadres sudistes tels que Ousman Gam, l’un des cerveaux des opérations des FAN du 12 février 1979, le capitaine Gouara Lassou à l’époque et le docteur Gali Ngotté ont préféré quant à eux de s’allier aux autres Forces du FROLINAT à dominance nordistes.

Dans sa retraite de Moundou, Kamougué s’est autoproclamé président du sud. Ayant appris que Kamougué et les cadres du sud s’organisaient en Etat, le gouvernement de N’Djaména qui considérait le sud comme une rébellion a décidé d’envoyer des troupes au sud du pays pour étendre l’autorité de l’Etat. Dans l’enphorie et le délire de la victoire, les forces du PROLINAT avaient la certitude que Kamougué était vaincu et qu’il fallait le poursuivre jusqu’à sa retraite de Moundou. C’était l’occasion en or pour certains éléments du FROLINAT victimes depuis tant d’années des injustices des sudistes d’aller leur régler leurs comptes. Après un moment de négociation avec les cadres du sud en rébellion le ministre de l’intérieur Goukouni Weddei n’a pas hésité à brandir des menaces en ces termes : ”au cas où ils persisteraient ( dans leur refus ), je crois qu’ils ne pourront pas résister, qu’ils seront tous cramés et les survivants le regretteront”.
Goukouni a oublié que Kamougué disposait d’une bonne partie des éléments de FAT avec des armements nécessaires. En plus de cela, Ahmat Acyl a opéré un rapprochement auprès de ce dernier. Ils ont uni leurs forces pour faire face aux forces du FROLINAT. Ils recevaient l’aide nécessaire de la Libye pour leurs actions. Au lendemain de cette déclaration de presse de ministre de l’intérieur, les principales tendances armées du FROLINAT qui ont formé le Front d’Action commune dénommé ( FAC ) ont convoyé leurs soldats dans la zone méridionale, principalement dans le Mayo-kebbi sous la direction de Mbang Madi. Le 7 mai 1979, la ville de Bongor est conquise. De Bongor ils ont lancé l’offensive vers l’ouest du Mayo-kebbi, la principale cible était Pala. Chose faite, de là ils s’assuraient qu’ils pourront facilement atteindre Moundou. Etant des soldats mal formés, les Forces du FAC cambriolaient tout sur leur passage et se comportaient dans cet esprit de haine comme des véritables colons.

La déclaration de Goukouni et la manière de faire des forces du FAC, MPLT, FAP, FAN…) ont tiré certains cadres sudistes de leur léthargie. C’est ainsi que le 10 mai 1979 le Comité Permanent, organe dirigeant le sud composé de dix membre a été formé dont Kamougué s’est imposé à la fois comme chef politique et chef militaire. Pendant ce temps, le gouvernement de N’Djaména renforcait la position de ses troupes à Bongor et à Pala par avion. Le 20 ami 1979, la grande offensive fut lancée contre Moundou par trois colonnes. Vers cette même date, les FAT qui s’étaient déjà suffisamment organisées étaient eux aussi en route pour la reconquête de N’Djaména. C’est ainsi que le 21 et le 30 mai 1979, elles ont été tué cramé d’une part à Eré et d’autre part à Pala les soldats du FAC. C’était donc la fin de l’aventure des forces du FAC dans la zone méridionale. Elles ont replié jusqu’à N’Djaména laissant ainsi toute la zone méridionale entre les mains de Kamougué.
Face à cette situation, une troixième conférance dénommée Lagos 1 a reunie les frères en guerre à Lagos au Nigeria du 26 au 27 septembre 1979. ce fut encore un échec car les intérêts de la France , du Nigeria et de la Libye divergeaient. Sur le terrain, le Tchad était partagé entre huit ( 8 ) tendances armées plus quelque partis politiques à N’Djaména.

1- Forces Armées Tchadiennes (FAT) de Kamougué opérait dans les deux logones, Mayo-Kebbi, Moyen-chari, et Tandjilé.

2-Conseil de Commandement des Forces Armées du Nord (CCFAN) de Hisseine Habré contrôlait totalement le Batha, Biltine et le Ouaddai.

3- Forces Armées Populaires ( FAP ) de Goukouni Weddei se trouvait dans le BET et le Kanem.

4- Conseil Démocratique Révolutionnaire ( CDR ) de Ahmat Acyl oppérait dans la moitié de batha, chari-baguirmi et le guéra.

5- 1ère Armée ou Front populaire de Liberation du Tchad ( FPLT ) de Mahamat Abba seid se baladait entre le salamat, le guéra jusqu’à Bokoro dans le chari-baguirmi.
6- PROLINAT Volcan de Abdoulaye Adoum Dana,  est dans la moitié du chari-baguirmi.

7- Mouvement Populaire de Liberation du Tchad ( MPLT ) de Aboubakar Abdermane se touvait dans le Lac.

8- Forces Armées de l’Ouest ( FAO ) ou 3ème Armée de Moussa Medela se trouvait également dans la moitié du lac.

9- PROLINAT –Originaire de docteur Abba sidick politiquement se trouvait à N’Djaména tout comme PROLINAT-Fondamental de Hadjero Senoussi et Union Nationale pour la Démocratie ( UND ) de Facho Balam.

Chacun gérait et administrait sa zone à sa manière. Les tractations politiques étaient constantes afin d’amener les tchadiens à reprendre leur vie communautaire d’avant 1979. C’est pourquoi la dernière tentative a été la deuxième conférence de Lagos dénommée Lagos 2 tenue le 11 novembre 1979 au Nigeria. L’une des clauses importantes de cette conférence est la désignation de Goukouni comme président du GUNT et Kamougué comme vice-président. Mais le GUNT sera vite confronté à d’énormes difficultés à cause de :
- sa division en onze tendances sur des bases ethniques, régionales et tribales.
- Hisseine Habré dont de devenir le Président du Tchad était un rêve ne se lassait de brandir des ménances au sein du GUNT.
- la France et les Etats-unis n’appréciaient pas tellement la politique de Goukouni.
- l’attachement de Goukouni à la Libye sapait sa politique nationale et internationale.

Profitant de toutes ses difficultés, l’instigateur Habré a déclenché la deuxième bataille de N’Djaména le 21 mars 1980. les premiers combats opposaient les FAP et les FAN. Après une concertation, les autres tendances armées ont décidé de s’allier aux côtés de Goukouni même Acyl et Kamougué qui étaient tous contre Goukouni.
En ce temps là, les principaux leaders qui disposaient des troupes sur le terrain étaient: Kamougué 11000 hommes, Goukouni 9000 hommes, Habré 11000 hommes et Ahmat Acyl 3500 hommes ( parmi lesquels beaucoup n’ont pas des armes à la main ).
Nul ne doute que l’armée francaise basée à N’Djaména n’a manqué d’apporter son soutien à Habré. Face à tout ce qui se tramait entre Habré, la France et les États-Unis, le GUNT à son tour a signé un accord de coopération militaire avec la Libye précisément le 5 juin 1980. Au terme de cet accord, la Libye est entré officiellement en guerre aux côtés de GUNT le 18 novembre 1980, avec au moins 2500 hommes, 200 chars de combats et des avions de chasse de marque Tupolev 22 ont été mobilisés par le Guide de la Révolution Libyenne.
C’est ce qui a permis aux principales forces unies autour de Goukouni de serrer l’étau pour briser la résistance de CCFAN. Alors, 10000 obus ont déversés sur la position des FAN et partout dans la ville de N’Djaména en trois jours de combats.
Cela a contraint Habré et ses soldats à quitter la capitale tchadienne le 15 décembre 1080 pour se refuger à Haramkolé à la frontière soudanaise.
Pendant neuf mois de combat, la population N’Djaménoise venait de vivre encore un des moments les plus difficiles de son histoire. La Croix-Rouge a dénombré au moins 1000 à 1500 morts pendant cette guerre. Mais il faut le dire ce chiffre est loin de la vérité.

Ainsi se présente d’une manière générale la situation que notre pays le Tchad a connu de 1979 à 1980. Après la défaite de Habré de la capitale, tous les tchadiens croyaient que le Tchad avait désormais rompu avec la guerre. Cependant, cet espoir sera vite déçu car le pouvoir d’arrêter ou de faire la guerre nous semble que ne dépend pas trop des tchadiens eux-mêmes, il y a toujours la main étrangère. C’est ainsi qu’en janvier 1982, les Américains, Français, et OUA actuel UA ont réarmé Habré qui, en six mois de combat a renversé le GUNT…
Le 7 juin 1982, il s’est emparé du pouvoir. Beaucoup d’auteurs s’acharnent à dire que ce fut la fin de la guerre civile au Tchad. À notre humble connaissance, c’est une fin théorique car c’est après 1982 que commencera la véritable guerre civile qui n’a jamais dit son nom au Tchad. La preuve en est que jusqu’aujourd’hui la guerre continue au Tchad.
Le 7 juin 1982, Habré s’est installé au pouvoir. Son objectif est enfin atteint. Pendant huit ans, l’homme fort de CCFAN règnera en Dieu sur le Tchad avec son parti unique UNIR.
Mais le 1ère décembre 1990, il est détrôné par son ex-chef d’État-major aux Armées, le colonel Idriss Déby.

Pour que le Tchad n’offre plus jamais au monde du 21ème cette triste réalité d’un pays soumis à l’arbitraire de ses gouvernants, il faut que l’homme politique à qui incombe le destin de ce pays sache que, ”être homme politique, c’est exercer le pouvoir selon les règles et la science qui font que l’on est tour à tour gouvernant et gouverné”
Il faut que le dialogue soit l’arme du politique car la véritable paix ne s’instaurera au Tchad que par des tchadiens eux-mêmes et sous la base de leurs rencontres autour des débats francs pour se pardonner réciproquement et regarder tous vers l’avenir.

Gaya – Ple Seïd

Françafrique : Quand le mythe de la stabilité flirte avec le mécanisme de stérilité (politique et économique), c’est par le Tchad que commence l’effondrement !

Dans le monde diplomatique N°623 de février 2006, Anne-Valérie HOH et Barbara  VIGNAUX publient un article intitulé l’Afrique n’est plus l’Eldorado.
Ces journalistes faisaient état des critiques africaines du néocolonialisme français exprimées en marge du dernier sommet Afrique-France de Bamako (Mali). Cette politique est marquée notamment par le soutien immodéré de Paris aux régimes gabonais et togolais pour ne citer que ceux-là (Plus récemment encore, pour déjouer un coup d’Etat militaire, c’est l’armée française qui assure la sécurité du président tchadien lors d’un retour de voyage dans la clandestinité). Mais les auteurs se concentrent essentiellement sur le désintéressement de l’Afrique qui anime les entreprises françaises (Bolloré, Bouygues, Veolia, …) pourtant présentes depuis plusieurs années. Ce simple constat rend l’article insatisfaisant tant par sa qualité que par sa substance.

Afin d’apporter une explication à la fois cohérente et structurelle au regard des théories économiques, mais aussi et surtout des pratiques politiques, nous partons des faits imputables à la vieille France Afrique (matrice des relations franco-africaine) pour démontrer les méfaits du système sur les plans politique (I) et économique (II). Dans ce dernier point on verra qu’il est raisonnable d’expliquer la débandade des entreprises françaises par leurs inefficacités consécutives à leurs positions de monopole (entendu comme manque de perfectionnement perpétuel). On soutiendra en fin qu’il leur est stratégiquement raisonnable de reconquérir leurs marchés traditionnels respectifs plutôt que d’y revenir après une aventure dans des environnements méconnus et vivement concurrentiels.

I-  Politiquement, la logique du mythe s’oppose aux principes démocratiques…

Concocté par la droite française, la chiraquie en l’occurrence, le mythe de la stabilité, développé au sein de la Françafrique, aurait pour objet d’endiguer les aspirations des peuples de l’Afrique francophone tendant à tordre le cou, par la voie des urnes, aux dictateurs désavouées lors de la conférence de la Baule (1990) par le socialiste Mitterrand.

Les moyens de ce dessein quant à eux s’incrustent dans le cœur des machines à organiser des élections truquées d’une part ou déclencher des guerres fratricides d’autre part résumant ainsi la rhétorique à :

1- Éterniser « les bons élèves » au pouvoir par des élections qualifiées de démocratiques libres et transparentes alors même qu’on remplissait les urnes de vrai faux bulletins quitte à dépasser dans certains cas le nombre d’inscrits sur les listes électorales. Et comme par hasard les observateurs internationaux ne débusquaient jamais les tricheurs. Le cas du Togo constitue suivant cette optique un bel exemple.

2-       Chasser par les armes « les mauvaises élèves » quitte à sacrifier des milliers de vies humaines pour remplacer une dictature par une autre, la soutenir l’entretenir en la faisant bénéficier de l’ignoble largesse lors des échéances électorales. Le Tchad de l’ère Deby est un parfait exemple de ce dernier point de vue.

Si le cas du Togo est intéressant par la capacité du mythe de la stabilité à fabriquer un Eyadema fils, organiser un hold-up électoral,…, ce même cas attire notre attention par ces conséquences stérilisantes empêchant tout changement démocratique ne serait-ce que dans la continuité. La stabilité n’empêche pas en effet le changement d’homme au sein d’une même famille politique. Cette configuration est en tout cas vraie dans la vie politique française par exemple.
Fort du soutien de la communauté internationale et plus précisément de la France, Eyadema fils perpétue le projet dictatorial pour lequel il est formaté. Pendant ce temps les malheureux togolais apprennent malgré eux à relativiser leur malheur lorsqu’ils se trouvent au Togo, sinon ils rejoignent les réfugiés de l’ère Eyadema père au Bénin voisin.
Ces opprimés vivent dans leur ensemble leur malheur en bons africains : penser à une punition du ciel. Rappelons ici que Dieu n’est pas coupable !

Au Tchad au contraire le rapport avec le bon Dieu n’est pas de même nature. Les gens recherchent perpétuellement un changement mais dans la dispersion : les uns prennent les armes, les autres s’éternisent dans l’opposition politique interne ou externe. Pendant ce temps le mythe de la stabilité accroche le stérilet à la démocratie naissante de ce pays. Mais la réplique de l’opposition dans son ensemble, bien qu’elle reste dispersée, a eu le mérite de tuer dans l’œuf tout embryon de scénario à la togolaise.

Repousser la fatalité et désormais le but ultime du mythe de la stabilité au dépend bien évidement de tout processus démocratique en Afrique francophone. Ce nouveau défi à un prix dont le Tchad risque de payer l’addition à commencer par les régions jouxtant le Darfour soudanais et la RCA, respectivement à l’Est et au Sud-est, et ce probablement avant 2007. Cette date marque le début d’une alternative politique certaine en France au profit de la gauche sinon d’une génération nouvelle de la droite dite décomplexée incarnée par le fameux Sarkozy. D’ici là observons au passage ce que deviendra la cote d’ivoire !

L’enjeu actuel du mythe serait donc de sauver le guerrier tchadien du club et « stabiliser » de facto le fragile centrafricain Bozizé installé par la grâce de l’armée tchadienne et la largesse matérielle et financière française.
Suite à ce succès face à une modeste armée centrafricaine, la clique de Deby attrape la folie de grandeur et s’attaque au soudan voisin en soutenant officieusement les rebelles du Darfour. Elle oublie toute fois un détail important : le Soudan grand comme deux fois le Tchad et presque cinq fois la France totalise derrière lui plus de 25 ans de lutte contre l’ancienne forte rébellion sudiste de John Garang.

Au résultat le rêve tourne au fiasco d’autant que le soldat Deby menacé plus que jamais de tout bord menace à son tour de s’écrouler à tout moment. Par ailleurs la chiraquie agonisante vit ses derniers jours naturellement dans la mauvaise humeur, notamment au regard des difficultés politiques de Dominique De Villepin, dans l’attente de la date de l’alternance.

Ce climat présente d’opportunités que les successeurs potentiels de Chirac et de ses acolytes africains doivent saisir pour ouvrir une nouvelle page de relation franco-africaines tournées vers un avenir socio-économique meilleure pour les deux peuples respectifs.

Cette démarche apparaît à nos yeux comme la plus stabilisatrice permettant en effet à la France d’éviter les prédictions des déclinologues relatives à sa présence en Afrique. Aussi permettra-t-elle aux nouvelles générations africaines de modérer leur francophobie dont la légitimité ne fait aucun doute.

II- … il finit par stériliser les économies   et affaiblir les monopoles français !

L’enchevêtrement entre l’économique et le politique laisse arguer que la stérilisation du système politique n’est pas neutre du point de vue économique.

Théoriquement l’idée de constituer un monopole dans une économie se justifie par l’existence d’économie d’échelles et de coût fixes relativement élevés. Si l’on s’inscrit dans cette configuration on peut par exemple reconnaître la capacité du monopole à réaliser des investissements lourds sans craindre d’éventuelles difficultés relatives au retour sur investissement…En revanche, l’absence de concurrent incite le monopoleur à se renfermer dans une logique routinière contraire aux impératifs de perfectionnement tout en pratiquant des prix élevés. C’est ce dernier cas qui a caractérisé la présence des entreprises françaises en Afrique.

Faisons remarquer ici que les monopoles constituer par les entreprises françaises (Vinci, Bolloré, Bouygues,…) dans les économies africaines ont permis de rendre des services (BTP, transport,…) et surtout produire des biens publics à coût surréaliste.

Il en découle une mauvaise allocation de ressources dans tous les secteurs des économies concernées avec des effets incontestablement négatifs pour le consommateur africain : produits et service de qualité douteuse et à prix d’or dans un contexte d’appauvrissement structurel et généralisé accentué par le coût de la vie imputable en grande partie à la bêtise de la dévaluation de France Cfa de 50% en 1994.
Pour ce qui concerne les entreprises on peut penser qu’elles sont gagnantes en fin de compte mais un regard attentif permet de relativiser grâce à l’examen d’éléments factuels. Raisonnons pour se faire sur les filiales africaines des entreprises françaises.

Ces dernières ont certes contribué dans des proportions importantes et pendant plusieurs années à augmenter la profitabilité de leurs sociétés mères respectives et améliorer par conséquent la part de profit de l’actionnaire.
En revanche, le revers de la médaille s’observe à travers l’inefficacité de ces filiales mise en évidence depuis peu par leurs incapacités à faire face à la concurrence des pays asiatique notamment la chine. On assiste donc à une débandade : Les nouveaux eldorados seraient au Maghreb ou en Asie. Pour autant le pari n’est pas gagné d’avance car la culture d’entreprise n’est pas forcément la même sur les terres supposées promises.

Réinvestir en Afrique ce qui a été dérobé aux consommateurs serait non seulement un geste de bonne augure mais aussi et surtout rationnel et vital pour les investisseurs d’autant qu’il suffit de reconquérir leur marché traditionnel plutôt que d’y revenir après l’aventure maghrébine et/ou asiatique.

Par ailleurs, en faisant le choix de réinvestissement, elles doivent apprendre à sortir de leurs coutumes monopolistiques routinières et donc échapper au travers de l’inefficacité. Ainsi pourront-elles, grâce au réinvestissement, faire face à la concurrence et occuper la place que leur prévoit l’orthodoxie économique.

Ces éléments factuels concernant les entrepreneurs et les politiques peu scrupuleux démontrent l’échec des politiques jusqu’ici poursuivies par la fameuse Françafrique dont le certificat de décès sera délivré à l’horizon 2007 à moins que De Villepein reprenne le relais. Ces éléments ont par ailleurs l’intérêt d’inspirer ceux qui vont façonner les relations franco- africaines pour les décennies à venir.

En clair il serait souhaitable de voir se matérialiser une rupture dans la continuité.
La rupture doit être l’œuvre des politiques qui doivent favoriser la coopération décentralisée complémentaire d’une coopération bilatérale dont les lignes directrices seront fixées par les deux parties.
La continuité quant à elle devrait concerner les entrepreneurs qui ont perdu confiance en eux peut être pour anticiper la fin d’une époque. Mais la logique économique comme elle les a rendu inefficace, à cause de leurs comportements, leur permettra de rattraper le temps perdu et reprendre le dessus sur leurs nouveaux concurrents à condition de savoir jouer cette fois ci au bon moment et selon les bonnes mœurs.  

FADOUL.D Khalid

Au Tchad, les termes couramment utilisés dans la vie publique semblent, comme en patois, signifier plusieurs choses divergentes à la fois. C’est un peu le cas du « taux de participation » au centre de l’inévitable polémique post-électorale. Pour parler simplement, un taux se définit par rapport à une proportion mesurable et vérifiable. On ne peut pas parler de taux dans le vague. En matière électorale, le taux de participation se réfère toujours au fichier électoral en vigueur et non pas à l’affluence du public devant les bureaux de vote. C’est là toute la confusion du débat actuel entre les partisans et les adversaires des élections du 03 mai dernier. Même les leaders de la société civile opposée au pouvoir (puisqu’il va falloir désormais reconnaître celle qui roule à fond pour défendre ce pouvoir), font cette confusion.

     On parle de taux de participation quand, par exemple, l’on cherche à savoir combien de personnes ont voté sur cent inscrits. Mais s’il se trouve que la majorité d’une population en age de voter ne figure pas sur le fichier électoral, elle ne peut plus être évaluée par rapport au taux de participation. Elle n’est pas concernée par le vote, c’est tout ! Le cas de notre pays est bien celui-là : sur les 5 millions d’électeurs « inscrits », la plupart n’existent pas physiquement pour aller voter. Il y a un fossé considérable entre les données démographiques et les données électorales des régions. Donc un gonflement anormal d’électeurs inexistants. Ce qui revient à ceci : faute d’être physiquement en mesure de se présenter devant les bureaux de vote, la masse des électeurs se réduit aux personnes voire des mineurs qui ont des dizaines de cartes en poche et sont autorisés à voter ainsi. Le surplus de voix sera redistribué dans les bureaux de la CENI monopartite. De ce fait, les organisateurs du scrutin du 03 mai n’avaient pas besoin d’affluence massive pour atteindre leurs objectifs ! Le système de la fraude se renforce d’autant que le boycott systématique le veut ainsi. Tout se tient finalement !

     Alors que les sympathisants de l’opposition étaient de fait démobilisés dès le départ du recensement électoral, ce sont les déçus du régime disposant de cartes d’électeurs effectifs qui, à la rigueur, pourraient s’être abstenus et justifier une affluence encore plus faible que prévu. Si l’opposition CPDC avait fait preuve de zèle et d’insistance durant la campagne électorale, comme le comité de l’appel à la paix et à la réconciliation, les choses auraient peut-être bougé ? Cependant, il ne faudrait pas se faire d’illusions sur la liberté réelle que les citoyens du monde rural auraient de s’abstenir d’aller voter. Nous savons tous que la démocratie est restée interdite d’accès aux habitants de nombre de régions tourmentées et sous coupe réglées depuis toujours. L’opposition partage largement la responsabilité de l’abandon de ces contrées à elles-mêmes, pour n’avoir jamais eu les soucis de l’éducation civique et idéologique de leurs militants ruraux. L’opposition a préféré évoluer dans les clivages ethniques et les solidarités coutumières habituelles. Chacun, pouvoir et opposition, contribue à sa manière à la démotivation des masses pour les enjeux publics.

    
Le 03 mai dernier, ce sont ces réalités qui se sont conjuguées. Il est difficile de mesurer l’ampleur du mot d’ordre de boycott quand les citoyens ne pouvaient pas voter physiquement. C’est le cafouillage à la tchadienne qui continue à tout fausser dans l’évolution de notre pays. Comme les 3 millions de Tchadiens vivant au Soudan, dont le nombre fictif terrorisait les délégués à la CNS en 1993, mais qui cessèrent d’exister quand il fallut voter en 1996 ! Souvenons-nous aussi, il y a quelques années, des chameaux avaient été emportés par la pluie en plein désert dans l’extrême nord du Tchad ! Incroyable, et pourtant le pays a ainsi toujours évolué sur la base du mensonge !

     Ce qu’il faut retenir en définitive, c’est que notre pays vient de confirmer son indéfectible attachement à la règle des coups de force. Il y en a eu pas mal : six tentatives de putsch manqués contre la personne de IDI, la modification de la constitution et de la loi 001, la prorogation de 18 mois du mandat des députés actuels, l’attaque du 13 avril à N’djaména, le scrutin du 03 mai dernier, le fameux « il y aura quelque chose » promis par le FUC sur RFI pour ce scrutin, provoquant la 2e panique de N’djaménois (surtout proches du pouvoir) pour Koussiri au Cameroun ... L’essentiel pour chaque acteur étant d’atteindre son but sans se soucier de l’éthique des voies et moyens empruntés. Les gagnants actuels sont : le général IDI d’une part et les politico-militaires de l’autre. Pourquoi ? Parce qu’ils sont restés conforme à la règle de la force qui régit notre vie publique depuis 1977 ! Les prochains évènements seront essentiellement déterminés en fonction de leur logique guerrière irréductible et des intérêts stratégiques qui les parrainent. Les perdants provisoires sont : l’opposition civile moribonde des communiqués de presse et la société civile peu indépendante. Leur tort, c’est de n’avoir pas su jusqu’ici soulever la troisième force, la population. La seule mobilisation spontanée de la population tchadienne en 16 années de « démocratie » remonte au 18 février 1992 suite à l’assassinat de notre compagnon Me Joseph BEHIDI. Autrement dit, la solution profonde et définitive au drame tchadien passe par le peuple aux mains nues, qui malheureusement dort et a peur de son ombre. Jusqu’à quand ?

Il faut s’attendre, après le coup de force du 3 mai, à un assouplissement de la position du pouvoir, par l’ouverture du gouvernement et même de la primature à l’opposition CPDC et consort, dans le cadre d’une nouvelle DCP. Cette formule serait considérée par le pouvoir de IDI comme préférable à celle, dangereuse, de la tenue d’un forum qui ne manquerait pas de remettre en cause les efforts de « légitimation » par la force du pouvoir actuel. Car il n’y aura plus d’élections, selon les actes déjà entérinés (prorogation du mandat des députés jusqu’à 2008), donc la base des revendications de la CPDC pour une alternance basée sur un scrutin bien préparé (juridiquement et matériellement) est devenue désuète, sans un rapport de force favorable à l’opposition. L’impondérable principal à ces prévisions moroses, c’est la force majeure liée au processus d’autodestruction irrésistible actuel du pouvoir de IDI même, par les défections et les agitations des siens ! La dernière en date est celle de M. Mahamat Nouri, ancien du FROLINAT et influent leader du Borkou, région d’origine de M. Hissène Habré, une affaire de famille de plus dans l’Etat déliquescent !

L’opposition politique et la société civile devraient éviter de faire de ces dissidences internes au régime de IDI un fonds de commerce dans la revendication d’une table ronde. Ces dissidences sont une phase ultime de la saturation et de l’éclatement d’un système de gouvernance et de valeurs basé sur le népotisme, la discrimination, la violence, l’arbitraire et l’atteinte permanente à la vie et à la propriété. Ceux qui ont promu ce système et s’en sont servis allègrement, ne peuvent pas faire du slogan anti-IDI un certificat de nouvelle virginité. Les dossiers noirs de l’Etat existent et devraient clairement faire l’objet d’un audit général public, avec le relais des tribunaux. Qu’il s’agisse des crimes politiques, économiques et contre l’humanité, aucune tentative d’obtenir une amnistie générale par la force des armes, au gré de « rébellions tardives » contre IDI, ne devrait tromper la vigilance de vrais patriotes et du peuple victime. Pourquoi, en quinze ans de « démocratie », aucun groupe politico-militaire n’a pu se transformer en parti politique, conformément aux accords de « réconciliation » signés avec le gouvernement aux frais du contribuable, avec des « amnisties » octroyées en sus ? Si le CAPRN et la CPDC voudraient organiser une table ronde en voulant sacrifier la soif de justice des Tchadiens sur l’autel de la « réconciliation » entre les prétendants au pouvoir et à ses privilèges, le peuple et la jeunesse consciente les vomiront autant que les autres fossoyeurs de la République. « Qui vivra par l’épée périra par l’épée ! », est-il écrit, et on n’échappera pas à cette proclamation divine au Tchad. La confusion et la cacophonie devraient cesser dans l’exploitation de la situation fragile de notre pays.

Enoch DJONDANG

Vous êtes mécontents de votre situation ? Vous voulez rapidement accéder aux sommités de l’Etat et aux privilèges reluisants ? Vous avez des comptes à régler avec X ou Y tribu ? Rien de plus facile… Il vous suffira devenir un « rebelle » ou plus pudiquement « un politico-militaire ». Cela n’est pas très difficile, mais il faudra respecter les procédures jusqu’au bout pour gagner le gros lot.

Comment ça se passe en gros ? Vous prétextez d’une des nombreuses injustices criardes qui font le quotidien du Tchadien et vous passez de l’autre côté de la frontière. Attention, pas la mauvaise frontière surtout ! Car vous devez viser un pays rompu dans l’art de déstabiliser ses voisins et qui nourrit des ambitions hégémoniques sur le vôtre. Bien arrivé, vous vous mettez en contact avec les responsables des services secrets de ce pays pour être pris en charge et obtenir un parrainage sûr. Si vous êtes intéressant comme mercenaire, vous aurez droit à des avantages que même les citoyens dudit pays n’ont pas : passeport diplomatique, prise en charge de vos déplacements, séjour gratuit dans un bon hôtel ou dans une villa huppée surveillée, etc.

Vous proposez vos services pour la destruction de votre pays – pardon – du pouvoir en place à N’Djamena qui a nécessairement des problèmes avec votre pays d’accueil. Vous devenez une carte de réserve au cas où une occasion se présenterait d’en découdre avec le patron des bords du Chari. Comme la géographie fait bien les choses, vous allez vers vos parents (ceux de la même ethnie que vous) exilés ou réfugiés dans le pays parrain. Avec l’argent et les moyens mis à votre disposition, il vous suffira de les convaincre massivement de la revanche à prendre sur le clan ou la tribu au pouvoir, pour en recruter des centaines, surtout des jeunes désœuvrés facilement manipulables. Des camps d’entraînement militaire seront mis à votre disposition. Après vos premiers coups de main contre la troupe gouvernementale de votre pays, vous passerez du statut de « coupeurs de routes » à celui plus honorable de « rébellion armée ». Le plus dur vient alors, car vous devriez subir les assauts violents de ceux qui ne sont pas prêts de s’effacer pour vous laisser le gâteau du pouvoir. Des répressions sauvages seront lancées contre votre ethnie ou région d’origine et vos proches à N’Djamena pour briser votre moral et vous ramener à de meilleurs sentiments.

Si vous résistez à tout ceci, il faudra alors obtenir le feu vert du chef de terre qu’est la France, car sans elle vous ne pourrez pas espérer habiter quelques années dans les salons dorés du palais rose. Le chef de terre, grande marraine protectrice de ce territoire militaire d’outre-mer qui est tout sauf un Etat, vous fera signer un pacte comme on le fait d’habitude avec le démon, c’est-à-dire à interpréter dans le sens inverse ou figuré. Et hop ! la route de N’djaména vous est ouverte ! L’aventurier soudanais Rabah, père spirituel de la chefferie de guerre tchadienne, avait parcouru ce chemin à dos de cheval, cela avait pris du temps. Maintenant, c’est plus rapide en Toyota. Toyota ai-je dit ? C’est la marque préférée des amateurs de la violence politique au Tchad et en Somalie, la sœur jumelle perdue de notre pays. Vous n’aviez pas besoin d’avoir de l’argent pour vous en acheter, c’est gratuit ! Des dizaines au besoin, si vous êtes prêt à aller jusqu’au bout de la ruine de votre pays ! Les armes aussi, de tout calibre !

Vous ne devez pas vous faire des soucis pour vos concitoyens qui vont mourir massivement à cause de votre existence et de vos menaces : après tout vous venez pour les libérer ? La faute sera toujours imputée au pouvoir en place qui se débattra comme un beau diable pour repousser l’échéance de son départ par la force. Vos morts seront décrétés « martyrs » et leurs proches auront le droit de se servir de tout ce qui est lucratif pour se faire rembourser le prix du sang versé pour la « libération » de ces esclaves de Tchadiens peureux. Les parents de l’autre côté, qui vous ont aidé, auront aussi le droit de se servir, même en tuant à volonté vos compatriotes. Les meilleurs morceaux que sont la douane, les brigades, les caisses, l’administration territoriale, le fameux « grade » de « colonel », et les villas squattées, sont ainsi réservés à la race des maîtres guerriers. Et comme on ne sait jamais comment ça finit le pouvoir, il faut envisager la terre d’asile la plus naturelle, celle des parents de l’autre côté. Si vous aviez déjà participé au pouvoir, vous devez exprimer vos regrets aux compatriotes et promettre que vous ferez mieux la prochaine fois, à votre retour des grottes ; on oubliera aussitôt votre passé obscure !

En comparant simplement tout ce que coûte, en terme de prise en charge, un « rebelle » et sa suite (entretien individuel, armement, etc.), depuis les premiers seigneurs de guerre Goukouni, Habré, Acheikh et consorts jusqu’à la nouvelle vague actuelle, on aurait pu avec l’équivalent monétaire en moyens, reconstruire et moderniser les zones « libérées » un moment par ces rebelles. Des centaines de puits, d’écoles arabes ou autres, de dispensaires, former des cadres valables pour le développement « révolutionnaire », etc. Il n’y aurait pas tant d’exilés, de déplacés, de revanchards, de conflits intercommunautaires. Malheureusement, non seulement une partie de l’élite politique évolue dans le mercenariat au profit de puissances de tutelle, sans capacité de faire valoir une identité nationale et patriotique commune, mais elle continue de croire en ce schéma barbare et moyenâgeux de conquête du pouvoir et de promotion sociale facile.

Cependant, est-ce sûr que les autres Tchadiens accepteront toujours cette combine ? Rien de plus simple encore ! Les partis politiques, fatigués et découragés tant par l’intransigeance du camp du pouvoir en place, que par leurs propres turpitudes, sont prêts à s’allier aux rebelles pour obtenir le laissez-passer manquant. La société civile, dont la dénonciation des exactions massives des faits de guerre finit par harasser, cède aussi sur les principes pour vous dérouler le tapis rouge, en vous considérant comme des acteurs incontournables de l’imbroglio tchadien et de son dénouement. Donc, sans véritable légitimité idéologique ni programme convaincant, l’essentiel pour vous, dans ce métier singulier, est de tenir le terrain et de faire vivre la psychose de votre prochaine arrivée aux N’Djaménois, et vous devenez présentables et fréquentables. La seule erreur à ne pas commettre est celle d’ignorer la bénédiction du chef de terre : la France. Certains en ont fait l’expérience amère le 13 avril dernier dans les rues de N’Djamena, après avoir parcouru sans faute les raccourcis du chemin de l’ancêtre des rebelles Rabah.

Il arrive aussi malheureusement que votre loterie échoue, à cause des intérêts en jeu. Alors vous serez contraints de vous « rallier » et de vous contenter de la pitance qui vous sera accordée. C’est mieux que rien, car dans un vrai pays moderne, vous ne pourrez même pas prétendre aux fonctions et aux privilèges qui vous seront gratifiées, en échangez de vous tenir tranquille quelque temps. Si vous voulez un peu plus, alors dès votre ralliement, vous devrez prêter main forte pour aller écraser les autres, ceux qui se cachent encore dans les montagnes infestées d’hyènes et de lions de la frontière. Vous aurez plus de chance si vous relevez du 13e parallèle et au-dessus, parce que vous êtes alors des parents et que la solidarité coutumière est sacrée, quelles que soient les inimitiés internes, les vrais ennemis ce sont les autres Tchadiens qui n’ont pas la même culture que vous. Par contre, si vous êtes un « harratine », c’est-à-dire ceux qui sont nés pour courber l’échine, ce schéma ne vous réussira pas. D’abord, vous n’êtes pas né du bon côté des frontières, vos parents de l’autre côté ne vous aideront pas dans ces aventures qu’ils rejettent. Les gouvernements voisins aussi n’en voudront pas. Dans ce cas, vous devez accepter que tant que ce jeu de ping-pong entre les héritiers de l’aventurier soudanais Rabah et les petits enfants du Commandant Lamy de l’armée française, va continuer, vous ne serez qu’un citoyen – pardon – un sujet de seconde zone bon à être exploité et maltraité. Voilà comment au 21e siècle, on s’est arrangé à créer un espace de non droit, une anomalie terrifiante au cœur de l’Afrique appelé Tchad.

Maintenant, par comparaison simple des indicateurs et du niveau de pauvreté criarde du Tchad, il faut aligner sur l’autre colonne du tableau tout ce que le pays perd en détail du fait de ce mode anachronique de promotion sociopolitique qu’est la rébellion armée. Y compris les vies humaines, les jeunesses rurales et urbaines sacrifiées, les haines nouvelles, la mortalité tous azimuts, etc. Quand cela dure depuis plus de trente ans, il y a lieu de se demander si les Tchadiens sont vraiment des gens normaux qui vivent leur temps au même titre que les autres peuples africains ? Malheureusement, quand on n’aime pas son pays, quand on tue à volonté le fruit de la femme qu’est l’être humain, il n’y qu’un seul mot pour conclure : à quand la fin de la barbarie ?

Enoch DJONDANG

Parler de dialogue laisse entendre au moins une chose : une absence de communication susceptible de créer ou d’entretenir des conflits entre parties à une situation quelconque. Le ramener à l’échelle d’un pays dénonce une situation gravissime affectant la paix et la cohabitation pacifique entre les composantes socio-politiques. Est-ce bien le cas pour le Tchad ?

Depuis une quinzaine d’année, le pays de Toumaï vit pourtant une expérience démocratique riche en rebondissements et surtout en contradictions. Avec plus de soixante-dix partis politiques, de centaines d’associations civiles et syndicats actifs, comment peut-on prétendre encore parler de la nécessité d’un dialogue, qu’il soit « inclusif » ou « exclusif » ? Une conférence nationale de trois mois qui avait à peine égratigné le pouvoir en place, une transition prolongée deux fois, des mandats électifs prolongés unilatéralement par les élus eux-mêmes, trois séries d’élections tantôt transparentes tantôt frauduleuses selon la position de circonstance et d’alliance des acteurs, qu’est-ce qui a manqué au Tchad comme expérience pour encore revenir à de vieux schémas, en changeant juste de mots ?

Pour répondre en toute objectivité à cette question, voyons d’abord les raisons possibles d’un dialogue :
  -          l’alternance au pouvoir autrement dit toute la question électorale et/ou d’accaparement des institutions par la force par un groupe tribal ou politique y compris l’accession violente au pouvoir;
  -          la dénonciation de la gestion publique du pouvoir en place ou la mauvaise gouvernance ;
  -          les questions de cohabitation pacifique ;
  -          les questions de justice et de sécurité ;
  -          le partage des richesses nationales ;
  -          la forme de l’Etat et le bilinguisme, etc.

Toutes ces thématiques déterminent des parties prenantes différentes ainsi que des modalités et des enjeux différents pour un dialogue. Il n’est pas réaliste de prétendre qu’un dialogue national, au stade actuel, pourrait embrasser tous les sujets à la fois.

En effet, si l’on prend la question de l’alternance au pouvoir, elle impliquera d’abord les acteurs qui se donnent pour vocation la conquête du pouvoir. Dans le cas précis du Tchad, il n’y a que deux possibilités : par les urnes et par les armes. Or, réunir des acteurs qui ont choisi ces deux options à la fois pour discuter n’aboutira à rien. Les premiers, qui jouent la carte de la légalité, proposent des correctifs conformes à l’esprit de la légalité. Les seconds ne croient qu’au sort des armes, quel qu’en soit le prix pour le pays. Le troisième, celui qui gouverne, se donne les moyens de se protéger contre les deux autres challengers. Avec qui dialoguer et pour aboutir à quoi ?

Il est clair que si le dialogue entre le pouvoir et l’opposition légale pouvait aboutir aux solutions les moins boiteuses pour la préservation des fondements de la démocratie et de l’Etat de droit, les opposants armés, eux, discuteront de quoi d’autre ? Ou alors, à contrario, le pouvoir trouve un terrain d’entente avec les rebelles de tout poil, et cela se fera au détriment de la légalité républicaine. Parce que les conditions spécifiques liées au sort futur de ces interminables rebellions armées quasi-tribales, pour être appliquées, devront ignorer les lois du pays. En cela, quelle que soit l’ampleur de la crise intérieure, il n’y a rien de nouveau à attendre, sinon les mêmes schémas de repositionnement de clans armés aux commandes du pays : intégration de clans dans les sphères de l’Administration, de la finance publique et du commandement militaire, au détriment des procédures légales et égalitaires entre tous les Tchadiens. Ce n’est qu’une question de partage récurrent d’un butin appelé l’Etat !

Prétendre que l’opposition armée et l’opposition politique auraient des visions communes et conviendraient de modalités compatibles avec le respect des lois et des valeurs de la République, il faut vraiment être naïf pour le croire ! Un dialogue national qui mettrait en face ces trois acteurs de pouvoir, à savoir le régime actuel, l’opposition politique et l’opposition armée, avec toutes leurs nombreuses et inquiétantes contradictions internes, devrait aboutir à une forme de paix éphémère, au détriment de la partie la plus faible. Et nous la connaissons tous, celle-là qui dort dans ses salons sur ses communiqués de presse. Les rapports de forces sont le dénominateur commun aux solutions politiques liées à la question du pouvoir : on ne peut aller au dialogue qu’en position de disposer au moins d’une capacité de blocage. Mais aller faire la part belle à des groupes plus intelligents qui ont choisi depuis longtemps, bien avant la démocratisation, le mode le plus rentable d’accession et de conservation du pouvoir, à savoir le feu et le sang, serait une preuve d’immaturité de la part de prétendus démocrates.

S’il y a une chose qui pourrait naître d’un tel dialogue dit « exclusif » entre acteurs de pouvoir, ce ne peut être qu’une solution de partage de pouvoir à imposer aux populations, c’est tout ! A défaut pour certains d’espérer faire partir le général IDI de son palais royal, quelles que soient les belles résolutions qui ressortiront d’un tel dialogue, la prime s’appréciera dans le partage du gâteau et l’aggravation de la pauvreté des populations.

Maintenant, les autres sujets que nous avions répertoriés plus haut, pourraient faire l’objet d’autres formes de dialogue national avec d’autres enjeux. En effet, les faits et gestes du régime actuel lui sont imputables, avec ses alliés de diverses époques. On ne peut pas gouverner à la place de celui qui gouverne. L’insécurité, l’impunité, les discriminations, les tensions intercommunautaires, entre autres sujets, sont des phénomènes de conjoncture. Leur ampleur et leur fréquence sont étroitement liés à l’état de la gouvernance. Si, après toutes les interpellations provenant des sociétés civiles (médias, associations, groupes de pression), ces phénomènes se renforcent et s’installent dans la durée, ils renvoient alors d’office à la question de la légitimité de la gouvernance actuelle et donc de l’alternance. Là encore, il appartient à ceux qui gouvernent d’apprécier du danger à terme de l’effet boomerang de la persistance de ces phénomènes et de leur influence fatale sur la chute éventuelle du pouvoir en place. C’est encore celui qui gouverne qui est interpellé, cependant le dialogue ne sera utile que s’il en juge objectivement.

Dans ses conditions, quel serait l’objectif et l’issue réelle d’un dialogue dit « inclusif » ? D’abord faut-il se méfier de cette terminologie onusienne empruntée à la situation en RD Congo. Là-bas, la situation n’est pas la même qu’au Tchad. La RDC est morcelée entre des armées privées gouvernant chacune sa portion, l’Etat congolais n’existant que de nom. Les Congolais, ayant décidé pour ne pas accepter l’éclatement définitif de leur pays sur la configuration actuelle des tendances, sont obligés d’opter pour un schéma de « dialogue inclusif », c’est-à-dire mettant théoriquement les grands groupes d’acteurs sur le même pied d’égalité. Cela s’était passé à San City, en Afrique du Sud, en l’absence d’une Constitution reconnue par la communauté internationale. Le revers de ce processus inclusif a été la consécration de l’impunité en faveur des chefs de guerre et de leurs milices armées. Le prix payé par les populations pour cette « paix » et cette « réconciliation » de façade a été estimé à deux millions de morts, des milliers de femmes violées, un business humanitaire prospère et une misère indescriptible pour un pays potentiellement riche. Une fraction de société civile courageuse continue de dénoncer les conditions et les conséquences du dialogue inclusif en RD Congo.

La question posée à la société civile tchadienne, qui semble très influencée de l’extérieur en terme de réflexion et d’actions stratégiques, est celle de savoir si un dialogue dit inclusif, dans la configuration actuelle réelle des acteurs de pouvoir au Tchad (régime de IDI, clans armés de rechange, partis politiques moribonds), serait véritablement la solution pour les populations ? Si le contenu de ce dialogue inclusif consisterait à apporter des correctifs à la gouvernance actuelle, qui en garantirait l’application ? Nous sommes sur un terrain où seuls comptent les rapports de forces sur le terrain et les soutiens extérieurs belliqueux. C’est ce que le pouvoir et les oppositions armées ont bien compris et pratiquent depuis toujours.

Un dialogue inclusif implique la reconnaissance d’office et définitive de tous les acteurs, quelle que soit leur origine. Autrement dit, ceux qui se conforment à la loi pour exister et ceux qui n’en ont pas besoin, auront droit à la même considération. Sur quelle forme d’Etat et de gouvernement allons-nous aboutir avec cet amalgame ? En plus que ceux qui auront les moyens de la contrainte physique sur les citoyens, pourraient allégrement changer les règles du jeu selon leurs humeurs et intérêts. Quelle paix et quelle réconciliation vivront les Tchadiens, au détriment de la justice et de l’égalité ? Ce n’est qu’un jeu de mots : la CNS était déjà une formule de dialogue inclusif. Avec les leçons tirées de ce rendez-vous manqué avec l’histoire, montrons-nous plus réalistes, à défaut d’être imaginatifs ! Ne nous embarquons pas dans des chemins sans lendemain.

Y a-t-il vraiment besoin d’un dialogue ? Cela dépend de là où l’on voudrait aboutir selon. Un vrai dialogue suppose que les acteurs soient bien identifiés et soient en mesure d’apporter du concret dans le contenu de ce dialogue. Cela suppose aussi qu’ils soient capables d’en garantir chacun l’application de ce qui en découlerait. Un vrai dialogue à l’échelon national exige beaucoup de sérieux de la part des acteurs, ce qui n’est pas évident dans la pratique politique tchadienne où le suivisme, l’opportunisme et la versatilité sont érigés en vertus cardinales. Un vrai dialogue national suppose aussi que les acteurs acceptent à l’avance leur diversité culturelle, donc qu’il n’y aura pas d’unanimité sur toutes les questions. En effet, qu’on soit de telle ethnie ou de telle région ou obédience culturelle, on n’a pas forcément la même perception des thèmes sociaux et des comportements. La preuve, nous la vivons depuis toujours autour de la perception du droit à la vie, du respect d’autrui, du droit de propriété, etc. C’est pourquoi, il est important de bien définir les enjeux et le contenu d’un tel dialogue national, inclusif ou exclusif, pour ne pas amuser la galerie et tromper encore une fois l’opinion.

Le processus de revendication actuelle de dialogue est mal parti, pour ne pas insister suffisamment sur les préalables à la réussite de ce dialogue. En effet, les préalables sont de loin plus importants à régler que le contenu lui-même dans le contexte du Tchad, parce que les problèmes sont largement connus de tous et même reconnus par ceux qui gouvernent. Les blocages sont ailleurs. Du côté du pouvoir de IDI et de son principal allié la France chiraquienne, exclue la remise en cause de la « légitimité » du régime en place, quels que soient les procédés utilisés. Solution déjà appliquée avec succès par Hissène Habré à son opposition en 1985-1986. Donc exclusion des « rebellions armées tribales de rechange ». Ces dernières, alliées de puissances arabes hégémoniques, n’ont donc que deux options : tenter le coup de force (comme le 13 avril dernier) ou rentrer au bercail renforcer le système. Les partis politiques, habitués aux valses, scrutent la tendance la plus rentable des options pour s’adapter. La société civile engagée, elle, est en train de se piéger sur le terrain politique mouvant, malgré ses bonnes intentions apparemment affichées. Elle a délaissé de plus en plus ses missions originelles quotidiennes pour la politique politicienne. Le danger qu’elle coure est de perdre, à terme ses soutiens moraux et financiers traditionnelles et sa légitimité, en se confondant avec des acteurs sans éthique stable tels que les politiques et les guerroyeurs. Est-elle vraiment consciente de ce risque ?

Le dialogue est toujours une bonne chose mais mal défini, il peut servir à pérenniser une situation dont la saturation était déjà sur le point de provoquer un changement dialectique, selon la règle bien connue de l’Histoire. Dans ce cas, cette forme de dialogue est pire que l’absence de dialogue en lui-même, un piège qu’il faudrait éviter à tout prix. En définitive, il faudrait bien se rappeler que depuis 20 ans, nous comptabilisons une quarantaine de « rébellions armées », une centaine d’accords de « cessez-le-feu et réconciliation » dont des amnisties pour voleurs et criminels spécialisés, en plus de 80 partis politiques, etc. Que reste-t-il qui n’a pas été expérimenté au Tchad ? Réponse : LA JUSTICE ET LA VERITE !

Enoch DJONDANG

Enfin ! Grâce aux recettes de la méthode Idriss Deby Itno (IDI), notre pays va prendre pied dans la production de son pétrole. Peu importe la brutalité du procédé présidentiel décrié par ses adversaires, il n’y a pas de procédure « prédéfinie » en la matière, quand il s’agit d’une remise en cause et non d’une révision de contrat. Les exemples dans l’histoire récente sont nombreux : le cas du Dr Mossadegh d’Iran, Hugo Chavez du Vénézuéla, Evo Moralès de Bolivie, etc. Le problème n’est pas de pleurnicher sur les intérêts des majors pétroliers, mais d’aller dans le sens du droit des peuples à disposer de leurs richesses.

Il est vrai que notre pétrole était bradé, tout le monde l’avait démontré et dénoncé. Il n’y avait pas d’autres solutions à terme que celles intervenant avec les dernières décisions du général IDI. Que cela lui coûte le pouvoir, là n’est pas le problème. C’est une question nationale fondamentale qui transcende l’état actuel de gouvernance de notre pays.

Bon ou mauvais régime, c’est une illusion de croire qu’un vrai dialogue à lui seul suffirait à résoudre le mal tchadien. Il s’agit d’un problème d’hommes et d’époque. Il faut être clair : le phénomène de la rébellion armée est l’obstacle majeur au décollage du Tchad sur tous les plans. Surtout que ce phénomène s’est institutionnalisé depuis les régimes précédents, on ne peut pas démontrer qu’il apportera un changement fondamental, en dehors de remplacer un clan par un autre. Les interminables querelles claniques de leadership dans les groupes armés le manifeste. Il n’y a jamais eu de « lutte de libération nationale » au Tchad, ni au Nord ni au Sud depuis 30 ans, mais des luttes pour le pouvoir, avec le soutien d’influences étrangères. L’état actuel du pays du troglodyte Toumaï est la résultante de toutes ces luttes et violences anachroniques. Pire ! Aujourd’hui, les groupes rebelles sont tombés dans le piège d’une satellisation au conflit du Darfour et présentés comme des forces de mercenariat montées de toutes pièces par et contre les gouvernements du Tchad et du Soudan. Cette vision, largement partagée dans les milieux diplomatiques, n’incitera pas la « communauté internationale » à parrainer de vraies tables rondes pour résoudre définitivement le problème. Car, par principe, les conflits sont classés par types sur le plan du droit international, et celui du Tchad, intervenant dans un contexte où une Constitution existe et reconnue, l’engagement de la communauté internationale se limiterait, au nom de la paix et du business, au retour monnayé des rebelles au « bercail » et non pas remettre en cause le régime de IDI.

De ce point de vue, l’opposition civile dite « radicale » du moment a raté son préalable de participation des rebelles à un dialogue « inclusif ». Elle aurait dû poser aux rebelles le préalable de la reconnaissance formelle du noyau dur de la Constitution issue de la Conférence Nationale Souveraine (CNS), à savoir le Préambule, les Titre 1 et 2 relatifs aux fondements de la République (laïcité, égalité totale des citoyens, suffrage universel, etc). Il n’est pas sûr que ces groupes armés issus de minorités ethniques dominantes et privilégiées, soient vraiment pour une gouvernance légitime par les urnes qui ne les arrangeraient pas. En ignorant cet aspect des choses, l’opposition politique dite « radicale » remet implicitement en cause les Actes de la CNS ayant aboli la prise du pouvoir par la force et la confiscation de la souveraineté du peuple par un groupe dominant. Le dialogue utile avec des groupes armés obéit à une démarche différente de celle avec des groupes civiles légaux, c’est la nuance qu’il faut accepter, quitte à ce que, au terme des deux processus de dialogue, un nouveau cadre de légalité remplaçant la Constitution actuelle, permette à chacun de participer à la mise en œuvre du nouveau consensus national. Les formules Kano, Lagos, Franceville sont périmées.

Les politico-militaires sont assez grands pour poser eux-mêmes leurs préalables, au lieu d’être instrumentalisés par d’autres acteurs comme un épiphénomène récurrent de surenchère dans les rapports de force politiques. La recherche de la paix dans un pays ne saurait se faire à n’importe quel prix, surtout quand il s’agit du Tchad, pays où les inégalités, les préjugés régionaux et religieux, la médiocrité et le pillage, la violence politique et l’impunité ont été institutionnalisés progressivement mais sciemment durant plusieurs décennies.

L’Union Européenne tente de lancer un processus de dialogue et de sortie de crise à la « togolaise », pour obtenir un accord politique transitoire entre le régime de IDI et l’opposition dite « radicale » du moment (CPDC, FAR). Cet accord entérinerait la « légitimité » de fait du quinquennat actuel de IDI, en échange d’un partage équitable du pouvoir et de la manne pétrolière qui apaiserait les tensions dans le pays. La formation d’un Gouvernement de large consensus et les élections législatives en 2007 boucleraient ce processus. Dans le fond, on cherchera à préserver les gros intérêts engendrés par la manne pétrolière croissante, en optant pour des solutions douces qui contourneraient l’essentiel, à savoir l’alternance. Aujourd’hui, la Chine populaire devient la 5e puissance de l’Axe Tchad, après la France, les USA, la Libye et le Soudan. Dans quelle mesure ces puissances pourraient-elles s’entendre sur une gouvernance consensuelle à N’Djamena qui tiendrait compte de leurs intérêts et visées divergentes ? Chacune s’arrangera à disposer de ses propres valets tchadiens (partis politiques, sociétés civiles, rebellions armées), et ces derniers auront-ils de la mesure pour ne pas affaiblir et détruire davantage leur pays dans les luttes fratricides pour le pouvoir ? On observe que, depuis les années 50, c’est l’Étranger qui oriente et diligente la vie publique au Tchad.

En attendant, quand un Acte de Gouvernement est susceptible de modifier profondément le cours des évènements et le sort des populations d’un pays, un vrai patriote démocrate n’a pas le droit de se dérober et d’aller se camper dans une position de blocage épidermique à l’endroit d’un pouvoir. Car si le pouvoir de IDI devrait durer encore des années, on ne peut demander à chaque fois aux élites de démissionner en boycottant les évènements marquants. Une vraie opposition devrait se montrer plus agressif et moins défaitiste : le pétrole appartient à tous les Tchadiens et non pas à IDI et ses proches exclusivement ! L’Union des Syndicats du Tchad (UST) et le Syndicat des Enseignants Tchadiens (SET) l’ont bien compris en acceptant d’entrer dans la commission mixte de renégociation. C’est à l’intérieur que ces centrales syndicales trouveront les éléments de leur stratégie future, quand il faudra réclamer la part du travailleur tchadien.

Etre dans une telle commission ne signifie pas soutenir le régime de IDI. L’enjeu est plus que cela. Au lieu de former des coalitions pour défendre des conventions elles-mêmes décriées dès le départ, il faut jouer le jeu avec IDI cette fois-ci pour percer tous les mystères de la gestion d’un dossier initialement réservé au Clan. On pourra alors, en connaissance de cause, marquer sa différence ou son opposition en temps opportun. Or, nous avons l’impression que quand une crise survient entre le Gouvernement et des intérêts étrangers, la réaction immédiate des autres acteurs publics est de prendre parti pour les intérêts étrangers. Comme si l’image du Tchad commandait de rester dans la merde que nous avions avalé à un moment donné ?
Par exemple, dans le bras de fer avec la Banque Mondiale, nous avions soutenu l’introduction de la Sécurité dans les secteurs prioritaires à financer par les revenus pétroliers. Ce n’était pas pour soutenir IDI, car un jour le pouvoir évoluera. Alors la question préjudicielle de la réforme de l’armée et de la sécurité sera au centre de la transition. Ce n’est pas en ce moment-là qu’il faudra aller s’agenouiller devant les partenaires pour quémander l’argent nécessaire sur une question de souveraineté nationale d’un Etat indépendant depuis 46 ans ? L’opposition « radicale » s’est-elle posée une seule fois la question du bénéfice des œuvres du régime actuel (loi 001 modifiée, loi 004 sur la corruption, etc.) qui lui fourniront les moyens de gouverner et de changer radicalement la situation du Tchad ? L’opposition, si elle veut réussir, devra utiliser les armes et la logique du général IDI même. Malheureusement, elle semble atteinte par l’âge et l’usure des stratégies des leaders et continue de se marginaliser.

Il est fort possible que le pouvoir MPS ait justement misé sur le boycott automatique de l’opposition et de la société civile gauchiste, pour avoir les mains libres dans la renégociation des contrats pétroliers. Alors, la position inattendue de l’UST et du SET pourrait à terme poser problème dans la cohésion de cette commission en cas de manœuvres souterraines. Sauf si les représentants des syndicats mordaient à l’appât des dessous de table. IDI peut gagner cette nouvelle bataille, car elle est légitime. Il peut aussi la perdre, ou plutôt son pouvoir et il en est conscient. Car les majors pétroliers ne sont pas des enfants de cœur et pourraient tout mettre en œuvre pour rendre le pays ingouvernable, d’autant que les candidats sont nombreux dans les élites, prêts à se mettre au service de qui leur promet la location du palais de Djambalgato. Tout est désormais possible en termes d’évènements et de rebondissements au Tchad !

Cependant, il y a quelques conseils de prudence à donner à nos acteurs publics impliqués dans cette renégociation.
Un : qu’ils s’assurent que la Société tchadienne des hydrocarbures (SHT) ne devienne pas un nouveau holding à coloration clanique et/ou de placement des grands rapaces connus de la place.
Deux : que les aspects occultés ou volontairement rejetés du dossier pétrole soient repris en compte par le canal de cette commission.
Trois : que le problème de la gestion et de la redistribution équitable des revenus pétroliers entre les régions, au-delà du quota de la région productrice et des secteurs prioritaires, fasse l’objet d’un nouveau consensus national.

Si, pour une fois, le général de corps d’armée IDI de son côté et ses challengers de l’autre, pouvaient privilégier jusqu’au bout, sans coups fourrés l’intérêt national et la franchise dans la nouvelle conduite de ce dossier pétrole, le Tchad gagnera sa plus belle victoire historique : son Indépendance économique ! Qui vivra verra !

Enoch DJONDANG

Il n’y a qu’au Tchad où tuer est un plaisir et donne lieu à des exclamations ! Achever son adversaire qui n’est autre que son frère contradicteur, voilà à quoi l’on joue depuis plus de trois décennies. Tel est aujourd’hui le diable qui empêche le pays d’évoluer, combattons-le ! Alors on prend les armes et on tue. Qui ? Des gens qui n’ont rien à voir avec ce diable désigné, sinon qui ont commis le crime de croire qu’ils font leur boulot de soldat ou de maquisard au service d’un va-t’en-guerre. Des chefs de famille qui laisseront des veuves et des orphelins dans la souffrance et l’indifférence générale de la société. Des jeunes gens qui auront perdu le cap d’une réussite honnête dans la vie : drogués, transformés en violeurs et en tortionnaires voire en brigands permanents. Des régions déchirées et vidées de leurs habitants. Des blessures entre communautés qui ne cicatriseront pas. Tout sauf la « libération » annoncée.

Pourquoi continue-t-on d’ignorer et de mépriser la valeur d’une vie humaine dans notre pays ? Chaque groupe qui arrive au pouvoir, avec la bénédiction des Blancs, croit être supérieur aux autres et passe le clair de son temps à créer les conditions de futurs génocides. Les groupes se sont entredéchirés sans jamais résoudre un seul des problèmes quotidiens de sous-développement, de pauvreté et d’ignorance qui nous ravagent tous. Aujourd’hui, on ne peut affirmer que le clan au pouvoir s’en est sorti à bon compte de toutes ces aventures de répression depuis une quinzaine d’année de pouvoir. Aucun des clans précédemment au pouvoir ne l’a réussi non plus ! Aucun clan qui viendrait au pouvoir par cette même règle de la guerre fratricide ne réussira également. Même s’il faut que le monde isole pendant Cent ans les Tchadiens, pour permettre aux deux cent ethnies de faire la rotation au pouvoir, dans les mêmes conditions que nous connaissons déjà, avant dix ans, le pays aura disparu de la carte politique de la planète.

Car les expériences que nous vivons actuellement sont les dernières de ce genre, en termes d’anachronisme. Il ne sera plus possible qu’en une seule génération, en une trentaine d’années, on se soit permis tant de barbarie et que le pays puisse encore exister ! Les ressources humaines gaspillées dans les combats fratricides et les massacres d’une part, et la misère croissante et la maladie de l’autre, ne pourront se reconstituer que dans un demi-siècle plus tard. Entre temps, faute de bras valides et de cerveaux encore lucides, la vulnérabilité du pays sera trop grande et risquerait de provoquer l’invasion et l’annexion pure et simple du territoire par n’importe quel pays voisin ou puissance étrangère.

Prenons seulement la comparaison démographique entre nous et trois de ces pays : le Soudan avec plus de 20 millions d’habitants, le Nigeria avec plus de 100 millions et le Cameroun avec plus de 12 millions, tous des pays bien organisés et à peu près bien gérés. Si, avec une superficie de 1.284.000 km² et 8 millions seulement d’habitants (dont 52% de moins de 15 ans), le Tchad devenait un danger permanent de déstabilisation avec ses guerres interminables, son insécurité permanente et sa désorganisation, la communauté internationale fermerait bien les yeux si un jour, sous n’importe quel prétexte, un voisin décide de s’emparer du Tchad pour y remettre de l’ordre et le civiliser. Parce que des pays qui n’avancent jamais comme le Tchad et qui refusent le progrès dans tous les sens, il y en a de moins en moins. Et personne ne me dira que, en ce moment-là, des populations qui auront cumulé tant de haines et de rancunes, et qui n’auront plus grand-chose en commun, pourraient s’unir pour défendre un pays qui n’existerait que sur le papier ?  Avec une armée de « colonels » qui pratiquent encore la guerre archaïque et clanique très meurtrière, notre pays devient une proie facile, malheureusement pour les marchands d’armes et les négriers modernes des affaires.

Réfléchissons bien où nous allons à cette allure et ce qui nous attend, au lieu de continuer à chercher le diable du jour, comme nous le faisons depuis 40 ans pour notre plus grand malheur. Est-ce que nous nous rendons compte de l’ampleur du capital humain qui se détruit, rien que pour quelques privilèges injustes que personne ne reconnaîtra et que d’autres combattront à leur tour ? Des familles entières ont été militarisées autour de l’idée de se protéger (avec leurs biens mal acquis) contre les autres, alors que nulle part au monde cette formule ne s’est bien terminée ? L’illusion de supériorité guerrière entretenue dans certaines ethnies tchadiennes les conduira à terme à leur perte et à leur extermination. Il faut arrêter cela tout de suite, s’il vous plait ! Car si les « chefs de guerre » et autres « colonels » n’ont aucun égard pour la vie des membres de leurs familles qu’ils sacrifient dans ces causes perdues, nous avons le devoir de les avertir des conséquences à long terme de leurs aventures. Quand les Blancs qui les trompent les auraient suffisamment exploités, ils se retrouveront un jour abandonnés de tous, haïs et errants sans patrie, pire que les Harki d’Algérie, pour n’avoir pas compris plus tôt la valeur de la Justice, de la Paix et l’Egalité entre fils d’un même pays.         Ne croyez surtout pas, pour certains, que ceux qui s’opposent à cette guéguerre seraient des lâches ou des peureux ? Si l’on devait entrer dans l’histoire de chacun de nos groupes d’origine, l’on se rendra compte qu’il y a encore beaucoup de capacité guerrière insoupçonnée par rapport au déjà vu actuel, mais que les populations ont déjà dépassé ce stade primitif qui consisterait à vivre quasi-exclusivement des conflits, de la violence et de la rapine. Un retour forcé au Moyen âge n’est plus à l’ordre du jour pour ces populations.

Gouvernement ou rebellions, cessez de nous faire pleurer avec vos bilans macabres de Tchadiens tués ou « entièrement anéantis », car chacun d’eux a été porté par une femme pendant des mois dans le ventre et au dos. Et ces femmes, qu’elles soient Goranes, Zaghawas, Arabes, Tamas, Saras ou autres, devraient-elles aussi applaudir la mort atroce et quasi-inutile de leurs rejetons dans vos interminables luttes pour le pouvoir ? Quelle gloire, quel progrès pour le Tchad que ses fils massacrés par eux-mêmes pour de la sottise ? D’ailleurs, j’accuse l’attitude laxiste des femmes intellectuelles et de l’élite féminine tchadienne qui, au lieu d’organiser des protestations massives et publiques contre la guéguerre barbare, s’agitent pour des postes, comme les hommes qui ne cessent d’échouer face à leurs responsabilités et à leur conscience citoyenne, pour des miettes !

Un jour, quand il faudra faire la lumière sur toutes les gestions, combien actuellement loyalistes ou rebelles, échapperaient au châtiment d’une bonne justice ? Qu’aviez-vous fait de votre pays depuis trente ans de barbarie, d’arrogance, de violence et de mépris de l’autre, et combien de temps voudriez-vous encore que ça dure ? Vous êtes dans la mauvaise voie et les générations futures vous implorent de cesser immédiatement avec ces dérives guerrières et antirépublicaines d’un autre âge, pour leur laisser au moins la chance de vivre leur ère sous d’autres valeurs, dans un pays viable et en conformité avec les progrès de l’humanité pacifiste. Sinon, l’histoire vous vomira de la manière la plus méprisante qui soit.

Enoch DJONDANG

En Décembre 1990, le renversement du régime du Président Hissein HABRE et la prise de pouvoir par les combattants armés du Mouvement Patriotique du Salut, MPS, ont entraîné une nouvelle ère politique au Tchad. Après l’engagement solennel du Colonel Idriss DEBY en faveur du multipartisme et de la démocratie, l’installation du nouveau régime s’est suivie par la création de quelques formations politiques à partir de 1992.

Aussitôt, les leaders de ces Partis politiques avaient exigé la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine. Ce forum, à la mode en Afrique, était un cadre idéal de concertation sur les conflits du Tchad et pourrait aboutir à des solutions communes et acceptables pour tous. Le contexte d’après la Conférence de la Baule aidant, cette idée a été encouragée vivement par la Communauté internationale et les pays amis du Tchad, dont certains avaient même contribué financièrement. Mais pour les stratèges avertis de la politique africaine de la France, la C.N.S. n’était qu’une opportunité de faire légitimer le nouveau régime de N’Djamena.

Bref, après de longues et difficiles confrontations politiques entre le Pouvoir et les Partis de l'Opposition, cette Conférence Nationale Souveraine s'est tenue du 15 Janvier au 7 Avril 1993. Certains Mouvements de l'Opposition politico-militaires n'avaient pas y participé. Et au cours même du déroulement des travaux de la C.N.S., des affrontements armés avaient eu lieu dans certaines régions du pays, entre les forces gouvernementales et de Groupes des rebelles. Malgré cela, les bases des Institutions étatiques ont été revues et mises en place. Une période de transition difficilement expérimentée avait conduit à l'adoption par référendum d'une Constitution. Cette Loi fondamentale de la République devrait régir le fonctionnement des Institutions et Organes de l'Etat. Alors, comment se présente aujourd’hui la situation politique du Tchad ?   

De 1990 à nos jours, trois élections présidentielles avaient été organisées en 1996, 2001 et 2006, aboutissant à la victoire du parti au pouvoir et à l'élection du président Idriss DEBY ITNO. Quant aux élections législatives, elles ont abouti à la mise en place des Parlements en majorité MPS, mais regroupant aussi quelques représentants des partis politiques de l'Opposition, y compris ceux de la mouvance présidentielle.

Malgré la présence des Observateurs internationaux, ces élections ont été souvent contestées. Mais les vives tensions survenues se sont vite dissipées, du fait de la menace de répression brandie par le pouvoir, mais aussi à cause de l’incapacité notoire des leaders de l’Opposition politique à mobiliser les populations tchadiennes contre une éventuelle usurpation de l’expression de leur suffrage.

De même, plusieurs Gouvernements avaient été constitués et dissous, occasionnant parfois une valse d’entrées et de sorties des Ministres, dont certains sont expérimentés et rompus aux affaires alors que d’autres ne maîtrisent pas assez les questions politiques et de gestion de l'Etat. Leur nombre total aujourd’hui est aussi pléthorique que celui de nos Généraux et Officiers supérieurs, dont certains n’ont jamais effectué de simple visite à une École de Guerre. En fait, qu'est-ce que ces Messieurs ont-ils réalisé pour notre pays ? Quelle est donc la situation politique du Tchad actuel, treize ans après la Conférence Nationale Souveraine ?

D’abord, il faut noter que depuis l’arrivée du Président Idriss DEBY ITNO au Pouvoir, presque tous les leaders de l’Opposition et les Politico-militaires, avaient participé à la gestion du pays, soit par eux-mêmes, soit par leurs représentants au Gouvernement. C’est lorsqu’ils sont remerciés ou parfois éjectés comme des ballons, qu’ils commencent à diaboliser le Pouvoir et nous rappeler leurs propres et tristes défaillances. Certains cessent de claironner, dès qu’ils reçoivent des subsides financiers occultes ou de simples promesses de poste au Gouvernement ou dans des Conseils d’Administration des Entreprises et Sociétés d’Etat. D’autres, le Pouvoir les a laissé engloutis dans leur opposition radicale, alors ils crient au scandale et réclament des Tables rondes pour espérer revenir encore aux affaires.

Au Tchad, la gestion de l’Administration du pays est souvent confisquée par les Hommes du pouvoir, un cercle de nomenklatura très restreint échappant même aux membres du Gouvernement. Parfois et selon les circonstances, elle est partagée de temps à autre, entre les uns et les autres, partisans et adversaires du régime. En fait, il n’y a que le Pouvoir qui souffle le chaud et le froid sur l’Opposition politique ou sur les Politico-militaires. Au-delà de leur agitation et tapage, les gouvernants tout comme les Opposants ne défendent que leurs intérêts personnels. Ainsi, les populations tchadiennes subissent et le pays en pâtit.
Alors, quelle que soit la volonté et le talent de nos leaders politiques au pouvoir ou de l’Opposition, l’important pour les populations, c’est la paix et la stabilité. Cela pourrait peut-être encourager les opérateurs économiques nationaux et étrangers à investir sereinement dans le pays. Mais faut-il encore que nos gouvernants veillent au respect des lois et règlements pouvant garantir les droits et obligations de chacun. 

Malheureusement tel n’est pas le cas et c’est dommage…De plus, le tribalisme et le régionalisme voilés sous le couvert de la géopolitique et liés au clientélisme partisan, étaient érigé implicitement en méthode de gouvernance. Cette stratégie qui permet en fait de récompenser certains parents et amis, avait conduit à l'exclusion systématique et injuste d'autres Hommes et Femmes de grande valeur, plongés dans l’anonymat
Est-il normal que dans un Etat dit républicain, tous les Régies et Services financiers soient attribués systématiquement aux originaires d’un ou deux groupes ethniques, apparentés au sommet du Pouvoir ? Il en est de même dans l’Armée, la Gendarmerie et autres Services de Défense nationale ou encore dans certaines Sociétés d’Etat et des Missions diplomatiques.
L’exception ou du moins l’ouverture temporaire opérée récemment, n’est que la conséquence des dernières défections des parents du Chef de l’Etat, partis en rébellion armée, après avoir longtemps opprimé les populations, abusée du pouvoir et des fonds de l’Etat. Si le Tchad était un Royaume, cela se comprendrait. Et même dans les systèmes monarchiques, le pouvoir est largement partagé pour encourager l’adhésion de toutes les couches sociales de la population, afin de préserver au moins l’idée d’une certaine nation commune. La pauvreté quotidienne et la misère sociale dans le pays avaient transformé certains de nos dirigeants qui refusent d’appliquer les principes élémentaires d'un véritable Etat de Droit, pouvant régir tous les citoyens tchadiens sans aucune discrimination.

Lors des Déclarations générales à la C.N.S. en 1993, un des éminents intervenants avait souligné que «le Tchad est pris en otage depuis 1979 par certains groupes». Ce réel constat difficile à accepter, avait suscité des vives réactions diverses, à la fois positives et négatives. Mais aujourd’hui encore, cette déclaration reste actuelle et valable, tant pour nos gouvernants au pouvoir, que pour ceux de l’Opposition armée. Ce sont les mêmes groupes qui gouvernent le pays et le gèrent souvent de manière sectaire. Et ce sont toujours les mêmes qui se rebellent indéfiniment, tentent de déstabiliser à la fois le pays et son Opposition armée. Jusqu'à quand pourrait-on continuer à tolérer de telles pratiques ? En effet, d'autres déclarations plus sévères avaient été faites, mais cela n'a pas altéré la volonté des participants à la C.N.S. et des Tchadiens en général, de rester et vivre ensemble dans un Etat unitaire et laïque, fondé sur les principes de Droit.

La C.N.S. qui est aujourd’hui classée au calendre grec, avait été réclamée et suivie avec beaucoup d'intérêt. Bien que ses résultats n’aient pas été à la hauteur des attentes de nos concitoyens, l'ensemble des participants avait opté pour restaurer des Institutions légales, qui vont assurer la régulation des Organes d'un Etat tchadien de type républicain. Ce choix confirme certes le rejet de la prise ou du maintien du pouvoir par la force. C'est aussi en fait, la volonté du consensus national en vue de maintenir la paix et la stabilité dans notre pays. Alors, est-ce que nos dirigeants et leaders politiques ont-ils pu préserver cet acquis essentiel ?

Aujourd'hui, treize ans après la C.N.S., les affrontements armés existent et continuent de manière sporadique. Nos leaders politiques au pouvoir ou de l'Opposition armée, persistent à lutter par la force, soit pour conserver ce pouvoir, soit pour tenter de le prendre. Les principales Institutions étatiques sont mises en place, mais leur fonctionnement laisse à désirer, faute de la capacité des Hommes qui la dirigent ou des interférences intempestives de nos gouvernants. La C.E.N.I, le Conseil Constitutionnel, le H.C.C, la Cour Suprême, etc. constituent des grosses machines qui sont plus au service du Pouvoir que des citoyens. Les Partis politiques, les Associations de la Société civile, tout comme les Mouvements de lutte armée se sont multipliés de manière anarchique. Leur nombre exact est difficile à évaluer et ils n’ont aucune stratégie d’encadrement des populations. Et le Tchad reste plongé dans la recherche de la paix et de sa stabilité.
S'agissant des élites et cadres de l'Administration publique, qui doivent répondre aux sollicitations des citoyens et assurer la pérennité de l'Etat, beaucoup sont plongés dans la course de réussite facile et dans la corruption généralisée, oubliant parfois de préserver leur dignité, honneur et intégrité.

Quant aux membres des Gouvernements, chefs de nos Administrations, il y a certes, une petite minorité qui tente difficilement de sauver l’honneur de la Nation. D’autres utilisent des intrigues pour faire semblant de travailler ou impressionner le Chef de l'Etat. Au lieu de s’atteler au travail pour mériter leur éphémère position, ils ne s’investissent que pour faire obstruction à certains de leurs collaborateurs qui ont des compétences et références sérieuses. Par des subterfuges ridicules, ils les empêchent souvent de participer à la gestion des grands dossiers de l'Etat. A quand cela pourrait-il continuer ?

En faisant fi des conseils techniques de leurs collaborateurs, certains de nos Ministres persistent dans l’erreur et posent des actes qui portent atteinte aux intérêts du Tchad. La gestion de notre Administration et du pays en général, se fait au jour le jour, selon leurs humeurs sensibles et leurs intérêts personnels. Les exemples sont multiples et connus de tous. La négociation du Contrat d’Exploitation du Projet pétrolier de Doba en est un. Et, «les exonérations abusives attribuées aux Compagnies pétrolières par des simples notes ministérielles» méritent une méditation profonde. Heureusement que le Chef de l’Etat s’est enfin réveillé pour tenter de mettre un peu de l’Ordre. Si cette vigilance pourrait s’étendre sans complaisance, à tous les secteurs de l’Etat, ça serait un déclic honorable pour le Tchad.

L’une des malheureuses conséquences inévitables de cette situation est que des remaniements ministériels se succèdent, créant ainsi une instabilité gouvernementale chronique et un nomadisme abusif des responsables et chefs des services. Cela entrave certes le suivi et l’évaluation des dossiers importants de l’Etat et surtout sa défense vis-à-vis des partenaires extérieurs et pays amis. Lors de notre récent contentieux avec la Banque Mondiale, certains de nos gouvernants s’étaient brillamment distingués par un mutisme absolu. Dans l’Opposition politique et au sein de la Société civile, certaines personnes passionnées avaient même dénoncé la position du Tchad et soutenus celle de la Banque Mondiale. En tant que personnalité indépendante, nous avons dit NON et dénoncé clairement la mainmise de la Banque Mondiale sur notre pays et sur ses revenus. L’inévitable question est que:Où étaient donc passés les défenseurs des intérêts et de la souveraineté de notre pays à cette période cruciale? Le Dossier Pétrole du Tchad est encore d’actualité et le débat reste ouvert, car chacun aura son mot à dire…

Plongé ainsi de facto dans cette lutte d’intérêts entre ses collaborateurs politiques, et préoccupé surtout par la stabilité de son régime, le Chef de l’Etat qui devrait être le garant de nos Institutions, est souvent lui-même débordé. Certains de ses Ministres l’amènent parfois à prendre des Actes sans évaluer les conséquences et risques qui pourraient porter atteinte à son pouvoir et entraver la crédibilité du pays.

Quant à ses Conseillers et Chargés de mission dont le nombre s’accroît en fonction des événements et du contexte politique, certains n’existent que par leur présence symbolique au Palais rose. Quant aux autres qui assument correctement leur fonction, leurs efforts sont anéantis par la nonchalance de ceux qui préfèrent la figuration politique. Quel travail sérieux pourrait-on faire, dans un tel encombrement du Haut Sommet de l’Etat, par des gens qui ne font pratiquement rien, alors que des compétences nationales sérieuses sont ignorées ou exclus. Ce paradoxe n’encouragerait-il pas certains à recourir à la lutte armée pour tenter de prendre le pouvoir par la force ?

Le Tchad n'est pas une propriété de quiconque et ne le sera jamais. Le silence et la patience de certains ne les empêchent pas de recourir aussi à la lutte armée pour défendre leurs droits. Les révoltes populaires de Fort Lamy en 1963 et de MANGALME en 1965, sont anciennes mais restent toujours une référence de réaction contre l’injustice et la discrimination.

L'histoire contemporaine du Tchad nous a montré que la rébellion armée pouvait perdre des batailles, mais pas la guerre. Elle pourra accéder au pouvoir, soit par la force, soit par des négociations politiques. Les anciens présidents TOMBALBAYE, MALLOUM, GOUKOUNI et HABRE ont tous combattu la rébellion armée, parfois avec l’appui des Forces étrangères, sans pouvoir l’éradiquer définitivement. Le président DEBY ITNO n’a pas intérêt aujourd’hui à suivre leur exemple, car le Tchad est un pays fragile et tout peut se passer. Par contre, la lutte armée depuis le FROLINAT en 1966, en passant par les Tendances Politico-militaires des années 1980 et les multiples Fronts actuels, n’a jamais servi d’alternative crédible de stabilité politique au Tchad. Alors, le dialogue politique est donc toujours nécessaire.

Certaines personnes s’arrogent naïvement la capacité ou la qualité de guerriers et rejettent toute culture de tolérance et de paix. Aussi, à l’ère du millenium, des méthodes ancestrales révolues ne pourront jamais permettre de gouverner un Etat moderne. La prise de pouvoir par la force relève des pratiques anciennes du Moyen Age. Mais excédés de fois par des méthodes de gouvernance dans notre pays, certains patriotes sont de plus en plus favorables pour une réelle lutte armée, en vue d’une alternance au pouvoir. Les gouvernants actuels semblent les ignorer et les rejeter, même si la Communauté internationale nous encourage de dialoguer et de trouver un consensus global. Pourquoi alors nos dirigeants au pouvoir ou de l'Opposition ne tirent pas les leçons utiles de notre passé récent ?

Pour les Opposants politiques et les politico-militaires, c’est le président DEBY ITNO qui serait l’obstacle principal de la paix au Tchad. Certains lui reprochent son incapacité de bien gérer le pays et d’autres son refus de mettre en place un Etat, fondé sur les principes de démocratie et du respect des Droits de l’Homme. Mais tous l’accusent de rejeter les offres de négociation globale et de persister à maintenir le Tchad dans les conflits armés.

Pour le Pouvoir de N’Djamena, le dialogue politique est important et il reste disposé à l’entreprendre avec ceux qui veulent la paix. Mais vu le nombre pléthorique de ces Opposants politiques et politico-militaires, comment et surtout avec qui négocier ? Néanmoins, il préfère se concerter avec l’Opposition politique de l’intérieur et non pas avec ceux qui ont opté pour la lutte armée.

Et même dans ce cas, aucun effort substantiel ne semble avoir été fait pour aller vers un consensus sérieux avec l’Opposition pacifique de l’intérieur. Le Pouvoir a préféré composer surtout avec les formations politiques qui ont accompagné le président DEBY ITNO à briguer encore un autre mandat. Ainsi, avec l’exclusion systématique des politico-militaires et le contournement de l’Opposition dite radicale, il n’y a pas en fait un réel consensus pouvant aboutir à la paix et à la stabilité dans le pays.

Les négociations, quelles que soient leur nature, politique, économique ou sociale, dépendent toujours des enjeux et des rapports de force. Et pour dialoguer ou négocier, faut-il encore avoir en face de soi, des adversaires et partenaires organisés, crédibles et capables de s’engager à prendre des décisions et de respecter leur application.

Politiques ou politico-militaires, la situation des Opposants tchadiens avec leurs structures multiples, reste confuse et délicate. Au lieu de se concerter pour avoir une stratégie de lutte commune, ils perdent le temps dans des querelles de leadership ou de Commandement de leurs troupes. La réalité est que, tous traînent avec eux, comme nos dirigeants au pouvoir, des germes sensibles du tribalisme. Leurs visions et intérêts divergent, tout comme leur expérience politique. Sont-ils réellement engagés ou décidés à changer la situation politique au Tchad ou veulent-ils simplement préserver leurs intérêts occultes en divertissant nos populations ? En fait, comment se présentent-ils ?

Certains leaders, anciens et expérimentés, ont une maturité politique réelle et conséquente. Souvent, ils tentent mais n’arrivent pas à rassembler tout le monde, compte tenu de leurs interminables calculs ou de leur passé parfois compromettant. D’autres, n’ayant pas de qualification déterminée, auraient amorcé brièvement la vie active, sans avoir assez d’expérience professionnelle, ni politique. Enfin, il y a aussi, des amateurs qui étaient en général des anciens étudiants ou combattants. N’ayant jamais exercé dans la vie active, ils sont plongés ou laissés entraîner dans l’Opposition, sans aucune expérience politique, ni militaire.

En plus de l’expérience politique, un Opposant crédible doit avoir une assise sociale ou populaire, mais aussi une capacité financière qui lui permettrait de bien mener ses actions. À cela, il faut y ajouter des contacts politiques dans la Communauté internationale, qui pourrait jouer le rôle de médiation et de conciliation ou encore d’Observateur en vue de l’application et du suivi des éventuels Accords de paix à signer.

Ces critères font souvent défaut chez beaucoup d’Opposants tchadiens et cela entache leur crédibilité. Désorganisés ou pas dans leur méthode de travail, ils parviennent rarement et difficilement à adopter une stratégie commune de lutte contre le Pouvoir. Faisant des alliances et contre alliances, ils restent méfiants et isolés les uns des autres. Marginalisés et négligés, le Pouvoir ne leur accorde parfois pas de grande considération. Mais depuis le 13 Avril 2006, où des rebelles armés des roquettes sont entrés dans la capitale, nos gouvernants à N’Djamena ont compris que la menace de l’Opposition politico-militaire est réelle et pourrait un jour faire basculer le régime.    
Mais en réalité, le vrai combat à mener est plutôt celui du développement économique et social. Notre pays recèle des potentialités réelles et suffisantes pour tous. Malheureusement, notre administration complètement dénaturé et dévalorisé, ne couvre pas l'ensemble du territoire national. Notre Armée et nos Forces de Sécurité ne regroupent pas des éléments suffisants en nombre et bien formés pour protéger nos populations. Pourquoi, ne devons-nous pas utiliser correctement et à bon escient, nos ressources humaines et financières ? Il est temps de mettre fin à nos interminables conflits et ne pas donner l’occasion à d'autres de s'immiscer dans nos affaires intérieures et surtout de déstabiliser notre pays ?

L'invulnérabilité du Tchad, exige que nos leaders politiques pensent enfin à une réelle alternative de négociations sérieuses et non à des simples alliances ou ralliements de façade, soit avec le Pouvoir, soit entre les factions et Mouvements politico-militaires. Cela permettrait aux uns et aux autres de préparer ensemble leur participation à la gouvernance du pays. La maturité politique n’est-elle pas aussi la capacité d’analyser objectivement des situations incontournables et d’envisager courageusement des solutions réalistes avec son adversaire d’aujourd’hui qui pourrait être le partenaire de demain ?

Les affrontements et la lutte armée n’ont jamais abouti à de solution définitive aux conflits du Tchad. Le maintien d'un pouvoir politique par la force poussera inévitablement d'autres à tenter de le renverser aussi par la force. Il ne sert donc à rien de tenter d'éteindre le feu par le feu. En fait, c'est le pays qui se consume et s’enfonce d’avantage. Et nos populations continuent à souffrir des cycles de violence, des destructions de nos infrastructures et des disparitions absurdes de nos élites politiques et militaires.

Comment peut-on espérer un jour restaurer la paix et la stabilité politique du Tchad, si on se refuse de dialoguer ou de se parler franchement ? Comment pourrait-on assurer le développement économique et social de notre pays, si certains de nos frères et sœurs, civils ou militaires, sont exclus de la gestion des affaires de l'Etat ? 

L'intérêt national est toujours au-dessus des prétentions et calculs politiques personnels. Il n'est donc jamais trop tard, pour observer attentivement nos réalités et de prendre des décisions historiques, qui pourront sauver des vies humaines et restaurer la paix et la sécurité pour tous. 

Hassane Mayo-Abakaka

L’homme est par essence un animal politique disait Aristote. Il est impliqué d’une manière ou d’une autre dans le système politique de son pays. Vu qu’il ne peut en aucun cas se soustraire de la vie politique de son pays il subit directement ou indirectement ses conséquences.

Mais posons-nous la question quels sont les impacts de ce conflit qui a perpétué tant de massacres dans notre pays ?

Le conflit fratricide qui mine le Tchad depuis 1965 a entraîné une distorsion entre la théorie et la pratique politique. Partant de ce conflit, la politique est devenue au Tchad l’instance suprême du déploiement de la violence, de la genèse, d’une crise sociale presque institionnalisée. Cela a complétement faussé la base de cette activité. L’aversion de certains acteurs politiques à l’égard des autres fait que les activités politiques ne sont pas destinées aux ayant droits mais à des élites claniques tribales, régionales, ou militaires qui ne ménagent aucun effort pour la destruction de l’autre. C’est pourquoi depuis 1960 tous nos gouvernements ont échoué dans leur mission. Il semble que le sens même de détenteur de pouvoir  échappe à nos dirigeants. Pour tous nos gouvernements, la détention du pouvoir ou d’une fraction du pouvoir signifie: l’enrichessement et la liberté d’en jouir, le plaisir de commander et de se faire obéir sans retenue. Le pouvoir devient le moyen de tuer ou de tirer vengeance. Le pouvoir est aussi un patrimoine pour certains. Les crières de nomination à des postes de responsabilités sont souvent: le clientélisme, le tribalisme, et le militantisme de base. Cela fait que l’administration publique devient de plus en plus une médiocrité où règnent l’incompétence, l’irresponsabilité et le népotisme. Bien que toutes activités politiques se traduisent par une lutte pour le pouvoir, les hommes politiques tchadiens ont à l’idée: qu’en matière de lutte politique, ” c’est la fin qui justifie les moyens ” et ” tous les moyens sont bons pourvu qu’ils soient efficaces .”
Beaucoup ne savent pas que la fin de toute activité politique est la dignité de l’homme et, les moyens qu’ils utilisent, sont des entorses qu’ils donnent à la cohésion sociale en dressant les tchadiens les uns contre les autres par la manipulation de la population. Dans un pays comme le Tchad, les manipulations politiques sont suicidaires. Il n’est pas bon que les mensonges, les tricheries, les fourberies et les réprimandes sont souvent l’arme du politique pour le regime. Tout cela, peut se comprendre du simple fait qu’il n’y a jamais eu une élite politique préparée pour gouverner notre pays le Tchad. Mise à part le premier président Tombalbaye qui a accédé au pouvoir par la voie des urnes ( semi-démocratie ), tous les autres chefs d’Etat et leur suite se sont imposés au peuple tchadien par les armes. Or dès qu’une ethnie ou une élite prend  en otage un pays par les armes, l’hégémonie s’installe, les biens sociaux commencent par circulent de manière irrégulière. Des soulèvements s’ensuivent. La violence devient le moyen de communication de l’élite au pouvoir pour la protection des ses acquis. Alors on débouche sur des drames. C’est pourquoi, la souffrance du peuple tchadien dans cet imbroglio des hommes politiques reste une constance dans le temps. Vu les manoeuvres, les blessures morales et physiques que se donnent ces politiciens, la politique devient de plus en plus une des activités immorales et les plus cruelles au Tchad. De tout temps, les rêves des dirigeants comme nous l’avons décrit n’ont été de tuer des intellectuels ou des innocents gênant par l’intermédiaire d’une police politique qui utilise des méthodes et des moyens que la morale sociale désapprouve. Alors, des technocrates, pour leur survie sont obligés de céder la place à une élite des politiciens immatures. Ces politiciens et ces guérilleros perétuent des répressions de plus en plus sauvage qui endeuillent le pays et ce faisant affaiblit les forces du progrès. Cette pratique politique aberrante comprime le peuple tchadien dans les méandres d’une misère physique, morale, matérielle et surtout intellectuelle de plus en plus révoltante. C’est pourquoi désormais, le devenir politique du Tchad dépend de ce climat de révolte. Cependant, on ne peut construire un pays par les armes. Le  comportement perfide de ces politiciens et la loi de la jungle qui règnent sur la scène politique ont perpétué depuis 1960 à ce jour une ”politicaillerie” notoire au Tchad.
La masse populaire, lasse des duperies, des spoliations et surtout de la versatilité incurable de ces politiciens se désintérressent davantage des affaires publiques tchadiennes est toujours trouble, la France a transformé en maintenant parallèlement au pouvoir central une rébellion qui peut à tout moment renverser la situation si le pouvoir central ne défend pas ses intérêts.
Avec les quarante ans de domination du monopartisme au Tchad, les acteurs politiques ont actuellement assez de problèmes pour mener à bien le jeu politique dans le contexte de véritable multipartisme pour diriger ce grand pays.  Certains partis politiques ne ressembles qu’à de simple clubs électoraux et les autres sont souvent au palais pour critiquer l’autre.

I – Sur le plan économie:
Sur le plan économique, l´échec du politique a eu aussi de répercussions sur l’économie du Tchad. Mise à part la gabegie et l’ostracisme intitionnalisés, partant de ce conflit, les dirigeants du Tchad ont eu du mal à comprendre que l’Etat est une continuité en ce qui concerne les projets de développement. Souvent, il est remarqué que: dès qu’il y a changement de régime, presque tous les projets en cours s’arrêrent. Ensuite, une bonne partie de financement ou de revenus de ces projets disparaît. Enfin, tout ce qui arrive dans les prochains jours change de direction s’il n’est pas destiné à la région privilégiée par le régime ou a du mal à s’implanter puisqu’il ne profite pas aux siens. Sans pré-enquête, ou étude du milieu des projets et usines ont détournés de région destinées pour certaines régions privilégiées par le régime. Aujourd’hui, nous assistons à la faillite de tous ces projets et usines. La conséquence directe de cette manière de faire est que l’argent qu’on a mal investi dans le développement économique du pays coûte à la communauté nationale une sévère régression. De plus, depuis 1975, les changements de régimes se font toujours par les armes donc par la violence. Chaque changement détruit une bonne partie du potentiel économique. Par ce fait les bailleurs de fonds ont peur d’investir au Tchad et même les nationaux préferent investir à étranger que dans leur propre pays.
En somme, cette situation de guerre qu’a connu le Tchad, a été négatrice de son essor économique.
Beaucoup de projets de développement ont été détournés de leur but. Elle a réduit considérablement le nombre des travailleurs au Tchad et a généralisé l’incompétence et la médiocrité dans l’administration publique. Cette guerre a aussi détruit les richesses et les moyens de production de ces richesses ou a longtemps bloqué ou empêché exploitation de sa richesse naturelle.

2- Sur le plan culturel:
Sur le plan culturel, ce conflit armé qui a conduit collectivement les tchadiens à des massacres ignoble a eu des répercussions néfastes sur le plan culturel. La guerre de 1979 s’est préparée lentement et longuement car les rebelles ont mis au moins treize ans au maquis avant d’arriver au pouvoir. Dans la masse paysanne de la zone par exemple septentrionale il s’est développé à partir de 1965 une culture de violence qui a atteint son paroxysme en 1975 avant de dégénérer en 1979. Depuis cette date, la population tchadienne est dominée par une culture de violence. Cette situation de trouble qui a très tôt poussé la population du nord à s’attacher aux pays arabes fait que celle-ci est dominée par la culture arabe alors que celle du sud est imprégnée de la culture franco-chrétienne.

3- Sur le plan intellectuel:
Sur le plan intellectuel, ce manque de nationalisme et l’aversion de certains commis de l’administration à l’égard de la masse juvénile ont fait plusieurs bourses d’études ont été gêlées. Leur mauvaise volonté de ne jamais se faire suppléer par une élite bien instruite a été très tôt affichée. C’est pourquoi les structure de formation des jeunes n’ont pas été développées et les quelques rares qu’on a pu instaurer sur le territoire sont laissée-pour-compte et connaissent en ce moment d’énorme difficultés. Par exemple l’université du Tchad actuelle université de N’Djaména a été créée qu’en 1971. Les anciens bâtiments de l’institut des sciences humaines qui ont abrité ce haut lieu de savoir font aujourd’hui une grande honte au pays et surtout à la jeunesse tchadienne, qui ont découvert les autres universités dans le reste du monde. Conçus pour mille place à l’époque, les infrastructure sont aujourd’hui dépassées. A l’instar des autres universités créées à la même époque que celle du Tchad qui accueillent aujourd’hui plus de treize mille étudiants et forment jusqu’au troisième cycle, celle du Tchad n’accueille que quatre mille étudiants et ne forme jusqu’en licence et maîtrise.
Comment expliquer cette situation à la jeunesse tchadienne ?
Depuis 1971, n'accède à l'université du Tchad ( actuelle université de N'Djamena) que des bacheliers des parents pauvres. Car les bourses d'études à l'étranger sont disponibles pour les  bacheliers privilégiés par le régime. La masse estudiantine est aussi à dominante sudiste à l'époque. En octobre 1979 la première tranche de financement de la construction de l'université du Tchad aurait été bouclé. Parvenue à N'Djamena sous le fameux GUNT, cette somme a été dilapidée. parce que la construction d'une université francophone avantagerait que les sudiste. Depuis lors on ne parle même plus de la nouvelle construction d'une université au Tchad. Actuellement l'accès à cette université est devenu très sélectif y compris dans les instituts.
Avec le repli de chacun dans sa zone, certaines régions du nord ont été défavorisées dans le domaine de l'éducation en langue française. Pour pallier ce manque du personnel enseignant, les instruits en arabe ont été obligés de dispenser des cours en arabe. Ainsi il s'est encore accentué le dévoloppement des écoles coraniques par conséquent de la culture arabophone. Au sud, des écoles francophones laïques se sont proliférées. Ainsi, deux tendances culturelles à vision hégémonistes se disputent âprement le terrain au Tchad. C'est pourquoi en ce moment on a des difficultés pour parvenir à un mixage culturel. Or, la possibilité d’une vie sociale pacifique résulte d’une acculturation réussie. Voilà également l’un des facteur qui exacerbe ce conflit car l’homme se comporte tout à fait naturellement souvent selon sa culture.

4- Sur le plan Morale:
Sur le plan morale, le Tchad a connu deux phases de développement moral: la morale de paix ( 1960-1965 ). Bien que la cohésion sociale ne fut jamais parvenu à un degré satisfaisant, la population tchadienne ignorait la guerre pendant cette époque.
Ensuite, de 1966 à nos jours il s’est développé une morale de guerre qui, aujourd’hui fait des ravages parmi les populations civiles du simple fait que ”quand une société entre en guerre, elle change de code moral”. Ce changement n’est pas sans conséquences. La situation de guerre que le Tchad a connu dès 1965 a laissé des conséquences morales telles que, l’abandon d’un code moral de paix au profit de celui de la guerre fondé sur une solidarité de violence. Par exemple en 1979, les relations de confiance, d’amitié, de voisinage ou de toute autre affinité sociale ont été systématiquement brisées par des assassinats dans certaines régions. Les débridement sont devenus une sorte de distraction collective chez certains peuples. ”On est passé du sentiment de haine à un délire hallucinatoire de perpécusion. Or ” un homme qui abuse de son prochain se place dans un état de perpétuelle inquiétude et de malaise général. Il se comporte sans se rendre compte comme un accusé et est constamment en position d’attaquer”. C’est pourquoi les crimes sont devenus des choses banales pendant et après la guerre. De ce fait, certains citoyens qui ont vécu ces atrocités ou qui ont été des tortionnaires ont actuellement du mal à s’insérer dans la société correctement comme il le faut. Ce qui, dans cette situation afflige est que: ce sont des jeunes enfants volontairement ou par la force des choses dans l’armée ont été constamment drogués. Les démobilisés actuellement de l’armée, ceux-ci sont devenus un danger public.
En poussant les paisibles citoyens à ces massacres irreversibles, les hommes politiques ont contribué à saboter pour longtemps tout espoir de coexistence nationale et à détruire l’âme de certains citoyens ou leur avenir. D’autres qui, après ces événement douloureux de 1979,1980,1982,1990 et jusqu’aujourd’hui ont pris le chemin de l’exil sont devenus des exilés perpétuels partout à travers le monde.
A l’instar d’Auguste Comte qui compare l’organisme social à l’organisme humain, il parait évident que ce conflit a complétement saboté la personnalité morale de  l’Etat tchadien en construction, car Jean Piaget qui a étudié la psychologie de l’enfant nous fait comprendre qu’il y a des étapes très importants dans la vie de l’enfant qu’il ne faut jamais perturber à savoir la vie: la vie utérine de l’enfant, l’âge de trois ans qui correspond à la crise d’opposition, l’âge de onze à treize ans chez la fille, treize à quinze ans chez le garçon qui est l’âge du narcissisme, et enfin l’âge de six sept à dix neuf qui est celui de la crise d’originalité juvénile. Or, tous ces moments importants de la vie de l’Etat tchadien ont été secoués par des crises de guerre. C’est pourquoi la population tchadienne devient de plus en plus violente, violence imposée par une élite qui a imposé sa morale clanique à toute la population tchadienne. Or, la morale qui est une des composantes de toute société. Elle se révèle comme la force vitale de l’organisation sociale.

5- Sur le plan Psychosocial:
Conséquences sur le plan psychosociales, depuis 1965, les chroniqueurs se sont simplement contentés d’évaluer les dégâts humains et matériels de ce conflit. Nul jusqu’ici ne s’est  préoccupé de ses conséquences psychosociales. Ce n’est pas un secret, notons que de 1965 à 1979, homme sudiste est perçu en milieu septentrional comme un conquérant. Les propagandes anti-sudistes du FROLINAT, n’ont fait que dresser les citoyens contre les autorités centrales.
La faiblesse de la représentativité de l’Etat au nord a occasionnée l’attachement de certaines régions soit à la Libye soit au Soudan soit au Nigeria comme le témoigne d’ailleurs, beaucoup de documents. C’est pourquoi, aujourd’hui on traite d’”étrangers” certains tchadiens parce qu’ils ont été instruits en arabe ou en anglais. Pendant la période rébellion au nord une partie des hommes était occupés au maquis. Cetains enfants ont reçu une éducation mono-parentale. D’autres ont été élevés en milieu extra-familial. Quelques autres ont assisté à des drames (incendie des villages, fusillade des parents, exposition des corps des rebelles tués au village ou dans le quartier d’une ville ont appris aussi que leurs parents seraient tués au maquis par des sudistes ou par des nordistes.
Alors ces enfants nés dans la guerre ont grandi dans un climat de frustration, de haine ou de violence. Comment s’étonner aujourd’hui de la violence ou de la revanche de cette génération une fois parvenue à conquérir ce pouvoir qui les a tant réprimé?

Avec la désagrégation de l’armée nationale et les recrutements anarchiques des soldats par des protagonistes tous les cambrioleurs des grandes villes sont devenus des combattants. Ayant raté leur éducation de base et n’ayant reçu aucune formation militaire, cette catégorie qui est venue renforcer la première n’a ni de respect pour les personnes âgées, ni de sentiments pour autrui, ni de crainte pour ce qui appartient à l’Etat. L’Etat c’est d’abord eux parce qu’ils ont combattu ou parce qu’ils ont vaincu l’autre. Donc, il faut le traiter comme tels. C’est pourquoi au lendemain de la guerre civile, une dictature de fer s’est instaurée sur la population tchadienne. Elle a complétement broyé tous les germes d’une cohésion sociale par une politique austère à l’égard de certaines ethnies dans le pays.
Dans les campagnes, la belle époque ou l’éleveur gardait ses effets chez l’agriculteur et celui-ci lui confiait aussi son bétail est révolue.
Dans l’administration publique, des bras valides, enrôlés dans l’armée causent en ce moment assez de problèmes. Pendant la guerre ils ont été de tout temps drogués. Dans les grandes villes, la méfiance des uns à l’égard des autres tient la population en haleine. Cette méfiance amène les agents au niveau des services et les élèves et étudiants au sein des établissement à se regrouper par affinité régionale ou confessionnelle.
Partant de ce conflit qui pousse les leaders à conquérir le pouvoir par les armes, on parle des régimes politiques au Tchad en terme d’ethnie. Ainsi chaque groupe ethnique qui parvient au pouvoir se croit supérieure aux autres et tent d’établir sa domination par la violence. C’est pourquoi, actuellement, beaucoup de tchadiens ne sont pas fiers les uns des autres.

En somme, cette guerre a fait assez de dégâts sur le plan psychosocial. Beaucoup des leaders ne se rendent pas compte que le rétablissement de ces dégâts psychosiaux accasionnés par la guerre est aussi une bataille que l’Etat  doit nécessairement remporter. Car 40 ans après cette jacquerie, les gouvernements ont à gérer la vie d’une génération née dans la guerre, grandi dans la guerre donc habituée à la violence.
Cette triste réalité qui a amené les tchadiens à utiliser toutes les tactiques les plus inhumaines peut nous amener à penser à l’impossibilité de solutions à ce conflit et nous laisser gagner par le désespoir. Mais tout désespoir doit-être écarté car l’oblitération d’un conflit fratricide est une simple question d’organisation politique intelligente entre les acteurs sociaux et surtout de la bonne volonté des détenteurs du pouvoir. Même si nul ne peut prétendre solutionner une fois pour toute ce conflit, nous envisageons trois catégories de solutions à savoir:

-     solution d’ordre purement politique et morale;

-     solution d’ordre administratif;

-     et enfin solution d’ordre socio-économique.

Hier comme aujourd’hui, toujours les violations des droits de l’homme et la terreur comme méthodes de gestion de l’Etat tchadien.
Les auteurs de toutes les exactions commises sont, dans leur grande majorité des cas connus ou susceptibles d’être identifiés grâces aux nombreux indices fournis par les victimes, les parents des victimes ou des témoins; mais, ils continuent de jouir d’une totale impunité.

Ou va le Tchad au 21ème siècle ?
Le Tchad ! Encore le Tchad ! Toujours le Tchad !

Gaya – Ple Seïd

Le Général de corps d’armée et Président de la République, Chef de l’Etat, Chef suprême des armées IDI, vient d’annoncer officiellement l’ouverture politique. Des rencontres sont quotidiennement organisées avec les partis politiques, les sociétés civiles, les forces religieuses et le secteur privé. Personne, pour le moment, n’a dit non ! à cette initiative du président. C’est que deux facteurs principaux pourraient expliquer cette attitude conciliante des acteurs publics. D’une part, la psychose des derniers affrontements intercommunautaires à l’Est et inter fractions armées à Abéché et Biltine et leurs cortèges de pillage et de destructions massives, probabilité qui inquiète les N’Djaménois. D’autre part, la visite éclair et significative du Premier Ministre français et sa déclaration de soutien sans ambages au régime en place face aux adversités. Autrement dit, au vu du travail efficace des mirages français en Centrafrique, il est clair que le grand chef de terre n’a pas donné sa bénédiction urbi et torbi pour les offensives militaires sur la capitale. Dans ces conditions, les acteurs tchadiens savent, par expérience que c’est l’heure de la récréation, des pourparlers. Personne n’a osé poser de préalable à la rencontre avec IDI, en supposant la patte blanche du chat hexagonal.

      Alors, les avant-goûts sont annoncés, avec beaucoup de mystère, par le stratège de Djambal Ngato. Rassemblement républicain face à l’agression extérieure soudanaise dont notre pays est l’objet. Décodage : si vous voulez participer à la gestion des affaires et de la manne pétrolière, oubliez vos velléités putschistes avouées ou déguisées et acceptez l’offre minima qui vous sera faite ! Les velléités putschistes, selon le pouvoir, ce seraient à la fois le soutien aux groupes rebelles et la proposition d’un dialogue inclusif qui devrait, de toutes les manières, aboutir au même résultat de révocation de la gouvernance actuelle. Par contre, hormis le fauteuil présidentiel – qui ne se partage pas – et ses appuis, le reste peu faire l’objet d’un partage équitable. C’est pourquoi l’ouverture politique actuelle (du moins jusqu’au moment où nous écrivons) pose comme base idéologique l’union sacrée contre l’agression extérieure soudanaise.
      Comment interpréter ce langage ? 1) Comme l’avait repris au compte de la France son Premier Ministre Mr De Villepin, l’ouverture concerne ceux qui sont pour la paix avec le général IDI (« les autorités légitimes ») ; les autres devraient méditer sur le sort des mécontents centrafricains ; 2) Peut-être que cette fois, le morceau à offrir pourrait être plus gros pour l’opposition légale « radicale », à savoir la Primature en sus de quelques portefeuilles ? Le mystère demeure sur l’ampleur de l’ouverture prônée par le général IDI.
      Reste des zones d’ombre que les jours à venir vont clarifier : jusqu’où le général IDI sera-t-il prêt à faire des concessions à la CPDC et au FAR de Yorongar par rapport à leurs mémorandums ? Si certains parmi ceux-là changeaient leur lecture des évènements et entraient dans le jeu, de nouveaux rapports de force s’établiront automatiquement entre les acteurs politiques tchadiens. Il n’est pas exclu que des chefs rebelles, ayant demandé le dialogue, se rapprochent par ce biais du pouvoir actuel. Il n’y aura pas trahison dans ce cas, dans leur entendement, d’autant qu’ils étaient pour la plupart des proches privilégiés dudit pouvoir. Chacun a une cagnotte propre à défendre à l’heure des pourparlers et il n’y a pas de cause commune irrévocable, après la désignation d’un ennemi commun, le pouvoir actuel. Dès lors qu’un groupe estimerait avoir eu gain de cause sur l’essentiel de ses revendications spécifiques (et souvent secrètes), il arrêtera la belligérance, n’en déplaise à ses alliés du moment. Nous l’avions vu avec une rébellion puissante du calibre du MDJT qui s’est démembrée et défend maintenant ses intérêts groupe après groupe (pour ne pas dire clan). Pour me contredire, il faudrait relire tous les articles de la presse tchadienne consacrés à cette rébellion à son apogée et faire la comparaison avec son état actuel : on constatera que les efforts d’habillage de la presse ont manifestement passé à côté de la vraie réalité. De même, la presse avait tendance à exprimer à la place des leaders politiques leurs avis et se trouvait souvent déçu par les revirements inattendus de ces derniers. Par contre, les leaders politiques étaient particulièrement absents et quasi-indifférents durant les épreuves que subirent les communicateurs engagés, en 2005, les ayant conduits en prison. Nos amis communicateurs et collaborateurs de presse s’étaient retrouvés bien seuls au prétoire et à défiler entre le palais de justice et la maison d’arrêt. A la seule exception notable et énigmatique du président du groupe « étoile bronze » qui s’asseyait toute la matinée à même le sol du prétoire, en soutien aux communicateurs, lui agent de propagande officiel du pouvoir en place ! Si seulement, en ces moments-là, les forces politiques s’étaient massivement mobilisées, la liberté d’opinion ne serait pas problématique à l’heure actuelle. Ne parlons même pas de l’isolement de nos camarades défenseurs des droits humains qui paient quotidiennement un prix lourd, surtout en province, pour leur audace ! (J’en profite pour féliciter les organisations tchadiennes qui viennent de sillonner les zones de massacres intercommunautaires, à la recherche de la vérité et d’une véritable sortie de crise et du cauchemar pour ces populations). Tous ces constats révoltent et font comprendre pourquoi la sincérité et la confiance sont devenues des denrées rares dans la vie publique. L’on devrait bien chercher à clarifier cette énigme avant de récidiver dans les mêmes erreurs ! Au moins pour que les écrits présents aient valeur de documents d’archives crédibles ?
      Ce sont ces probabilités et contradictions persistantes, entre autres, qui font douter de l’efficience d’un dialogue inclusif dans la cacophonie tchadienne. En l’absence d’une disponibilité sincère vérifiable de tous les acteurs à crever les vrais abcès, tactiquement la solution des coulisses arrangerait mieux les affaires de certains groupes. Pourquoi ? Parce que, plus on voudra entrer en profondeur dans l’autopsie du mal tchadien, plus on risquerait de reconstituer sur certains sujets les clivages habituels de la société tchadienne. Ce n’est pas tout le monde qui pourrait supporter les contrevérités historiques sans préparation préalable. Pour résister à la pression du rouleau compresseur de la vérité et de la justice (si les gens sont vraiment tous sincères et décidés à tourner la page sinistre), ceux qu’on présente aujourd’hui comme des ennemis jurés pourraient subitement retrouver leur solidarité d’antan. Cela, les partis politiques en sont-ils conscients ? Ou la naïveté et les calculs courts habituels ? Même certaines sociétés civiles n’auraient pas l’air de bien maîtriser la nature réelle de la belligérance entre les groupes armés (et populations en arrière-plan) qui faisaient partie de la même réalité de pouvoir. Car, jusqu’ici et ce depuis l’ancien régime, il n’y a jamais eu d’examen public transparent et concomitant des phénomènes de rébellion armée (réservé à des colloques restreints). On s’est toujours contenté de plaindre les effets fâcheux de l’existence de ce phénomène pour les populations et considérer que les accords de paix laconiques étaient des solutions, alors que ce n’étaient que des moyens indiqués ou non. Si les sociétés civiles se donnaient de la méthode dans leur approche du drame tchadien, sans avoir besoin absolument d’une table ronde inclusive, elles disposent d’assez d’éléments pour faire une autopsie efficace du cycle de la rébellion armée et proposer des thérapies durables et incontestables pour enrayer ce phénomène anachronique récurrent, au lieu de se contenter d’accompagner le phénomène et même inconsciemment le justifier. Cela rendrait alors possible et efficace un « vrai dialogue inclusif » tel que nous l’aurions tous souhaité, pour tourner la page, sans amuser la galerie, comme à la CNS en 1993 et après. La démarche du groupe des associations sur le terrain brûlant et brûlé de l’Est est un pas significatif à encourager.
      Pour que l’ouverture prônée par le président IDI soit une chance pour la paix et la réconciliation, il aurait fallu supprimer au moins la censure préalable restauré à la faveur de l’Etat d’urgence. En effet, s’il y a ce froid de réactions populaires, même de soutien dans les cercles proches du pouvoir, c’est que le bâillonnement de la presse est plutôt perçu comme un mauvais signe par les élites. La presse est actuellement la seule fenêtre à travers laquelle les divers courants sociaux s’expriment. Elle est donc plutôt un décompresseur de tensions et non le contraire. Les responsables gouvernementaux partisans d’une liberté d’expression verrouillée, comme au temps de la pensée unique, ne devraient pas se rattraper avec l’Etat d’urgence, après avoir vainement tenté de faire modifier la loi 029 sur le régime de la presse dans le mauvais sens. Ils privent ainsi le président IDI de la visibilité et de l’écoute nécessaire pour prendre les bonnes décisions. Ils offrent des occasions prolongées sur six mois aux chauffards à la tête des instituions sensibles de multiplier les gaffes, en confondant l’Etat d’urgence avec le retour de la pensée unique et du griotisme. Ils risqueraient de faire échouer la gestion de cette période exceptionnelle et surtout, de faire douter de la bonne volonté d’ouverture du président IDI. Il est vrai que le fait de prêter ses colonnes ou l’antenne à des acteurs opposés à la légalité actuelle pourrait être une maladresse dans un contexte explosif, par une presse nationale. Cependant, la sensibilisation et le dialogue direct avec les presses, en utilisant les canaux du HCC et de l’ODEMET, conjureraient mieux les excès possibles, sans affecter le pluralisme démocratique, au lieu de la censure préalable. Pour sa part, la presse privée devrait aussi comprendre que les acteurs publics ne sont ni mineurs ni handicapés pour que les journalistes signent et paient tout le temps à leur place. Partis politiques ou rébellions armées, ces gens ont beaucoup de possibilités pour exprimer et défendre eux-mêmes leurs idées et suggestions (s’ils en ont). Si l’on voudrait une démocratie saine, inclusive de tous, respectueuse de la dignité et de la particularité de chacun et portée vers la construction de la paix et de la réconciliation, ces remarques ne sont pas à négliger. Sinon, en croyant beaucoup faire pour certains et en ne faisant rien pour d’autres, le résultat sera le même : du surplace et la chute dans le chaos !
      Enfin, pour conclure notre commentaire marginal habituel, nous disons qu’il y a deux catégories d’oppositions contre IDI. En réalité, non pas la classification par genre (rebelles et partis politiques + certains acteurs assimilés) mais par objectifs : d’une part ceux qui sont prêts à limiter leur opposition à la satisfaction de revendications corporatistes ou globales avouées ou non, et ceux qui ne s’arrêteront que quand le pouvoir auraient changé de mains ou de régions. Dans toute groupe actuel, on aurait pourrait apparemment avoir un mélange des deux. Cependant, la proportion catégorielle variera selon le niveau du prix à payer par option : « les moutons se promènent ensemble mais ils n’ont pas le même prix » (dixit Magic Système). C’est pourquoi nous verrons plus clair en fonction des circonstances et des cartes que le maître des lieux, le général IDI abattra. Moi, tout ce que je demande pour moi, c’est le grade de « colonel de paix », pas de guerre car je n’en ai ni l’envergure ni la motivation.

Enoch DJONDANG

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays