vendredi 2 juin 2023

Marche interdite : Dillo et Ordjeï réagissent

Mai 16, 2023

La marche pacifique lancée par les partis politiques le 14 mai passé a été interdite. Dans tous les grands axes de la ville de N'Djamena, les forces de l'ordre étaient fortement présentes et surtout visibles. Les organisateurs de la marche le président du parti socialiste sans frontière (PSF) Yaya Dilo Djerou Betchi et le président du Parti pour le Rassemblement pour la justice et l'Égalité au Tchad (RAJET) Ordjeï Abderrahim Chaha réagissent. Reportage.

Le président du parti de RAJET Ordjeï Abderrahim Chaha affirme que le déploiement des forces de l'ordre notamment les policiers, les gendarmes, les GMIP et les gardes nomades donne une mauvaise image pour un pays démocratique et pourtant il a reporté la marche pacifique prévue le 14, dit-il. «  Ce déploiement, c'est pour intimider les Tchadiens, pour qu’ils ne revendiquent pas leurs droits ». Selon lui, quand les forces de l'ordre se placent dans des ronds-points en turban avec des armes en main c'est pour faire peur. C'est la raison pour laquelle, «cette présence intimidante signifie : si vous sortez pour manifester, on va vous tuer » a-t-il martelé. Selon lui, le peuple tchadien ne peut pas supporter les conditions de vie difficiles qu'il traverse notamment l'augmentation des denrées alimentaires, la coupure d'électricité et la pénurie de carburant. Il poursuit, le peuple tchadien en a marre. « Nous avons annuler cette marche, mais prochainement le peuple tchadien va sortir lui-même de son propre grès pour marcher  et dire non, sans notre appel».

Le président du Parti Socialiste sans Frontière (PSF) Yaya Dilo Djerou Betchi déclare « c'est un déni de démocratie puisque dans un État normal, une marche ne doit pas être vue comme une menace sécuritaire parce que la marche est pacifique et elle est encadrée ». Faisant référence aux marches organisées dans le passé, Yaya Dilo Djerou Betchi soutient, « nous avons organisé plusieurs marches en 2021-2022, on l'avait fait dans un environnement pacifique et sans faute». Il poursuit, rien ne justifie qu'une marche reportée soit encore comme une menace, cela prouve que la junte est consciente de la colère de la population, elle craint les réactions spontanées. Il ajoute, c'est une stratégie de la junte d'augmenter la psychose, «lorsque vous allez sortir, nous allons utiliser la force, on va utiliser tout cet arsenal pour mâter».

Pour M. Dillo la junte a un seul langage, celui des armes, de la force, des interdictions en interdictions des marches pacifiques en déployant tout cet arsenal de guerre ce qui relève de la force de la troisième catégorie en craignant la sortie de la population civile. « La junte est dans un état de psychose avancée, de peur et de panique totale. Ils ont quadrillé toute la ville de N'Djamena à travers des blindés, des véhicules, c'est du jamais vu, marche reportée».

Noël Adoum

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays