samedi 4 février 2023

Liste d’intégration à la police fait polémique, le président de transition recule

Jan 03, 2023

Une semaine après l'intégration des fonctionnaires au corps de la police qui a fait couler de l'encre et de salive. Ce matin, la rédaction a tendu le micro à quelques responsables parlementaires et de la société civile notamment le Conseiller national de la Transition Néné Ehémir et le vice-président de l'Union de Syndicat du Tchad Younouss Mahadjir. Lors de la fête des armées, le président de transition a reconnu que cette liste est injuste. Et que le gouvernement s’attellera à la corriger. Reportage.

L'intégration au corps de la police a engendré des débats houleux, la majorité des citoyens a jugé cette liste est régionaliste et discriminatoire. Pour le Conseiller national de Transition Néné Ehémir, il faut faire un point sur ce dossier, réunir les éléments les uns des autres et exiger l'annulation de cette liste. « Les conseillers iront voir le ministre et vérifier si cette liste est régionaliste », dit-il. Pour certains conseillers, cet arrêté ne couvre qu'une seule partie du Tchad, pas tout le Tchad. M. Ehémir pense que les conseillers pouvaient interpeller le ministre de la Sécurité publique et le ministre des Finances par écrit ou bien les inviter à l'Assemblée nationale (AN) pour que la commission défense et sécurité les entende. Il ajoute que ces deux personnes sont mieux placées pour répondre, « même devant les tribunaux, on écoute d'abord une personne avant de la condamnée », dit le conseiller.

Pour le vice-président de l'Union des Syndicats du Tchad (UST), Younouss Mahadjir, il n'y a rien de surprenant, ces pratiques existaient déjà à l'époque. Les gens se sont sélectionnés pour recruter les policiers, car c'est les trois provinces du Nord qui accaparaient tout. Pour 1500 policiers recrutés, les 1200 appartiennent des trois régions du Nord dont la population de zone ne fait pas 4000 habitants, a-t-il affirmé. Il se dit étonné des dirigeants qui veulent que les Tchadiens se réconcilient pour qu'ils puissent parler d'un seul pays uni. Il affirme que c'est regrettable de voir que des individus ne peuvent pas être capables que de s'affranchir de leur ego puis tout simplement de croire qu'ils sont supérieurs aux autres. « C’est honteux pour les tenants du pouvoir notamment le jeune président qui ne maîtrise absolument rien, ce n’est pas étonnant qu'on l'oblige à faire ça ». Il affirme que le chef est censé examiner et vérifier les documents avant de les signer. Il ajoute que si Mahamat Idriss Deby est venu pour refonder le Tchad, ce n'est pas de cette manière que le pays doit être refondé. « Je suis convaincu que l'arrivée de ce nouveau président tout son père avant lui qui a gouverné durant 32 ans, ont détruit le pays ».

Pour lui, le président a commis une faute grave. Et concernant le réajustement de la liste, M. Mahadjir, qualifie la promesse du président de transition de rectifier la liste de mensonge. « Le président va réajuster la liste sur quel aspect? Par rapport à la démographie ou bien continuer à flatter les gens? ». Le syndicaliste a aussi fustigé l'inauguration d'aéroport International d'Amdjarass qu'il considère comme une folie, car un jour l'histoire dira que l'argent du pétrole n'a servi qu'à construire le hameau du défunt président.

Le syndicaliste évoque également l'élévation de grade dans l'armée qui est la preuve de l'immaturité du président de transition, « au lieu de suspendre le grade des généraux en cette période de transition. Il en distribue ». Selon M. Mahadjir, sur les 400 ou 500 généraux, 90% viennent d'une seule région. Il appelle le président à envoyer ces faux généraux à la retraite afin de reconstruire le pays.

Noël Adoum

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays