lundi 20 mars 2023

Exposition : bâtiments coloniaux, 9 556 objets d’art volés par la France évoqués 

Fév 21, 2023

Ce lundi, 20 février a eu lieu l'exposition temporaire des legs infrastructurel colonial en présence du ministre des Affaires Culturelles, du Patrimoine Historique, du Tourisme et de l’Artisanat Abakar Rozi Teguil au Musée National. Mais l’ombre des 9 556 objets d’art volés par la France a plané sur la cérémonie. Reportage.

« L’évènement qui nous réunit aujourd’hui est celui d’une rencontre entre la France et le Tchad. Ce fut une histoire tragique et dramatique, mais aussi bénéfique et salvatrice. En ce sens qu’elle est faite des heurts et des malheurs, des attirances et des rejets », a martelé le ministre. Il ajoute ensuite que pour connaître cette histoire, il faut convoquer le passé notamment le patrimoine bâti, c’est-à-dire l’histoire commune du Tchad et de la France, qui en effet n’est pas un long fleuve tranquille.

Selon lui, nous ne devons pas seulement nous contenter de raconter les histoires croisées avec la France, mais évoquer la force des liens qui nous unissent et notre volonté d’un destin partagé. Le destin qui a commencé depuis la fin du 18e siècle jusqu’à nos jours. Nous devons le regarder avec respect et beaucoup d’attention pour tirer des enseignements d’enrichissement mutuel, de partage et de confiance.

Dans le sous-sol du musée, on y voit des affiches des anciens édifices coloniales notamment la Cathédrale Notre-Dame de la paix, la première rue aménagée à N’Djamena, l'abattoir frigorifique de Farcha, la chambre de commerce, le laboratoire de Farcha, l'aérodrome-aéroport de Fort Lamy, le Canal Saint Martin, le Monument Lamy, la Base Sergent Adji Kosseï, le pont de Chagoua,le lycée Félix Éboué, le cinéma Normandie et l'ancien musée national du Tchad.

Mme Goïdjé Berambaï est gestionnaire du patrimoine à la Maison de la Culture, « il y a des bâtiments qui ont servi de logements, de bureau, etc. C’est tout cela qui est l'héritage laissé par la colonisation. Ces bâtiments ont été construits pour asseoir la politique de la colonisation, car ils ne devraient pas venir s'installer dans le néant, il fallait des maisons qu'ils puissent habiter, des bureaux pour travailler et des édifices religieux pour prier », a-t-elle dit. Elle affirme que cette exposition est thématique.

Mais les colons à leur départ et même avant ont pillé des objets culturels appartenant aux Tchadiens. « 9556 objets d'art ont été emportés par les colons. Ils sont dans les musées français, une équipe doit être mise sur pied par le ministère pour aller faire une visite prospective. Et voir comment ces objets sont conservés là-bas? Lesquels vont être ramenés au Tchad, car le musée ne peut contenir tous ces objets », dit Mme Barambaï.

Pour le coordonnateur Netcho Abbo, 63 ans après notre l’indépendance, il faut convoquer l'histoire pour valoriser les liens séculaires entre la France et le Tchad, a-t-il affirmé. Selon le coordonnateur, à travers ces infrastructures, des identités françaises et tchadiennes se sont construites parce qu’il continue à alimenter et éclairer les relations séculaires entre les deux pays, a-t-il relevé. « C’est notre façon de célébrer une relation fructueuse et une coopération agissante », dit-il. Il ajoute que le ministère entend continuer ses travaux de recherche afin de faire l’inventaire et la documentation des bâtiments et monuments construits de 1960 à nos jours.

Noël Adoum

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays