lundi 20 mars 2023

Senafet : Café rencontre entre femmes au SGG

Mar 07, 2023

Dans le cadre de la Semaine Nationale de la Femme tchadienne (SENAFET), la secrétaire générale adjointe du gouvernement, Mme Fatimé Aldjineh Garfa a organisé hier lundi 6 mars un café-rencontre avec les femmes à l’Agora de son ministère. Reportage.

C’est une rencontre qui a réuni plusieurs femmes leaders issues de diverses catégories socio-professionnelles. C’était en majorité des membres du gouvernement, des conseillères à la présidence, à la primature, des conseillères nationales et celles des grandes institutions de la République. Elles ont disent-elles partagé un moment de convivialité, d’échange et de partage d’expériences pour un Tchad émergent et égalitaire.

La ministre secrétaire du gouvernement adjointe affirme que cette semaine exceptionnelle qui marquera des avancées pour la femme tchadienne. Elle demande aux femmes de continuer avec cet élan. Le SGG est l'interface entre le Conseil national de la transition (CNT) et le gouvernement de transition.

La ministre déléguée à l'indépendance énergétique Rahmatou Mahamat Hointoin, place le débat relatif à la Femme sous le thème « Femme paix et sécurité justice et réconciliation pour un Tchad égalitaire ». Elle affirme que les femmes sont présentes au CNT, au gouvernement, dans des différentes instances et qu'elles participent réellement aux prises de décisions. Elle appelle les femmes à s’autoévaluer pour qu’à la fin de la transition elles sentent avoir participé à la construction du Tchad. Elle a abordé la question du plafond de verre, « au départ nous sommes très nombreuses à l'école primaire, très nombreuses au collège et quand on arrive à certain niveau, le taux baisse. Nous sommes peut-être 30% au gouvernement, 30% au CNT, mais y a un verre invisible qui empêche la femme d'accéder réellement au plus haut niveau de prise de décision ». Il y a des décisions qui se prennent et c’est très difficile que la femme soit associée, dit-elle.

Pour Mme Hointoin, il faut que les femmes osent, qu'elles s'expriment et marchent avec assurance en regardant l'autre dans les yeux et en face, « mais en même temps il faut garder sa féminité et assurer sa singularité ». Elle appelle les femmes à être véridiques.

Selon elle, il faut que les femmes soient en mesure de dire non pour éviter de se faire ridiculiser, sinon elles n'arriveront jamais à atteindre leurs objectifs. Elle ajoute que les femmes doivent tracer leur chemin à leur rythme. « Les femmes doivent faire bouger les lignes. Et s'imposer. Les hommes ne peuvent pas changer le Tchad à eux seuls, les femmes non plus ne peuvent pas changer ce pays à elles seules, ensemble nous pouvons gagner ce combat ».

Pour Fatimé Soukar Terap, les femmes ne doivent pas rester dans leurs coins en imaginant que les choses vont changer, il faut qu'elles soient influentes. Elle poursuit, « la femme ne veut pas dépenser l'argent, mais quand on lui dit d'envoûter une autre, elle est capable de débourser tout ce qu'elle a pour faire cela ». Elle ajoute ensuite, « A chaque SENAFET, vous coupez le gâteau pour célébrer la fête de la femme, vous célébrez quoi pendant que vous êtes en train de combattre votre sœur au bureau. Est-ce que vous êtes tranquille avec votre conscience ? ». Mme Terap appelle les femmes à changer de mentalité.

Noël Adoum

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays