samedi 4 février 2023

Les jeunes du Chari Baguirmi revendique les 5% des revenus pétroliers

Déc 24, 2022

La coordination exécutive du Collectif des Organisations des Jeunes du Chari-Baguirmi a tenu son Assemblée générale (AG) ce samedi 24 décembre dans la salle multimédia du Centre d’Études et de Formation pour le Développement (Cefod). Après avoir écrit aux autorités de la transition, les jeunes du Chari-Baguirmi font leur retour pour, disent-ils, attaquer le problème aux racines. Reportage.

C'était en présence de plusieurs participants que les jeunes du Chari-Baguirmi ont tenu leur AG cet après-midi. Les doléances des jeunes il y a quelques semaines ont été classées sans suite par les autorités de transition. Cette attitude, disent les organisateurs a provoqué le réveil de jeunes. Ils dénoncent la mauvaise gestion de 5% du pétrole qui leur revient de droit. Ils affirment qu'ils sont toujours forts et déterminés à continuer la lutte. Sur plusieurs petites affiches, formats 4×4, entre les mains des jeunes sont écrites, « la jeunesse de Chari-Baguirmi peut gérer le 5%» et «Mbang Hadji Woli, le 5% n'est pas votre bien patrimonial», déterminer dans leur lutte, ces jeunes ajoutent,« Chari-Baguirmi ou la mort nous vaincrons ».

Pour le coordonnateur du collectif Abdelkadre Djibia, le sultan du Baguirmi Mbang Hadji Woli a qualifié ses compatriotes de fourmi et des mouches. Pour lui, le sultan ne mérite pas de représenter la population de Chari-Baguirmi au Conseil National de Transition (CNT). Dans son allocution, il affirme que la jeunesse du Chari Baguirmi n'acceptera jamais que l'argent de 5% des revenus pétroliers serve à payer les dettes de Mbang Hadji parce que ce dernier a affirmé à Badoro qu'il est endetté. La jeunesse de Chari-Baguirmi ne se reconnaît pas dans les dettes du sultan, car cette jeunesse à besoin des infrastructures, des structures sanitaires et scolaires adéquates, un plateau technique dans son centre de santé a-t-il martelé. Il relève que la jeunesse du Chari-Baguirmi ne réclame que son droit social et dénonce la mauvaise gestion des 5% des revenus pétroliers gérer le sultan. Selon lui, le sultan aurait affirmé que, « le département de Loug Chari n'est rien» alors que ce département regorge le pétrole du Chari-Baguirmi dont il gère le 5% depuis neuf ans. M. Djibia au nom des jeunes du Chari-Baguirmi revendique toujours, la démission pure et simple de Mbang Hadji du 5% des revenus, le bilan des 9 ans d'activités de 5% ainsi le respect du décret 1911. Il ajoute, « nous demandons au Président de la Transition qui avait dit qu'il est au service de la jeunesse d'annuler le décret de nomination du sultan ».

Noël Adoum

  • AIMEZ / PARTAGEZ AUSSI LA PAGE IALTCHAD PRESSE
    1. Arts & Culture
    2. Musique
    3. Mode-Beauté

    -Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

    1. Divertissement
    2. Sports
    3. Mon Pays